Direct Soir n°616 5 oct 2009
Direct Soir n°616 5 oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°616 de 5 oct 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Prix Nobel : une semaine géniale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 MERIADECK/DIRECT8 AUJOURD’HUI LE BILLET DE BERTRAND DELAIS Journaliste, réalisateur Un Nobel pour les Nobel Il y a un mystère Nobel. Voilà plus d’un siècle que, tous les mois d’octobre, on décerne plusieurs prix Nobel. Le monde a changé, a connu des bouleversements et ces prix, qu’il s’agisse du Nobel d’économie, de littérature, de médecine ou du Nobel de la paix, tous ces prix conservent un prestige intact. Pourtant, il eût été facile de se perdre, de laisser filer un peu de son aura. Mais là, rien de tel. On guette toujours avec attention les heureux lauréats. Chaque Etat se félicite de compter un heureux bénéficiaire parmi les siens ! Pour arriver à traverser ainsi le temps, l’académie des Nobel a su faire preuve d’intelligence. D’abord, elle a toujours eu du discernement dans le choix des différents lauréats. Un discernement fait de prudence et d’habileté. Si on prend par exemple la liste des lauréats du prix Nobel de la paix, on constate qu’elle évoque imperceptiblement tous les conflits du XX e siècle. Mais on remarque aussi qu’ils ont toujours été donnés à un moment opportun, qui n’est pas nécessairement le temps médiatique. Il subsiste bien quelques ratés, mais en réalité fort peu. Pareil pour le Nobel de littérature. La France, qui connaît le plus grand nombre de lauréats du prix Nobel de littérature, a vu célébrer des écrivains aujourd’hui totalement oubliés, comme le poète provençal Frédéric Mistral. Depuis quelques années pourtant, qu’il s’agisse du prix Nobel d’économie ou de littérature, certains esprits ont évoqué l’idée d’une dérive « gauchiste » de l’académie des Nobel. Si le mot est incontestablement exagéré, il n’en demeure pas moins que les Nobel évoquent une espérance totale dans le progrès, et cette espérance en un monde chaque jour meilleur constitue à notre époque une véritable prouesse… Il faudrait peut-être alors décerner un Nobel aux Nobel ! Le CHIFFRE du jour 160 ENFANTS NAISSENT CHAQUE ANNÉE ATTEINTS DE LEUCODYSTROPHIE. Ces maladies orphelines, pour lesquelles les traitements sont quasiment inexistants, détruisent le système nerveux central. Ses conséquences sont catastrophiques. Pour financer la recherche, l’association ELA organisait aujourd’hui la « dictée d’ELA ». Un texte de sensibilisation, rédigé par l’écrivain Guillaume Musso, a été dicté dans tous les établissements volontaires, parfois par des célébrités parrainant l’opération (www.ela-asso.com). T. ALJIBE/AFP Les PHOTOS du jour Le RDV du jour Révolution au Royaume-Uni ➔ Décidément, tout passe, même outre- Manche : la vénérable Chambre des lords, qui fut longtemps aussi la plus haute cour pour les cas criminels et civils du Royaume- Uni, se voit dépossédée de ses pouvoirs judiciaires au profit d’une nouvelle institution, la Cour suprême. Pas besoin de la chercher bien loin : elle aura son siège juste en face de la Chambre des lords, à Middlesex Guildhall, à Londres. Cette innovation intervient dans le cadre d’une réforme plus large de la constitution non écrite du royaume, mise en œuvre sous Tony Blair. Il s’agit de mettre fin à une certaine opacité qui régnait dans le travail des douze lords juridiques, chargés de dire la justice en dernier recours. La création de la Cour suprême permet surtout de séparer les pouvoirs, puisque ces lords étaient jusque-là membres de la Chambre haute du Parlement et juges en même temps. Leurs successeurs seront désormais nommés par une commission indépendante. N. ASFOURI/AFP Le FAIT du jour Directsoir N°616/Lundi 5 octobre 2009 TAYTAY ➔ Pas question, pour ce Philippin, de laisser son véhicule en proie aux eaux qui ont dévasté le pays la semaine dernière. Tout l’archipel des Philippines a été placé en état de catastrophe naturelle par la présidente Gloria Arroyo. Bruno Le Maire défend le lait à Bruxelles ➔ Après la table ronde qui a réuni jeudi dernier autour de lui tous les acteurs français de la filière du lait, le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, était attendu aujourd’hui à Bruxelles pour une réunion informelle avec ses homologues européens. Afin d’enrayer la chute des cours, entraînée par une surproduction mondiale, le ministre a déjà proposé à ses interlocuteurs français d’instaurer des « contrats » entre producteurs et industriels pour permettre aux premiers de connaître le prix auquel ils seront payés à terme. Ces contrats seront « encadrés, supervisés par l’Etat ou l’interprofession », précisait-il la semaine passée. Aujourd’hui, il devait évoquer la mise en place à l’échelle européenne de « volumes indicatifs » de production, en remplacement des quotas, qui seront abandonnés le 31 mars 2015. Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, devrait évoquer la mise en place de « volumes indicatifs » de production.
www.directsoir.net MARSEILLE ➔ L’exposition « David, Klimt, Toulouse-Lautrec, Degas… de la scène au tableau » ouvre ses portes demain au musée Cantini. Elle présente notamment ce tableau de Francesco Hayez, Caterina Cornaro recevant la nouvelle de sa destitution comme reine de Chypre. L’ANNIVERSAIRE du jour Le dalaï-lama nobélisé ➔ Il y a vingtans, le chef spirituel des Tibétains recevait le prix Nobel de la paix, près de trente ans après le début de son exil. Par cette distinction, l’académie suédoise récompensait l’action inlassable et non violente du dalaï-lama pour faire reconnaître l’existence et les droits du peuple tibétain, asservi par la Chine depuis 1950. Moins de six mois après la sanglante répression de manifestations sur la place Tien An Men, à Pékin, ce prix Nobel fut considéré comme un camouflet par les autorités chinoises. L’HOMME du jour Philippe Rondot : général graphomane 5 octobre 1989 L’ancien agent des services spéciaux témoigne aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Paris, dans le cadre de l’affaire Clearstream. ➔ C’est un homme dont le visage affable masque de tortueux secrets qui, aujourd’hui, devait témoigner dans le cadre de l’affaire Clearstream. Le général Rondot est en effet une pièce maîtresse de cette manipulation dont les buts ne sont toujours pas établis. Pourtant, ce brillant saint-cyrien méritait mieux que de finir en témoin d’une machination politique. Le général de division, qui fut d’abord commando parachutiste, détient aussi un doctorat en sociologie politique. Sa carrière, jusqu’au milieu des années 1970, est celle d’un honorable officier subalterne au sein des services du renseignement militaire (le Sdece à l’époque). Pourtant, le capitaine est débarqué en 1975 alors qu’il est à Bucarest, en Roumanie, sans qu’on connaisse la cause exacte de cette mise au placard. C’est alors qu’il pénètre des zones plus opaques, plus savonneuses, où le service de l’Etat français implique que les règles soient plus ténues. Il travaille pour la DST (le contre-espionnage), est l’un des artisans de la libération des otages français au Liban, exfiltre lui-même le général Aoun en 1990 et met la main sur le terroriste Carlos en 1994. Il tente même de libérer les moines de Tibhirine deux ans plus tard, en Algérie. Entretemps, il est devenu proche du pouvoir : chargé par Jacques Chirac d’enquêter sur les services secrets français eux-mêmes, il passe au service de Dominique de Villepin, Premier ministre. Et, si l’on en croit ce que racontent ses petits carnets, il se prend les pieds dans une affaire qui promet de faire date dans l’histoire politico-judiciaire de la République. AUJOURD’HUI 3 A.-C. POUJOULAT/AFP AFP M. BUREAU/AFP Le TOP du jour LÂCHEZ-VOUS ! ➔ Dans son nouvel ouvrage Geluck se lâche, le dessinateur belge réunit textes et dessins, pour la plupart inédits en France. Créateur du célèbre Chat, Philippe Geluck a puisé dans ses travaux réalisés pour l’hebdomadaire Siné Hebdo et le supplément week-end du quotidien belge Le Soir. Geluck se lâche, Philippe Geluck, Casterman. SECRETS DES S.A.S. ➔ Assez loin des passionnantes fantaisies de Gérard de Villiers, l’histoire vraie des S.A.S. est tout aussi palpitante. Histoire secrète des S.A.S., Jean-Jacques Cécile, Nouveau Monde Editions, 22 €. LA SŒUR UNIVERSELLE ➔ Moins d’un an après sa mort, Sœur Emmanuelle est l’objet d’une formidable BD retraçant son parcours exemplaire. Cet album est vendu au profit d’Asmae – Association Sœur Emmanuelle. Cayrol-Domon-Galdric, Yalla !, Casterman, 10,40 €. EN HAUSSE WILL SMITH Accompagné de sa femme, l’acteur américain présentera le concert des Nobel le 11 décembre à Oslo (Norvège). EN BAISSE BILL GATES Avec la crise, le fondateur de Microsoft a perdu 7 milliards de dollars. Il reste toutefois l’Américain le plus riche, selon le magazine Forbes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :