Direct Soir n°552 18 mai 2009
Direct Soir n°552 18 mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°552 de 18 mai 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : Cannes 2009 : les coulisses du festival

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 ROMAN CULTURE Le calvaire d’Alain de Monéys Après l’énorme succès du « Montespan », Jean Teulé s’intéresse à un fait divers méconnu de l’histoire de France : le calvaire d’Alain de Monéys, victime en 1870 de la folie collective de tout un village. Jean Teulé relate le martyr d’Alain de Monéys au XIX e siècle. Rien ne semble pouvoir résister au touche-à-tout Jean Teulé. Précurseur de la « BD-réalité » dans les années 1980 avec ses Gens de France, chroniqueur dans l’Assiette anglaise animée par Bernard Rappet dans Nulle Part Ailleurs, sur Canal+, ce grand blond s’est reconverti avec bonheur dans l’écriture. L’auteur de Darling et du Magasin des suicides a fait un tabac l’année dernière avec son croustillant Le Montespan. Ce livre consacré à un cocu magnifique sous le règne de Louis XIV s’est en effet écoulé à 300 000 exemplaires et doit être adapté au cinéma avec Daniel Auteuil. Après un récent retour à la case BD avec un bel hommage rendu au dessinateur et ami Charlie Schlingo, cosigné avec Florence Cestac (Je voudrais me suicider mais je n’ai pas le temps), Jean Teulé s’intéresse dans son nouveau livre à un fait divers sordide et méconnu de l’histoire de France : la mort d’Alain de Monéys le 16 août 1870, massacré par une foule qui l’accusait sans aucun fondement d’être un Prussien. Ce jeune noble du Périgord, connu pour sa générosité et fraîchement élu à l’unanimité comme conseiller municipal, s’était ce jourlà rendu à la foire de Hautefaye, le village voisin. Mais dans une atmosphère de crainte, alimentée par les défaites face à la Prusse, un quiproquo allait tout faire basculer. Alain de Monéys se retrouve désigné comme ennemi de la patrie, alors que tout le monde le connaît et qu’il s’était porté volontaire pour le front. Il se fera lyncher, torturer, brûler vif et même manger par des villageois devenus fous.A l’aide d’un verbe toujours aussi truculent et d’un humour plus noir que jamais, Jean Teulé décrit minutieusement le long chemin de croix de ce martyr de la barbarie de gens ordinaires. Agoraphobes et âmes sensibles s’abstenir ! Mangez-le si vous voulez, Jean Teulé, Julliard, 17 €. DR JAZZ MANOUCHE Nouveaux accords et tradition à la Chope des Puces ➔ Le célèbre bar de Saint-Ouen, où Django Reinhardt improvisait des bœufs dans les années 1930, a rouvert ses portes la semaine dernière après plusieurs mois de travaux, alors qu’une nouvelle génération de chanteurs français (Sanseverino, Yvan Le Bolloc’h…) assure la relève du glorieux précurseur. Thomas Dutronc, présent lors de l’inauguration de La Chope, nous fait partager sa passion pour cette musique. Etes-vous heureux de la réouverture de la Chope des Puces ? Oui, parce que c’est l’endroit que j’ai connu quand j’avais 18 ans. J’étais attiré par la musique en général et le jazz manouche en particulier. Je suis venu ici pour jouer et rencontrer des musiciens, car j’ai toujours aimé le côté instrumental, lyrique et sincère de ce style. Et j’espère que ce lieu contribuera à pérenniser le jazz manouche. Pensez-vous être un VRP du jazz manouche ? Non. Je cherche plutôt à décloisonner les genres. D’ailleurs, il n’y a pas que du jazz manouche dans mon album, d’autres styles de musique y sont présents (bossanova, pop, rock). SPECTACLE L’art de l’illusion ➔ Depuis vingt ans, Xavier Nicolas nous entraîne régulièrement, à travers ses spectacles, dans le monde du paranormal. Ce qui l’amuse, c’est de voir son public conquis par ses manipulations réalisées sous leurs yeux. L’interactivité est ici de mise. Le public reste muet de stupeur face à de telles révélations. Trucage ou pas, peu importe, l’essentiel est de se laisser bluffer par ses tours. A découvrir. Remue-Méninges, tous les lundis à 21h, Théâtre de Nesle, 8, rue de Nesle, Paris 6 e (01 46 34 61 04). VIRTUAL MAGIE DR Directsoir N°552/Lundi 18 mai 2009 Thomas Dutronc, « gadjo » * avec guitare. Avez-vous l’impression qu’il y a une mode en ce moment ? Peut-être un cycle favorable au jazz manouche. Mais c’est la musique qui compte avant tout. Et celle de Django Reinhardt est aussi intemporelle que celle de Beethoven. Selon vous, quel autre artiste de votre génération perpétue la tradition du jazz manouche ? Mathieu Chedid. C’est, à mon avis, le meilleur guitariste « gadjo » * français. Comme un manouche sans guitare, Thomas Dutronc, ULM/Universal. La Chope des Puces, 122, rue des Rosiers, Saint-Ouen (01 40 11 02 49). * Homme qui n’appartient pas à la communauté des Gitans. MANGA Le Dr House du Soleil-Levant ➔ Médecin de génie, Ryutaro Asada est également d’une insolence rare qui lui attire en permanence les foudres de ses supérieurs. Blacklisté, il retrouve un poste dans un hôpital où il doit réaliser la fameuse « batista », une opération à cœur ouvert réputée impossible. Dans ce volume 6, après avoir réuni une équipe de cadors du scalpel, il semble être parvenu à ses fins. Mais la concurrence est rude, car une autre équipe semble sur le point de lui griller la politesse. Dans ces circonstances, son caractère bien trempé pourrait bien faire la différence. Team medical dragon, éd. Glénat.
www.directsoir.net CONCERT Clavier superstar Le jeune virtuose chinois Lang Lang, l’un des rares pianistes à accéder au statut de superstar, va faire une nouvelle fois étalage de son dynamisme au clavier lors d’un concert unique Salle Pleyel, ce soir à Paris. Quel pianiste peut se targuer d’avoir une paire de chaussures à son nom, gravé en lettres d’or, de la célèbre marque à trois bandes ? Il n’y en a qu’un, c’est le virtuose Lang Lang. A 27 ans, demi-dieu en Chine, l’interprète amoureux du répertoire romantique ne laisse personne indifférent, qu’il soit adulé ou décrié. Premier pianiste chinois à avoir joué avec le Philharmonique de Berlin et les Big Five – les cinq plus grands orchestres américains – son style, très expressif et démonstratif, peut parfois dérouter. Mais son approche quasiathlétique des œuvres, offre à chaque fois une relecture originale de morceaux considérés comme sacrés. Lang Lang ne se résume toutefois pas à un jeune ovni aux doigts agiles, ni une star du nouveau continent qui serait une vitrine pour le public occidental. C’est avant tout un véritable passionné, créateur d’une fondation à son nom, qui vise à soutenir la nouvelle génération de pianistes prometteurs. Invité régulier des scènes parisiennes, Lang Lang fait ce soir une étape à la Salle Pleyel, accompagné par le London Symphony Orchestra. Il interprétera des œuvres de Sergueï Prokofiev, sous la direction du chef d’orchestre Valery Gergiev. THÉÂTRE DANSE Un battement d’ailes de papillon... Ils détestent les séparations, Jacques Brel et les contes de fées. Ils écoutent U2, rêvent de baisers langoureux, et de danser jusqu’au bout de la vie… Ils ont trente ans. ➔ Alice vient d’être quittée par Octave, lequel est là, ce soir, pour aider la jeune femme à emménager dans son nouvel appartement. Alors qu’ils enterrent leur vie de couple au milieu des cartons, des morceaux de musique défilent et leur évoquent, à eux et leur bande d’amis venus leur prêter main-forte, souvenirs et réflexions. Octave : « Y a des centaines de morceaux qui me Une joyeuse troupe d’éternels jeunes. rappellent les moments heureux passés avec elle, et ces souvenirs sont tout ce qu’il reste de notre histoire… » L’effet papillon, joué en ce moment sur la scène du Marigny, est un spectacle de génération. Entre nostalgie, rêves d’enfants encore inaccomplis et désillusions, les protagonistes – « papillons de nuit aux ailes déjà froissées par la vie » – font le point avant de basculer dans l’âge adulte… L’effet Papillon, Caroline Duffau et Stéphan Guérin-Tillié, jusqu’au 30 juin, Théâtre Marigny, Carré Marigny, Paris 8 e (01 53 96 70 20 ou www.theatremarigny.fr). Cycle Prokofiev avec le London Symphony Orchestra (dirigé par Valery Gergiev) et Lang Lang au piano. CULTURE 9 La Salle Pleyel accueille ce soir le pianiste Lang Lang et le London Symphony Orchestra. Ce soir, 20h, Salle Pleyel. 252, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris 8 e (01 42 56 13 13). Pas de 2 dans le 9-3 Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis se tiennent jusqu’au 5 juin avec, au cœur de ces créations, notre société. « L’art est un mensonge qui nous permet de dévoiler la vérité », disait Pablo Picasso. Dans cet esprit, les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine- Saint-Denis montrent une fois de plus que la danse s’inscrit bien dans notre monde contemporain. Vingt-deux compagnies venues de dix pays différents partagent leurs visions du monde. Ainsi, Va Wölfl voit notre planète sous le joug de la consommation, Maria Donata D’Urso s’inspire de sciences et de biotechnologies si présentes aujourd’hui, et Mélanie Demers s’interroge sur la détresse des individus qui peinent à trouver leur place dans la société. D’autres font le choix de croiser les arts, comme Richard Siegal, qui a fait appel à Arto Lindsay – figure rock des années 1980 – pour son spectacle, ou Simone Aughterlony qui choisit de mélanger ballet, acrobaties et chansons dans The Best And The Worst Of Us. Quelques têtes bien connues des aficionados de la scène contemporaine seront présentes, tels Bernardo Montet qui a fait sensation avec son Batracien, l’après-midi à Chaillot il y a peu, ou Thomas Lebrun, créateur et danseur atypique d’Itinéraire d’un danseur grassouillet. Et ces rencontres chorégraphiques ne se limitent pas à s’inspirer de notre monde, elles essayent de le faire bouger. En dehors du temps fort que représente ce festival, les projets se multiplient en Seine-Saint-Denis afin de sensibiliser les jeunes du département aux arts de la scène. Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, jusqu’au 5 juin (www.rencontreschoregraphiques.com). Bernardo Montet.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :