Direct Tennis n°4 jui/aoû/sep 2014
Direct Tennis n°4 jui/aoû/sep 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jui/aoû/sep 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bollore Media Digital

  • Format : (220 x 288) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 18,3 Mo

  • Dans ce numéro : Roger Federer a vraiment envie de continuer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
★ Bio express ★• Né le 19 avril 1999 à Neuillysur-Seine (Hauts-de-Seine)• Vit à Paris• 1,73 m – 60 kg• Gaucher, revers à deux mains• Classement français : - 2/6• Classement mondial juniors : 96 e• Club : TC Paris• Coach : Nicolas Coutelot• A commencé le tennis à 3 ans
Jeunes espoirs Christophe Saidi/FFT Corentin Moutet Un enfant de la balle À seulement 15 ans, le Parisien est le plus jeune joueur du top 100 junior. De la graine de très grand champion, à conserver à l’abri de toute pression ! Des champions précoces, la France en a connu quelques-uns. Certains sont encore des acteurs du circuit, d’autres ont sombré dans l’anonymat. Aussi convient-il de faire preuve de la plus grande prudence lorsque l’on dresse le portrait d’un jeune prodige de 15 ans. On ne peut pourtant pas passer sous silence le fait que Corentin Moutet soit le n o 1 mondial des joueurs nés en 1999. Ni qu’il soit le plus jeune tennisman à figurer dans le top 100 du classement ITF juniors. Le « petit » gaucher parisien, vous l’aurez compris, survole sa catégorie d’âge. « Corentin s’adapte au niveau de jeu de ses adversaires, qui font souvent 1,90 m pour 80 kg, alors qu’il n’est qu’un bout de chou d’un peu plus d’1,70m. Techniquement, il joue comme Marcelo Ríos et il a aussi un œil incroyable. » Celui qui fait cet éloge n’est autre que son coach personnel, Nicolas Coutelot. Car à l’âge où les autres espoirs du tennis français s’entraînent encore collectivement au sein de l’un des trois pôles France, Corentin Moutet bénéficie déjà d’une structure individualisée, mise en place par la Fédération française de tennis (voir encadré). C’est dire les espoirs que l’on fonde sur lui. Malgré cette attention particulière, ses parents gardent la tête froide. « Corentin est avant tout un amoureux du tennis. Il est confronté très tôt à une vie d’adulte mais, quoi qu’il arrive, il aura gagné en maturité et en expérience », philosophe sa maman Alexandra, pour qui il n’a pas été facile de le laisser partir si jeune de la maison. De la France au Costa Rica, du Monténégro au Venezuela, Corentin Moutet a parcouru le monde ces dix derniers mois, en compagnie de Nicolas Coutelot. De tous ces périples, plus ou moins lointains, il a ramené un titre de champion de France, deux titres de Malgré cette champion d’Europe – individuel et par équipes attention particulière, – et une victoire au ses parents gardent tournoi juniors de la tête froide. Florianópolis (Brésil), où le trophée lui a été remis par Gustavo Kuerten – le triple champion de Roland-Garros – en personne. Roland-Garros, justement, Corentin y a fait ses premiers pas le 2 juin dernier. Bénéficiant d’une wild card dans le tournoi juniors, il s’y est fait éliminer dès le 1er tour par le redoutable Coréen Duck Hee Lee, classé 10 e mondial à l’ITF. « On apprend peu par la victoire, mais beaucoup par l’échec », dit un proverbe asiatique. Il y a donc fort à parier que le jeune et talentueux Français saura tirer les enseignements de cette première incursion chez les grands. Duo gagnant Nicolas Coutelot, le grand frère En 2012, la Fédération a proposé à Nicolas Coutelot (à gauche sur la photo), joueur du top 100 dans les années 2000, un poste d’entraîneur au Pôle France de Boulouris (Var). C’est là qu’il a fait la connaissance de Corentin. Leurs débuts ont été chaotiques. « Quand il remontait le week-end à Paris dans sa famille, il racontait que je le détestais », s’amuse le coach. Il y a dix mois, c’est pourtant vers lui que Corentin s’est tourné, après que la Fédération a accepté qu’il dispose d’une structure personnalisée. « On a tout à fait compris son choix », explique Éric Winogradsky, responsable du haut niveau masculin à la FFT. « En plus de Nicolas, qui est devenu son propre entraîneur, il bénéficie de bourses ainsi que de notre suivi médical et physique. » Depuis l’été dernier, le maître et l’élève ont enchaîné les voyages, les succès, mais aussi les moments plus difficiles. « Il est impatient, il faut le cadrer. Ça reste un ado qu’il faut façonner », conclut Nicolas Coutelot, plus protecteur que jamais avec son « petit frère » de tennis. DR Direct Tennis 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :