Direct Soir n°762 12 mai 2010
Direct Soir n°762 12 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°762 de 12 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Robin des bois, le mythe revisité

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 CINÉMA/CANNES SPÉCIAL FESTIVAL DE CANNES CORBIS Caprices de stars CANNES : LA VILLE OÙ TOUT EST PERMIS 1960 Soirée mémorable sur la Croisette : les invités finissent en robe du soir et smoking dans la piscine du Majestic. 1983 Après avoir boudé les journalistes pour son film L’Été meurtrier, Isabelle Adjani a dû gravir les marches sans flashs ni caméras. 1985 Cher demande au Carlton qu’on lui apporte un piano à queue et que l’on vide la grande salle de l’hôtel pour être « en harmonie avec elle-même ». 1987 Quand on s’appelle Elizabeth Taylor tout est permis. Même un retard de 40 minutes pour monter les marches passe ni vu ni connu. Ou presque. 1991 Madonna épuise le personnel de l’hôtel du Cap et exige dix limousines chromées pour se rendre au palais. 1996 Un match NBA à ne pas manquer ? Aucun problème pour Spike Lee, qui demande à l’hôtel Carlton de louer un faisceau satellite pour 45 735 €. 2008 Catherine Deneuve exige que sa chambre soit entièrement habillée de bouquets de pivoines blanches, sous peine de quitter l’hôtel. 1992 KEYSTONE/GETTY IMAGES PASCAL LE SEGRETAIN/GETTY IMAGES 2005 Stars et paillettes Sophie Marceau se dévoile Sophie Marceau, déjà reconnue comme l’une des plus belles femmes de France, a confirmé son statut ! Au milieu du tapis rouge, sa robe glisse sur son épaule gauche et laisse entrevoir un sein dénudé. Une image qui fera le tour du monde via Internet. AFP PHOTO Directsoir N°762/Mercredi 12 mai 2010 1954 Les premiers seins sur la Croisette L’actrice Simone Silva joue avec les photographes et avec l’acteur américain Robert Mitchum, lors d’une séance photo. Elle n’hésite pas à enlever le haut devant les objectifs, pour un cliché qui fera l’effet d’une bombe sur la Croisette. 1995 Une af che qui fait scandale Au Festival de Cannes, le scandale n’est jamais loin. Claude Miller n’y est pas étranger cette année-là, avec l’affiche de son film Le Sourire, présenté en sélection officielle. 1991 Madonna provocatrice Madonna élève la provocation au rang d’art. Alors qu’elle vient présenter son sulfureux In bed with Madonna, elle fait scandale sur le tapis rouge avec une tenue extrêmement légère, signée Jean Paul Gaultier. Venue présenter Basic Instinct, Sharon Stone est la première actrice à être applaudie par les photographes, qui déposent leur appareil pour lui faire une ovation. AFP/GÉRARD JULIEN
www.directsoir.net SPÉCIAL FESTIVAL DE CANNES En 2008, Scorsese (au centre) présentait son « rockumentaire » sur les Stones, Shine a Light. LES ROLLING STONES en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs Cette année, la Quinzaine va faire la lumière sur le documentaire Stones in Exile, retraçant l’enregistrement de l’album Exile on Main Street, des Rolling Stones. Indépendante, libre et non compétitive, la Quinzaine des réalisateurs est ouverte à toutes les formes de création cinématographique : longs et courts métrages de fiction et documentaires. Depuis sa création, la Quinzaine a notamment permis de découvrir des réalisateurs tels que George Lucas, Martin Scorsese, Spike Lee, Luc Besson ou Francis Ford Coppola. Cette année, les Rolling Stones ont été conviés à l’ouverture de la Quinzaine pour le documentaire Stones in Exile. À l’origine de cette invitation, la promotion de leur album remasterisé Exile on Main Street, sorti en 1972 et disponible dans les bacs dès le 17 mai. Largement inspiré par l’instabilité sociopolitique américaine des années 60 et 70, cet album est considéré comme l’un des meilleurs de 2006 CANNES/CINÉMA L’autre festival LA QUINZAINE DES RÉALISATEURS l’histoire du rock et s’imprègne notamment du blues, du gospel et de la soul. En bonus, l’album n’offre pas moins de dix chansons inédites, dont « Plundered my Soul ». Stones in Exile, réalisé par Stephen Kijak, retrace l’enregistrement de l’album version 1972. Car malgré un succès prodigieux, l’album a été enregistré dans des conditions pour le moins inquiétantes. Ainsi, ce fi lm évoque les plus sombres anecdotes autour de l’album, de la coke au sexe, en passant par les nombreuses engueulades quotidiennes, jusqu’au succès monumental et inattendu. Un fi lm qui va donc peut-être ternir l’image du groupe, mais qui aura le mérite de dévoiler ce que beaucoup s’emploient activement à cacher. Contrairement à ce qui a été annoncé au début du mois, Mick Jagger sera le seul Stones présent sur la Croisette dès demain. Impossible, désormais, d’espérer un quelconque rappel de la prestation de U2 sur les marches de Cannes (2007). Espérons simplement que Mick Jagger représentera activement ses camarades restés à la maison. PREMIÈRE ÉDITION EN 1969 Dès sa première édition, la Quinzaine des réalisateurs, organisée durant le Festival de Cannes par la Société des réalisateurs de films, s’est fixé pour objectif d’aider les cinéastes et de favoriser leur découverte par le public et la critique. LA SÉLECTION COMPLÈTE Le film Indigènes, de Rachid Bouchareb, reçoit un prix d’interprétation masculine attribué collectivement à Jamel Debbouze, Samy Naceri, Sami Bouajila, Roschdy Zem et Bernard Blancan. CONCERT PROMOTIONS INTERNATIONAL/THE KOBAL COLLECTION/LACOMBE BRIGITTE 13 LONGS MÉTRAGES A Alegria de Marina Méliande et Felipe Bragança (Brésil) All Good Children d’Alicia Duffy (Irlande-Belgique-France) Alting bliver godt igen de Christoffer Boe (Danemark-Suède-France) Año bisiesto de Michael Rowe (Mexique) Benda Bilili ! de Renaud Barret et Florent de la Tullaye (France) Cleveland contre Wall Street de Jean- Stéphane Bron (Suisse-France) Des filles en noir de Jean-Paul Civeyrac (France) Ha’Meshotet d’Avishai Sivan (Israël) Illégal d’Olivier Masset-Depasse (Belgique-Luxembourg-France) La casa muda de Gustavo Hernández (Uruguay) La mirada invisible de Diego Lerman (Argentine-France-Espagne) Le quattro volte de Michelangelo Frammartino (Italie-Allemagne-Suisse) Little Baby Jesus of Flandr de Gust Van den Berghe (Belgique) Picco de Philip Koch (Allemagne) Pieds nus sur les limaces de Fabienne Berthaud (France) Shit Year de Cam Archer (États-Unis) Somos lo que hay de Jorge Michel Grau (Mexique) Svet-Ake d’Aktan Arym Kubat (Kirghizistan-Allemagne-France-Pays Bas) The Tiger Factory de Ming jin Woo (Malaisie-Japon) Todos vós sodes capitáns d’Oliver Laxe (Espagne) Two Gates of Sleep d’Alistair Banks Griffin (États-Unis) Un poison violent de Katell Quillévéré (France) SÉANCES SPÉCIALES Stones in Exile de Stephen Kijak (Royaume-Uni) Boxing Gym de Frederik Wiseman (États-Unis) COURTS MÉTRAGES Cautare de Ionut Piturescu (Roumanie) Ett tyst barnde Jesper Klevenas (Suède) Licht d’André Schreuders (Pays-Bas) Mary Last Seen de Sean Durkin (États-Unis) Petit tailleur de Louis Garrel (France) Shadows of Silence de Pradeepan Raveendran (France) Shikasha d’Isamu Hirabayashi (Japon) Tre ore d’Annarita Zambrano (Italie-France) ZedCrew de Noah Pink (Canada-Zambie)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :