Direct Soir n°581 1er jui 2009
Direct Soir n°581 1er jui 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°581 de 1er jui 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Vacances : opération zéro bobo

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 EXPOSITION CULTURE La MEP fait son roman-photo Outre l’exposition Henri Cartier-Bresson A vue d’œil, la Maison européenne de la photographie présente cinq nouveaux projets artistiques. L’installation Le crépuscule du jaguar, de Claude Lévêque, a été acquise cette année par la Maison européenne de la photographie. Pour sa programmation d’été, la Maison européenne de la photographie propose six expositions. Focus sur trois d’entre elles, qui mettent en avant l’art photographique comme l’art vidéo. Alors qu’il représente la France à la Biennale de Venise, Claude Lévêque, le plus punk de nos artistes contemporains, a été invité par l’établissement parisien à exposer l’une de ses œuvres. Le crépuscule du Jaguar donne à voir une double projection en boucle de deux yeux filmés en très gros plan. A l’étage, c’est le talent du photographe italien Ferdinando Scianna qui se dévoile. Le visiteur pourra admirer ses clichés de ROMAN mode, avec la top model Marpessa posant pour la marque Dolce & Gabbana, et des scènes de la vie quotidienne. Pour finir, il ne faudra manquer sous aucun prétexte les clichés de Gabriele Basilico mettant au jour les différentes étapes de la restauration du plus ancien des théâtres de Turin. Magnifique et envoûtant. Le Crépuscule du Jaguar, de Claude Lévêque, jusqu’au 30 août, La Géométrie et la Passion, de Ferdinando Scianna, jusqu’au 11 octobre, et Le Théâtre Carignano de Turin, de Gabriele Basilico, jusqu’au 30 août, Maison européenne de la photographie, 5/7, rue de Fourcy, Paris 4e. www.mep-fr.org La ville où les rues sont pavées d’or ➔ Avec Cinquième Avenue, Candace Bushnell, l’auteur des célèbres chroniques de Sex and The City, croque la Grosse Pomme encore une fois. Laissant de côté les déboires sentimentaux de trentenaires excentriques, l’auteur s’attaque cette fois à la place de l’argent, du pouvoir et du paraître dans la haute société new-yorkaise. Fine observatrice de ses contemporains, Candace Bushnell livre un portrait au vitriol de cette « classe supérieure », où cohabitent difficilement les « honorables » familles et les nouveaux riches. Un roman rafraîchissant plein de phrases assassines et de bons sentiments. Cinquième Avenue, de Candace Bushnell, Albin Michel, 21,90 €. DR BD Mars vs Vénus ➔ Révélation 2009 du festival d’Angoulême, Bastien Vivès s’associe ici à Alexis De Raphelis pour livrer un ouvrage conçu intégralement à quatre mains (dessins et textes). Féfé et Chacha sont deux copines, leurs compagnons respectifs sont aussi de bons amis. Les discussions sur leur couple vont donc bon train. Sans concession, parfois comiques, souvent justes, ces courts strips se révèlent aussi bien acidulés, même s’ils contiennent aussi une légère pointe d’amertume. Savoureux. JujuMimiFéféChacha, de Bastien Vivès et Alexis de Raphelis, Ankama éditions, 12,90 €. CD Tout Cali sur scène DR ➔ Vingt-neuf titres enregistrés en live et rassemblés en un double album, c’est ce que présente Cali avec Le bruit de ma vie, pensé comme les deux pendants de sa personnalité : la face A et la face B, le yin et le yang. Le premier CD se fait acoustique quand le second préfère l’électrique. Tous deux revisitent les titres phare de cette bête de scène (1000 cœurs debout, Tes désirs font désordre…), l’ambiance en plus. Le bruit de ma vie - Double album live, Cali, Virgin Music. DR Directsoir N°581/Mercredi 1 er juillet 2009 ALBUM Regina Spektor, l’envoûtante ➔ Ceux qui ont déjà eu le bonheur de se laisser aller à l’écoute de Soviet Kitsch (2004) et de Begin Hope (2006) le savent déjà… Une poignée de titres comme Fidelity, Pavlov’s Daughter ou le poignant Samson ont marqué l’esprit et le cœur de ses fans de manière indélébile : indéniablement, la chanteusecompositrice Regina Spektor, piquante brune de 29 ans, a de l’or au bout des doigts et de la voix. De sa formation classique au piano, l’Américaine d’origine russe garde l’aisance et une virtuosité qu’elle a choisi depuis l’adolescence de mettre au service de mélodies pop lumineuses, de celles capables de faire voyager « loin » son auditeur comme le murmure le titre de son cinquième et nouvel album. Far, Regina Spektor, Warner. En concert ce soir au Bataclan, Paris 11e. EXPOSITION Malaval, l’homme pressé ➔ Tout au long de sa vie d’artiste, Robert Malaval a eu pour principe d’aller vite. Remarqué au début des années 1960 pour sa série d’objets en papier mâché intitulée Aliments blancs, l’artiste ne cessera de composer, tel un musicien, pour mieux se renouveler. Le musée des beaux-arts d’Angers met en lumière cet homme extravagant, qui, jusqu’à la fin de sa vie, en 1980, se mettra en scène pour peindre. Plus d’une centaine d’œuvres sur six périodes se succèdent chronologiquement afin de mieux faire découvrir son travail insolite. Robert Malaval jusqu’au 27 septembre au musée des beaux-arts d’Angers, 14, rue du Musée, Angers (02 41 05 38 38).
www.directsoir.net COMÉDIE Je t’aime, moi non plus Après le succès d’« Arrête de pleurer Pénélope », Christine Anglio et Corinne Puget présentent leur nouvelle comédie : « Moi ! Moi ! Moi ! » Elles nous ont fait rire dans Arrête de pleurer Pénélope 1 et 2. Elles en écrivent actuellement la suite pour le grand écran, mais rien n’arrête ces dames en furie. Sans leur copine Juliette Arnaud, Christine Anglio et Corinne Puget montent à nouveau sur les planches avec Moi ! Moi ! Moi !, une comédie écrite en deux mois par les deux complices. « Après dix ans de Arrête de pleurer Pénélope, nous sommes reparties de zéro », note Corinne Puget. Dans la peau de la grande sœur, cette dernière se fait conseillère conjugale, plus par intérêt que par gentillesse, auprès de son cadet et de sa petite amie en instance de séparation. Dès lors, on assiste à une intrusion masculine, mufle à souhait, dans leur univers 100% féminin. Comment leurs retrouvailles avec le sexe « fort » se sont-elles passées ? Corinne Puget rassure : « Eric Théobald est un ami, cela a été facile de travailler avec lui. Nous nous connaissons bien. » Et c’est en fait leur propre existence qu’ils donnent en représentation, un soupçon de folie en plus. « On mélange nos histoires communes et on redistribue », souligne la comédienne. Sur scène, les crises conjugales deviennent machiavéliques, les réconciliations orgiaques et la cohabitation entre frère et sœur électrique. Débordantes d’énergie, ces drôles de dames s’amusent ainsi des tendances de notre époque. Moi ! Moi ! Moi !, Théâtre du Temple, 18, rue du Faubourg-du-Temple, Paris 11 e (01 43 38 23 26). THÉÂTRE 9 Leur première pièce, Arrête de pleurer Pénélope, a séduit plus de 400 000 spectateurs. Corinne Puget et Eric Théobald sont à l’affiche dans Moi ! Moi ! Moi !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :