Direct Soir n°438 5 nov 2008
Direct Soir n°438 5 nov 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°438 de 5 nov 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Barack Obama, le rêve américain

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 CULTURE ROMAN Les débuts de Douglas Kennedy En attendant le prochain livre de Douglas Kennedy prévu pour le printemps, Belfond réédite le premier roman de cet auteur devenu le chouchou des lecteurs français. Américain de naissance, Douglas Kennedy vit entre Paris, Londres et Berlin. DR Typiquement, un premier livre aborde des sujets tels que « la première femme qui a blessé mon cœur », « ma famille bordélique » ou « l’été où tout a changé » … « J’ai essayé trois romans comme ça », s’amuse Douglas Kennedy, en se souvenant de ses débuts littéraires laborieux. L’apprenti romancier trouvera finalement son inspiration en voyageant seul en Australie en 1991. Le résultat, Piège nuptial (initialement paru sous le titre Cul-desac) est un polar à la fois très noir et très drôle. Rééditée par les éditions Belfond avec une nouvelle traduction, cette première fiction de Douglas Kennedy montre déjà le talent de l’auteur à faire basculer la vie de ses héros, ce qui deviendra sa grande spécialité. Nick, le personnage central du livre, est un Américain qui plaque tout pour explorer les contrées désertiques de l’Australie. Mais sa virée au pays des kangourous tourne au cauchemar lorsqu’il rencontre Angie. La belle l’emmène à son corps défendant au sein d’un petit village coupé du monde, et l’aventure d’un soir se transforme en mariage forcé… « Les femmes ont aimé ce livre, car c’est une revanche sur le sexe dit fort. Mais les hommes se reconnaissent aussi dans cette histoire de liaison estivale qui tourne au glauque », conclut l’auteur. Piège nuptial (nouvelle traduction), Douglas Kennedy, Belfond, accompagné du DVD Douglas Kennedy ou l’éloge de la fuite, réalisé par Armelle Brusq. ROMAN HISTORIQUE La reine de Saba à cœur ouvert ■ Qui était vraiment la reine de Saba ? Parti sur ses traces, comme l’avait fait André Malraux il y a soixante-quinze ans, Marek Halter invente ce qui aurait pu être son histoire. Entre les guerres menées au Yémen et l’alliance de la reine avec le royaume d’Israël et le roi Salomon, l’écrivain livre un roman lumineux. Avec La reine de Saba, le lecteur découvrira quel était le vrai visage de cette femme de tête, à la beauté sans pareil attestée par l’Ancien Testament. La reine de Saba, Marek Halter, Robert Laffont, 21 €. ESSAI Hommes de l’être, monde de l’avoir ■ Charles Péguy, Georges Bernanos et Paul Claudel. Trois grands écrivains catholiques, trois hommes en rupture avec leur temps. Tous fournissent des clés pour dépasser la médiocrité de leur époque. Hommes de vérité, de celle qui libère, ils ont rendu coup pour coup à la civilisation du compromis. C’est ce que raconte avec passion Jacques Julliard, historien et éditorialiste du Nouvel Observateur, dans un essai puissant et personnel. L’argent, Dieu et le Diable. Péguy, Bernanos, Claudel face au monde moderne, Jacques Julliard, Flammarion, 19 €. Directsoir N°438/Mercredi 5 novembre 2008 DR LIVRE BIOGRAPHIE DR Comme une œuvre d’art ■ A l’heure du tout-numérique, il existe encore quelques personnes pour nous faire (re)découvrir notre patrimoine culturel. Annie Schneider, passionnée par les métiers d’art, retrace dans son ouvrage l’histoire du livre, depuis les manuscrits du Moyen Age aux éditions contemporaines. Attachée au travail artisanal que représente la conception de chaque ouvrage, elle met aussi en avant le travail minutieux des artisans au savoir-faire ancestral, dont les techniques se transmettent depuis des générations. Amateurs ou collectionneurs apprécieront les magnifiques photographies de Jérémie Bouillon qui illustrent les différentes étapes nécessaires à la conception d’un livre d’art. Le livre objet d’art, objet rare, Annie Schneider, La Martinière, 65 €. Le seigneur Malek ■ Janine Boissard a choisi de romancer l’enfance de Malek Chebel. C’est un itinéraire de souffrance, car Malek a grandi en pleine guerre d’Algérie, avant de perdre son père et d’être envoyé dans une pension. Mais c’est aussi une succession d’histoires d’amitié, celles qui « fleurissent parfois sur le malheur », et surtout la conviction qu’apprendre et enseigner peut conduire l’homme vers le meilleur. Le jeune Malek s’éloignera des siens pour mieux appliquer sa maxime : « Avance si tu veux t’en sortir ». Malek, une histoire vraie, Janine Boissard, Fayard, 18,90 €.
www.directsoir.net EXPOSITION A l’orée de l’œuvre de Kurosawa Figure de proue du cinéma japonais du XX e siècle, Akira Kurosawa est à l’honneur au Petit Palais, avec une rétrospective inédite de ses dessins. Détenteur de plusieurs prix internationaux, dont le Lion d’or de la Mostra de Venise en 1951 ainsi que l’oscar du meilleur film étranger pour le film Rashomon, Akira Kurosawa est sans doute le cinéaste japonais le plus connu en Occident. Le Petit Palais propose, à l’occasion du 150 e anniversaire du traité d’amitié franco-japonais, de découvrir une facette moins connue du réalisateur : ses dessins. L’exposition rassemble 87 œuvres, recouvrant les quinze dernières années de travail du maître. C’est la première fois que d’aussi nombreuses pièces sont regroupées en France. Plus qu’un outil de travail –il se servait de ses dessins comme storyboards pour que ses comédiens s’imprègnent de l’ambiance d’une scène – ces croquis sont des œuvres à part entière. On y décèle les influences occidentales d’un homme qui, avant de choisir le cinéma, avait été tenté par la carrière de peintre. Couleurs et motifs chers à Cézanne, Rouault, Chagall et surtout Van Gogh, dont une toile est directement reproduite dans une des créations présentées, semblent sortir du trait (à l’encre, au pastel, aquarelle ou crayon) de Kurosawa. L’accrochage chronologique dévoile les esquisses exécutées pour cinq de ses longs métrages : Kagemusha, Ran, Rêves, Madadayo et Umi Wa Miteita (réalisé quatre ans après la disparition du cinéaste par Kei Kumai). Akira Kurosawa, dessins, jusqu’au 11janvier 2009, au Petit Palais, Musée des beaux-arts de la Ville de Paris, av. Winston-Churchill, Paris 8 e (01 53 43 40 00). Le vieux meunier de Rêves (le village des moulins à eau), par Akira Kurosawa. ROKUONJI TEMPLE CULTURE 13 France-Japon : liaisons vertueuses Depuis le début de l’année, la France et le Japon fêtent le 150 e anniversaire de leur traité d’amitié avec de nombreuses manifestations. Tour d’horizon de quelques expositions.• Splendeurs des courtisanes Peintures nippones du XVII e au XIX e siècle, issues des collections du musée Idemitsu. Du 18 novembre au 4 janvier, musée Cernuschi, 7, av. Velasquez, Paris 8 e (0153962150). Le nouvel an au Yoshiwara, de Miyagawa Isshô.• Zen et art à Kyoto Peintures, calligraphies et objets rituels du zen, provenant de trois temples de Kyoto. Jusqu’au 14 décembre, Petit Palais, av. Winston-Churchill, Paris 8 e (0153434000). Les dynasties Song et Yuan de Lanqi Daolong.• Regard sur le Japon Fenêtre sur les modes contemporaines par des créateurs d’origine japonaise. Jusqu’au 19 janvier, Musée d’art et d’industrie, 2, place Louis-Comte, Saint-Etienne (0477497300).• Wa, l’harmonie au quotidien Vaisselle, mobilier, instruments de musique, fournitures de bureau témoignent du design japonais d’aujourd’hui. Jusqu’au 31 janvier, MCJP, 101 bis, quai Branly, Paris 15 e (0144379500).• L’instant et l’éternité Peintures traditionnelles japonaises du peintre Tabuchi Toshio. Jusqu’au 22 novembre, Espace des arts Mitsukoshi-Etoile, 3, rue de Tilsitt, Paris 8 e (0144091111). MUSÉE IDEMITSU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :