E.D.I. n°46 mars 2015
E.D.I. n°46 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le stockage à l'heure du flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
68 0 Par Pierre-Antoine Merlin Comprendre le big data est un exercice plus facile qu’on ne croit. Exemple : un simple clic suffit pour s’offrir un voyage virtuel. Et derrière cette incroyable immédiateté que propose Internet, un dispositif d’une complexité inouïe s’active en coulisses pour satisfaire l’insatiable appétit des internautes. Ainsi, une requête sur Google met en œuvre plusieurs milliers de gros ordinateurs, eux-mêmes abrités dans ces véritables châteaux d’eau contemporains que sont devenus les centres de données, naguère appelés fermes de donnés, et désormais data centers. Le big data est né dans ces bâtiments. Il rassemble la connaissance instantanée, à portée de main. Ses implications sur le business sont énormes. C’est à qui dénichera, exploitera et revendra tout ou partie de cette immense bibliothèque en permanente expansion. « Nous sommes détenteurs d’informations immenses et nombreuses qu’il nous faut stocker, analyser et partager, observe avec délectation Olivier Picard, directeur général de NetApppour la France. Le cloud, les objets connectés, le big data et l’analyse de données sont intimement liés. Les spécialistes de la data fabric que nous sommes ont toute leur place pour en tirer parti. » Du côté de Microsoft, réalisations et projets sont déjà légion. Les opérations E.D.I N°46 mars 2015 Le stockage à l’heure du Flash Dossier Données numériques LE BIG DATA, COMPLEXE MAIS LUCRATIF Souvent vague, parfois galvaudé, le big data est pourtant l’une des idées les plus intéressantes de ces dernières années. Faut-il se lancer ? À quelles conditions ? Réponses dans cette enquête. de croissance externe se propagent, afin de constituer au plus vite, dans ce vaste domaine de l’analytique, une offre intégrale. « L’objectif est de proposer des moyens de machine learning et d’apprentissage automatique », indique Alain Bernard, directeur de la division PME – PMI et Partenaires de Microsoft France. Le pari est logique : les données remplaceront vraisemblablement, à un terme plus ou moins court, la mise au point des algorithmes de calcul utilisés de toute éternité... ou presque. « Tout ce système « L’objectif est de proposer des moyens de machine learning et d’apprentissage automatique » Alain Bernard, directeur de la division PME – PMI et Partenaires de Microsoft France a vocation à reposer sur la plateforme Azure. Dans ce contexte, notre outil PowerBI, issu des travaux de businessintelligence, récupérera les informations. » Une initiative bien venue. En effet, le monde de l’analytique se heurte à un problème énorme : le manque de structuration des éléments, qui empêche encore le fournisseur, l’intégrateur et l’utilisateur final de disposer d’un corpus de données suffisamment cohérent. Entre les « structurées » et les autres, volontiers reléguées sous le vocable générique de « non structurées », le gouffre persiste. Seule une sorte d’harmonisation des informations permettra le décollage du marché. Le meilleur moyen d’y parvenir, estiment les spécialistes, c’est de bâtir un « référentiel hybride », multilingue, capable de comprendre et de traiter ces données. Lors de sa prise de parole en marge du colloque big data organisé par Technion France, Patrick Bensabat, président-fondateur de Business & Décision, s’est dit convaincu de cette possibilité. Selon lui, l’esperanto des données est annoncé pour demain.
STATIGEST CHOISIT qnexenta LE STOCKAGE SDS DE NEXENTA POUR SON INFRASTRUCTURE CLOUD Depuis 1977, Statigest est un éditeur de logiciel d’outils CRM et d’applications pour les forces de vente utilisés par plus de 5000 personnes. La société de 50 employés commercialise ses solutions en Europe et possède un centre de données principal et un site de repli, disposant au total de 35 serveurs (Solaris, Windows et Linux). Des défis de taille. Statigest devait accroître ses capacités de stockage, faire face à des soucis de fiabilité et diminuer ses délais de mise en production. Au sein d’un environnement hétérogène (systèmes Unix et Windows), la société avait développé un environnement lourd (NFS sur Windows Storage Server 2003, NFS sur Windows Storage Server 2008, NFS/CIFS sur les hôtes Solaris et quelques serveurs utilisant des disques locaux sur contrôleur RAID). Le système en place empêchait de lancer en exploitation plus de 16 instances simultanément. Statigest recherchait une solution pour simplifier ses processus, accéder simultanément à CIFS et NFS, accroître les capacités et les performances en bénéficiant de snapshots, et pouvant intégrer le tout au sein de l’Active Directory. La solution Nexenta. Après avoir testé différentes solutions, Statigest suit les recommandations de Transtec, son fournisseur fabricant et intégrateur et fait confiance à Nexenta, qui répond à ses besoins en termes de capacité, de performances et de prix. Elle a choisi un cluster NexentaStor HA pour le site principal avec une capacité utilisable de 16To en CIFS/NFS, reliée à un système NexentaStor de 16To sur le site de repli. Chacun des deux ensembles de stockage est constitué de 58 disques SAS de 600 Go, 2 disques de spare, 2 disques SSD ZIL en miroir de 800 Go et 2 disques SSD LOG de 400 Go. Les sites sont connectés par des FC de 60 et 30 Mb/s avec un pare-feu à chaque extrémité. Tout le stockage du site principal est entièrement répliqué sur le site distant. Les avantages offerts par Nexenta. La solution open source NexentaStor permet aux clients comme Statigest de ne pas être tributaires des coûts matériels liées aux systèmes propriétaires. NexentaStor, basé sur ZFS, offre des environnements de stockage très extensibles avec un nombre de snapshots illimité, une mise à jour des versions gratuite et une plus grande granularité pour la protection des données. Fonctionnant en cluster, NexentaStor a permis à Statigest de tirer profit d’une stabilité améliorée et d’une restauration après sinistre en moins d’une minute. NexentaStor prend en charge de nombreux protocoles, dont CIFS/SMB, NFS, iSCSI et FC, ce Publireportage Statigest voulait accroitre ses capacités de stockage et devait faire face à des soucis de fiabilité. Un autre enjeu était de diminuer ses délais de mise en production. Feeder est le distributeur Nexenta en France Plus d’informations sur Feeder.fr « Le stockage défini par logiciel de Nexenta a tout simplifié » qui permet de réaliser un ensemble de stockage hybride et d’en accroître les capacités. La combinaison de NFS avec NexentaStor permet de lancer jusqu’à 64 instances de SGBD simultanément. Statigest a ainsi pu gérer plus de clients en même temps, réduisant le temps d’exploitation de plus de 2 heures pour cette tâche. Les opérations de stockage étant réparties en 80% d’écritures et 20% Bénéfices utilisateurs.. de lectures, Statigest a pu, avec des SSD pour la mise en cache, des ZIL et LOG, fortement améliorer les performances en écritures NFS, augmentant considérablement les performances globales. Statigest est ainsi passée de 12To à 16To en quelques minutes et ses disques défaillants ou le devenant peuvent être remplacés sans aucune perte d’exploitation. Christophe Grün, responsable de l’infrastructure chez Statigest déclare : « Le stockage défini par logiciel de Nexenta a tout simplifié. Il permet non seulement l’accès simultané à CIFS et à NFS, mais accroît de façon significative les capacités et les performances. » n Leader mondial du stockage défini par logiciel, Nexenta permet d’administrer votre stockage de manière standard et transparente, provenant de différentes sources, propriétaires ou libre. Nexenta vous permet de rationaliser vos ressources de stockage et de créer des baies de disques hautement disponibles et tolérantes aux pannes. Les principaux avantages de Nexenta sont : Flexibilité : Convergence du stockage en local et dans le Cloud Rentabilité : Configuration couplée à des serveurs Dell, SuperMicro... 30% moins chers que certaines solutions concurrentes Simplicité : Adieu les problématiques de synchronisation et de sauvegarde pour l’utilisateur publireportage mars 2015 E.D.I N°46 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 1E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 2-3E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 4-5E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 6-7E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 8-9E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 10-11E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 12-13E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 14-15E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 16-17E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 18-19E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 20-21E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 22-23E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 24-25E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 26-27E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 28-29E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 30-31E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 32-33E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 34-35E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 36-37E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 38-39E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 40-41E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 42-43E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 44-45E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 46-47E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 48-49E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 50-51E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 52-53E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 54-55E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 56-57E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 58-59E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 60-61E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 62-63E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 64-65E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 66-67E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 68-69E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 70-71E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 72-73E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 74-75E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 76-77E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 78-79E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 80-81E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 82-83E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 84-85E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 86-87E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 88-89E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 90-91E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 92-93E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 94-95E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 96-97E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 98-99E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 100-101E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 102-103E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 104-105E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 106-107E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 108-109E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 110-111E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 112-113E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 114-115E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 116-117E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 118-119E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 120-121E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 122-123E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 124-125E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 126-127E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 128-129E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 130-131E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 132