Direct Soir n°624 15 oct 2009
Direct Soir n°624 15 oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°624 de 15 oct 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : François-Xavier Demaison, l'histoire d'un mec

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 DR AUJOURD’HUI LE BILLET DE JACQUES SÉGUÉLA Publicitaire Jamais le vendredi ? Match au sommet du cinéma français. D’un bord, Jérome Seydoux, le président de Pathé, propose que les sorties dans les salles soient repoussées au vendredi. Motifs : c’est la règle commerciale dans les autres pays du monde, mais surtout, le mercredi est le jour de la Ligue des champions. Conséquence : non à l’exception française, oui à l’oppression footballistique. De l’autre bord, Alain Sussfeld, le directeur général d’UGC, s’insurge et avance deux contre-arguments. La sortie de milieu de semaine crée l’événement, celle du week-end noierait nos films dans le fleuve tumultueux de la « foultitude » des activités du week-end. Mais surtout, ce serait donner aux blockbusters une arme fatale pour finir d’écraser la concurrence de leur chic de stars et leur choc de pub. Place donc à la diversité culturelle et à la libération des imaginations. En prime, un argument culturo-affectif : le mercredi est le jour des enfants et les enfants aiment le cinéma. Qui plus est, ils en sont le futur. Raison de plus pour les privilégier. Et voici que les faits viennent appuyer la contre-attaque d’UGC. Le mercredi, veille de la déclaration de guerre de Pathé, les entrées ont bondi de 60%. Il y avait bien en prime time un « best » du foot : Real Madrid-Marseille, mais les salles affichaient la sortie du Petit Nicolas. A l’avenir, Goscinny et Sempé auront-ils raison de Cristiano Ronaldo et d’Hatem Ben Arfa ? Ce n’est pas aux producteurs et aux distributeurs d’en décider, le vrai financier du cinéma, c’est vous. Dites-nous votre choix. Réagissez : redac@directsoir.net EN HAUSSE RACHIDA DATI L’ancienne garde des Sceaux, aujourd’hui députée européenne et maire du septième arrondissement de Paris, a désormais sa statue au musée Grévin, dans la capitale. EN BAISSE PETER DOHERTY Selon le magazine Closer, le chanteur anglais aurait atteint un stade de fatigue intense, qui expliquerait son hospitalisation, lundi soir. GINIES/SIPA D. HARTLEY/REX FEATURE/REX/SIPA V. PINTI/AFP La PHOTO du jour Le RDV du jour La révolution des nanotechnologies ➔ Elles sont encore méconnues mais sans doute révolutionneront-elles notre futur. Les nanotechnologies – ou technologies ultraminiaturisées–, sur lesquelles planchent les laboratoires du monde entier, pourraient en effet bouleverser des secteurs aussi vastes que la santé, la défense, l’agroalimentaire, la cosmétique et bien d’autres domaines. Etudiées ou déjà utilisées pour leurs propriétés mécaniques, chimiques, nutritives ou informatives, elles restent un mystère pour le grand public. Pour éviter ce cloisonnement, le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, a décidé de lancer un vaste débat public, dont le premier acte se déroule aujourd’hui à Strasbourg avant de se poursuivre dans seizevilles de France, jusqu’au 23février. Objectif de ces rencontres : faire découvrir le potentiel des nanotechnologies, combattre les idées reçues et présenter les interrogations toujours en suspens. Le débat se poursuit sur le Net, sur le site www.debatpublic-nano.org. BORDAS/SIPA Le FAIT du jour Directsoir N°624/Jeudi 15 octobre 2009 VATICAN ➔ A l’occasion de l’Année internationale de l’astronomie, le Saint-Siège présente une collection exceptionnelle récapitulant dix siècles d’observations et de croyances. L’exposition ouvre demain. De nouvelles plaques pour les véhicules d’occasion ➔ Après les voitures neuves, c’est au tour des modèles d’occasion d’arborer à partir d’aujourd’hui les nouvelles plaques d’immatriculation. Deux chiffres, trois lettres et encore deux chiffres permettront d’identifier les véhicules –motos, voitures ou poids lourds– tant qu’ils seront en service. Pour les nostalgiques des départements, il sera toujours possible d’indiquer son « terroir » d’origine sur le côté droit de la plaque minéralogique. Tous les véhicules d’occasion recevront cette nouvelle immatriculation à la première modification intervenant sur la carte grise, qu’il s’agisse d’une cession, d’un changement d’adresse ou d’une intervention technique. Il n’existe aucune date butoir pour effectuer le remplacement des plaques et les changements volontaires ne sont pas encore possibles. Une révolution culturelle tout en douceur, en somme…
www.directsoir.net L’HOMME du jour ➔ Mais quand prend-il le temps de souffler ? Depuis son retour au gouvernement, en juin, et la prise en charge du dossier de l’industrie, sous l’égide de la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, Christian Estrosi multiplie les interventions. Tout en gardant un œil sur la mairie de Nice, son fief azuréen, il se positionne sur tous les points chauds que l’actualité –la crise– fait surgir quasi quotidiennement. S’il tente au cas par cas d’atténuer les conséquences de sinistres industriels (NewLogic, Chaffoteaux, Molex…), l’ancien champion de moto s’efforce aussi de faire plus globalement du secteur industriel un vecteur de la reprise économique. Les états généraux que Christian Estrosi inaugure aujourd’hui répondent à cette vision économique, présentée par Nicolas Sarkozy le 3 septembre. Le défi s’annonce ardu : avec 100500 emplois détruits au premier semestre, l’industrie française se sent davantage menacée qu’en position de « booster » l’économie en général. D’où une Christian Estrosi lance aujourd’hui les « états généraux de l’industrie » voulus par Nicolas Sarkozy. Un ministre de l’Industrie sur tous les fronts riposte en deux volets. Le premier consiste à empêcher par tous les moyens les processus de délocalisation et à atténuer les plans sociaux par des processus de reprise. Le second se veut plus volontariste, sinon optimiste, et vise à créer des emplois et de la richesse par une série d’investissements ciblés –en particulier dans les secteurs de la recherche et du développement– ou des dispositifs fiscaux ad hoc. Reste à convaincre et à rassembler les partenaires sociaux. C’est tout l’enjeu de ces états généraux. Christian Estrosi, héraut du patriotisme industriel, y joue sans doute son avenir politique, lui qui, en l’espace de quelques mois, s’est donné une envergure nationale après avoir fait ses armes dans ses chères Alpes-Maritimes. WITT/SIPA AUJOURD’HUI 3 Le TOP du jour ZOOM SUR LA PHOTO ➔ Le Salon de la photo ouvre ses portes aujourd’hui, Porte de Versailles. En marge de la partie commerciale de la manifestation, rencontres, débats et expositions sont organisés, dont un hommage au photographe Willy Ronis, décédé le 12 septembre. Jusqu’au 19 octobre. www.lesalondelaphoto.com EXÉGÈSE DE LA LANGUE DE BOIS ➔ Parler pour ne rien dire, pour endormir les esprits ou pour faire passer les pires turpitudes ne date pas d’hier. L’auteur le démontre avec brio. Une histoire de la langue de bois, Christian Delporte, Flammarion, 21 €.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :