Direct Soir n°725 19 mar 2010
Direct Soir n°725 19 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°725 de 19 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 18

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Santé : les clés du sommeil

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 EN COUVERTURE JOURNÉE NATIONALE DU SOMMEIL LES MYSTÈRES DE MORPHÉE Parfois perçu comme une perte de temps, le sommeil est rarement considéré à sa juste valeur. La dixième Journée nationale du sommeil propose de faire découvrir son importance au public. C’est souvent la meilleure manière de signifier à soimême et aux autres son entrée dans le monde adulte. On arrête d’abord les siestes, puis avec l’adolescence, l’heure du coucher recule progressivement. Peu à peu, la nuit devient enfin le moment idéal pour sortir, ou réviser à la dernière minute l’examen du lendemain. Pourtant, comme la respiration et la nutrition, le sommeil est une fonction vitale de notre organisme. C’est un état de vigilance particulier, au même titre que l’état d’éveil, où l’activité cérébrale n’est pas au repos, mais seulement différente. L’état de sommeil fait entrer le sujet dans un état de suspension de la conscience, état réversible, dont on peut sortir, mais auquel on revient quotidiennement. Le pouls et la respiration ralentissent ; la tension artérielle, le tonus musculaire et la température corporelle baissent peu à peu. Le sommeil assure la récupération de certaines fonctions vitales : récupération de la fatigue physique, récupération de la fatigue psychologique. RADIOGRAPHIE DU SOMMEIL Le sommeil est organisé en plusieurs cycles. Lors de chaque cycle, l’organisme passe par deux stades. Il entre en premier lieu dans un sommeil lent, ainsi appelé parce que CHEZ NOS AMIES LES BÊTES PRINCIPE/SIPA 65% des personnes de plus de 65 ans se plaignent de troubles du sommeil. Pas si paresseux… ➔ Connus comme les champions du sommeil, les paresseux doivent leur nom à une capacité à dormir 15 à 20 heures par jours selon les différents travaux qui ont été réalisés. Pourtant une étude récente, menée pour la première fois sur des animaux dans leur milieu naturel, et non plus en captivité, a démontré que les paresseux nedorment en moyenne que 9,63 heures par jour. La captivité semblerait ainsi fortement troubler les ondes cérébrales se ralentissent, lui-même divisé en sommeil léger et sommeil profond. Vient ensuite le sommeil paradoxal, sur lequel se termine chaque cycle, durant lequel le cerveau est aussi actif que dans l’état d’éveil (c’est durant le sommeil paradoxal que nous générons des images oniriques, les rêves, dont on se souvient si l’on se réveille à ce moment-là). Les cycles s’organisent différemment suivant l’avancée de la nuit : plus de sommeil profond au début, plus de sommeil lent et paradoxal vers la fin. Le sommeil a un caractère génétique : le meilleur moment et la durée minimale sont personnels. Certains sont de gros dormeurs, d’autres de petits dormeurs ; le cycle de sommeil animal. M. BURGESS/SUPERSTOCK/SIPA A. BROWN/SUPERSTOCK/SIPA « PRENDRE SOIN DE SON SOMMEIL FAVORISE LA CROISSANCE INTELLECTUELLE » Réveil en sursaut ➔ Dans l’ensemble du monde animal, on distingue le sommeil des prédateurs et celui des proies. Afin que leur sommeil ne les laisse pas sans défense et pour minimiser les risques d’une attaque, certains animaux ont dû s’adapter. C’est le cas du babouin, dont le sommeil est très fragmenté. Pour parer à tout danger, ce singe dort en équilibre instable sur une branche. Si un prédateur approche, il vacille sur sa branche, se réveille et peut se protéger. P.BROWN/REX FEATURE/REX/SIPA Directsoir N°725/Vendredi 19 mars 2010 on peut être du matin ou du soir. L’important, c’est de respecter son programme, ce qui permet d’éviter les difficultés liées au sommeil. Pour un sommeil efficace, il faut également faire attention à son horloge biologique. Préférer donc le sommeil nocturne, car notre organisme est programmé pour dormir la nuit. En cas de coucher trop tardif (4-5 h du matin), notre organisme se prépare déjà au réveil ; il aura des difficultés à s’endormir, trouvera un sommeil moins profond et se réveillera plus vite. Pour les mêmes raisons, il est important de conserver des horaires réguliers, dont le bouleversement, pour rattraper du sommeil en retard, est fortement déconseillé si l’on souhaite préserver l’organisme. LES BIENFAITS DU SOMMEIL Prendre soin de son sommeil favorise la croissance intellectuelle. C’est en effet non seulement la condition d’une meilleure attention et d’une meilleure concentration, mais aussi celle de l’épanouissement des facultés mémorielles, puisque la mise en mémoire de la journée s’effectue nuitamment. Chez l’enfant, le manque de sommeil va ainsi souvent se traduire par des difficultés scolaires. Il a de plus un rôle clef dans le bien-être de la journée, puisque les « mauvaises nuits » exercent une influence négative sur le moral et le caractère. Une bonne santé passe également par le sommeil : de nombreux anticorps sont créés pendant l’endormissement, où se régulent aussi les fonctions vitales végétatives. Un manque de sommeil sur le long terme va souvent avoir des conséquences métaboliques : prise de poids, risque de troubles cardiaques. Enfin, l’hormone de croissance, qui commande chez l’adulte, en plus de la croissance chez l’enfant, la réparation des muscles, de la peau et des os, est sécrétée essentiellement au cours du sommeil profond. Que d’un œil ➔ Chez le dauphin, la fonction respiratoire n’est pas un réflexe, mais un acte volontaire. Pour qu’il puisse dormir tout en continuant à respirer, les deux hémisphères de son cerveau se mettent alternativement au repos par cycle de 20 minutes. Son métabolisme se ralentit et il se laisse flotter, réduisant ses mouvements au minimum. L’hémisphère actif se charge de la respiration, de la bonne position du corps et de la veille face aux éléments extérieurs.
www.directsoir.net CHIFFRES PRATIQUE Bien dormir : des solutions simples ➔ Mal du siècle, les problèmes de sommeil sont en fait souvent liés à des causes passagères et peuvent ainsi être traités par des gestes simples. Les mauvaises habitudes de notre quotidien, l’ingestion de café, de thé, de soda, de vitamineC, et le tabac, qui sont autant d’excitants, viennent troubler notre sommeil. Si l’alcool peut favoriser un endormissement rapide, il fragmente et interrompt le repos nocturne, tandis que la télévision et l’ordinateur nous maintiennent éveillés. Il est à conseiller de faire de l’exercice physique durant la journée à condition que ce ne soit pas le soir, juste avant de se coucher. Il est également important de sortir pour recevoir sa dose de lumière naturelle. Avant de faire appel à des médicaments, de nombreuses plantes, sous formes d’infusions ou d’huiles essentielles, peuvent être une solution naturelle (tilleul, mélisse, camomille, verveine, fleur d’oranger, valériane, passiflore, aubépine, houblon, lavande). DES FRANÇAIS 19% se plaignent d’insomnie chronique. Pour 9% de la population, il s’agit d’insomnie sévère. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes. Quelles catégories de personnes sont sujettes au manque de sommeil ? Pr Joël Paquereau : Le manque de sommeil pour des raisons comportementales et de mauvaise hygiène de sommeil touche principalement les jeunes et les personnes en hyperactivité professionnelle. La situation s’améliore en général à la retraite. En ce qui concerne les troubles du sommeil et les plaintes d’insomnie, tous les âges sont concernés. Les femmes sont plus touchées, ainsi que les personnes ayant une tendance aux légères anxiétés. Ces troubles sont souvent liés à des facteurs de stress et peuvent être un premier pas vers la dépression. Pour lutter contre le stress avant de se coucher, un bain se révèle être une option relaxante et efficace. L’environnement joue également un rôle : une chambre mal rangée et des murs aux couleurs trop agressives perturbent le sommeil. Préférez au contraire un lit confortable dans une chambre fraîche et dormez dans l’obscurité. Paradoxalement, ne pas trop dormir peut également être une solution à l’insomnie : mieux vaut un sommeil court et réparateur que long et entrecoupé de périodes énervantes d’insomnie. JOËL PAQUEREAU* « La vocation de l’Institut est éducative et préventive » « FAIRE CONNAÎTRE LES SYNDROMES DES MALADIE DU SOMMEIL » Autant que sa durée, la qualité du sommeil compte. DE NOTRE VIE se passe 1/3 à dormir. En France, la moyenne d’heures de sommeil est de 8 heures par jour, et de 7 heures pour les 18-55 ans lors d’une semaine active. Comment expliquer le développement du phénomène de l’insomnie ? Pr J. P. : Ce phénomène est probablement lié au développement du stress. Notre société est confrontée à une pression au travail et dans le cadre familial, surtout pour les femmes. La suractivité, le besoin de répondre à la demande, l’inquiétude de bien faire son travail, sont des soucis qu’on rapporte chez soi et qui viennent troubler le sommeil. EN COUVERTURE 7 Une petite verveine avant de se coucher, une solution naturelle aux insomnies. HEURE ET DEMIE. C’est 1 la durée moyenne d’un cycle de sommeil. Une nuit est composée de quatre à six cycles de sommeil, suivant les dormeurs. Pourquoi avoir créé un Institut national du sommeil et de la vigilance ? Pr J. P. : La naissance de l’INSV est le fruit d’un constat : ni dans les pouvoirs publics, ni dans la société, il n’y avait de prise en compte suffisante des problèmes du sommeil. Nous avons répondu à cette carence. La vocation de l’Institut est éducative et préventive. Il s’agit de faire connaître les syndromes des maladies du sommeil (insomnie, apnée du sommeil…), d’éduquer sur les questions comportementales et de pro poser un dépistage des patho logies du sommeil. Enfin, l’Institut cherche à convain cre les pouvoirs publics de reconnaître les troubles du sommeil comme élément de santé publique. * Le Pr Paquereau est président de l’Institut national du sommeil et de la vigilance. J. FEINGERSH PH/SUPERSTOCK/SIPA M. GAILLARD/REA ÉVÉNEMENT 19 mars : une Journée pour dormir Une sieste géante à Bordeaux pour la Journée du sommeil, en 2007. ➔ Il y a dix ans, l’Institut national du sommeil et de la vigilance créait la Journée nationale du sommeil. Elle reçoit aujourd’hui le soutien du ministère de la Santé et des Sports et du ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville, devenant pour cette dixième édition le relais de la Journée mondiale du sommeil. Son but : sensibiliser le grand public à la question du sommeil et à ses troubles et présenter les spécialistes dans les soixante centres qui soignent ces pathologies. La Journée du sommeil est également relayée par des mairies, des mutuelles, des CLIC (Centre local d’information et de coordination, pour personnes âgées). Le site internet de l’INSV (www.institut-sommeilvigilance.org) propose une carte du programme mis en place en France à cette occasion. Cette année, l’organisme investit l’espace public à Paris, en installant un village du sommeil sur la place de l’Hôtel-Dieu.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :