Direct Soir n°66 30 nov 2006
Direct Soir n°66 30 nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de 30 nov 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Nicolas Sarkozy candidat

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Jeudi 30 novembre 2006 10 ACTU MONDE M. NGAN/AFP UE-TURQUIE/Chypre, terrain de mésentente Réactions en chaîne après la recommandation de la Commission européenne, hier, de geler les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE. h « L’Union européenne n’avait pas d’autre choix », a estimé Jacques Chirac. Hier, Bruxelles a recommandé de suspendre partiellement les pourparlers sur l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Un scénario prévisible après l’échec, lundi dernier, d’une dernière tentative de l’Union Européenne de convaincre la Turquie de changer d’attitude avec Chypre. Ankara refuse toujours d’ouvrir ses ports aux navires chypriotes grecs. Devant ce refus persistant, la Commission a préconisé la suspension des discussions sur 8 des 35 chapitres qui font partie intégrante des conditions d’adhésion de la Turquie à l’UE. Une décision que le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a qualifiée aussitôt d’« inacceptable ». Il n’est pas le seul. A commencer par le Premier ministre britannique Tony Blair, qui a parlé d’une « grave ANNE DEVERRE Nouri al-Maliki : « le gars qu’il faut » aux yeux de Bush. erreur d’envoyer un signal défavorable à la Turquie en ce moment précis ». De son côté, la Suède craint que l’UE « ne freine trop fort » les négociations et que « le processus s’arrête complètement », ce qui serait « une calamité stratégique pour l’UE », selon le ministre des Affaires étrangères, CarlBildt. En Espagne, Jose Luis Zapatero a appelé les 25 à « travailler intensément » pour « laisser la porte ouverte à la Turquie ». Plus prudente, la chancelière allemande Angela Merkel, qui préfèrerait un « partenariat privilégié » avec la Turquie plutôt qu’une adhésion, a estimé que « la proposition de la Commission est un signal fort ». A Chypre enfin, le porte-parole du gouvernement a affirmé que « le gel de quelques chapitres (…) n’est pas une sanction, mais confirme le privilège dont jouit la Turquie pour ne pas respecter ses obligations ». IRAK/Bush : confirme sa confiance Le président Bush et le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki ont donné une conférence de presse ce matin à Amman, en Jordanie. h A en croire George Bush, il est « le gars qu’il faut » pour l’Irak. Le président américain a réitéré sa confiance ce matin envers Nouri al-Maliki, le Premier ministre du pays, pour rétablir la sécurité en Irak. Lors d’une conférence de presse commune à Amman, en Jordanie, les deux hommes se sont entendus sur un point : accélérer le transfert des responsabilités sécuritaires des forces de la coalition aux forces irakiennes. Bush a ainsi assuré qu’il était en train de réexaminer un renforcement du gouvernement irakien. Pour autant, le président américain n’a pas voulu entendre parler d’un calendrier de retrait, en affirmant que les troupes resteraient en Irak « jusqu’à ce que la mission soit achevée ». De son côté, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki s’est dit prêt à coopérer avec quiconque contribuerait à restaurer la stabilité dans le pays, à commencer par ses voisins, dans la mesure où ils ne s’ingèrent pas dans les affaires de son pays. Premier pays concerné : l’Iran, dont le rôle reste encore incertain. Cette déclaration intervient, en effet, au lendemain d’une visite du président irakien Talabani en Iran, au cours de laquelle son homologue iranien Ahmadinejad l’a assuré de son aide pour « mettre fin aux affrontements internes ». Pourtant, le Premier ministre irakien a minimisé ce matin l’influence iranienne en Irak et dans des zones de Bagdad. Olli Rehn, commissaire européen chargé de l’élargissement. Chypre, côté turc. Abdullah Gul, ministre des Affaires étrangères turc. G. CERLES/AFP SIBERT/COSMOS/PIXPALACE Y. LOGGHE/AP ANATOLIAN/REUTERS EN BREF MUSULMANS- ORTHODOXES : BENOÎT XVI FAIT COUP DOUBLE En visite en Turquie jusqu’à demain, le pape Benoît XVI a assisté, ce matin à Istanbul, à une messe célébrée par Bartholomée I er, patriarche œcuménique de Constantinople et primat des églises orthodoxes. Une rencontre hautement symbolique entre les deux chefs religieux, puisque le saint Père s’est fixé comme objectif principal de ce voyage en Turquie la réconciliation des deux églises, catholique et orthodoxe. Une priorité, d’ailleurs, de son pontificat. De son côté, la presse turque a salué les gestes de charme du pape envers le pays musulman. Les photos de Benoît XVI agitant un drapeau turc s’étalaient à la Une des journaux ce matin. « Le pape gagne les cœurs des Turcs », a constaté le journal populaire Posta, tandis que le journal libéral Radikal a relevé que « le pape qui a mis les gens en colère comme faisant figure d’ennemi des Turcs se révèle être amoureux de la Turquie ». Un éditorialiste a même été plus loin en estimant que « la visite papale a été programmée pour consacrer le dialogue entre chrétiens (catholiques et orthodoxes), mais d’une manière tout à fait inattendue, elle s’est révélée comme un effort de conciliation islamo-chrétienne ». Après ses propos contestés sur l’Islam à Ratisbonne, Benoît XVI s’est prononcé avant-hier en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’UE. ÉTHIOPIE : FEU VERT POUR INTERVENIR EN SOMALIE Le Parlement éthiopien a adopté ce matin une résolution sur la situation en Somalie l’autorisant à « prendre toutes les mesures légales pour contrecarrer toute invasion » de l’Ethiopie. Les tensions sont de plus en plus fortes entre le gouvernement somalien de transition, soutenu par la capitale éthiopienne Addis-Abeba, et les islamistes, qui étendent leur emprise sur le sud de la Somalie depuis juin. Le Parlement éthiopien a toutefois enjoint « le gouvernement à poursuivre le processus de paix ». ALLEMAGNE : LE CHÔMAGE A BAISSÉ C’est une première depuis quatre ans. Le nombre de chômeurs en Allemagne est passé sous la barre symbolique des 4 millions, une situation inédite depuis octobre 2002. L’Agence pour l’emploi allemande a annoncé que le taux de chômage dans le pays atteignait 9,6% en novembre, contre 9,8% le mois précédent. En comparaison, le taux de chômage de la France a stagné ce mois-ci à 8,8%, même si le pays enregistre une baisse quasi continue du chômage amorcée en mars 2005.
nlr•dlla•lll •f f www.neu. r Tout est dans la Neuf Box. ne uF



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :