E.D.I. n°46 mars 2015
E.D.I. n°46 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le stockage à l'heure du flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
62 Dossier Le stockage à l’heure du Flash Mutation SSD vs. disque dur : quels pronostics ? Rapprocher les données du processeur, fait profiter de la bande passante et de la très faible latence d’accès aux données. avec un modèle à 6 To d’abord dédié au système de vidéosurveillance. À propos du prix, il est vrai que les disques SSD n’arrivent pas encore à rivaliser avec les gros disques durs capacitifs mais ils mettent en exergue un autre indicateur que le coût du Go : la capacité à traiter un nombre élevé d’entrées/sorties par Go. Les gains du SSD sont surtout visibles sur le marché professionnel dans les serveurs et les baies de stockage. Au-delà de leur capacité qui s’approche de celles des disques durs, les SSD sont plus réactifs pour les applications métier plus critiques, touchant à la gestion intégrée ou à la gestion de la relation client par exemple. En effet, en montant les données au plus proche du processeur, on profite de la bande passante – plusieurs dizaines de milliers d’IOPS pour un SSD contre moins de deux cents pour un disque dur – et de la très faible latence d’accès aux données Pouvez-vous nous présenter OCZ et votre gamme de produits ? OCZ est un spécialiste des solutions de stockage SSD qui profite de la position et du savoir-faire de sa maison mère Toshiba sur les technologies Flash et NAND. Nous proposons ainsi une large gamme de produits désignés et conçus par nos soins pour les marchés OEM, professionnel et consumer. Nous disposons donc d’une vaste famille d’équipements dont les Z-Drive 4500 montés sur des cartes PCI aux Saber 1000 SATA (jusqu’à 960 Go par SSD) pour des applications intensives dans des environnements cloud, par exemple, en passant par les RevoDrive 350 PCI pour les workstations et les Vertex 460A SATA 3.0 SSD pour ceux qui recherchent des disques SSD performants à un prix raisonnable. E.D.I N°46 mars 2015 « Les SSD Samsung à base de NAND sont garantis durant trois à dix ans et fonctionnent 24h/24 à des taux d’écriture élevés. » Nous assistons à la multiplication des baies de stockage 100% Flash de NetAppà EMC en passant par les nouveaux pure-players. Quelle est votre analyse ? Le marché professionnel du SSD connaît une forte croissance car, effectivement, de nombreuses sociétés se sont focalisées sur ces disques pour commercialiser des baies de stockage 100% Flash. Ces dernières ont été conçues pour les performances et pour limiter l’encombrement – donc le refroidissement et les vibrations dans les data centers. L’autre raison de ce succès provient de la valeur ajoutée du logiciel qu’apportent ces acteurs pour optimiser la gestion et la hiérarchisation du stockage avec des techniques de compression, de déduplication et de cryptage. Bien d’autres techniques ont été – moins de 1 ms pour un SSD contre 5 ms pour le meilleur disque dur à 15 000 tpm. Par exemple, le géant du prêt-à-porter Kiabi, qui déployait récemment deux baies 100% Flash de marque Pure Storage, indique que la vitesse de traitement des données a quintuplé par rapport au système hérité de stockage sur disque. HP met aussi en avant les performances des disques SSD dans ses baies 100% Flash (modèle HP 3PAR StoreServ All-Flash 7450), et estime ainsi qu’elles sont dix fois supérieures à celles équipées de d'opérations disques durs par 15 000 tpm. Les baies une latence Flash ii HP dépassent ainsi les 900 000 IOPS Da (entrées/sorties d’opérations par seconde) avec une latence inférieure à 0,7 ms. Dans l’absolu, si les équipementiers accordent aux SSD une meilleure dei solution technique en sus que nos disques de leur fia durs vieillissants, des questions restent en suspens à propos de leur fiabilité. « À propos quatre questions à Tobias Brinkmann, vice-président Global Marketing OCZ Storage Solutions (filiale du groupe Toshiba) développées pour améliorer les performances et la latence des SSD dans les baies. Subsiste-t-il des limites autour du Flash en termes de capacité ou de durée de vie ? Le SSD a conquis legrand public et les professionnel par ses performances, son endurance et son prix mieux placé. Les fabricants de Flash et de contrôleurs ont œuvré ainsi, ce qui a augmenté le cycle de vie de lecture et d’écriture des Flash. Notre laboratoire de tests indépendant a mené un stress test sur nos SSD MLC (multi-level cell) dédiés au marché consummer pour lequel des données ont été écrites en continu sur le disque. Au final, les SSD auraient une durée de vie de cinquante ans en écrivant 30 Go de données/jour. Pour la capacité, de leur fiabilité, elle est perfectible si ces disques ne sont pas correctement exploités dans les baies de stockage, dans une infrastructure adaptée. Dans le cas contraire, leur durée de vie atteint facilement dix ans », relève Gabriel Ferreira chez Pure Storage. La longévité des SSD s’allonge Un avis que partage Franck Philippe, directeur de la division Stockage de Samsung Electronics France : « Les SSD Samsung à base de NAND sont garantis de trois à dix ans et fonctionnent 24h/24 à des taux d’écriture élevés. » Chez HP, on a créé une technologie (adaptive sparing) utilisée dans ses baies Flash qui maximise l’espérance de vie des SSD. Le fabricant proposera, en standard, cinq ans de garantie sur ses équipements alors que de nombreux fournisseurs facturent un supplément pour une extension. Cela dit, même en cas de panne d’un SSD, il est aisé de le remplacer dans un serveur ou dans une baie, d’autant que les fournisseurs sont de plus en plus nombreux à déployer dans leurs équipements des utilitaires ou des outils qui vérifient le taux d’usure des disques SSD et anticipent les changements selon le contrat de maintenance. « Nous renforçons notre partenariat avec Ingram Micro sur le segment de l’entreprise » il n’y a pas vraiment de limitation. Nous travaillons sur des disques de 1 To en 2,5 pouces ; quant à nos disques sur interface PCI, ils offrent déjà 3,2 To et bientôt 6,4 To pour le modèle Z-Drive 600 NVMe PCI. Quelle est votre stratégie de distribution ? Nous reconstruisons notre marque en France via des partenaires du e-commerce. De plus, nous renforçons notre partenariat avec notre grossiste Ingram Micro sur le segment de l’entreprise en général. Nous avons aussi lancé notre site web en français et comptons sur notre bureau commercial parisien que dirige HermannHoimian pour accentuer notre développement En outre, nous travaillons sur diverses actions marketing pour accroître notre visibilité.
TEra5tatïonTM 5400WR TeraStation 5400WR 4 Red pour mon RAID Nouvelles TeraStation 5400DWR et 5400RWR Solution NAS prête à l‘emploi, 4 baies, 4 disques WD Red haute fi abilité, en format desktop ou rack 1u. 4 baies, 4 disques WD Red pré-testés, livrés, installés, garantis 3 ans avec le NAS Capacité totale 4, 8, 12 ou 16 To Hot Swap, 2x Gigabit Ethernet CPU Intel Atom double cœur et 2 Go de RAM DDR3 Réplication, basculement, quotas de disques, NFS, Active Directory Garantie 3 ans. Echange HDD sous 24 h directement chez l’utilisateur. 10 licences logiciel de sauvegarde PC Novabackup Disponible chez Also, Ingram et Tech Data www.buffalo-technology.fr BUFFALO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 1E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 2-3E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 4-5E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 6-7E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 8-9E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 10-11E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 12-13E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 14-15E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 16-17E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 18-19E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 20-21E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 22-23E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 24-25E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 26-27E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 28-29E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 30-31E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 32-33E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 34-35E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 36-37E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 38-39E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 40-41E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 42-43E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 44-45E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 46-47E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 48-49E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 50-51E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 52-53E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 54-55E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 56-57E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 58-59E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 60-61E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 62-63E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 64-65E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 66-67E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 68-69E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 70-71E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 72-73E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 74-75E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 76-77E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 78-79E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 80-81E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 82-83E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 84-85E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 86-87E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 88-89E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 90-91E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 92-93E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 94-95E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 96-97E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 98-99E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 100-101E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 102-103E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 104-105E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 106-107E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 108-109E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 110-111E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 112-113E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 114-115E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 116-117E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 118-119E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 120-121E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 122-123E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 124-125E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 126-127E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 128-129E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 130-131E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 132