Direct Soir n°873 16 déc 2010
Direct Soir n°873 16 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°873 de 16 déc 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : « Qui veut épouser mon fils ? » affaires de famille

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
LIRE,ÉCOUTER,VOIR EXPOSITION New York, Miami, Venise, Jérusalem : c’est au cœur des villes que Arié Garçon puise son inspiration. Le jeune homme de 21 ans expose déjà depuis trois ans et a même fait l’objet d’une vente aux enchères chez Artcurial en 2009. Inspiré par le travail du Brésilien Romero Britto, il réalise des œuvres très pop, dans lesquelles la couleur joue un rôle prépondérant. Grâce à un procédé de solarisation original, ses toiles sont de véritables feux d’artifices. Arié Garçon n’a pas peur de la couleur. Sa palette est Direct Soir n o 873•Jeudi 16 décembre 2010 10 PLEINS FEUX SUR LES VILLES L’avenue Charles-Floquet, à Paris, met à l’honneur Arié Garçon, un jeune photographe au style très sûr, marqué par l’univers citadin. Un résultat acidulé aux messages simples, mais touchant. vaste et ses partis pris, sans concession. Aux frontières de la photographie et du design informatique, son travail sublime l’architecture urbaine et l’activité qui règne dans les villes, contrastant avec ses messages de paix et d’amour. Il présente ses œuvres dans un hôtel particulier du 7 e arrondissement de Paris, aux côtés du sculpteur Alain Salomon, du photographe Patrick Le Hec’h et du peintre P-DRAM. Exposition jusqu’au 18 décembre, de 15h à 20h, 11 bis, avenue Charles- Floquet, Paris 7e. I’ll be missing you, collection Hommage aux Beatles, d’Arié Garçon. L’ART,C’EST DE LA BOMBE ! Au premier regard, on prendrait le travail d’Alex pour de la photographie. Il faut approcher de près ses portraits d’enfants en noir et blanc, pour s’apercevoir qu’il n’utilise que de la peinture. Les fonds sont à la bombe, les traits à l’acrylique et le résultat impressionnant. À la galerie Addict, ses œuvres hyperréalistes côtoient celles d’une dizaine d’autres street-artists français et étrangers. Parmi eux, John Matos, alias Crash, est un des pionniers du post-graffiti. « Frère d’art » de Basquiat, le New-Yorkais fait partie des premiers graffeurs à avoir abandonné les murs de la ville pour ceux des galeries et ce, dès 1978. Ses toiles très travaillées mixent lettrages et visages. Une esthétique qui n’est pas sans rappeler l’univers des comics. L’influence de la bande dessinée et du manga est particulièrement évidente chez Lady Aiko. Cette artiste, née au Japon, met en scène des jeunes filles (faussement) naïves dans des décors très kitsch. Et puis, il y a les toiles de Mambo, concepteur visuel de l’émission Groland, sur Canal+, depuis presque dix ans. Cet autodidacte critique avec humour la société consumériste, tout en s’inspirant de l’esthétique des toiles de Dubuffet. ADDICT GALERIE L’art urbain 2, jusqu’au 18 janvier, Addict Galerie, 14-16, rue de Thorigny, Paris 3 e (0148870504 ou www.addictgalerie.com). L’instant, d’Alex, bombe aérosol et acrylique. Love, de Lady Aiko, technique mixte sur toile.
ALBUM ÉCLIPSE DE LUNE Tamara Kaboutchek confirme son talent. Son premier album, « Full Moon Doll », distille une folk suave et discrète. Full Moon Doll, premier album de Tamara Kaboutchek. Il est des voix qui, dès les premiers instants, marquent les esprits. Tamara Kaboutchek, jeune artiste folk française signée chez EMI, peut prétendre à cette catégorie. Repérée par Pierre Emery, d’Ultra Orange (groupe qui a notamment signé un album avec Emmanuelle Seigner), qui lui a mis le pied DVD XXXXX ESPRIT CRIMINEL CONTRE MENTALISTE Les séries psycho-policières n’en finissent plus de séduire. Dans la deuxième saison de Mentalist, carton de cette année sur TF1, Patrick Jane continue sa traque du psychopathe John le Rouge. Mentalist, saison 2, de David Nutter et Bruno Heller, Warner Home Video. WARNER HOME VIDÉO SND SÉLECTION à l’étrier, la jeune femme n’a pas attendu de faire les premières parties de Raphael pour bourlinguer. Après des débuts dans une formation musicale affichant un mariage de rock, blues et funk, les LMC-9miles, elle s’exile sur une île grecque en mer Ionienne. A l’écoute de Full Moon Doll, son premier album, on ressent cette douceur de vivre qu’elle a sans doute goûtée là-bas. Folk soyeux sur Follow The Crow et Glass Of Wine, pop soul enjouée sur Some Crazy Things et ballade délicate sur My Own Galaxy mettent en relief une voix qui se déploie précautionneusement et qui n’est pas sans rappeler celles de Cat Power, Feist ou, si l’on va chercher plus loin, Kate Bush. Discrets, les instruments – le plus souvent guitare sèche, violons et batterie – ne se manifestent que pour souligner la jolie présence de Tamara. Full Moon Doll, Tamara Kaboutchek, EMI. DE LA RÉBELLION DANS L’AIR Quand un prometteur immobilier devient la cible d’animaux des bois, cela se transforme en une comédie familiale sympathique, parfaite pour distraire les enfants et transmettre le minimum de conscience écologique. La forêt contre-attaque, de Roger Kumble, M6 Vidéo.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :