Direct Soir n°581 1er jui 2009
Direct Soir n°581 1er jui 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°581 de 1er jui 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Vacances : opération zéro bobo

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
E. ROBERT/DIRECT8 14 BUZZ TÉLÉ LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Quand la télé inspire un peu trop la radio Jusque-là, la radio était un monde à part, plutôt épargné par les guerres de communiqués auxquelles se livrent chaque matin les chaînes de télé, dès que tombent les audiences Médiamétrie. Et pour cause, en radio, les chiffres ne sont connus que tous les deux ou trois mois selon les périodes. Pas de pression au quotidien, ni de rumeurs plus ou moins fondées, et un calme certain dans la gestion des grilles et des animateurs, qui ont ainsi du temps pour s’imposer et trouver leurs marques. Mais, cette année, les choses sont en train de changer. Dans cette guerre radiophonique, devenue impitoyable, certains organisent des « fuites » sur les « intermédiaires », autrement dit ces chiffres révélés sous le sceau du secret, chaque quinzaine, par Médiamétrie aux patrons des stations. Hier, nos confrères du Figaro Economie publiaient ainsi une pleine demi-page en titrant « NRJ en passe d’être détrônée par France Inter comme deuxième radio de France ». La journaliste s’appuyait ainsi sur deux idées directrices. Tout d’abord une montée en puissance régulière de la radio de service public depuis plusieurs mois et la baisse régulière d’NRJ. La radio musicale est en effet confrontée à une vraie crise, comme toutes les stations musicales, concurrencée par les iPod et les MP3, qui permettent aux ados d’écouter la musique qu’ils veulent, quand ils le veulent. Les chiffres officiels ne seront connus que dans une quinzaine de jours ; d’ici là il faut se contenter de rumeurs. Entre vraies infos et intox distillées par les stations elles-mêmes, difficile de faire la différence. Les méthodes du monde de la radio se rapprochent de plus en plus de celles de la télé, et ça, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle ! A demain ! Réagissez : redac@directsoir.net Les trésors enfouis d’Egypte ➔ Dans le cadre de l’émission culturelle Des racines et des ailes, France 3 tourne actuellement un documentaire en Egypte. Les équipes du programme suivent depuis près d’un an le travail quotidien d’archéologues qui mettent au jour des pièces de toutes sortes, engloutis dans le Nil, entre Assouan et Louxor. Ces bateaux, qui acheminaient les pierres destinées à l’édification des temples, perdaient parfois une partie de la cargaison… Le temple d’Isis, à Assouan. GAGNEZ DES INVITATIONS POUR LA PIÈCE « ÉCHAUFFEMENTS CLIMATIQUES » Après avoir travaillé 15 ans dans un grand groupe pétrolier, Géraldine fait son « coming out » environnemental et entreprend un Mastère de Développement Durable. Pour faire sa thèse,elle décide de s’installer dans un petit immeuble de centre ville afin de le mettre aux normes. Venez découvrir la première comédie compensée carbone et bourrée d’humour ! Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net, Précisez en objet : ÉCHAUFFEMENTS CLIMATIQUES Seuls les 15 premiers courriels gagneront 2 invitations. AU THÉÂTRE FONTAINE 75009 Paris - M° Blanche Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte « Thalassa » voyage au bout du monde ➔ Après avoir effectué un tour du littoral français la saison dernière, l’émission Thalassa commencera un nouveau voyage à la rentrée prochaine sur France 3. Dès le mois de septembre, Georges Pernoud suivra pendant neuf mois Tara, un bateau scientifique qui étudiera les différents écosystèmes océaniques pendant trois ans. Les équipes de Thalassa s’arrêteront à Lisbonne et Tanger lors de leur passage dans l’Atlantique, les villes de Barcelone et Tunis faisant partie des escales en Méditerranée. Enfin, la traversée de l’océan Indien sera ponctuée par des émissions en direct de Bombay ou de Mahé. S. RUET/M6 MARUEJOL/SIPA Directsoir N°581/Mercredi 1 er juillet 2009 Très pratiques, les valises à roulettes séduisent de plus en plus de voyageurs. Un « Capital » spécial vacanciers ➔ Pour son premier numéro de l’été, Capital diffusera une émission spéciale, constituée de trois sujets dédiés aux vacances. La première enquête reviendra sur le business des valises à roulettes, régulièrement testées et améliorées dans des laboratoires d’essais. Une véritable révolution dans le secteur de la bagagerie : les marques qui se partagent ce marché florissant se livrent une bataille féroce. Le deuxième document s’intéressera au phénomène grandissant des guides de visite de monuments, qui réalisent chaque été grâce aux touristes plus de la moitié de leur chiffre d’affaires annuel. Enfin, le marché de la restauration rapide fera l’objet du dernier reportage. Face à la crise, la tendance des baraques ambulantes et des sandwicheries se poursuit jusqu’aux vacances. Capital, le 5 juillet, à 20h40 sur M6. LE PREMIER JT DE M6 PREND FORME La journaliste Claire Barsacq, qui est aux commandes un dimanche sur deux Zone interdite, a finalement été préférée aux autres prétendants pour présenter le premier journal télévisé du soir de M6. L’actuelle remplaçante de Mélissa Theuriau, en congé maternité jusqu’à la rentrée, devrait faire sa première sur la chaîne le 7 septembre. Elle présentera le journal, d’une vingtaine de minutes, du lundi au jeudi. La journaliste Nathalie Renoux, qui s’était déclarée intéressée par le poste, assurera quant à elle les éditions du week-end. La journaliste et animatrice de télévision Claire Barsacq.
www.directsoir.net INTERVIEW Parlez-nous de votre émission Café crimes… C’est une émission qui existe depuis le 25août 2008. Chaque jour, on met en exergue l’univers criminel et on analyse ces affaires. Il n’y a aucune complaisance pour le sang et la violence mais une volonté de décrypter les histoires pour voir ce qu’elles ont à nous dire. Même quand on les regarde 15 ou 20 ans après, elles parlent toujours de la société où elles se sont déroulées. Les faits divers sont souvent un miroir des valeurs d’une société à une époque. Et en même temps, il y a le côté polar que j’assume complètement. Il ne s’agit malheureusement pas d’histoires inventées par des romanciers. Mais elles ont les mêmes ingrédients que les meilleurs romans policiers : le suspense, l’action, l’enquête. Côté crimes est le fruit de votre émission sur Europe 1 ? J’ai fait un choix terrible. On a fait plus de 250 émissions et on a choisi 36 affaires criminelles. Le livre fait 230 pages et on aurait pu publier un pavé de 800 pages. Mais cela aurait été indigeste pour l’été. A la radio, mon récit équivaut à cinq ou six feuillets. Dans le livre, c’est un récit complet en ajoutant des précisions qui n’ont pas été mentionnées à l’antenne. Jacques Pradel, journaliste et animateur « Il n’y a pas plus humain qu’un fait divers » Du lundi au vendredi entre 14 et 15 heures, Jacques Pradel anime « Café crimes » sur Europe 1, où il analyse les grands faits divers qui ont défrayé la chronique. Toujours aussi passionné par cet univers, il nous parle de son livre « Côté crimes, 36 affaires qui ont passionné la France » (éditions Télémaque). N’est-ce pas délicat de rouvrir ce type de dossier ? Il faut respecter les gens. J’ai raconté dans l’émission l’enlèvement de Joséphine, la fille de Frédéric Dard, en 1983. Je lui ai proposé de participer à l’émission. Elle n’a pas voulu. C’est une affaire qu’elle a encore beaucoup de mal à aborder. A partir du moment où c’est médiatisé, il n’y a pas de raisons de ne pas les aborder. Il faut le faire avec une « NOUS AVONS FAIT UNE IMPORTANTE RECHERCHE DOCUMENTAIRE » « Côté crimes » ➔ Sur 250 émissions Jacques Pradel a choisi 36 affaires criminelles dans son livre Côté crimes (éd. Télémaque), 36 affaires parmi les plus emblématiques, les plus touchantes, parmi celles qui ont le plus bouleversé l’opinion. Elles sont classées par rubrique (erreur judiciaire, « cold case », énigmes, etc.) Des encadrés permettent d’avoir un point de vue d’expert ou d’un acteur judiciaire. distance et avec un respect, sans jamais oublier les gens blessés à vie. Est-ce que certaines affaires non résolues pourraient faire l’objet d’une nouvelle enquête ? Je ne pense pas qu’il puisse y avoir de scoop. Il y a le rappel des affaires résolues et je termine d’ailleurs le livre sur un cold case, comme l’assassinat non résolu du producteur Gérard Lebovici. On peut toujours rêver aux remords et à la dénonciation, mais ce n’est pas le concept du livre. Jacques Pradel anime Café crimes sur Europe 1, du lundi au vendredi de 14h à 15h. Comment avez-vous mené ces enquêtes ? Nous avons fait une importante recherche documentaire. C’est pour cela que je remercie les documentalistes d’Europe 1 à la fin de l’ouvrage. Cela permet d’avoir des dossiers de presse très complets. Avec mes assistants, il fallait trouver les acteurs de l’affaire et les convaincre de venir. C’est à la fois un travail artisanal et un travail d’équipe. On ne s’en rend pas compte en radio parce qu’on le fait tous les jours. Je me suis aperçu de la masse de travail quand j’ai voulu raconter toutes ces histoires dans un livre. Là, il y a un sentiment de vertige. On dit toujours que les paroles s’envolent. C’est une manière de fixer ce passage-là qui restera pour nous une expérience très forte. Qu’est-ce qui vous fascine dans cet univers ? BUZZ TÉLÉ 15 BALTEL/SIPA Le crime est toujours une énigme. Les faits-divers cachent de grands mystères et provoquent une attirance que j’assume, comme beaucoup de gens. Le livre répond aux attentes du public. Eh oui, il y a ce grand mystère du passage à l’acte. Et pourtant, « tu ne tueras pas » est dans nos gènes. A chaque fois, les histoires que l’on raconte sont un élément de réponse et montrent que c’est compliqué. Cela reste fascinant comme un bon roman policier. Il n’y a pas plus humain qu’un fait divers, quelle que soit la responsabilité de la personne dont on parle. Heureusement, tuer reste quelque chose d’exceptionnel !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :