Direct Soir n°642 12 nov 2009
Direct Soir n°642 12 nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°642 de 12 nov 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Robbie Williams, ange et démon

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Skoda Superb Combi 2.0 TDI 170 Révolution de velours La Superb berline avait séduit par son volume et son rapport qualité/prix mais beaucoup avaient trouvé sa poupe ratée. Aujourd’hui, la marque tchèque dévoile la version Combi, beaucoup plus harmonieuse. Alors, à ce niveau de prix, ce grand break a-t-il des défauts ? Discrète à l’allure sportive, la Superb Combi n’a pas le caractère de ses prétendues concurrentes allemandes de haut de gamme. Mais avec son habitacle et son coffre géants, ce break saura séduire les automobilistes en quête d’espace. En effet, pouvant embarquer de 633 à 1865 l de bagages, une fois les sièges rabattus, ce modèle est l’un des plus vastes de sa catégorie, juste derrière le break Mercedes Classe E. L’intérieur est, pour sa part, bien fini et confortable même si la console centrale, trop large, est en contact permanent avec le genou droit du conducteur. Un problème récurrent chez Skoda. Quant aux places arrière, elles sont hallucinantes et comparables à celles de la Mercedes Classe S. 2 OU 4 ROUES MOTRICES Pour sa Superb, le constructeur tchèque propose quatre finitions. L’entrée de gamme, baptisée Ambiente, est bien fournie, alors que la version la plus richement dotée, Praha, vous offrira quasiment toutes les options pour 7140 euros de plus. Sur notre modèle d’essai rien ne manquait, du système de navigation aux réglages des sièges électriques à l’avant et chauffants à l’avant comme à l’arrière, en passant par les radars Un intérieur spacieux auquel rien ne manque, ou presque. AUTOMOBILE SKODA de recul ou le toit ouvrant panoramique. Ce dernier est toutefois facturé 1100 euros. Sous le capot, le diesel à rampe commune de 170 ch sait rester discret et s’avère finalement suffisant pour la vocation de ce gros break. Sa consommation mixte annoncée est de 6,5 l aux 100 km, soit quatre litres de moins que le V6 à essence ! Les quatre roues motrices sécurisent la Superb Combi et la collent à la route en cas de perte d’adhérence alors qu’en motricité normale, elle fonctionne comme une traction. La boîte DSG 6 à double embrayage proposée en option à 1500 euros est agréable et efficace. La Superb Combi sera disponible au mois de janvier avec, au choix, deux motorisations diesels et trois à essence. Plus belle et plus pratique, elle coûtera de 1300 à 1500 euros de plus que la berline. Malgré son gabarit imposant (4,84 m de long), ce break s’avère plutôt maniable. Retrouvez sur Direct 8, tous les samedis à 18h30, l’émission Direct Auto, présentée par Grégory Galiffi. Puissance : 170 ch à 4200 tr/min Couple : 350 Nm à 1750 tr/min Vitesse maximale : 217 km/h De 0 à 100 km/h : 9,1 s Emissions CO2/km : 168 g/km Eco malus : 750 euros Consommation cycle mixte : 6,5 l/100 km Poids : 1572 kg Volume du coffre : de 633 à 1865 l Prix : à partir de 30010 euros Rapport prix/prestations. Espace disponible. Déficit d’image. 4X4 et DSG incompatibles (sauf V6). CONCLUSION : Le vaisseau amiral tchèque devrait pouvoir se démarquer de la concurrence grâce à son habitabilité record et à ses tarifs contenus. EN BREF N. COUTEAU/SIPA 24 Heures du Mans François Fillon aux commandes ➔ Fan de sport automobile et Sarthois d’origine, l’hôte de Matignon a effectué plusieurs tours du circuit du Mans au volant de la Peugeot 908 victorieuse des dernières 24 Heures. Il a convaincu jusqu’à Nicolas Minassian, pilote de la Peugeot n°7, « bluffé » par un François Fillon (photo) qualifié de « très méticuleux ». Directsoir N°642/Jeudi 12 novembre 2009 RENAULT Les prix sont donnés à titre indicatif. Nouveauté Renault exhume la griffe Gordini ➔ « Gord », un diminutif qui parle encore. Renault a choisi de faire renaître le mythe via une griffe chic pour ses modèles RS. La marque capitalise sur l’héritage sportif incarné par la R8 (photo) d’Amédée Gordini mais l’adapte à un XXI e siècle où style et confort semblent plus compter que performances et légèreté.
www.directsoir.net HOMMES Tout pour une barbe au poil ! Le rasage matinal reste pour beaucoup d’hommes un véritable combat. Pour éviter les coupures et le « feu » du rasoir, un manuel de survie n’est vraiment pas superflu. Tous les individus de sexe masculin sont confrontés, arrivés à l’âge de la puberté, à l’exercice souvent quotidien du rasage. En effet, si la moustache et la barbe survivent dans nos régions, elles sont aujourd’hui largement minoritaires, contrairement à d’autres époques où elles régnaient glorieusement sur le visage des hommes. L’ART ET LA MANIÈRE Le rasage, opération répétitive, mérite d’être pratiqué avec méthode et soin, à la fois pour ne pas y passer trop de temps et ne pas risquer d’abîmer une peau fragile. On préférera toujours le moment du lever, car la peau a été détendue au maximum par le repos nocturne. Prendre une douche avant est idéal, l’eau tiède assouplissant à merveille le poil. Il est aussi important de se nettoyer le visage avec une crème ou une lotion désincrustante 330 C’est la surface, en mètres carrés, qu’un homme rase tout au long de sa vie. afin d’éliminer points noirs, sébum et cellules mortes. Enfin, on appliquera le produit protecteur de son choix (voir encadré), en massant délicatement des joues qui ne vont pas tarder à être agressées. Le rasage proprement dit peut alors commencer. Avec un rasoir mécanique, deux passages en opposition sont en général recommandés : d’abord dans le sens du poil, en partant des pattes, puis à rebrousse-poil, depuis le cou vers le menton pour liquider les résidus. Le rasoir électrique, lui, demande d’attaquer d’emblée l’objet pileux à contresens, pour que la grille de protection dégageant la tige offre à la lame un angle de coupe optimal. L’opération n’est pas terminée : il s’agit maintenant d’apaiser la peau. Pour resserrer les pores, il faut se rincer le visage à l’eau chaude, puis à l’eau froide, avant de passer un bloc de pierre d’alun et d’appliquer, pour finir, l’après-rasage. Le tour est joué. BRANDEL/WPA/SIPA T. WEGNER/LAIF-REA MIEUX CONSOMMER 13 LE CHOIX DU RASOIR La mécanique des hommes ➔ Le grand vainqueur de l’éternelle compétition, c’est lui. Préféré à son rival électrique par 66% des hommes, le rasoir mécanique (ou « à main ») brille par sa précision et son efficacité. Il existe maintenant en trois, quatre et même cinq lames. Pour un résultat incomparable : une peau douce et lisse, une sensation de fraîcheur inédite. L’ami électrique ➔ Le mal-aimé de l’époque offre pourtant quelques avantages : ses lames sont protégées, ce qui exclut les coupures. Le rasage est donc beaucoup plus rapide. Mais est-ce un avantage si l’on considère avec le barbier qu’« un rasage réussi, comme pour l’amour, nécessite du temps » ? TÉMOIGNAGES ➔ RAYMOND, 72 ANS « Ah ! que je regrette l’époque du coupe-chou ! On n’avait pas à s’encombrer alors de ces mille et une lames qui vous coûtent une fortune. Une fois qu’on avait acheté son instrument, on était bon pour la vie. Sans parler de la redoutable poésie du blaireau, avec ses poils doux qui vous chatouillent le cou et font rire les petits enfants. » ➔ REYNOLD, 28 ANS « Je suis un inconditionnel du rasoir mécanique. La sensation que l’on éprouve après avoir terminé l’opération est sans équivalent : on est enfin prêt pour une bonne journée, les joues un peu en feu, mais ça réveille. Surtout depuis l’invention des trois lames, qui assurent un rasage de près millimétré. Le seul problème, c’est le prix des lames, un peu élevé. » S. MANSON/REDUX-REA Une pilosité inégale ➔ Manque de bol pour les hommes, les poils de barbe sont les plus épais et les plus résistants du corps humain. D’où la nécessité de recourir à un matériel aiguisé pour s’en débarrasser quotidiennement. Leur rythme de croissance est de 0,3 à 0,4 mm par jour ; il faut noter qu’il s’accélère en été sous l’effet de la chaleur. Contrairement aux idées reçues, le rasage n’augmente pas ce rythme ; en revanche, la coupure nette du poil par le rasoir lui donne un effet roide et piquant. Les hommes sont inégaux devant la production pilaire et la répartition de la pilosité sur le visage. Le nombre de poils par cm 2 est estimé à 385 au-dessus de la lèvre supérieure, 520 sur le menton, 830 sur les joues et 300 au niveau du cou. Un rasage en douceur Franz Mitterhauser, lors du championnat international de moustache et barbe, en 2007. ➔ Que l’on adopte un engin mécanique ou qu’on lui préfère son pendant électrique, on a de toute façon le choix entre divers modes de protection de la peau face à l’agression du rasoir. Adepte du rasoir à lame, on hésitera entre le traditionnel savon à barbe (en bloc ou en crème) et les mousses à raser en aérosol, les gels ou même les huiles. Le savon est affaire de puriste et réclame l’appui indispensable de son compagnon de toujours, le blaireau en poils de martre ; mais son utilisation est plus chronophage. Qui a des problèmes de peau préférera en revanche les produits modernes, aux agents antibactériens. Pour le rasage électrique, on peut utiliser aussi des huiles ou des gels, qui préparent la peau. Dans tous les cas, se souvenir du dicton des barbiers : « Une barbe bien savonnée est déjà à moitié rasée ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :