Direct Soir n°725 19 mar 2010
Direct Soir n°725 19 mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°725 de 19 mar 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 18

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Santé : les clés du sommeil

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Escapade Entre oasis et déserts, rencontres au cœur du Sud tunisien Destination proche et familière, la Tunisie a bien plus que ses plages à offrir. Au sud, parmi les dunes et les oueds s’est épanouie une culture simple et raffinée, que les Tunisiens sont heureux de faire partager. MohamedDaalouch est responsable d’une palmeraie de deux hectares à Tozeur, dans le Sud tunisien. C’est un homme réservé. Petit, sec, les cheveux gris, il garde ses yeux bleus rivés au sol lorsqu’il salue un visiteur. Mais quand il commence à parler de la nature, il s’anime vraiment. « Quand viendra le printemps, assure-t-il, notre jardin deviendra très joli. Il revêtira une broderie de verdure claire et belle. » Fraîche et naïve, cette touche poétique n’a rien d’étonnant à Tozeur. Car dans cette région d’oasis perdues entre étendues désertiques, lacs salés et montagnes arides, la vie suscite toujours l’émerveillement. La proximité de la palmeraie a profondément influencé l’architecture traditionnelle de la région. A Tozeur, le vieux quartier d’El-Zebda est un endroit paisible. On y entend surtout des cris d’enfants et d’oiseaux. Le silence est parfois déchiré par une pétarade de mobylette qui passe len- CARNET DE VOYAGE TOURISME Y aller ➔ VOYAGEURS DU MONDE (0 892 23 73 73 ; www.vdm.com) propose des séjours de huit jours dans le Sud tunisien. Le forfait comprend trois nuits dans les oasis (Tozeur, Tamerza), une nuit dans le désert et trois nuits à Djerba. Forfait « Rose des sables, éponge des mers », à partir de 1 400 € par personne, vols sur Transavia (www.transavia.com) compris, avec voiture et chauffeur sur place. pour Le désert à proximité de Douz est un point de départ de grandes méharées. Ces dromadaires cheminent entre les premières dunes du Grand Erg. tement d’une ruelle à l’autre. El-Zebda est composé de petites maisons aux murs de brique ocre savamment agencées. Prin ci - pal inconvénient de ces vieilles demeures : elles sont fragiles. La pluie est rare dans la région, mais elle peut faire des ravages. Tamerza et Midès sont deux oasis situées dans la montagne, à moins de cinquante kilomètres au nordouest de Tozeur. En 1969, un terrible orage Hébergements ➔ LE TAMERZA PALACE (00 216 76 48 53 44 ; www.tamerza-palace.com) : sans doute l’un des plus beaux hôtels du Sud tunisien. Dar Cheraït, à Tozeur (00 216 76 45 48 88 ; www.darcherait.com.tn). ➔ SUR L’ILE DE DJERBA, LE DAR DHIAFA (00 216 75 67 11 66 ; www.hoteldardhiafa.com). ➔ NOUVEAUTÉ : LE DAR HI (www.dar-hi.net). Cet « éco house & spa » avant-gardiste ouvrira au printemps. les a détruites et les habitants sont allés vivre un peu plus loin. Aujourd’hui, l’ancien village de Tamerza ressemble à un gros gâteau fondu au soleil. Mais il n’inspire pas la mélancolie. Peut-être à cause des trois mausolées blancs qui veillent toujours sur ses ruines ou des nuages d’oiseaux qui passent en pépiant au-dessus de la palmeraie toute proche. Dans la medina de Tozeur, Monder Abbess Cette semaine dans « LE FIGARO MAGAZINE » SAMEDI 20 MARS ➔ Spécial tourisme : 50 pages d’évasion en Méditerranée ➔ Industrie : peut-on sauver le Made in France ? ➔ Tim Burton au pays des merveilles : la folie Alice envahit la France Directsoir N°725/Vendredi 19 mars 2010 lutte à sa façon pour maintenir un art de vivre menacé. Ce musicien prend plaisir à faire partager sa culture aux touristes curieux de découvrir la vieille ville. « Ici je suis le roi ! Nous avons une belle cour toujours sous un ciel bleu ou étoilé. Je joue de la musique pour mes invités, je suis un fou ! » Il s’empare alors d’un oud et fredonne en souriant un air oublié. ■ Guillaume de Dieuleveult
www.directsoir.net INTERVIEW Pierre Brouwers, réalisateur L’œil infatigable d’un voyageur Comment est née votre passion du voyage ? Pierre Brouwers : Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé voyager, peut-être parce que je suis né dans un petit pays coincé entre plusieurs frontières : la Belgique. J’ai donc très vite eu besoin de voir ce qu’il y avait au-delà. A l’âge de 20 ans, je suis parti avec deux amis en Inde, une destination mythique à l’époque des hippies. On avait construit un véhicule de toutes pièces. Le voyage a été épique : on a eu des accidents, on s’est fait voler, agresser, on s’est retrouvé en panne, sans argent, j’ai été malade… Après un voyage comme celui-là, il ne peut plus vous arriver grand-chose de grave. Tout devient très relatif ! Vous avez créé votre société, Media 9. Présentez-nous votre travail… P.B. : La collection de base s’appelle « Découvrir le monde » ; ce sont des films documentaires de 52 minutes qui dressent le portrait d’un pays, d’une région ou d’une ville d’un point de vue géographique, culturel, économique, historique, humain… On essaie d’y décrire chaque pays de façon objective. Vous revenez d’un tournage en Colombie. Pourquoi cette destination ? P.B. : De la Colombie, on ne connaît que les Farc ou les narcotrafiquants… Le pays a une très mauvaise image. Pourtant, il y a des villes, comme Cali ou Medellin, qui sont devenues très intéressantes sur le plan culturel. La criminalité aujourd’hui n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était il y a dix ans. Tout ça a bien changé. TOURISME 11 Le créateur des « DVD Guides » présentera son nouveau film sur la Pologne, à l’occasion du Mondial du tourisme, qui se déroule ce week-end à Paris. Pierre Brouwers nous fait partager la beauté des paysages polonais. Avez-vous vécu des voyages « ratés » ? P.B. : C’est rare, mais c’est déjà arrivé, peut-être parce que j’étais fatigué. Dans les îles des Caraïbes, les gens n’étaient pas très accueillants, leurs îles n’étaient pas vraiment belles. Je n’avais pas envie de filmer. J’ai fait le strict minimum. Je ne le sentais pas. C’est une question de feeling. Où partez-vous en vacances ? P.B. : Vacances ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Il y a deux mots que je trouve bizarres, c’est « vacances » et « retraite ». Ça n’a pas trop de sens, dans la mesure où vous aimez ce que vous faites ! Mondial du tourisme, jusqu’au 21 mars, porte de Versailles, stand G 56, Paris 15 e (www.decouvrir-le-monde.com). Pologne, les chemins du renouveau, coll. DVD guides (Media 9/TF1 Video).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :