Direct Soir n°873 16 déc 2010
Direct Soir n°873 16 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°873 de 16 déc 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : « Qui veut épouser mon fils ? » affaires de famille

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
EN COUVERTURE tamment un cliffhanger (une fin ouverte maintenant le suspense) à chaque épisode et une voix off à la façon de Desperate Housewives qui commente les situations dans lesquelles se retrouvent les différents protagonistes. Mais à l’inverse de la série américaine, cette émission est beaucoup moins subtile et inventive. Cela donne quelques savoureux passages comme : « Il est parfois difficile de dire la vérité à celui qui compte le plus dans sa vie, parce que la vérité pour l’un est bien souvent une révélation pour l’autre, et nul ne le sait mieux que personne, une révélation peut BEST OF DE LA SAISON 6 créer des dommages irréparables, surtout à celui qui ne s’y est pas préparé. » Ou encore : « Une révélation peut être une lame tranchante capable de couper à jamais ce que l’on a mis une vie à construire. » A écouter aussi attentivement que les répliques des candidats. LES PLUS BELLES PERLES EN DUO Chantal, pas d’accord avec le comportement de son fils : « J’espère qu’elles t’ont traité de lampadaire. » Alban, face caméra : « Si je devais céder à mes pulsions, ça irait quand même plus vite. » En parlant de Sonia : « Moi le côté glaçon, je ne peux pas. A un moment donné, il faut passer à l’acte. » Marie-France, à propos d’Alysson : « Elle a quand même un petit cheveu sur la langue mais on peut faire des cours de diction. » A propos de Karyn : « Elle n’a pas de punch, elle n’a pas d’éclat, elle n’a pas de fantaisie. Et le peu qu’elle a, c’est refait ! » A propos de ce que cherche Giuseppe : « Le mot d’ordre, c’est : sois belle et tais-toi. » Giuseppe à Audrey, lors de leur dispute « Je suis gentleman avec les filles qui le méritent. » A Samira : « T’as tous les critères que je recherche, t’as de belles dents. » Direct Soir n o 873•Jeudi 16 décembre 2010 Un programme sulfureux La production connaît le côté voyeuriste des téléspectateurs. La mise en scène joue donc toujours sur le côté sulfureux et dévoile mais sans montrer. Alexandre va-t-il succomber à Charlotte qui le rejoint dans la douche ? Giuseppe et Clara couchent dans le même lit en petite tenue, mais vont-ils plus loin ? Des questions qui restent sans réponse. En revanche, les candidats ne cachent pas que cela fait partie intégrante de ce qu’ils cherchent. Ainsi Alban, déçu de devoir passer ses nuits seul à Essaouira, élimine ses prétendantes avant de les qualifier ouvertement de « lampadaires avec lesquels il s’est ennuyé ». Un buzz permanent Pas besoin de les pousser beaucoup. Les candidats ont très bien compris comment fonctionne la télé-réalité et Corinne, face caméra et en présence de son fils : « Moi aussi j’aurais pu être une des prétendantes. » Florent, sur les candidates : « Faudrait que je les essaie toutes et voir laquelle sera la bonne. » En parlant de ce qu’il cherche : « Je me sens prêt à affronter la vie de couple, à me caler, avoir mon petit appartement, mon train-train, je rentre du travail, je vois ma petite femme, les repas… » ce qu’ils peuvent en retirer. Giuseppe monnaye ses scoops (il est en couple et bientôt papa, mais pas grâce à l’émission…), Alban utilise l’émission pour promouvoir son single, Over Yo, Benjamin espère gagner des contrats de stylisme à la télévision et les prétendants n’hésitent pas à s’étaler dans la presse sur la manipulation dont ils ont été victimes à cause du montage. Résultat : on ne parle que de l’émission, des derniers rebondissements et des révélations. Qui veut épouser mon fils ?, demain soir, à 23h15, sur TF1. Aline, à propos de Charlotte : « Elle est habituée à se mettre sur les genoux des autres, à s’exhiber, à s’amuser, elle aime ça. Elle est où ta femme là-dedans ? » Alexandre, à propos de sa décision finale : « C’est des choix qui peuvent changer ma vie. Ça peut changer ma destinée. » Odile à son fils, lorsque ce dernier lui explique que ce n’est pas à lui de bouleverser sa vie pour être avec Régis : « T’es vraiment une petite princesse. » A son fils toujours, après une soirée où elle l’a vu embrasser plusieurs personnes : « Tu roules pas une pelle comme ça à quelqu’un qui passe dans la rue quand même ? » Benjamin à Milan, en plein rendez-vous : « Faut que tu te livres un maximum parce qu’on n’a pas le temps. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :