E.D.I. n°46 mars 2015
E.D.I. n°46 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le stockage à l'heure du flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 Mouvements Arbor Networks Sam Curry Directeur des technologies et de la sécurité Arbor Networks, spécialiste de la protection contre les attaques de type DDoS, annonce la nomination de Sam Curry au nouveau poste de directeur des technologies et de la sécurité. Pour le groupe, il conduira la stratégie d’évolution et d’innovation. Acer Angelo d’Ambrosio Directeur général France Angelo d’Ambrosio devient directeur général d’Acer France. Il remplace Daniel Trachino, qui occupait cette fonction depuis 2007 et se consacrera désormais à la gestion de la région Moyen-Orient. Angelo d’Ambrosio bénéficie d’une expertise d’une quinzaine d’années dans la vente, le marketing et les négociations commerciales, à travers ses expériences chez Kering (ex-PPR), mais aussi dans la centrale d’achat multi-enseigne PPR Purchasing (Fnac, Conforama, Surcouf) et, last but not least, lors de ses huit dernières années chez Acer. I 1 Dynatrace Ken Stillwell Chief financial officer Dynatrace nomme Ken Stillwellau poste de CFO. Vingt ans d’expérience comme directeur financier dans l’IT « ont fait de lui un atout pour Dynatrace », s’enthousiasme la compagnie. Ce responsable des opérations financières mondiales sera placé sous l’autorité de John Van Siclen, l’actuel CEO. Oracle Thomas Kurian Président Actualités Business Cela bouge chez Oracle. Thomas Kurian, jusqu’alors VP et responsable du développement, accède à la présidence du groupe. Sa mission : accélérer la mutation vers le cloud. E.D.I N°46 mars 2015 DEVELOPPEMENT i T-Systems ouvre son catalogue à la vente indirecte Après avoir traversé une zone de turbulences pendant quelques années et expérimenté plusieurs restructurations et changements de stratégie, T-Systems, filiale de Deutsche Telekom, veut désormais ajouter une corde à son arc en ouvrant son catalogue à la distribution indirecte. « Notre plan Engagement 2016 implique un recentrage sur l’infogérance et l’infrastructure, auquel s’ajoute CLOUD la mise en place d’une offre cloud à destination du data center et du poste de travail. En France, nous n’adressions que les grands groupes du SBF 120 ; nous voulons maintenant nous appuyer sur des partenaires pour adresser des entreprises à partir de mille postes », explique Jean-Paul Alibert, à la tête de T-Systems France depuis juin 2013. L’ensemble du catalogue de T-Systems est concerné, que ce soit en SaaS, en PaaS ou en IaaS. T-Systems peut ici faire valoir son expertise, non seulement dans le déploiement des offres SAP, SalesForces et Microsoft, par exemple, mais aussi à travers des solutions de communications unifiées et Intercloud de Cisco. « Nous sommes déjà le principal opérateur cloud pour la plupart de ces marques et donc très bien positionnés pour les distribuer à notre tour. » D’autant que T-Systems La norme ISO 27018 amorce sa mise en œuvre Une première dans l’industrie. Adoptée l’été dernier, la norme ISO 27018 édicte une série de principes techniques et juridiques concernant l’informatique à la demande et la tarification à l’usage. Concrètement, cette norme s’intéresse de près au traitement réservé aux données personnelles. « Les entreprises qui entreprennent cette démarche, et notamment les hébergeurs, en sont au stade des processus de certification », précise Georgie Courtois, avocat au cabinet De Gaulle Fleurance & Associés, et spécialiste du droit des nouvelles technologies. Selon lui, « cette norme a l’immense mérite Georgie Courtois, avocat au cabinet De Gaulle Fleurance & Associés Jean-Paul Alibert, CEO France de T-Systems de lever les doutes qui subsistent chez certains clients ». Sans être obligatoire, ISO 27018 est réputée utile. « Les premiers à l’adopter disposeront d’un véritable avantage commercial sur la concurrence. » Autre point constitutif de cette norme cloud, son universalité. En effet, en raison de son caractère se revendique comme un vrai fournisseur de cloud souverain, non seulement avec l’hébergement mais aussi avec l’accès et le traitement des données depuis l’Union Européenne. Trois types de partenaires revendeurs sont ciblés par la marque : les intégrateurs d’application qui travaillent déjà avec les grands éditeurs opérés par T-Systems ; les intégrateurs d’infrastructure et de sécurité ; enfin, les éditeurs qui hébergeront et distribueront en mode SaaS leurs applications via les infrastructures de T-Systems. « Grâce à notre offre All-in-SaaS, les éditeurs indépendants adresseront très rapidement leurs applications dans le monde entier, et nous les accompagnons dans le financement du passage en mode SaaS grâce à un partenariat avec Money SaaS. » Selon Jean-Paul Alibert, le chiffre d’affaires réalisé en indirect pourrait représenter 30%, sachant que les partenaires bénéficieront d’un rendement de 15% à 25% sur les ventes. international, il a fallu trouver un compromis entre plusieurs usages nationaux relatifs à la protection des données. Or, on sait que la France, depuis sa loi fondatrice Informatique et Libertés de 1978, a toujours eu une position extrêmement protectrice de la vie privée. « La norme ISO 27018 reflète en grande partie les positions européennes, constate pour s’en réjouir Georgie Courtois. De fait, le standard reprend l’esprit de la directive CE/95/46. » Reste un dernier point à éclaircir, afin d’être pleinement rassuré. L’actuelle floraison d’initiatives liées au cloud, telles que la SaaS Academy et Cloud Confidence, est-elle de nature à freiner l’impact de la norme ? Georgie Courtois ne le croit pas. Pour lui, le cloud estampillé ISO agit déjà comme un sésame propre à réguler l’économie numérique.
M.AXRemoteManagement Toutes les pièces … dont vous avez besoin pour construire le support IT pour votre business ! Construisez rapidement une offre de services fiables et performants avec MAX : Administration et Supervision de Réseaux, Serveurs, Postes de travail, appareils mobiles et gestion des services Cloud Patchs management, Antivirus et Gestion de Vulnérabilité, Contrôle d’accès et Protection Web, Sauvegarde en ligne et Reprise d’activité Multiplateformes : Windows, Linux, MacOS, iOS et Android Tarification mensuelle à l’usage, sans investissement initial et sans engagement Plus de 11 000 Fournisseurs de Services Managés ont adopté MAX. 30 JOURS ESSAI GRATUIT maxfocus.com/EDI « MAXfocus a été pour nous un déclencheur unique d’opportunités de développement auprès de nos clients existants et de nos prospects tout en réduisant drastiquement nos coûts d’exploitations. Passage idéal d’un mode revendeur au mode MSP. » ubelio 0lDISTRIBUTEUR A VALEUR AJOUTÉE 1144X'RemoteManagement TM WIl1iNER BEST CLOUD SOLUTION A SCIÎO1 GROUP NEWPORT MACH WINNER Microsoft Partner s a.1 4v:12111 : [,1 ULI Application Development 2014 ASCII GROUP AUSTIN - Frédéric Poulalion, ADENIS 01 46 05 05 22 max@aubelio.fr Devices and Deployment Midmarket Solution Provider Tous droits réservés. Tous les produits et les noms d’entreprise ci-inclus peuvent être des marques déposées de leurs propriétaires respectifs



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 1E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 2-3E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 4-5E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 6-7E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 8-9E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 10-11E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 12-13E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 14-15E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 16-17E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 18-19E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 20-21E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 22-23E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 24-25E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 26-27E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 28-29E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 30-31E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 32-33E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 34-35E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 36-37E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 38-39E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 40-41E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 42-43E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 44-45E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 46-47E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 48-49E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 50-51E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 52-53E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 54-55E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 56-57E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 58-59E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 60-61E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 62-63E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 64-65E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 66-67E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 68-69E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 70-71E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 72-73E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 74-75E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 76-77E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 78-79E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 80-81E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 82-83E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 84-85E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 86-87E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 88-89E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 90-91E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 92-93E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 94-95E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 96-97E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 98-99E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 100-101E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 102-103E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 104-105E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 106-107E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 108-109E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 110-111E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 112-113E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 114-115E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 116-117E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 118-119E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 120-121E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 122-123E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 124-125E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 126-127E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 128-129E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 130-131E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 132