E.D.I. n°46 mars 2015
E.D.I. n°46 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le stockage à l'heure du flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 Dossier Le stockage à l’heure du Flash Mutation o Par Benoît Huet SSD VS. DISQUE DUR : QUELS PRONOSTICS ? Plus rapides, plus silencieux, moins énergivores, de plus en plus capacitifs et compétitifs en termes de prix, les SSD envahissent le consumer et l’entreprise. Les voici partout : portables, tablettes, baies de stockage et data centers. Est-ce la fin du disque dur ? La technologie de stockage Flash se diffuse partout dans les clés USB, tablettes, PC portables, périphériques de stockage externes, serveurs, sans oublier les baies de stockage. Tous ces équipements sont de plus en plus nombreux à intégrer des disques SSD (solid-state drive) basés sur de la technologie Flash au détriment des traditionnels disques durs. Les ventes des SSD ont d’ailleurs augmenté de façon considérable. Rien que sur le marché B toC, les SSD ont connu, selon GfK, une croissance en volume de 52,3% sur les onze premiers mois de 2014 (29,7% en valeur) alors qu’en comparaison, la progression des disques durs s’est élevée à 3,97% en volume (-12,69% en valeur). Bien sûr, il se vend encore plus de disques durs que de SSD mais la croissance en volume diminue fortement d’année en année. Quant à la valeur générée par les disques durs, elle s’écroule. Cette tendance sur le segment grand public « Oui, les SSD remplaceront définitivement, les disques durs mécaniques » Gabriel Ferreira, Systems Engineer chez Pure Storage E.D.I N°46 mars 2015 Les SSD dont la fiabilité et la capacité augmentent, se substitueront définitivement, d’ici à quelques années, aux disques durs mécaniques. s’observe aussi pour le marché B to B, même si concrètement peu de chiffres circulent. Selon Samsung, l’un des plus gros producteurs de mémoire Flash (plus de 40% de part de marché), le marché professionnel est en constante croissance et représenterait près d’un quart des ventes. Avec de telles hausses, il est fort à parier qu’à moyen terme, les SSD remplaceront les disques durs. Pour Franck Philippe, directeur de la division Stockage de Samsung Electronics France, les SSD sont en effet amenés à remplacer progressivement les disques durs même s’il tient à rappeler que ces derniers occupent encore une place majeure sur le marché global des disques de stockage. L’arrivée des 16 To de capacité est imminente Pour Gabriel Ferreira, Systems Engineer chez Pure Storage, un pure-player du stockage Flash d’entreprise, la prochaine disparition des disques durs ne souffre pas l’ombre d’un doute : « Oui, les SSD remplaceront définitivement, d’ici à quelques années, les disques durs mécaniques. Avec les SSD, nous obtenons de meilleures performances ; nous nous sommes aussi attelés à la problématique des coûts. Nous profitons d’une meilleure fiabilité, à condition aussi de bien savoir utiliser et intégrer intelligemment ces disques Flash dans les équipements. Enfin, nous bénéficions d’encombrement réduit et d’une moindre consommation d’énergie. » Tous ces avantages techniques et physiques ont forgé le succès des SSD et de la technologie Flash en général. Prenons l’exemple de la capacité. Le fabricant Sandisk avec sa gamme Optimus Max, qui s’adresse au marché des serveurs et des baies de stockage, commercialise des SSD de 4 To dans un format de 2,5 pouces et envisage même en 2015, de vendre des disques SSD de 8 To et de 16 To. De telles capacités sur des SSD étaient encore inimaginables il y a encore quelques années ! Bien sûr, en parallèle, les disques durs continuent d’évoluer. WD a, par exemple, récemment lancé les nouveaux WD Red pour NAS (network attached storage) qui offrent jusqu’à 5 To ou 6 To de capacité, ou les WD Purple
l'I7tpVa FOR THOSE WHO DO. Storwize V3700 Storage System. Solution de stockage avec fonctions avancées, simple d'utilisation et abordable, dédiée aux PME-PMI Eleploiement et gestion aisée du stockage à l'aide d'une interface graphique innovante Efficacité accrue grâce à la virtualisation du stockage interne et au thin provisioning haute performance Accès continu aux données grâce à la migration sans arrêt des applications Réplication à distance basée sur une technologie innovante permettant une meilleure utilisation du réseau Optimisation des coûts pour les charges de travail variées, performances multipliées par trois avec seulement 5 5/o de la capacité de stockage flash et l'utilisation de Easy Tier1 Répond aux exigences du NESS (Network Equipment Building System) niveau 3 et aux spécifications ETSI (European Telecommunication Standards Institute) 2015 Lenovo. Tous droits réservés. Lenove, le loge Lenovo et ThinkServer sont des marques déposées ou commerciales de Lenovo. Intel, le logo Intel, Xeon et Xeon Inside sont des marques déposées d'Intel Corporation aux États-unis et dans d'autres pays. Il est possible que d'autres noms de services, de produits ou d'entreprises soient des marques ou des marques de service de leurs détenteurs respectifs. int inside XEON



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 1E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 2-3E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 4-5E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 6-7E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 8-9E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 10-11E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 12-13E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 14-15E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 16-17E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 18-19E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 20-21E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 22-23E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 24-25E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 26-27E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 28-29E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 30-31E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 32-33E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 34-35E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 36-37E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 38-39E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 40-41E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 42-43E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 44-45E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 46-47E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 48-49E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 50-51E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 52-53E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 54-55E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 56-57E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 58-59E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 60-61E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 62-63E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 64-65E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 66-67E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 68-69E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 70-71E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 72-73E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 74-75E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 76-77E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 78-79E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 80-81E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 82-83E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 84-85E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 86-87E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 88-89E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 90-91E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 92-93E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 94-95E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 96-97E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 98-99E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 100-101E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 102-103E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 104-105E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 106-107E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 108-109E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 110-111E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 112-113E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 114-115E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 116-117E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 118-119E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 120-121E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 122-123E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 124-125E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 126-127E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 128-129E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 130-131E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 132