Direct Soir n°66 30 nov 2006
Direct Soir n°66 30 nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de 30 nov 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Nicolas Sarkozy candidat

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Jeudi 30 novembre 2006 6 ACTU EN COUVERTURE NICOLAS SARKOZY/Pour lui, c’est oui Le ministre de l’Intérieur a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2007. Son mot clé : « la rupture tranquille ». THOMAS LIARD AFP La mécanique semblait bien huilée. Ce matin, Nicolas Sarkozy devait annoncer sa candidature à l’élection présidentielle dans l’ensemble de la presse quotidienne régionale et départementale. Pour une audience maximale de 18,5 millions de lecteurs potentiels. Mais le secret a été éventé hier soir. Cet accroc ne change rien à l’affaire. Pour Nicolas Sarkozy, « la réponse est oui » même si ce n’est plus une « surprise » depuis longtemps. Le 20 novembre 2003, il avait déjà répondu qu’il pensait à son éventuelle candidature, avant d’ajouter le désormais célèbre « pas seulement quand je me rase ». Pour son conseiller politique François Fillon, cette volonté affichée très tôt constitue un avantage qui lui a permis de prendre « beaucoup d’avance » sur ses concurrents éventuels. Bernard Accoyer, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, a estimé quant à lui ce matin dans les couloirs de l’hémicycle que cette annonce ouvrait « le grand débat ». « Sarko », comme l’appelle son entourage, n’a maintenant plus qu’une seule étape à franchir : le congrès UMP du 14 janvier prochain, au cours duquel le parti doit désigner son portedrapeau. Dans les circonstances actuelles, ce pourrait n’être qu’une formalité tant ses challengers à droite, Michèle Alliot-Marie en tête, semblent battus d’avance. Dans les deux mois qui restent avant le congrès, Nicolas Sarkozy, adepte d’une « rupture » qu’il a qualifiée de « tranquille » devrait malgré tout s’atteler à verrouiller le parti autour de sa personne avec la volonté dont il est coutumier. Depuis 2002, Nicolas Sarkozy a pris l’habitude de réussir ses objectifs : les ministères de l’Intérieur en 2002, de l’Economie en 2004, mais aussi les rênes de l’UMP, arrachées la même année malgré l’hostilité de Jacques Chirac. Désormais candidat affiché et à la tête du plus Histoire d’une ascension Militant P.KOVARIK/AFP Nicolas Sarkozy au palais de l’Elysée, le 17 novembre 2003. Nicolas Sarkozy n’a jamais douté de son orientation politique. En 1974, à 19 ans, il adhère à l’Union des démocrates pour la république (UDR), parti gaulliste, qui deviendra le RPR en 1976. G. BENDRIHEM/AFP Maire et ministre grand parti de France, avec ses 300000 adhérents, Nicolas Sarkozy dispose de tous les outils pour mener son camp à la victoire. Ou pour chuter face à Ségolène Royal. En 2003, la candidate du PS ne passait pas encore pour un challenger crédible. Depuis, la donne a changé, le PS a débattu, les sondages ont bougé. Il reste à Nicolas Sarkozy, à Ségolène Royal, comme à tous les autres candidats (on attend l’annonce de François Bayrou), 143 jours pour convaincre les électeurs. Dès 1976, il devient responsable des jeunes du RPR. En 1977, il est conseiller municipal de la ville de Neuillysur-Seine avant d’entrer au comité central du RPR en 1979. Quatre ans plus tard, il emporte la mairie de Neuilly, qu’il n’abandonnera qu’en 2002. Il devient député des Hauts-de-Seine à 34 ans et se rend à son premier Conseil des ministres à 38 ans, en tant que responsable du budget. DRIOL/AFP Chef de parti L’info en plus Majorité à l’UMP Les sympathisants de l’UMP voteraient à 78% pour Nicolas Sarkozy s’ils pouvaient participer à des élections primaires du parti, selon un sondage Ipsos réalisé hier pour le magazine Le Point. En 1993, Nicolas Sarkozy s’engage au côté d’Edouard Balladur dans la course à l’Elysée. Pari perdu. En 1995, Jacques Chirac est élu. C’est le début d’une traversée du désert longue de sept ans. Première tentative de retour en 1999. Il dirige la liste RPR-Démocratie Libérale aux élections européennes, qui subit une lourde défaite. Il abandonne toutes ses responsabilités au sein du parti et se retire de la vie politique nationale. Pour mieux revenir en 2002, où il participe à la réélection de Jacques Chirac. Il devient président de l’UMP en 2004.
V. HACHE/AFP www.directsoir.net Anne-Sophie Lainnemé, victime ou complice du « peer-to-peer » ? CHÔMAGE/Stabilité en octobre h Le taux de chômage n’a pas bougé ce mois-ci. Il s’élève toujours à 8,8%. Ce matin, le ministre délégué au Budget, Jean-François Copé, a souligné qu’il y avait des signes encourageants. En début de semaine, le Premier ministre avait déclaré s’inquiéter de « la croissance nulle du troisième trimestre qui risque sans doute de se répercuter sur les chiffres de l’emploi ». Le taux de chômage pourrait donc repartir à la hausse. PS/Georges Frêche au tribunal h Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a déclaré ce matin sur RTL que Georges Frêche ne serait plus membre du PS si la véracité de ses propos sur la proportion de « blacks » dans l’équipe de France de football était confirmée. La commission des conflits du parti a été saisie. Georges Frêche comparait aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Montpellier concernant un autre dérapage verbal à l’encontre des harkis. DR AFP PHOTO INTERNET/La justice face au téléchargement illégal h C’était il y a deux ans. Anne-Sophie Lainnemé, 27 ans, se faisait arrêter par la police, suite à une plainte déposée par la Société des producteurs de phonogrammes en France et de la Société civile des producteurs phonographiques. La jeune femme est alors accusée, avec une cinquantaine d’autres internautes, d’avoir échangé illégalement des fichiers musicaux via des sites de peer-to-peer qui permettent d’échanger des morceaux entre utilisateurs. Le délit, qualifié de « contrefaçon de droit d’auteur », est passible de trois ans d’emprisonnement et de 300000 euros d’amende. Anne-Sophie Lainnemé réagit en témoignant auprès des médias à visage découvert, au nom de tous ceux qui auraient pu se retrouver à sa place. En octobre 2004, elle fait même la couverture de l’hebdomadaire Télérama. A son audience, qui a eu lieu le 19 octobre dernier, elle a fait valoir qu’elle ne voulait porter préjudice à personne : « Je téléchargeais les fichiers pour découvrir de nouveaux artistes et acheter leurs albums ou aller les voir en concert. Je n’avais pas l’intention de léser qui que ce soit. » Son avocat s’est servi des études sur le sujet pour démontrer que « plus on télécharge, plus on consomme ». Anne-Sophie s’est même déclaré « contre le tout gratuit ». Le verdict est attendu aujourd’hui. L’accusée encourt jusqu’à 1200 euros d’amende. h Microsoft lance aujourd’hui, auprès des entreprises, le remplaçant de Windows XP : Vista. Après cinq ans de développement, le nouveau système d’exploitation de la firme de Seattle espère s’imposer sur les 900 millions de PC de la planète, dont 90% fonctionnent déjà sous un système Microsoft. Au menu de ce nouveau logiciel, un habillage graphique refondu, des fenêtres transparentes laissant apparaître les autres, ou encore la reconnaissance vocale. A noter que la plupart de ces fonctionnalités se retrouvent sur d’autres logiciels téléchargeables gratuitement sur le Net. La sortie grand public est prévue pour le 30 janvier. LES SITES À CONSULTER ★★★★ ★★★ ★★★ www.clubic.com www.01net.com www.zdnet.fr 90% des PC sous Microsoft INFORMATIQUE/Lancement du nouveau Windows FRANCE CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS 1 Pour la deuxième année consécutive, le ministère du Travail et de l’Emploi s’associe à l’Organisation internationale du travail (OIT) dans une campagne de sensibilisation, du 29 novembre au 21 décembre, contre le travail des enfants dans le monde. 2 Selon le dernier rapport de l’OIT de juin 2006, si le travail des enfants dans le monde a diminué de 11%, et pourrait disparaître sous ses formes les plus graves, le problème persiste néanmoins. Dans le monde, un enfant sur sept âgé de 5 à 17 ans, est encore contraint de travailler. 3 Chaque année, près de 20000 enfants meurent dans des accidents liés au travail. L’OIT s’attache notamment à identifier les travaux dangereux, en particulier le secteur agricole qui occupe près de 70% des jeunes. 4 Pour mettre fin au travail des enfants, le rapport souhaite privilégier l’éducation et lutter contre la pauvreté. Il compte aussi sur l’engagement des secteurs économiques, encouragés à signer des « codes éthiques » et à retirer les enfants du travail, tout en favorisant l’emploi des parents. Caroline Halazy, Nicolas Cailleaud, Laure Degouy C. DESHAKALYAN/AFP Directsoir t Jeudi 30 novembre 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :