Direct Soir n°79 19 déc 2006
Direct Soir n°79 19 déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°79 de 19 déc 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Angela Merkel, elle va présider l'Europe

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mardi 19 décembre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF Rachid Ramda condamné v La cour d’appel de Paris a condamné hier, en appel, l’islamiste algérien Rachid Ramda à 10 ans d’emprisonnement et d’interdiction définitive du territoire français, pour sa participation à une association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. La cour lui reproche l’organisation et le financement de la vague d’attentats de 1995 dans le métro et le RER parisiens qui avait fait huit morts et 200 blessés. Protection des journalistes dans les zones de conflit v Protéger les journalistes dans les zones de conflit : c’est l’objet de la conférence de presse organisée ce matin par Reporters sans frontières et le ministère des Affaires étrangères, suite au projet de résolution présenté par le Conseil de sécurité des Nations unies. L’appel à la mobilisation a réuni de nombreux professionnels, comme Florence Aubenas ou encore Patrick Poivre d’Arvor. Depuis le début de la guerre en Irak, près de 130 journalistes ont été tués. SDF : Emmaüs réclame une action « en amont » v Le président d’Emmaüs France, Martin Hirsch, a estimé ce matin que l’objectif affiché par Nicolas Sarkozy d’offrir un logement à tous les SDF dans un délai de deux ans resterait illusoire si l’on ne s’attaquait pas « en amont » au phénomène des travailleurs pauvres. Sarkozy rend hommage à Chirac v Le président de l’UMP, qui était en déplacement hier dans les Ardennes, a salué dans un discours l’action du président de la République. « Grâce au quinquennat de Jacques Chirac, nous avons cessé de capituler face à la délinquance, à l’immigration non maîtrisée et à l’endettement public », a-t-il affirmé. POLITIQUE/Un sondage reflète le « scepticisme » des jeunes Pour séduire les jeunes en vue de l’échéance présidentielle de 2007, les politiques vont devoir faire des efforts. Selon un sondage réalisé par Ipsos pour Graines de citoyens, l’association pour promouvoir la lecture de la presse quotidienne auprès des jeunes,79% des 18-25 ans ont « une piètre image des hommes politiques et considèrent qu’ils ne sont pas à l’image de la société actuelle ». Pire, 87% d’entre eux « estiment qu’ils sont sourds à leurs préoccupations ».Si les jeunes boudent les élus,il n’en va pas de même pour la politique en elle-même. La majorité s’y intéresse et presque tous déclarent être certains d’aller voter en avril prochain. Le nombre d’inscrits ne sera publié qu’en mars 2007 mais, dans toutes les municipalités, le constat est le même : de plus en plus de jeunes font les démarches pour s’inscrire ou vérifient qu’ils figurent sur les listes. Un processus facilité depuis la loi du 10 novembre 1997, qui oblige les mairies à inscrire d’office les jeunes à leur majorité. Pour Albert du Roy, vice-président de l’association Graines de citoyens, cet élan démocratique de la jeune génération s’explique par le fait qu’elle « a pris conscience que les mesures politiques la concernent. » La campagne médiatique liée à ce thème n’y est sans doute pas étrangère. Paradoxalement, la moitié des jeunes est convaincue que le résultat du scrutin n’influera pas vraiment sur le cours des choses. Selon Albert du Roy, « cette contradiction symbolise le fossé qui sépare les élus des 18-25 ans. (…) SECTES/Le rapport qui dérange h « C’est un scandale d’Etat, les pouvoirs publics ne remplissent pas leurs devoirs », s’exclame Georges Fenech, président de la commission d’enquête parlementaire sur les sectes et les mineurs. Créée il y a six mois, cette dernière a rendu aujourd’hui public son rapport. Composée de 30 membres dont Georges Fenech (UMP) et Philippe Vuilque (PS), le rapporteur, elle a auditionné plus de 65 personnes au cours de ses travaux. Cinquante propositions émanent de ce rapport, pour aider les enfants à sortir de l’emprise des sectes. Le document préconise notamment de redéfinir les règles de « l’école de fait » (à domicile) pour que les dérives telles que celles de la communauté biblique de Tabitha’s Place ne se reproduisent plus. La commission souhaite aussi instaurer une visite médicale annuelle. Selon Georges Fenech, pas moins de 60000 à 80000 mineurs encadrés par des sectes souffriraient de problèmes de santé et d’éducation. Les politiques et les jeunes ne parlent pas la même langue. Dès lors, instaurer un dialogue s’avère compliqué. » Pourtant, les préoccupations de cette tranche d’âge sont peu différentes de celle du reste de la population. Leur priorité est la lutte contre le chômage à 45%. Figurent ensuite l’augmentation du niveau de vie pour 36% d’entre eux et l’engagement contre la précarité pour 28%. Une divergence : les jeunes placent la défense de l’environnement devant la sécurité, à la différence de leurs aînés. Une surprise enfin : les 18-25 ans s’inquiètent de l’avenir du régime des retraites. Une précédente enquête, parue en novembre dans le Journal du dimanche, h Aujourd’hui, des représentants du privé, des pouvoirs publics et des associations se réunissent au ministère de l’Ecologie pour échanger leurs expériences autour du thème « Entreprise en mobilité durable ». Ce rendez-vous était organisé dans le cadre du Forum des entreprises et du développement durable lancé en juin 2005. Les sujets du jour : repenser les transports des personnes et des marchandises pour en réduire l’impact environnemental mais aussi améliorer et sécuriser les conditions de travail des salariés. GMT Bâtiment, qui gère en permanence soixante chantiers dans toute l’Ile-de-France, a mis en place un logiciel qui rationalise les déplacements domicile-lieu de travail. Objectifs : diminuer le temps de trajet, la fatigue et les risques d’accidents de circulation. Le dispositif a déjà permis de réduire le temps de trajet de 23% en moyenne, et les émissions de gaz à effet de serre de 23%, le tout avec une amélioration de la rentabilité des chantiers. « Avec un peu d’imagination, on peut trouver des solutions bénéfiques pour la planète, VÉRONIQUE FORGE,EDWIGE KOSCIANSKI,RÉMI FOUGÈRES,DAPHNÉ DEGUINES,JULIEN SOLONEL,ALEXANDRE GIRAUD,SOPHIE NORMAND,AURORE MÉSENGE Marche organisée par le collectif AC le feu. Àsavoir Clôture des inscriptions sur les listes électorales le 30 décembre 2006. Renseignez-vous auprès de votre antenne municipale avant cette date limite. On estime à trois millions le nombre de Français non inscrits. montrait que les jeunes sont persuadés qu’ils vivront moins bien que leurs parents. Serontils entendus ? ENVIRONNEMENT/Les entreprises misent sur la mobilité durable pour les conditions de vie des employés et pour l’économie », estime Christian Brodhag, délégué interministériel au Développement durable. Intéressées par ces multiples avantages, de plus en plus d’entreprises initient un Plan de déplacements d’entreprise (PDE), « clé de voûte de la mise en œuvre de la mobilité durable », selon Christian Brodhag. Avec son PDE, Alcatel Alenia Space, numéro 1 européen des satellites, incite par exemple ses employés au covoiturage grâce à un site Intranet. L’entreprise rembourse également une partie des billets pour favoriser les transports en commun et aménage des parcs à vélo. A. MCLEISH/EDITINGSERVER.COM G. ROLLE/REA
www.directsoir.net MICROCRÉDIT/42000 emplois créés en France Le microcrédit n’est pas réservé aux pays en développement. En France, cet outil de financement pour les plus démunis fonctionne efficacement. Décryptage. Après trois ans de chômage, Laurence Haddad a retrouvé le sourire. Sa petite entreprise spécialisée dans les arts de la table, « Luz de la Querra », est aujourd’hui florissante et les commandes affluent. Pourtant, tout n’a pas toujours été aussi rose. Laurence a peiné pour retrouver un emploi et son statut de mère de trois enfants ne lui a pas simplifié pas la tâche. Naturellement douée pour la peinture, ses proches la poussent alors à monter son entreprise. Mais, comme son mari est sous le coup d’un interdit bancaire, elle ne peut bénéficier d’un crédit. C’est à ce moment que Laurence se tourne vers le microcrédit. Une première prise de contact est établie avec l’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique, www.adie.org). Très vite, un crédit de 1 500 euros lui est accordé. « Ce n’était pas grand-chose, mais cela m’a permis d’acheter un ordinateur, de faire des dossiers de presse, un peu de publicité… Depuis je n’arrête pas, c’est un succès magnifique. » Comme le montre l’expérience de Laurence Haddad, le microcrédit n’est pas réservé aux pays en voie de développement. Cette année en France, 7 500 personnes ont bénéficié de ce prêt solidaire par le biais de son principal organisme, l’Adie. Chômeurs, allocataires du RMI, salariés précaires ou même travailleurs indépendants, tous les bénéficiaires ont un point commun : ils sont exclus du système bancaire. 20% d’entre eux ne savent ni lire ni écrire et 29% sont, à l’inverse, titulaires d’un ou plusieurs diplômes. « Le nombre de projets que nous soutenons augmente de 10% chaque année. Je veux y voir un signe positif », se félicite Maria Nowak, fondatrice de l’Adie et lauréate du Trophée de la femme de cœur 2007. « Ceux qui cherchent à créer leur entreprise veulent ne plus vivre au crochet des allocations. C’est avant tout une question de dignité. » S’inspirant de la Grameen Bank du Bangladais Muhammad Yunus, elle a introduit le microcrédit en France en créant l’Adie dès 1988. Vingt ans après, cette association loi de 1901 n’a pas à rougir de son bilan : plus de 36 000 entreprises ont été créées, générant plus de 42000 emplois. Elle regroupe 110 antennes, 380 permanences, 300 permanents et plus de 1000 C’estdit « On estimait vers 2003-2004 qu’à l’horizon 2011, 40% des heures (de télé) auraient disparu, aujourd’hui elles sont sauvées. Et l’on peut dire que la France est le seul pays au monde capable de dire que sa mémoire audiovisuelle sera sauvée. » Emmanuel Hoog, PDG de l’INA, l’Institut national de l’audiovisuel (Le Figaro) 10% de prêts en plus accordés chaque annéepar l’Adie Marie Nowak, fondatrice de l’Association pour le droit à l’initiative économique. bénévoles. Le financement des prêts se fait sous forme de subventions grâce au soutien des pouvoirs publics et par le biais de dons privés. Mais, en dépit de son aspect solidaire, le microcrédit est un partenariat financier, pas une aumône. Les prêts, en moyenne 2 700 €, sont tout de même soumis à un taux d’intérêt. Et, si un dossier n’est pas jugé satisfaisant, il peut être rejeté. « Le principal critère qui entre en compte est la détermination de la personne concernée et sa capacité à porter la création de son entreprise. La viabilité du plan de financement est secondaire », détaille Maria Nowak. En plus de l’apport financier immédiat, l’Adie accompagne le projet. Les micro-entrepreneurs profitent ainsi de conseils personnalisés en matière de communication ou bien de mise en place du système de gestion. Et comme Laurence Haddad le fait remarquer, l’obtention d’un microcrédit ouvre de nouvelles perspectives : « Le plus drôle dans cette histoire, c’est qu’après m’avoir fermé la porte au nez, les banques me font maintenant des yeux doux. » « Ce qui est absolument anormal, c’est que dans notre société des gens n’ont pas d’endroit pour s’abriter pendant l’hiver. Une grande partie de ces gens-là, ce sont des gens qui travaillent. » Cécile Duflot, nouvelle secrétaire des Verts, (France Info) « Quand j’ai appris que Chopin avait un caractère plutôt difficile, ça m’a fait plaisir. Je suis attiré par les compositeurs qui sont trop dévorés par leur musique pour être aimables, comme Beethoven, Wagner ou Rachmaninov. » Julien Clerc (Le Parisien) STEPH/VISUAL E. DE MALGLAIVE/GAMMA FRANCE SURPÊCHE/Des espèces menacées h Le cabillaud et l’anchois pourraient déserter nos assiettes pour ne pas disparaître de l’Atlantique. Les scientifiques recommandent de suspendre les captures pour assurer la pérennité de ces espèces. Selon le Conseil international pour l’exploitation des mers (Ciem) les ponctions autorisées d’anchois, de 30000 à 34000 tonnes par an, de 1979 à 2004, ont été trop importantes. L’anchois, dont la durée de vie n’excède pas 4 ans, n’a pu se reproduire en quantité suffisante. La Commission européenne, qui entame aujourd’hui, les négociations avec les Etats membres sur les quotas et jours de pêche, souhaite suivre le Ciem et reconduire l’interdiction de pêcher l’anchois au moins jusqu’en juin 2007. Pour le cabillaud, dont la pêche est toujours autorisée, la situation n’est pas moins préoccupante. « Le stock a été réduit à un niveau tel que sa capacité reproductrice est mise en péril et sa dynamique biologique difficile à prévoir », annoncent les scientifiques. Le Ciem recommande une interdiction de cette pêche pour laisser le stock se reconstruire. La Commission s’apprête à imposer une réduction d’un quart des captures, ce qui ne saurait laisser indifférente la filière économique de la pêche.. Dans les KIOSQUES Mickey Parade Géant fête ses 40ans avec un numéro spécial anniversaire de 340 pages. Au sommaire : des aventures, des interviews et des souvenirs sur la très célèbre souris de Walt Disney. 3,90 euros. J.-C. MOSCHETTI/REA Directsoir t Mardi 19 décembre 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :