Direct Soir n°593 2 sep 2009
Direct Soir n°593 2 sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°593 de 2 sep 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Education : l'école de demain

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 AUJOURD’HUIAVEC LE BILLET D E JEAN-CLAUDE TERGAL Je suisinconsolable,ok ? Aujourd’hui,j’aientendu M ichelJonasz à laradio. De sa voixplaintive desaintm artyr,ilse lamentait : « Dites-m oiqu’e leestpartiepourunautrequem oi mais pas à côôôse de m oi ! ».Je n’aijam aistrès bien com prisla nuance. Danslesdeuxcas,c’estnul.Qu’eletequittepouruneraison X(tupuesdela gueule)ou qu’eletequittepourunautre qu’elepréfère,quiestmieuxquetoi,quilafaitmieuxjouirque toi,quiesttelementplusdrôleetquipuemoinsdelagueule… Où EST LE BéNéFICE ? Mesamisontpourmoiunephrase aussistupide : « lesfiles, tutapesdu pied dansun arbre,ily en a dixquitom bent ».En gros:t’aurasvitefaitd’en retrouverune autre.J’adm irechez euxlarapiditéaveclaqueleilsfontleurdeuilde m a relation am oureuse.Ils oublientun détail:aucun êtrehumain, abandonné parcele qu’ilaimait,n’aenviedetaperdu pied surce fichu arbreàfilesetde s’en prendredixsurlecoinde latête.Au passage,quefontde leursjournéescesdixfilesau milieu des branches ? M ystère… Etcom mentm es am is envisagent-ilssiaisémentquel’unedecesfem elesarboricoles puisse rem placerlafemmedemavie,siraffinée,sicultivée, alors que dans ces branchages frustes,on doitpeu avoir l’occasion de s’adonneraux artsetàlaculture,à tous les coupsjerécolteraisune fileunpeusimplette,sansaucune conversation. Etpuis,excusez-moi,cesfilesquitom bentcom meun fruittrop mûr(déjàl’im age n’estpasragoûtante)c’esttrop facile.Où estledésir,l’a tenteinfiniesousunréverbèrepourL’entrevoir une seconde ? Sieles’aplatitcom meunebouseàm espieds, disponible,offerte… En plus on m’en pronostique dix,pas moins,s’écrasantautourde m oi,véritablebombardement ovarien.Au secours ! AlorsMicheletlesautres,arrêtezde me consoler,d’accord ? L’IM AGEdujour Le FAITdujour Le gentlem an etlafilledejoie ➔ Un jour,dans le quartierchaud de lavile,une dame,m e voyantpasserpourlaseptièm e fois leregardausol,m’afaitcettesimpleproposition : « Tu viens ? ».Sans le savoir,e leavaittrouvé lafaile. Je n’aijam aissurésisterà la dem ande d’une file, dotéd’une solide éducation « gentlem an » qui m’interditderepousserdesavancesdem anière vexatoire. J’acceptaidonc,en ajoutant que jetenais absolumentà lapayer,pas question de passedroitsousprétextequejen’étaispasl’un deses clientshabituelsperclusde m isèresexuele. Le couvre-litsurlaquelelabeleétenditquelques sopalinspréventifsmerappelaitfortementceluide matanteduPas-de-Calais:les mêmes m otifs floraux.Ce terém iniscence n’étaitpasen soifolement érogène.En outre,j’ailesouvenird’uneradio,réglée surRTL,lebuletindetreizeheures,etlerappeldela découverteducorps de lapetite Sandrine dans un sac au fond de laNièvre. Toutcecieutsurmoil’e fetcastrateurque lesâm es sensiblesm e pardonneront.J’aialorschangé de tactiqueen annonçantàladam equej’étaisvenu pourlasortirde cetenfer,etque s’ilfa lait ferrailercontrequelque souteneurvéreux,jele ferais. Avecun soupird’exaspération,elem’afoutuàlaporte.
www.fluideglacial.com Le C O N SEILdujour La PH R ASE du jour L’HOM M E dujour Le nouveau Jean-C laude ? AUJOURD’HUIAVEC « Jean-Claude,ce n’estpas un prénom qu’on peutfacilement crierpendantun orgasm e ! » ➔ Mais non Jean-Claude,toinon plous,tou n’aspaschangé… (Toujourslemêmeparfum léger/Toujoursle même petitsourire/Quienditlong sansvraimentledire) C’estJean-claudeTergallui-même quiledit:quand lesgenspartentce n’estpasun vide qu’ilslaissent,c’estun trop plein. Trop-pleindesouvenirs,d’ém otionsintactes.C’estexactementce quise passaitdepuissondernieralbum : Jean-Claude étaitlà,partout,toutle tem ps,à traverstouscesloosersquel’on croisaitettouscesm oments desolitudesquel’on vivait… Heureusementilrevient,etpluségal àlui-mêmequejam ais,sice n’estunelégèreassurancequ’il auraitprise avec les années,m ais quine luisertqu’à retom bertoujoursplus bas,avec toujoursplus de fracas.C’estun bonheurde leretrouvercom me ça, deriregénéreusementdeceratésentimentalquinous surpasseratoujoursaumoinsdansun dom aine:c’est peut-êtreunlooser,m aisc’estlemeileur ! Jean-ClaudeTergal:un personnagem ythique qui dépasse les frontières de laBD,déjà adaptéau ciném aparson auteur("LeNouveau Jean-Claude") maissurtoutdontlepatronym e estentrédansle langage courant.Celafaitplus de huitans qu’on attendaitleretourdu vraiJean-Claude (l’ancien, levrai). Publi-communiqué Le C H IFFRE du jour 47 Le rendez-vous du jour 3 M’étantsurprisàvouloirtrom per m on ennuidans lebushier,j’ai énum éré toutes les femmes présentesetfaituneestimation du nom brede seins contenus parl’autobus.Facile:sauf ablation regrettable,on m ultipliepardeux.Puis on évalue lepoids m oyen de chacun d’entre eux-une fem me enceintefaisantlourdement pencherlabalance – eton obtientainsilepoids totaldu corpusmammaireenvironnant.Résultat : j’aiprisle busavec47 kilosde seins ! Le TO P du jour JEAN -C LAU D E TER G AL TO M E 9 (Fluide G lacial). ➔ Pasfaciled’êtrelehérodecesdames. C’estce que nousm ontrenotreJ.-C.dans ses nouve lesnon-aventures. JH bon.santécher.JF + siaff. Je tenaisàprofiterde l’opportunitéquim’est offertedepouvoirm’adresserà laFrance entière (65 m ilions d’individus dont 31 m ilions de fem mes,ça change lavie !), pourlancerun petit appel.Depuishier,jerechercheunejeunefemme brune,à peu près1m 70,auxyeuxde velourset àlaboucheengageante.Com prenons-nousbien, jenerecherche personne en particulier.Disons que ceciestplutôtma prem ièrepetite annonce officiele.Etpourceuxquim e croientun habitué despetitsbiletsdespagesrose bonbon,passez votrechemin.Vous n’êtes de toutefaçon pas concernésparce quiva suivre. Em pruntd’unecertainetém érité,etsurtoutimpatientd’enfin vousserrertrèsfort,m a beledestinée,jebrave toutes les étapes etvous fixe,là toutdesuite,notrepremierrendez-vous.Sivous vousreconnaissez,etque,vousaussi,attendiez depuissilongtem psde me mettrelamaindessus partout,retrouvez-m oice soir,20 heures, surle quaide lastation Bérault,ligne 1. S’ily avaitgrande affluence,ne vous inquiétez nulement.Je vousaime,toutes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :