Direct Soir n°837 22 oct 2010
Direct Soir n°837 22 oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°837 de 22 oct 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : Les Bleus, Blanc, le Real, Mourinho exclusif : Zidane au révélateur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
L’ITW CASH PAR ALEXANDRE DELPÉRIER JOURNALISTE SUR À 42 ans, Alexandre Delpérier est le Monsieur Sport de Direct 8. Journaliste tout-terrain et multimédia, il est réputé pour son franc-parler et ses entretiens sans concession. Désormais, vous retrouverez son interview cash chaque vendredi dans les colonnes de Direct Sport. TANT QU’ON N’ACCEPTERA PAS L’ARGENT DU QATAR OU DE LA RUSSIE, COMME LES ANGLAIS LE FONT, ON N’A AUCUNE CHANCE DE REMPORTER LA LIGUE DES CHAMPIONS ! CHRISTOPHE DUGARRY RETROUVEZ LE BLOG D’ALEXANDRE DELPÉRIER SUR DIRECT8.FR Direct Soir n°837• Vendredi 22 octobre 2010 08 CHRISTOPHE DUGARRY « JE VOIS BIEN ZIZOU DEVENIR DIRECTEUR SPORTIF DU REAL » Selon vous, pourquoi êtes-vous le consultant préféré des Français ? Tout ça est subjectif. Je ne sais pas ce que ça veut dire d’être bon consultant ou pas. En quoi Blanc est-il différent de Domenech ? En tout ! Par sa légitimité. Mais aussi par sa compétence, son intelligence et son humilité. Les grands entraîneurs font-ils de grandes équipes ? Sans grand entraîneur, tu es sûr d’en avoir une mauvaise ! En même temps, avec Domenech, qui est mauvais, on a failli être champions du monde en 2006 ! Avant la dernière Coupe du monde, pensiez-vous les Bleus capables d’un exploit ? Bien sûr ! Il y avait du potentiel. Les grandes équipes ont toujours des moments de grâce… même si je n’aurais pas mis 10 euros sur cette équipe ! Que pensez-vous de la sortie de Raymond Domenech ? Il a fait du Domenech du début à la fin. Mais il a raison de réclamer l’argent qui lui est dû. En revanche, ceux qui l’ont maintenu après l’Euro doivent partir et ne rien toucher. En attaque, êtes-vous plutôt pro-Benzema, Hoarau, Cissé, Gameiro ou Gignac ? Benzema est le plus complet, mais tous ces garçons au top de leur forme ont les qualités suffisantes pour réussir en bleu. Et plutôt Gourcuff ou Nasri ? J’adore le Gourcuff que je voyais à Bordeaux et le Nasri d’aujourd’hui à Arsenal. Mais je ne suis pas pour l’empilage. Je verrais plutôt l’un ou l’autre. JB AUTISSIER/PANORAMIC Que peut-on espérer pour les Bleus ? Qu’ils se qualifient pour l’Euro. Mais le vrai objectif, c’est la Coupe du monde dans quatre ans. Une finale, ce serait top ! Zizou veut se rapprocher du terrain, qu’en pensez-vous ? Ce n’est pas lui qui a dit ça, c’est Mourinho qui le lui a demandé. Zizou n’y pensait absolument pas. Mourinho aimerait l’avoir 24 heures sur 24, mais je le vois bien devenir directeur sportif. Et pour vous, le terrain, c’est terminé ? Oui, sauf si c’est Zizou qui me dit : on reprend un club. Je ne le ferai qu’avec lui. Et si Blanc vous appelle ? Il n’a pas besoin de moi, il a des gens plus compétents pour l’aider. Avec Zizou, c’est différent : on est potes depuis l’âge de 14 ans. Consultant pour Canal+, Christophe Dugarry a achevé sa carrière en 2004. L’OM conservera-t-il son titre ? Oui, mais Lyon ne sera pas loin. Tout dépend en fait de l’axe Lloris-Cris-Toulalan-Gourcuff-Lisandro ! Que pensez-vous de Puel ? Je ne peux pas croire qu’il est mauvais. Mais depuis qu’il est là, c’est vrai que le jeu est moins plaisant. Il a une vision du foot difficile à faire passer. Un club français remporterat-il un jour, à nouveau, la Ligue des champions ? Non ! Tant qu’on n’acceptera pas l’argent du Qatar ou de la Russie, comme les Anglais le font, on n’a aucune chance. Enfin, que vaut Bordeaux aujourd’hui ? Dans le meilleur des cas, ils seront 5 e et dans le pire 10e. C’est une équipe en reconstruction.•
TÊTE D’AFFICHE L es dreadlocks n’ont pas changé. Le sourire enjoué non plus. Seuls le jeu et l’homme ont mûri. On avait un peu oublié Mickaël Gelabale ces dernières années. La faute à un exil en NBA, d’abord, où l’ailier international n’a jamais vraiment réussi à s’imposer aux Seattle SuperSonics puis aux Lakers, malgré quelques promesses, avant d’être fauché en plein vol par une blessure. Une rupture des ligaments croisés du genou droit qui va bouleverser sa trajectoire sur tous les plans. « J’en suis revenu plus mature, j’ai grandi en tant qu’homme. » Gelabale passe un an sans jouer et huit mois de plus avant de retrouver le haut niveau. Fin 2009, en cours de saison, l’ancien du Real Madrid signe à Cholet, son club formateur. Une terre de basket loin des spotlights. Au fil 09 MICKAËL GELABALE LA MISE AU VERT Stoppé dans sa carrière NBA par une grave blessure, l’ailier international a retrouvé le sourire en France. Champion 2010 avec Cholet, Gelabale a filé à l’Asvel. Un défi à la hauteur de son talent. TEXTE > ALEXANDRE HERBINET PHOTO > ALAIN MOUNIC/PRESSESPORTS des semaines, Mickaël retrouve son jeu et le club des Mauges se forge un solide collectif, récompensé par un trophée de champion de France 2010, et le titre de MVP (meilleur joueur) de la finale pour Gelabale. « J’ai galéré pendant deux ans, c’est formidable ce qui se passe », savoure alors le médaillé de bronze européen 2005 avec les Bleus. « Je me suis posé plein de questions, mais Cholet m’a fait retrouver la joie de jouer au basket. » GRÂCE À UN CERTAIN « TP » Dans la foulée, le Guadeloupéen reprend le fil de son aventure en équipe de France, dont il termine deuxième meilleur marqueur au Mondial. « Après quatre ans, ça fait plaisir de retrouver les Bleus, de côtoyer de nouveaux joueurs. J’essaie d’apporter mon expérience. » Un rôle qu’il Ce soir 20h30 BASKET•PRO A LIMOGES PAU Match commenté par : David Cozette et Jacques Monclar doit aussi assumer dans son nouveau club, l’Asvel, avec lequel il a signé l’été dernier. Un choix de l’ambition facilité par ses liens avec un certain Tony Parker, vice-président de l’Asvel, croisé en équipe de France et en NBA. Séduit, Vincent Collet, son coach en bleu comme à Villeurbanne, en fait même son capitaine. Ce dernier ne tarit d’ailleurs pas d’éloges sur celui qu’on a longtemps accusé de traîner une attitude nonchalante : « C’est un joueur qui n’abîme pas le jeu, ce n’est pas un croqueur. » Un hommage à la hauteur de l’évolution d’un joueur de 27 ans devenu leader, sans donner de la voix. « Je montre la voie à suivre, mais je ne suis pas celui qui va gueuler. Ce n’est pas dans mon tempérament. » Déjà bien intégré au groupe, il devra peutêtre forcer un peu sa nature après le LE BASKET SUR SPORT+ PRO A : Chalon/Roanne Demain à 20h30 Disponible sur le câble, l’ADSL et LA CHAÎNE DE TOUS LES SPORTS mauvais début de saison (élimination en Euroligue, deux défaites en deux journées et 15 e sur 16 en championnat) d’un Asvel qui semble répéter les erreurs de la saison dernière. FINIR DANS LE TOP 3 Mais Gelabale n’abdique pas. « Ce n’est pas facile, parce qu’on ne joue pas de la même manière qu’à l’entraînement. Il faut être agressifs sinon les adversaires nous rentrent dedans. Il faut rester groupés et solides. » Afin de pouvoir viser les sommets. « Mon objectif, c’est le titre. Il y a du potentiel dans cette équipe, on peut faire quelque chose. L’ambition est de revenir dans le top 3. Mais il n’y a pas de pression particulière. » Elle pourrait tout de même monter d’un cran en cas de nouvelle défaite, ce samedi, à Hyères-Toulon.•



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :