Direct Soir n°837 22 oct 2010
Direct Soir n°837 22 oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°837 de 22 oct 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : Les Bleus, Blanc, le Real, Mourinho exclusif : Zidane au révélateur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
RESPECT LIVRE NOUVEAUTÉ 2010 : LE LIVRE TOUS ARBITRES La Poste et les éditions Chronique ont souhaité éditer un ouvrage de référence sur l’arbitrage, richement illustré. Il ne se veut ni polémique, ni complaisant. Il entend simplement apporter un éclairage didactique et humain sur la fonction d’arbitre, sa complexité, son histoire et les enjeux qui en sous-tendent l’exercice. UN LIVRE DE RÉFÉRENCE• Une contribution exceptionnelle de Michel Serres (philosophe, académicien et professeur à Stanford) sous le titre : « Les arbitres ne font pas d’erreur » : « La rencontre sportive : un spectacle dont le déroulement n’est possible que par la maîtrise de la violence, maîtrise partagée par les joueurs et les spectateurs. Cette vertu, hautement humaine, est de droit : elle passe par l’arbitre et par l’arbitre seul. Et c’est une autre et immense vertu que de respecter cet isolement, cette intense solitude. » • Toute l’histoire de l’arbitrage• Une vision de l’arbitrage aujourd’hui, à travers de très nombreux témoignages illustrant les problématiques auxquelles sont confrontés les arbitres (pressions, incivilités, violences, évolution des règles, médias, politiques…). « Ce livre se veut simple, conclut Jean-Paul Bailly, P-DG du groupe La Poste, accessible et pédagogique, et permet de mieux apprécier les enjeux portés par l’arbitrage ! » Disponible en librairie à partir du 12 novembre (21 euros). Direct Soir n°837• Vendredi 22 octobre 2010 16 RAPHAËL IBAÑEZ LES ARBITRES MÉRITENT LE RESPECT ! Pour l’ancien capitaine du XV de France, le corps arbitral doit en priorité privilégier l’écoute et l’échange avec les joueurs tout en restant ferme sur ses décisions. Question de psychologie et de feeling ! PROPOS RECUEILLIS PAR > LIONEL VELLA PHOTO > DR Que vous inspirent ces journées de l’arbitrage ? C’est une excellente initiative. Aujourd’hui, les arbitres méritent le respect et une certaine forme de reconnaissance. Ces journées permettent aussi de montrer tout l’engagement dont font preuve tous ces gens chaque week-end, sur tous les terrains de France. Quelle qualité doit avoir un arbitre ? Il doit être persévérant, parce que l’arbitre est trop souvent l’objet de critiques. Il doit donc avoir confiance en lui. Je pense aussi qu’il doit privilégier l’écoute et l’échange. La communication est très importante. C’est un élément essentiel pour être un bon arbitre, même si on attend de lui qu’il soit ferme dans ses décisions. Est-ce une profession difficile ? C’est plus facile qu’il y a quinze ou vingt ans, parce que les arbitres tendent, à travers ces journées de l’arbitrage, à être de plus en plus reconnus. Ils font partie intégrante du quotidien des sportifs. Ces derniers prennent le temps de réfléchir sur le type d’arbitrage, sur la compréhension des règles… Cela devient une partie incontournable d’une stratégie parfois collective d’une équipe. L’arbitre n’est plus isolé. Et puis on a envie, aujourd’hui, de voir des arbitres souriants, engagés et résolus à faire respecter les règles. Dans le rugby, on sent que l’arbitre est respecté par les joueurs, ce qui est loin d’être le cas dans le football. Comment l’expliquez-vous ? C’est une question d’éducation. Le respect de l’arbitre doit être un élément de base dans la formation des jeunes joueurs. Cela doit être inscrit dans la réflexion de tout éducateur. On respecte les règles, pourquoi ne pas en faire autant vis-à-vis de l’arbitre ? C’est sur ce type de raisonnement qu’il faut avancer. Je pense qu’il y a aussi un réel effort des arbitres de rugby pour essayer de comprendre le fonctionnement des joueurs. On sent une véritable relation entre le corps arbitral et les joueurs. L’arbitre de rugby a compris qu’il n’était pas nécessaire d’ins- taller une distance entre lui et les acteurs du jeu. Il se sent plus complice. C’est une évolution positive dans la psychologie de l’arbitre. Et dans le rugby amateur ? C’est plus délicat. Il est moins exposé médiatiquement. Il est donc encore au centre des débats. C’est vrai qu’il y a toujours des comportements difficiles à accepter. Mais d’une façon générale, je constate qu’il y a une évolution positive des joueurs par rapport à l’arbitre. Au fait, avez-vous déjà arbitré un match de rugby ? Cela m’est arrivé auprès de jeunes joueurs lors d’un tournoi amical. J’avais trouvé l’exercice compliqué. Pour moi, c’est une affaire de spécialiste. Mais j’ai remarqué aussi que lorsque l’arbitre prend la peine d’expliquer ses décisions, en quelques mots, quelques phrases très précises, une vraie relation d’échange s’installe. J’ai pu le constater lorsque j’ai évolué en Angleterre, aux Saracens et aux London Wasps. J’ai encore en mémoire la méthode employée par les arbitres britanniques pour dédramatiser l’enjeu, pour rendre les débats plus clairs, en n’hésitant pas à interpeller les joueurs par leur prénom. En France, pour certains, on est encore dans le vouvoiement ! •
Journées de l’arbitrage Du 22 au 30 octobre 2010 Avec Raphaël Ibanez, Youri Djorkaeff, Yannick Souvré et Olivier Girault, soutenons l’arbitrage sur plus de 2 000 matches professionnels et amateurs. www.tousarbitres.fr La Poste RCS 536 000 000 Paris - Photo : Rémy Cortin - Réalisation : VUDUTOIT.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :