Direct Soir n°581 1er jui 2009
Direct Soir n°581 1er jui 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°581 de 1er jui 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Vacances : opération zéro bobo

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 SANTÉ EN COUVERTURE DES VACANCES SANS BOBOS Voici l’été et le temps d’un repos bien mérité. Pour profiter au maximum de ses vacances, il n’est pas inutile de respecter une série de règles pour éviter ou soigner les petits et grands bobos. En vacances, un nouveau rythme et un nouvel environnement engendrent des risques inédits auxquels nous mettons toujours quelques jours à nous habituer. Les statistiques le montrent : l’été est une période où s’opère une recrudescence d’accidents domestiques. Les situations à risques sont pourtant connues et doivent déboucher sur des règles de sécurité simples à mettre en œuvre. SÉRÉNITÉ ROUTIÈRE Commençons par le début. Qui dit vacances dit souvent longs trajets sur la route. Et c’est bien souvent en voiture que peuvent survenir les premiers désagréments. Nausées, fatigues, nervosité, crampes. Pour les limiter au maximum, il existe plusieurs règles de base. S’hydrater régulièrement, marquer une pause toutes les deux heures, utiliser des pare-soleil. Quant à la climatisation, parfois très utile, il faut apprendre à en limiter l’utilisation. Non seulement elle consomme beaucoup d’énergie, mais elle peut aussi générer des refroidissements bien malvenus. Toujours au chapitre des transports, mais dans un registre plus important, il est absolument essentiel de respecter les règles de sécurité : vitesse, bien entendu, mais aussi distances de sécurité, gonflage des pneus, port de la ceinture, pauses régulières et utilisation de sièges auto et de réhausseurs 3 RÈGLES D’OR JAUBERT/SIPA Protéger ➔ Lorsque l’on est témoin d’un accident, la priorité est de sécuriser le périmètre afin d’éviter que n’en survienne un autre. Sur la route, l’utilisation des feux de détresse et des triangles luminescents de présignalisation permet de prévenir les autres automobilistes. Dans la mesure du possible, il faut s’assurer le concours d’un tiers pour que celui-ci puisse s’occuper de la protection des lieux, pendant que l’on entame la mise en œuvre des deux autres règles de adaptés pour les enfants. Chaque année, plus de 100 enfants, entre 0 et 15 ans, perdent la vie en voiture. Dans un cas sur deux, les victimes n’étaient pas attachées ou ne l’étaient pas correctement. Une fois arrivé à bon port, il conviendra de rester vigilant face à un autre moyen de transport très prisé par beau temps : le vélo. La première chose à faire est de vérifier l’engin : freins, pneus, hauteur de la selle, du guidon. Ensuite ne laissez pas vos enfants pédaler sans casque et apprenez-leur à circuler correctement sur la chaussée. LES PIÈGES DU JARDIN Le jardin doit attirer particulièrement l’attention des parents. Chutes, brûlures, intoxications, l’aire de jeux préférée des enfants présente nombre de risques, qui exigent quelques précautions. Si vous décidez d’installer un portique de jeux, choisissez un modèle homologué et fixez-le solidement au sol. Si possible, préférez un endroit avec du gazon pour amortir une éventuelle chute. Autre geste à adopter pour éviter les accidents : ranger systématiquement les outils de jardinage hors de portée des petites mains, ainsi que les produits tels que les engrais, les pesticides ou ceux utilisés pour le nettoyage de la piscine qui sont particulièrement toxiques. Si le jardin bénéficie d’un point d’eau (bassin, pis- secourisme. LANIER/REA « DES RÈGLES DE SÉCURITÉ SIMPLES À METTRE EN ŒUVRE » cine), les parents doivent redoubler de vigilance. En effet, jusqu’à 4 ou 5 ans, les enfants n’ont pas conscience du danger. Pour être en conformité avec la loi, les propriétaires de piscine doivent s’équiper de l’un des 4 dispositifs de sécurité mentionnés par la loi du 3 janvier 2003 : alarme de piscine, barrière de protection, couverture de sécurité ou abris de piscine. Mais outre ces systèmes, il faut équiper l’enfant de brassards et ne pas le lâcher des yeux. Selon l’Institut national de veille sanitaire, 50% des accidents concernant des jeunes enfants ont lieu au moment de la baignade, quand tous les systèmes de protection sont franchis. D’après les statistiques, si la mer est globalement plus risquée pour les Alerter ➔ Avec la généralisation du téléphone portable, le recours aux secours est devenu beaucoup plus aisé. Pompiers, Samu, Smur, protection civile : autant de moyens prêts à se déployer rapidement pour venir en aide à toute personne accidentée ou prise de malaise. Un seul numéro à composer : le 112. Il faut être le plus précis possible : localisation, état apparent de la victime, dangers possibles. Appeler les secours est un devoir légal lorsque l’on assiste à un accident. N. CHAUVEAU/SIPA Directsoir N°581/Mercredi 1 er juillet 2009 adultes, c’est la piscine qui représente le plus grand danger pour les jeunes enfants. À L’INTÉRIEUR AUSSI A l’intérieur de la maison, fermez les fenêtres, même si la chaleur est étouffante et ne laissez jamais de meubles près des ouvertures.Au printemps et en été, les cas de défenestration augmentent en effet. Attirés par les bruits, le paysage ou en voulant simplement récupérer un jouet tombé par la fenêtre, les enfants, inconscients du danger, se penchent. Rares sont les étés « zéro bobo », mais si vous avez pris soin d’anticiper les risques majeurs énoncés ci-dessus, vous profiterez – l’esprit libre – de vos vacances et du soleil. Secourir ➔ En attendant l’arrivée des secours professionnels, il est possible de commencer à assister la personne blessée. Attention ! Il faut limiter ses gestes au maximum et éviter de déplacer la victime (sauf très grand danger) ! Parmi les gestes simples et utiles : couvrir la personne (posséder une couverture de survie est toujours utile), lui parler de manière continue. Dans tous les cas, il est vivement recommandé de prendre des cours de secourisme dans des centres agréés.
www.directsoir.net Petits maux de l’été : prévenir et soigner QUI S’Y FROTTE S’Y PIQUE• Les insectes à dard (guêpes, frelons, abeilles) Enlever le dard avec une pince à épiler et nettoyez avec un antiseptique. En cas de réaction avec œdème, rendez-vous aux urgences.• Les méduses Après la piqûre, il faut agir rapidement, car les cellules urticantes continuent de délivrer leur venin. Si des tentacules sont visibles, retirez-les avec une pince à épiler. Rincez la plaie avec de l’eau de mer, et appliquez un antiseptique ou frottez avec du sable. Si la piqûre a eu lieu sur le visage, consultez un médecin.• Les moustiques Appliquez de la crème contre les démangeaisons pour éviter les cicatrices.• Les vives Plongez le pied dans un seau d’eau très chaude (40 °C) pendant une demi-heure ou approchez le bout incandescent d’une allumette pendant trois minutes, le venin étant détruit par la chaleur. Désinfectez et couvrez la plaie avec un pansement. En cas de malaise, alertez les secours.• La tique La piqûre de tique peut passer inaperçue. Après une balade en forêt, vérifiez que vous n’avez pas été mordu. Le cas échéant, enlevez l’animal à l’aide d’une pince à épiler avant de désinfecter la plaie. Si une partie de la tique est restée sous votre peau, consultez un médecin. A surveiller ensuite pendant une quinzaine de jours.• La vipère La morsure de vipère, plus ou moins douloureuse, se traduit par deux petites lésions rouges. En cas d’envenimation, un œdème apparaît 15 à 20 minutes plus tard et commence à s’étendre. En cas de morsure, enroulez une bande audessus de celle-ci. En attendant les secours, gardez immobile la zone où la morsure s’est produite. QUAND LE SOLEIL SE FAIT TROP ARDENT Coup de soleil Trop tard. La peau est rouge et des picotements, parfois très pénibles, se font ressentir. Afin de combattre la déshydratation, il faut boire en abondance. En cas de brûlure au premier degré, appliquez des crèmes apaisantes (Biafine) et prenez un antalgique. Si la brûlure est grave (cloques, altération de l’état général…), consultez un médecin. Insolation L’insolation se traduit par de violents maux de tête, un état de somnolence, des nausées et éventuellement une perte de connaissance. Les deux priorités consistent à évacuer la chaleur du corps et à hydrater l’organisme. Retirez vos vêtements et demandez que l’on vous asperge VIDAL/ISOPIX/SIPA M. LANDERBERG/REX/SIPA WHITEWOLF/SIPA RETRO/SIPA S. PERNICK/SIPA EN COUVERTURE 5 d’eau tiède. Buvez de l’eau. Si la personne a perdu connaissance, elle doit être couchée sur le côté, en attendant les secours. Hydrocution Après une longue exposition ou un effort, il faut éviter de pénétrer brutalement dans l’eau, surtout lorsqu’elle est inférieure à 18 °C (20 °C chez l’enfant). Il faut se mouiller progressivement et éviter les repas copieux et les boissons alcoolisées avant la baignade. Sinon, il faut laisser s’écouler trois heures. En cas de malaise, il faut réchauffer la victime, la placer en position latérale de sécurité et appeler les secours. En cas d’arrêt cardio-respiratoire, pratiquer le bouche-à-bouche et le massage cardiaque. MAL DES TRANSPORTS Contrairement à ce qui est souvent dit, il faut partir après s’être alimenté, mais sans excès, en évitant de manger juste avant le début du voyage. En voiture, installez-vous au milieu, car les mouvements sont moins brusques, et fixez l’horizon. En train, installezvous dans le sens de la marche ; dans un car, placez-vous à l’avant. En bateau, ne restez pas dans la cabine et ne fixez pas les vagues. Quel que soit le type de transport, évitez de lire et buvez des boissons sucrées. Votre médecin peut vous prescrire des médicaments préventifs contre le mal des transports. AUTRES MAUX DE L’ÉTÉ Brûlure Si la brûlure est superficielle, rincez immédiatement et abondamment avec de l’eau froide pendant au moins 5 minutes et à 15 centimètres du robinet. Laissez sécher, puis recouvrez d’un produit adéquat. Si la brûlure est grave, rincez avec de l’eau froide pendant 5 minutes, enveloppez-la dans un linge propre et n’appliquez aucun produit : cela risquerait d’infecter la plaie. Appelez les secours. Ampoules En cas d’ampoule, couvrez-la avec un pansement hydrocolloïde ou « seconde peau », qui se décollera de lui-même au bout de deux à trois jours. Si l’ampoule est déjà percée, il faut désinfecter la plaie et la recouvrir ensuite d’un pansement. P.SITTLER/REA PRATIQUE La trousse à pharmacie• Un anti-moustiques, quelques pansements et compresses.• Un tube de pommade type Biafine.• Un médicament pour les maux de tête.• Une pince à épiler.• Des lingettes antiseptiques et sans alcool.• Un aspi-venin pour des morsures de serpents (vipères).• Des sachets de solution de réhydratation orale.• Un thermomètre.• De l’arnica (en pommade sous forme homéopathique) pour les coups et les bleus. LES NUMÉROS D’URGENCE SAMU : 15 C’est le numéro spécifique aux urgences médicales. 24h/24h, un médecin vous dictera les premiers gestes à faire en attendant les secours. POMPIERS : 18 Appelez plutôt les pompiers pour tout ce qui concerne les accidents (de la route, à domicile, dans la rue, etc.). NUMÉRO UNIVERSEL : 112 Ce numéro d’appel d’urgence européen fonctionne quel que soit le pays où vous vous trouvez en Europe. Centres antipoison : 0 825 812 822 En cas d’intoxication, des médecins sont en ligne 24h/24. POLICE : 17 MÉDECINS : 3624



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :