Direct Soir n°876 21 déc 2010
Direct Soir n°876 21 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°876 de 21 déc 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Christina Aguilera premier clap

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
CINÉMA COMÉDIE THRILLER Benoît Poelvoorde et Isabelle Carré. UN CŒUR EN CHOCOLAT Jean-René (Benoît Poelvoorde), baucher. Pour compliquer les choses, patron d’une fabrique de chocolat ils vont tomber amoureux. Entre intermèdes musicaux, péripéties et rendez- sur le point de mettre la clef sous la porte, abat sa dernière carte en vous manqués, Les émotifs anonymes recrutant une commerciale (Isabelle Carré). Mais il faut croire que les vraiment trancher. Restent deux ac- surfent entre plusieurs gen res, sans êtres fragiles s’attirent, car en fait de teurs qui prennent visiblement du plaisir à jouer cette histoire très fleur bleue.commerciale, c’est son alter ego féminin – une hyperémotive que le contact Les émotifs anonymes, humain effraie – que l’artisan va em- de Jean-Pierre Améris. Direct Soir n o 876•Mardi 21 décembre 2010 10 LA VÉRITÉ À L’AVEUGLETTE Voir ou ne pas voir, telle la question pour Julia. Alors qu’elle essaie d’élucider les circonstances réelles de la mort brutale de sa UNIVERSAL PICTURES sœur Sara, Julia, touchée par une maladie dégénérative, plonge petit à petit dans l’obscurité. De Seule dans la nuit en 1967 avec Audrey Hepburn à Blink en 1994 avec Madeleine Stowe, la cécité a toujours été un thème aussi paradoxal que passionnant pour le cinéma. Et encore plus pour le thriller, comme le prouvent Les yeux de Julia produit par Guillermo del Toro. Connu pour ses réalisations (Hellboy, Le labyrinthe de Pan), il a aussi été le producteur du film fantastique L’orphelinat, l’un des plus gros succès espagnols de tous les temps. Les yeux de Julia marquent ses retrouvailles avec l’actrice Belen Rueda qui, une fois de plus, porte le film sur ses épaules. Est-elle victime de sa folie, de fantômes ou d’un serial killer ? Si la réponse apportée par le metteur en scène Guillem Morales n’est pas très originale, il sait ménager son suspense jusqu’au bout, grâce à quelques fulgurances formelles et aux hommages, volontaires ou pas, qu’il rend aux maîtres du genre : Alfred Hitchcock, Dario Argento... Les yeux de Julia, de Guillem Morales. Julia (Belen Rueda). EN SALLES DEMAIN
1 HEURE D'ÉCOUTE 38 HEURES D'tCOUTE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :