Direct Tennis n°3 mai/jun 2014
Direct Tennis n°3 mai/jun 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de mai/jun 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bollore Media Digital

  • Format : (221 x 288) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 27,4 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Jo-Wilfried Tsonga, la force sereine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Rencontre Jo-Wilfried TSONGA La force sereine Demi-finaliste l’an dernier à Roland-Garros, Jo-Wilfried Tsonga, rêve d’apporter cette année à la France une victoire en Coupe Davis. Entretien avec un vrai battant. Ng Han Guan/AP/SIPA Direct Tennis : Roland-Garros débute dans quelques jours. Quel est votre souvenir le plus marquant de l’édition 2013 : votre magnifique victoire sur Roger Federer, en quart de finale, ou votre échec face à l’Espagnol David Ferrer, en demi-finale ? Jo-Wilfried Tsonga : Même si j’hésite, je dirais que c’est ma défaite contre David Ferrer. Cet échec ne me reste pas en travers de la gorge parce que, honnêtement, il était meilleur que moi. Mais c’était un moment diffi cile à vivre parce que tout le monde pensait que j’allais gagner. J’ai bien senti que l’excitation du public montait dans les heures qui précédaient la rencontre, et mon erreur a justement été d’essayer d’y répondre. C’est pour cela que je ne suis pas parvenu à faire tourner ce match en ma faveur. Avec du recul, je me dis que j’aurais juste dû avoir une force sereine. Toute la France vous attendait pour cette demi-finale et pourtant vous avez fait une entrée sur le court Philippe-Chatrier plutôt discrète. Les spectateurs avaient en effet quitté les gradins après la rencontre marathon entre Nadal et Djokovic. Cela vous a-t-il blessé ou perturbé ? C’est vrai que j’ai eu un sentiment bizarre. J’étais tout excité à l’idée de rentrer sur le court, et finalement il ne s’est rien passé… Le central était aux trois quarts vide. En fait, je ne me rappelle plus très bien ce que j’ai ressenti, car j’ai rapidement essayé d’effacer cet épisode de ma mémoire. C’est d’ailleurs ce qui est assez fou dans le tennis. À l’inverse du foot, où l’on joue des Coupes du Monde tous les quatre ans, nous, on en dispute quatre par an grâce aux tournois du Grand Chelem, voire cinq avec la Coupe Davis ! Les opportunités de gagner un titre majeur sont certes plus nombreuses que dans le football, mais elles ne sont pas non plus légion. Depuis 2008 et votre finale à l’Open d’Australie, vous (suite page 16 14 Direct Tennis
Rencontre Renoncer à l’US Open pour me préparer pour la Coupe Davis ? Je suis capable de le faire. Amandine Noel/Icon Sport Direct Tennis 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :