Direct Soir n°763 17 mai 2010
Direct Soir n°763 17 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°763 de 17 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Henri IV, quel panache !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 CLASSIQUE CULTURE Patricia Petibon, chanteuse lyrique « Le rouge, couleur expressionniste » La pétillante soprano continue d’insuffler sa fraîcheur dans le paysage lyrique français. Demain, elle interprète à Paris un programme consacré à l’opéra baroque italien et ses airs passionnés, issus de son dernier album, « Rosso ». Avez-vous dès vos débuts eu une passion pour le chant ? Patricia Petibon : Ça m’est arrivé un peu par hasard. Au départ, c’était plutôt les beaux-arts qui m’attiraient, mais j’ai toujours aimé chanter. Je suis entrée au Conservatoire de Paris, et c’est là que j’ai rencontré William Christie, qui m’a fait débuter rapidement dans le répertoire baroque. Quelque part, il a été pour moi un père adoptif. J’ai ainsi eu la chance d’échapper aux circuits des concours, que je n’ai jamais aimés. Je n’ai pas l’esprit de compétition. Le baroque a révélé en France une génération entière de musiciens, dont vous faites partie. Pourquoi d’après vous ? P.P. : Il y a encore quinze ans, les « baroqueux » étaient un peu vu comme des babas cool, on considérait la technique de chant baroque peu académique. Mais cette originalité m’a plu. Et ce répertoire permet de débuter sereinement, sans affronter trop vite des œuvres très exigeantes, comme Strauss, par exemple. Beaucoup d’entre nous ont pu apprendre au contact des plus grands « baroqueux », Harnoncourt, Herreweghe, puis leurs « enfants », comme Christophe Rousset, et leurs bébés orchestres. Comment définiriez-vous votre voix ? P.P. : J’ai une voix longue, avec de grandes jambes ! Plus sérieusement, je suis une « Le rouge, couleur du sang, de la mort, de la passion, du vin », selon Patricia Petibon. soprano colorature, c’est-à-dire adepte de la pyrotechnie, avec des suraigus et des graves. Pour moi, le compositeur phare reste Mozart. C’est le plus sain, il ouvre tout l’espace ancien, mais aussi le romantisme qui viendra. Mais je ne veux surtout pas m’enfermer dans un répertoire, ma voix a besoin de variété pour progresser et s’exprimer. Pourquoi ce thème, Rosso (« rouge »), pour votre dernier disque ? P.P. : Le rouge, c’est une couleur expressionniste, criarde, celle du sang, de la mort, de la passion, du vin. Elle permet d’exprimer le drame comme la comédie. J’ai voulu un disque d’airs italiens du début du XVIII e siècle qui permettait d’exprimer beaucoup d’émotions différentes, avec du rythme et de la théâtralité. C’est ce qui rend cette musique proche de notre époque. Nous redécouvrons le baroque après avoir connu le jazz ou le rock, et cela déteint sur les interprétations. Andrea Marcon, qui dirige l’orchestre baroque de Venise sur le disque Rosso, a une façon un peu rock’n roll de jouer les œuvres, comme il y a un style à la française ou à l’allemande. Rosso, airs du baroque italien, Patricia Petibon et l’orchestre baroque de Venise dirigé par Andrea Marcon, Deutsche Grammophon. En concert demain, à 20h, Salle Pleyel, 252, rue du Faubourg-Saint-Antoine, Paris 8 e (0142561313). DEUTSCHE GRAMMOPHON/UNIVERSAL ED. DUPUIS BANDE DESSINÉE Spirou change de plumes ÉDITIONS DUPUIS ➔ S’il fête cette année ses 72 printemps, la vitalité de Spirou n’est néanmoins plus à démontrer ! Les aventures du célèbre groom sont reprises par un duo de choc, annoncé, il y a peu et en grande pompe, par les éditions Dupuis. Fabien Vehlmannet Yoanns’attellent à la série avec un tome 51 dont le titre plaira aux fans de Zorglub : Alerte aux zorkons. Selon l’excellent scénariste Fabien Vehlmann, « ce volume sera tourné vers un public familial et Spirou laissera libre cours à sa fibre écolo au milieu de monstres étonnants. » Les aventures de Spirou et Fantasio (tome 51) : Alerte aux Zorkons, Yoannet Vehlmann, Dupuis (à paraître le 3 septembre). Directsoir N°763/Lundi 17 mai 2010 ALBUM GUESS WHAT ! ➔ Pamela Hute, c’est le nom d’une chanteuse et guitariste aux lunettes à grosse monture noire, à la tête d’un trio de rock parisien découvert par Vincent Frèrebeau. Le patron de Tôt ou Tard a décidé d’en faire le premier groupe de son nouveau label rock Guess What !. Textes en anglais et refrains accrocheurs, Pamela Hute développe un rock racé euphorisant avec des accents de brit pop. Le premier single, Hysterical, fait déjà un tabac… Une musique « catchy » qui n’oublie cependant pas l’émotion, en témoigne notamment Pink Safari, une ballade mélancolique inspirée par le film Lost in Translation de Sofia Coppola. Turtle Tales from overseas, Pamela Hute, Guess What ! DVD Un Eastwood au-dessus de la mêlée ➔ Invictus, de Clint Eastwood, porte à l’écran avec efficacité une figure politique héroïque, Nelson Mandela, et un sport, le rugby. Alors qu’en 1994 l’Afrique du Sud sort tout juste de l’apartheid, le pays organise la Coupe du monde de rugby. Nelson Mandela (interprété par Morgan Freeman) parie sur la petite équipe nationale et son capitaine (Matt Damon) pour insuffler un nouvel élan national à un peuple déchiré. A partir de cette anecdote, Clint Eastwood réalise un long métrage sans failles aux scènes fortes et aux étonnantes prises de vues sportives. Invictus, de Clint Eastwood, Warner Home Video. En bref Les contes de Pamela Hute Yannick Noah au Stade de France/Elu personnalité préférée des Français pour la cinquième année consécutive en 2010, Yannick Noah a annoncé qu’il repartirait en tournée dès janvier 2011. En attendant cette série de concerts, l’ex-champion de tennis sera au Stade de France le 25 septembre pour un show unique. Il y interprétera les incontournables de son répertoire et les chansons issues de son prochain album, dont la sortie est prévue le 23 août. Les billets de ce concert exceptionnel sont déjà en vente. A noter : 1 € par billet sera reversé à l’association Enfants de la terre (www.enfantsdelaterre.net). WARNER HOME VIDEO
E. ROBERT/DIRECT8 www.directsoir.net LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Erreur de programmation On pourrait appeler cela une vraie erreur de programmation. Depuis un peu plus d’un mois, France 3 a décidé de modifier ses dimanches soir. Exit les fictions britanniques, comme L’inspecteur Barnaby, qui réalisaient des audiences moyennes, et qui ont été débarquées pour laisser la place à des magazines et à des jeux. La voie a été ouverte par Question pour un champion de Julien Lepers, puis c’est Mireille Dumas qui s’est jetée à l’eau avec les monstres sacrés de la télé et enfin, hier soir, on a pu découvrir un documentaire signé Henry-Jean Servat et Karen Cheryl, qui nous plongeait dans la légende de Saint-Tropez. Le problème, c’est que cette nouvelle programmation du dimanche est un échec cuisant, avec des parts de marché qui sont tombées sous les 10%. Et pourtant, à chaque fois, ce sont des documentaires de qualité, mais comment lutter ce jour-là face aux Experts de TF1, au film de France 2, et surtout face à M6 ? En effet, depuis de longues années, la Six a préempté le marché des magazines d’information du dimanche soir. Capital et Zone interdite sont des marques si fortes que l’on vient les regarder, parfois sans même connaître le thème qui sera traité. A l’opposé, France 3 brouille les pistes, passant de Julien Lepers à Mireille Dumas avec un soupçon de Karen Cheryl. On sait que les téléspectateurs ont, aujourd’hui, besoin de repères face à la multitude de chaînes. La programmation de la chaîne publique est à l’opposé de ce qu’il faut faire ce soir-là, et la chaîne le paie cash du côté de l’Audimat. A demain ! Réagissez : redac@directsoir.net UNION DANS LA GUÉRISON A l’approche de la Coupe du monde de football, la chaîne Public Sénat part en Afrique du Sud, le lundi 31 mai. Dans Bara, l’hôpital de la réconciliation, Michel Polmarède a choisi de filmer l’hôpital de Soweto, le plus grand établissement de ce type au monde. Un document passionnant sur l’évolution de ce quartier. BAZIZ CHIBANE/SIPA Lutte antiterroriste à la française ➔ La chaîne cryptée se lance dans la production d’une nouvelle fiction, L’infiltré, qui devrait être diffusée à l’automne ou à l’hiver prochain. Jacques Gamblin interprétera Michel Carrat, un officier des services secrets français chargé d’infiltrer l’organisation du terroriste palestinien Abou Nidal. Pour saper l’organisation de l’intérieur, le jeune Issam sera recruté par la France. Le téléfilm se base sur des faits réels de la lutte antiterroriste française des années 1980. Le tournage est en cours jusqu’au 15 juin, à Paris, en République tchèque et en Tunisie. Jacques Gamblin sera Michel Carrat, un officier des services secrets français. LADY GAGA AU « GRAND JOURNAL » Le 20 mai, à l’occasion de sa tournée française, la chanteuse Lady Gaga sera l’invitée de Michel Denisot dans Le Grand Journal de Canal+ en direct de la Croisette, à Cannes. Un lieu de rencontre entre communautés. PUBLIC SENAT BUZZ TÉLÉ 13 Alexia Laroche-Joubert lance un nouveau programme sur TF1. Famille en tribu(lations) ➔ Alors qu’elle est aux commandes de Chaps and The City sur Equidia et qu’elle produit Dilemme, le futur « Loft » de W9, Alexia Laroche-Joubert lance une nouvelle émission pour TF1. Il s’agira d’une adaptation du programme néerlandais Ticket to The Tribes (« un billet pour les tribus ») dans lequel trois familles sont envoyées au sein de trois tribus différentes aux confins du globe. Pendant trois semaines, elles devront vivre au rythme de ces nouvelles sociétés et renoncer à leurs habitudes. Le tournage du premier volet a déjà eu lieu et met en scène une famille des quartiers chic de Paris, une autre dont les enfants n’ont jamais pris l’avion et enfin des Marseillais dont le père est légionnaire.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :