E.D.I. n°46 mars 2015
E.D.I. n°46 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le stockage à l'heure du flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 Actualités Business Par Sihem Fekih, à Las Vegas IBM PartnerWorld BIG BLUE RÉSOLUMENT TOURNÉ VERS LE CLOUD Gini Rometti, présidente du groupe IBM L’IBM PartnerWorld marque – une fois encore – l’ambition du groupe de devenir une organisation tournée à 100% vers le cloud. Les 9 et 10 février dernier s’est en effet tenue la conférence annuelle à Las Vegas inaugurée par Marc Dupaquier, Vice President Channel d’IBM. Lors de son discours d’introduction pour la seconde journée d’IBM PartnerWorld, la présidente du groupe Gini Rometti a tenu à remercier l’ensemble des partenaires pour leur participation dans le projet de transformation du groupe IBM, une mutation à grande échelle. Cette année, le groupe américain veut renforcer les chantiers lancés au cours de 2014 auprès de ses partenaires dont Marc Dupaquier a salué l’arrivée de neuf cents nouveaux membres. Le VP channel d’IBM a annoncé près de cinquante r mille certifications délivrées depuis la mise en place du programme Initiative Business Training, un an plus tôt. Pour rappel, les partenaires valident, dans ce cadre, un niveau d’expertise sur un ou plusieurs E.D.I N°46 mars 2015 thèmes, à savoir la sécurité, les services, le cloud ou le mobile. Ces sujets d’expertise prennent un tout autre sens dans la nouvelle organisation des activités d’IBM dédiée au channel. En effet, Marc Dupaquier a annoncé la création de One Channel Team. One team channel, la nouvelle organisation de Big Blue La nouvelle structure organisationnel regroupe les entités channel (Software Group et Systems & Technology Group) et marketing. Elle permet aux partenaires de se transformer en pleine adhésion avec la stratégie d’IBM autour des sujets suivants : social, mobile, analytics, cloud et sécurité – le fameux Smacs. « Avec la One Channel Team, nous avons construit un écosystème de partenaires Lors de l’IBM PartnerWorld, Gini Rometti, présidente du groupe, a remercié les partenaires pour leur participation au projet de transformation d’IBM, une mutation à grande échelle. Une nouvelle organisation, une volonté d’expansion sur le marche japonais, de nouveaux profils de partenaires recherchés… voilà les conclusions de la nouvelle édition de l’IBM PartnerWorld. partnerworld en chiffres 950 Business partners dont 260 nouveaux 89 pays représentés dont 15 nouveaux 47 000 certifications délivrés 4 600 prestataires de services dont 1 700 nouveaux entrants Nouvelle présence channel dans le monde : Albanie, Algérie, Bahrain, Bolivie, Chypre, Égypte, Islande, Kirghizstan, Slovaquie, Slovenie, Uganda, Guinée, Vietnam solide et dynamique, afin de leur faciliter la mise en place d’activités commerciales plus rentables. Les partenaires qui ont entamé leur transformation à nos côtés en récoltent les fruits », déclare Marc Dupaquier. Lors de la conférence de presse, ce dernier et Tom Rosallina se sont engagés à fournir les moyens nécessaires pour aider les partenaires à collaborer entre eux, et interagir avec la nouvelle organisation le plus simplement possible. Pour améliorer la communication, chaque partenaire disposera d’un interlocuteur au sein de la division One Team Channel, et un autre sur le plan géographique. C’est en tout cas la promesse fait par le patron d’IBM Channel qui, à terme veut encourager les partenaires à contribuer à l’effort de croissance du groupe à raison de 1% à 3% par ligne d’activités commerciales. Mais on notera surtout le souhait du groupe à séduire un nouveau profil de partenaires, à savoir les développeurs, clés de la réussite commerciale de ses solutions globales. Le cloud encore et toujours à l’honneur Le groupe américain qui s’est récemment défait de ses serveurs x86 au profit de Lenovo a accentué sa volonté de développer son écosystème autour
du cloud. Avec 91% des développements logiciels réalisés pour des usages dans le nuage, IBM veut rivaliser sur le marché des plates-formes de virtualisation. Softlayer est donc mis en avant en tant qu’IaaS destinée à une large franges d’entreprises, y compris les PME, et pour être utilisé en mode privé, public ou hybride. IBM veut aussi renforcer l’attractivité de sa plate-forme de développement cloud Bluemix et inciter les éditeurs et les développeurs à lancer leur projet applicatif. Sandy Carter, directrice de la branche Cloud insiste d’ailleurs sur « l’intérêt de mettre un coup d’accélérateur sur cette plate-forme ». Pour convaincre les nouveaux partenaires, IBM propose des formations pour les accompagner dans les enjeux marketing et mettre en place des démonstrations auprès de leurs clients. Dans le même temps, les revendeurs sont amenés à se familiariser avec les nouvelles solutions développés sur Bluemix. « Nous mettons en place des smart camps, des campus avisés qui aide à former des relations de mentorat entre les partenaires aguerris sur les problématiques commerciales et les jeunes entrepreneurs et développeurs avec une réflexion aboutie sur la nouvelle technologie », developpe Sandy Carter. Elastic Storage devient Spectrum Storage pour une optimisation de l’infrastructure Exclusivité de cette édition, le portefeuille de solutions de stockage fait peau neuve. Ainsi, Elastic Storage devient Spectrum Storage. Conçue sur le système de stockage XIV utilisé dans l’univers du cloud ou des usages analytiques, Spectrum Vedette de cette nouvelle édition D’IBM Partnerworld, Watson a de beaux jours devant lui. La solution d’intelligence artificielle « Avec la One Channel Team, nous avons construit un écosystème de partenaires qui facilite la mise en place d’activités commerciales plus rentables » Marc Dupaquier, Vice President Channel d’IBM storage devrait permettre une gestion des données stockées plus rapide et plus économique. Par cette nouvelle infrastructure, IBM prévoit d’améliorer les performances des équipements informatiques de ses clients et la sécurité des données. Spectrum Storage est avant tout destinéee aux entreprises qui disposent d’un cloud hybrid. Elle est donc compatible avec les plates-formes d’orchestration tels que OpenStack ou fourni par VMWare Le groupe compte alors investir la solution d’intelligence artificielle Watson se met à apprendre le japonais fait l’actualité de cette convention avec l’annonce d’une alliance entre Big Blue et le réseau bancaire japonais SoftBank. IBM et SoftBank collaborent pour le développement linguistique de Watson afin de permettre à la solution d’interagir dans un environnement japonais. Pour y parvenir les deux groupes veulent réunir un ensemble de partenaires traditionnels mais aussi de développeurs et d’entrepreneurs. Au programme, la création d’un réseau de services et d’applications pour que Watson pénètre le marché nippon, un an après son lancement. « Le Japon présente de nombreux avantages, explique SteveGold, directeur marketing de Watson chez IBM. C’est la troisième économie mondiale et le deuxième pays producteurs de brevets après les Etats-Unis. C’est un marché progressiste, tournée vers les nouvelles générations de technologie où les investissements autour de la robotique sont près de 1 Md $ sur la gamme de solutions de stockage au cours de cinq prochaines années, notamment sur les travaux de recherche et de développement. Pour compléter Spectrum storage, IBM a lancé un logiciel visant à faciliter la migration des données vers une infrastructure cloud baptisée IBM Spectrum Accelerate. L’outil permettra aux entreprises de basculer leurs données soit dans un environnement privé avec une licence, soit vers un environnement public avec la mise en place d’un contrat de services combinée avec l’infrastructure Softlayer. significatifs. Aux États-Unis, nous avons démontré la pertinence de la recherche cognitive que représente Watson, notamment dans le monde médical. Nous voulons donc répliquer ce modèle et étendre les usages de la solution ». IBM investit près de 1 Md $ dans les activités liée à la solution Watson. Et 100 Mds $ sont destinés aux financements et à l’accompagnement des start-ups qui travaillent sur des projets d’applicatifs réalisés à partir du logiciel d’intelligence artificielle. Pour les revendeurs traditionnels, Watson se veut de plus en plus accessible à condition qu’ils puissent accompagner les clients dans une stratégie de recherche cognitive. mars 2015 E.D.I N°46 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 1E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 2-3E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 4-5E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 6-7E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 8-9E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 10-11E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 12-13E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 14-15E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 16-17E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 18-19E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 20-21E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 22-23E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 24-25E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 26-27E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 28-29E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 30-31E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 32-33E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 34-35E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 36-37E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 38-39E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 40-41E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 42-43E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 44-45E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 46-47E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 48-49E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 50-51E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 52-53E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 54-55E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 56-57E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 58-59E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 60-61E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 62-63E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 64-65E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 66-67E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 68-69E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 70-71E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 72-73E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 74-75E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 76-77E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 78-79E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 80-81E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 82-83E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 84-85E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 86-87E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 88-89E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 90-91E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 92-93E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 94-95E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 96-97E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 98-99E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 100-101E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 102-103E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 104-105E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 106-107E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 108-109E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 110-111E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 112-113E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 114-115E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 116-117E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 118-119E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 120-121E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 122-123E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 124-125E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 126-127E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 128-129E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 130-131E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 132