Direct Soir n°494 9 fév 2009
Direct Soir n°494 9 fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°494 de 9 fév 2009

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Jeux, Internet, high-tech... les nouvelles dépendances

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 POP MUSIQUE Lily Allen redonne le sourire Que les fans de Lily Allen se réjouissent, le nouvel album de la chipie british, phénomène pop rafraîchissant découvert en 2006 sur MySpace, avec le tube « Smile », est dans les bacs. La jeune Britannique Lily Allen sort It’s Not Me, It’s You. Révélée grâce au succès planétaire des hits Smile et LDN, et aussi par ses collaborations fructueuses avec Mark Ronson sur Oh My God, des Kaiser Chiefs, Lily Allen sort It’s Not Me, It’s You. Depuis la sortie en 2006 d’Alright, Still, entre son blog, son émission sur la BBC et ses dérapages en public (« Je bois, je fume, je me drogue, et ça me regarde », affirme-t-elle), la jeune Londonienne de 23 ans ne s’est jamais faite oublier, bien au contraire, devenant même l’une des meilleures clientes des tabloïds avec Amy Winehouse et Pete Doherty. « Je suis une arme de consommation massive », chante-t-elle donc dans The Fear, l’excellent premier extrait de son dernier album, qui est parvenu à détrôner le Just Dance CLASSIQUE de Lady GaGa dans les classements musicaux britanniques.Avec des mélodies ultra accrocheuses et grâce à la verve intacte de son auteur (« Je pense avoir grandi en tant qu’individu et j’espère que cela se ressentira »), It’s Not Me, It’s You devrait en toute logique suivre le carton enregistré par son premier album, vendu à plus de 2,5 millions d’exemplaires dans le monde… L’opus a été produit et coécrit à Los Angeles avec Greg Kurstin, du groupe The Bird And The Bee. La pop nappée de ska de son premier album fait aujourd’hui place à une électro moderne et dansante. Extra. It’s Not Me, It’s You, Lily Allen. En concert le 6 mai à La Cigale, 120, boulevard Rochechouart, Paris 18 e (01 46 06 29 44). GARDINER SCRUTE BEETHOVEN ➔ Sir John Eliot Gardiner, accompagné de son fidèle ensemble du London Symphony Orchestra, continue son exploration des œuvres symphoniques de Beethoven, demain, Salle Pleyel. Cette fois, ce sont les 4 e et 7 e symphonies que le compositeur britannique va jouer, avec, comme marque de fabrique, cette capacité à laisser s’exprimer l’orchestre tout en l’amenant là ou il veut. De quoi découvrir une double facette de Beethoven, presque intimiste dans la 4 e, et si sombre dans la magnifique 7 e symphonie. 4 e et 7 e symphonie, ouverture Namensfeier, de Beethoven, par le London Symphony Orchestra, sous la direction de Sir John Eliot Gardiner. Demain, Salle Pleyel, 252, rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8 e (01 42 56 13 13). EMS UK F. TOULET CHANSON Vincent Delermsur les routes ➔ Vincent Delerm, le chanteur « rive gauche », plie bagage pour sillonner les routes et défendre son dernier album, Quinze chansons, sorti en novembre dernier. Nominé aux Victoires de la musique en 2008 dans la catégorie spectacle musical, tournée ou concert de l’année, l’artiste adepte des références ironiques ou revendiquées (Marcel Duchamp, Patrick Vieira, Ken Loach, Martin Parr…) laisse présager le meilleur pour cette tournée 2009. Vincent Delermà Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Toulouse… Informations : www.totoutard.com. Dès ce soir, Vincent Delermpart en tournée à travers toute la France. COMPILATION Standards d’Hollywood ➔ Something’s Got To Give, Over The Rainbow, Swinging On A Star, My Funny Valentine, Cheek to Cheek… avant de faire les grandes heures d’Hollywood, ces standards appartenaient à l’histoire de la musique populaire américaine des années 1920 à 1950. L’album Broadway Melodies rassemble ces pépites connues sous le nom de Song Books. On y croise avec délice les voix de Fred Astaire, Gene Kelly, Frank Sinatra, Judy Garland, Bong Crosby, Dick Powell… Broadway melodies, Sony BMG/Dreyfus, 16 €. DR A. BAUMANN/SIPA Directsoir N°494/Lundi 9 février 2009 ÉLECTRO-ROCK Bloc Party en tournée ➔ En 2005, Bloc Party avait lancé une véritable OPA sur les dancefloors avec Silent Alarmet sa flopée de tubes (Banquet, Helicopter…). Mais le groupe anglais désarçonnait ensuite la critique en sortant en 2007 A Week in the City, album introspectif et jugé trop ambitieux par beaucoup. Intimacy, son troisième opus, propose en quelque sorte une synthèse des deux en marquant un retour à la spontanéité et l’énergie des débuts, tout en poursuivant les aventures sonores entre rock et électro. Actuellement en tournée, la bande de Kele Okereke s’offre demain soir un concert de prestige à l’Olympia. Bloc Party, demain soir à l’Olympia, Paris 9e. Complet. ÉLECTRO Errors « salut la France » PIAS ➔ En 2007, le titre Salut ! France donnait un aperçu de son talent. Formé en 2004, le groupe post-électro écossais Errors est en tournée en France à l’occasion de la sortie de son premier album. Mélange détonnant d’expérimentations électroniques, de guitares rock, de synthés euphoriques, de basses acid-house, et de nappes new wave, It’s Not Something But It Is Like Whatever offre un son unique et ultradansant. It’s Not Something But It Is Like Whatever, Errors (Pias). En tournée avec Mogwai, le 12 février à La Laiterie, Strasbourg, le 13 à l’Astrolabe, Orléans, et le 14 à La Cartonnerie, Reims.
www.directsoir.net Stéphane Jarny, metteur en scène de « Dothy et le magicien d’Oz ». Est-ce votre première mise en scène ? Stéphane Jarny : Je travaille beaucoup pour la télévision, et j’avais aussi assisté Kamel Ouali sur Les dix commandements, Autant en emporte le vent et Le Roi-Soleil. Mais, là, c’est mon premier spectacle. C’est un très beau cadeau que Dove (Attia,ndlr) et Albert (Cohen,ndlr) me font en me confiant la mise en scène et la chorégraphie de ce spectacle. COMÉDIE MUSICALE - « DOTHY ET LE MAGICIEN D’OZ » Stéphane Jarny : « Ce spectacle est un très beau cadeau » Etes-vous stressé pour cette première mise en scène ? Le sentiment que j’éprouve s’apparente plus à de l’excitation qu’à du stress. C’est une pression stimulante. C’est très intéressant de travailler sur le casting, les décors, les différents tableaux… Je vais tout faire pour que ce spectacle soit riche. Mais c’est évident qu’on ne sait jamais si un spectacle va rencontrer son public. Comment se déroule la mise en place du spectacle ? La fabrication des costumes et du décor est lancée. Celle des chansons aussi. On commence la mise en images dans des studios de répétition. On va investir très vite le Grand Rex pour le début des répétitions dans des décors réels. Comment avez-vous sélectionné les artistes ? Les sept comédiens-chanteurs qu’on a trouvés ont un bagage impressionnant : certains viennent de Cabaret, du Soldat rose… On a décidé de mélanger du cirque, de la danse, afin que ce soit le plus ludique possible pour les enfants. A quel genre de tableau peut s’attendre le spectateur ? Au début, on commence dans le monde réel, un peu pauvre et triste, avec des couleurs assez sombres. Et, dès l’instant où l’on arrive dans le monde imaginaire, on tombe dans un univers plein de couleurs avec des créatures très vives (un peu comme des Gremlins). Ensuite, Dothy traverse une forêt dans laquelle elle CULTURE 9 Danseur et chorégraphe, Stéphane Jarny prend les commandes de « Dothy et le magicien d’Oz ». Pour « Direct Soir », il revient sur la genèse de cette comédie musicale pour enfants. rencontre le Bûcheron et le Lion. Enfin, elle arrive dans le tableau de la Cité d’Emeraude, qui est le pays du magicien d’Oz, un monde tout en vert peuplé de personnages aux allures de Playmobil. Stéphane Jarny entouré de son équipe.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :