Direct Soir n°728 24 mar 2010
Direct Soir n°728 24 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°728 de 24 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Alice au pays des merveilles, le rêve de Tim Burton

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Directsoir N°728/Mercredi 24 mars 2010 14 BUZZ TÉLÉ INTERVIEW Guy Lagache, journaliste et présentateur « L’alimentation a l’impact écologique le plus fort » M6 diffuse ce soir un nouveau magazine d’enquête sur l’écologie intitulé « Capital Terre ». Pour le lancement de cette émission, Guy Lagache et son équipe ont parcouru la planète afin de savoir s’il était possible de nourrir 7 milliards d’êtres humains sans nuire à l’environnement. Capital Terre s’intéresse ce soir à l’alimentation. Pourquoi ? Guy Lagache : Nous voulions comprendre comment notre mode de vie a un impact sur l’environnement d’un bout à l’autre de la planète. Vitale, l’alimentation a, sans que nous le sachions, l’impact écologique le plus fort, bien plus que l’habitat, les transports ou tout autre domaine de notre vie quotidienne. A l’issue de la conférence de Doha, la pêche du thon rouge est toujours autorisée, démontrant ainsi que l’alimentation reste plus que jamais un sujet d’actualité. Quelle(s) découverte(s) surprenante(s) avez-vous pu faire ? G.L. : Manger une chips a, par exemple, des répercussions sur l’environnement et l’être humain : un arbre qui tombe, un élément de la forêt primaire détruit, des singes en survie, et donc des tribus menacées. Utilisée dans de nombreux produits, l’huile de palme a permis à des économies de se construire. Elle est néanmoins lourdement condamnée par de nombreux consommateurs et citoyens. Sous la pression de ces derniers, de grandes marques comme Cadbury sont en train de changer leur façon de produire. Ils suppriment l’huile de palme pour la remplacer par une autre, plus chère, sans reporter le coût supplémentaire sur le prix de vente. Etes-vous fataliste en ce qui concerne l’évolution de notre planète ? G.L. : Je n’ai absolument pas une vision fataliste. On aurait tendance à vouloir être manichéen, avec les bons d’un côté et les méchants de l’autre. Mais le monde est plus nuancé. L’écologie, ce n’est pas simplement l’amour de la planète. Il faut trouver des moyens de consommer pas cher, sans pour autant avoir des produits néfastes pour l’environnement. Il suffit, par exemple, d’acheter des fruits et légumes de saison. La question environnementale est-elle indirectement liée aux décisions politiques ? G.L. : Prenez l’exemple des Chinois ou des Indiens. Ils partent à la conquête de terres arables. Les Ethiopiens sont quant à eux prêts à brader leurs terres pour que les étrangers viennent les cultiver. A partir de ce constat, on ne peut que s’interroger : pourquoi les Ethiopiens ne bénéficient-ils pas d’un salaire minimum, et pour quelles raisons ne peuvent-ils pas profiter de cette agriculture ? Combien de temps a duré le tournage ? Et combien étiez-vous pour réaliser ce nouveau programme ? G.L. : Six mois ont été nécessaires pour Les chevaliers du cœur ➔ Après Henri IV, France 3 poursuivra dans la veine de la fresque historique avec une nouvelle fiction. Dans quelques semaines, La commanderie suivra les aventures des combattants de l’ordre hospitalier des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem et de Rhodes. Cette confrérie, devenue l’ordre de Malte au XVI e siècle, fut, à l’instar des Templiers, l’une des premières organisations transcontinentales. Elle a influencé la création de la plupart des ONG du XX e siècle. Au centre, Thomas Cortemain (Clément Sibony). réaliser ce documentaire de plus d’une heure et demie. Au sein de notre équipe, il y avait cinq journalistes, issus pour la plupart des rangs de Capital (magazine économique diffusé le dimanche soir sur M6,ndlr), ainsi que Jean-Bernard Schmidt, Emmanuel Leclercq et moi-même. Nous avons appliqué notre façon d’observer l’économie à l’écologie. Pour cela, nous avons parcouru le monde entier, de la Chine aux Etats-Unis, en passant par l’Indonésie et l’Ethiopie, et sans oublier la France. « JE NE SUIS PAS FATALISTE SUR L’ÉVOLUTION DE LA PLANÈTE » NIKO/SIPA Pourquoi avez-vous souhaité vous rendre sur les lieux ? G.L. : C’est une façon d’emmener le téléspectateur avec moi sur le terrain. Nous souhaitions construire un long reportage en évitant les parties en plateau avec plusieurs lancements de sujets. C’est une manière de raconter ce qui, au fond, ne constitue qu’une seule et même histoire. Guy Lagache est allé sur le terrain. ADE ADJOU/M6 Envisagez-vous de réitérer l’expérience ? Y a-t-il déjà d’autres numéros en cours de préparation ? G.L. : Nous travaillons en effet sur d’autres thèmes qu’il nous paraît important de développer. La réalisation de nouveaux numéros de Capital Terre dépendra avant tout de l’intérêt que va porter le public à ce nouveau magazine. Quels sont les gestes écolo que vous faites au quotidien ? G.L. : Plutôt que de prendre la voiture ou un deux-roues motorisé, j’emprunte les transports en commun pour aller travailler. C’est un geste du quotidien à la fois pratique et utile. J’essaie également de ne pas acheter, par exemple, de tomates en hiver. Je me renseigne enfin sur le mode d’élevage avant de manger de la viande. Je porte aujourd’hui une plus grande attention à mon alimentation. Pour autant, je ne suis pas un parfait « ecowarrior ». Je continue à prendre l’avion quand je dois parcourir de longues distances. Capital Terre, ce soir, 20h40, M6. Quatrième coup de « Foudre » ➔ Le tournage de la quatrième saison de la série française Foudre a débuté et se déroulera jusqu’en mai en Nouvelle-Calédonie et en Australie. La série a réalisé un excellent score, l’été dernier, en réunissant en moyenne le matin plus de 650 000 téléspectateurs sur France 2. La force de cette production réside dans un concept original : les comédiens improvisent leurs dialogues, afin de donner un rythme naturel à la narration. A la demande des fans, Alex (Charles Templon) sera de retour pour reconquérir Joséphine Jobert et Charles Templon. la belle Alice (Joséphine Jobert).
www.directsoir.net Une locomotive qui voyage. 20H35 Une psychose méconnue ➔ Souvent caricaturée, stigmatisée et galvaudée, la schizophrénie est une maladie psychique très complexe. Associés vulgairement à des fous aux multiples personnalités, les schizophrènes seraient plus de 600 000 en France. Pour combattre les idées reçues et comprendre le quotidien de ces malades, le réalisateur Olivier Delacroix est allé à la rencontre de personnes atteintes par ce mal et de leurs proches. De Paris à Colmar, en passant par Pau et le service hospitalier ZOOM TÉLÉ 19H45 Portraits croisés de deux dictateurs ➔ Quelle était la nature des relations entre Hitler et Mussolini ? Arte retrace l’évolution et l’ambiguïté des relations de ces deux dictateurs, à la fois amis et rivaux, entre 1922 et 1945. Le réalisateur Ulrich Kasten signe un documentaire très riche en images d’archives, officielles ou privées, tournées lors de leurs grandes rencontres avec, en parallèle, une analyse d’images captivante sur le rapport qu’ils entretenaient. Un document sous forme de portraits croisés tout à fait passionnant. Hitler et Mussolini, documentaire. 20H35 Une critique malicieuse d’une institution. 22H05 ÇA DÉMÉNAGE ! Les déménageurs de l’extrême n’ont peur de rien ! Maisons, villes entières, usines, trains ou encore monuments historiques : rien ne résiste à ces équipes d’artisans hors du commun. Une soirée spéciale, présentée par Lionel Rosso, leur est consacrée. Les déménageurs de l’extrême, docu-réalité. Mussolini et Hitler : amis et rivaux. Fauteuil immortel ➔ Les romanciers du XIX e siècle savaient manier la plume pour tisser des intrigues policières malicieuses et ludiques. Au siècle de Maupassant, Contes et nouvelles du XIX e (deuxième saison) rend hommage à ces génies farceurs. L’auteur s’y moque de l’Académie française. Au siècle de Maupassant, Contes et nouvelles du XIX e, téléfilm. de Saint-Anne, à Paris, le documentaire tente de porter un regard neuf et une oreille attentive à ces familles dans la détresse. Sans jamais tomber dans un pathos déplacé, le reportage explique les épreuves de ces foyers dès l’apparition de la maladie. Au-delà de l’immersion, le programme révèle les mécanismes de la schizophrénie et les remèdes pour la soigner. Une démarche à la fois humaine et intellectuelle. Schizophrénie, entre l’enfer et la lumière, documentaire. ISTITUTO LUCE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :