Direct Soir n°437 4 nov 2008
Direct Soir n°437 4 nov 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°437 de 4 nov 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 909 Ko

  • Dans ce numéro : Leonardo Dicaprio à l'affiche de « Mensonges d'état »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 EN COUVERTURE A bientôt 34 ans, Leonardo DiCaprio a acquis le statut de star internationale, tout en choisissant des rôles forts et engagés. LEONARDO DICAPRIO LE JEU DE LA VÉRITÉ Après son excellente interprétation dans Blood Diamond, les fans étaient nombreux à attendre une nouvelle apparition de Leonardo DiCaprio sur les écrans. Avec Mensonges d’Etat, en salles demain, c’est chose faite. Aux commandes de ce film d’action, un maître en la matière : Ridley Scott (La chute du faucon noir en 2002, Les associés en 2003, American Gangster en 2007), qui réalise ici un film très hollywoodien. Action, meurtres et agents de la CIA sont au menu de ce long métrage. Devant la caméra, le réalisateur a réuni Russell Crowe, qui campe Ed Hoffmann, un vétéran de la CIA, et Leonardo DiCaprio, qui interprète Roger Ferris, une jeune recrue de l’agence de renseignements qui doit combattre « l’axe du mal ». Russell Crowe et Leonardo DiCaprio se retrouvent ainsi devant la caméra, treize ans après Mort ou vif, réalisé par Sam Raimi, en 1995. DE LA TÉLÉVISION AU CINÉMA C’est à cette époque qu’il fait ses débuts sur grand écran. Né le 11 novembre 1974 à Los Angeles, Leonardo Wilhelm DiCaprio comprend très vite que jouer la comédie devra faire partie de sa vie à plein-temps. En 1988, il fait ses débuts dans des spots publicitaires et interprète de petits rôles dans des séries américaines. On l’a vu notamment dans Santa Barbara, Les nouvelles aventures de Lassie et Quoi de neuf, docteur ? Cette série, diffusée au début des années 1990 aux Etats-Unis, lui permet de se faire remarquer par le public. C’est le film d’horreur Critters 3 qui donne la possibilité à Leonardo de passer de la petite lucarne au grand écran. En 1993, il fait une apparition remarquée dans Blessures secrètes, dans lequel il joue le rôle d’un beau-fils maltraité et se confronte au métier d’acteur face à l’excellent Robert De Niro. La même Directsoir N°437/Mardi 4 novembre 2008 A l’affiche de « Mensonges d’Etat », sur les écrans demain, Leonardo DiCaprio signe ici une première collaboration avec le réalisateur Ridley Scott. Au côté de Russell Crowe, il campe Roger Ferris, un employé de la CIA confronté à la poudrière du Proche-Orient. Les deux hommes se sont déjà croisés devant la caméra dans « Mort ou vif » de Sam Raimi, en 1995. T. KINGMA/REX/SIPA année, dans Gilbert Grape, il vole presque la vedette à Johnny Depp, en interprétant un handicapé mental. Pour ce rôle touchant, il sera nommé deux fois aux oscars et aux Golden Globes dans la catégorie meilleur second rôle. Mort ou vif et Basketball Diaries en 1995 lui permettent de se perfectionner jusqu’à devenir un grand du cinéma américain. Et, en 1996, il jouait un certain Roméo… D’ACTEUR À VÉRITABLE STAR Sous l’œil de Baz Luhrmann, la carrière du jeune acteur prend une nouvelle
www.directsoir.net tournure. En compagnie de la ravissante Claire Danes, le film Romeo + Juliette est un succès planétaire. Avec une bande-son des années 1990, mais tout en conservant le texte original de William Shakespeare, le mythe des amants de Vérone version contemporaine emporte tous les suffrages. Mais c’est surtout l’année 1997 qui marque un vrai tournant pour Leonardo DiCaprio : Titanic est le film qui l’élève au rang de star internationale. En France, le long métrage garde pendant dix ans la tête des films les plus vus de l’histoire. Avec quelque 20 millions d’entrées (détrôné récemment par Bienvenue chez les Ch’tis), Leonardo DiCaprio devient un symbole. L’histoire vraie (celle du naufrage de « l’insubmersible »), mêlée au romantisme et au jeu des deux acteurs principaux en font un film universel. Le budget de Titanic explose les scores : près de 200 millions de dollars de coût de production et 3,4 milliards de dollars de recettes (entrées, DVD, disques et livres confondus). Le 23 mars 1998, lors de la cérémonie des oscars, c’est également le jackpot pour l’équipe du film. Au total, onze statuettes lui sont attribuées, dont celle du meilleur réalisateur (James Cameron) et du meilleur film. En revanche, les acteurs ne seront pas récompensés mais leur notoriété franchit un pas décisif cette année-là. L’APRÈS « TITANIC » Grâce à sa prestation dans Titanic, Leonardo DiCaprio est désormais un acteur « bankable ». Les réalisateurs de films à gros budget savent maintenant que le jeune acteur attire le public dans les salles. De fait, les propositions affluent. Ainsi, en 1998, il tient le double rôle de Louis XIV et de son jumeau dans L’homme au masque de fer de Randall Wallace, librement adapté du roman d’Alexandre Dumas. Cette même année, il signe une première collaboration avec le plus new-yorkais des réalisateurs : Woody Allen. Dans Celebrity, Leonardo DiCaprio partage l’affiche avec Winona Ryder, Melanie Griffith et Charlize Theron. Au début des années 2000, il entame un nouveau virage dans sa carrière. Après Roméo+ Juliette et Titanic, il doit se défaire de son image de « jeune premier ». Ses cheveux blonds et son joli minois doivent être oubliés au profit de son jeu d’acteur. C’est le film Gangs of New York (Martin Scorsese) en 2002, suivi rapidement par « DE TOUS LES RÉALISATEURS AVEC QUI J’AI TOURNÉ, RIDLEY SCOTT EST DE LOIN LE PLUS COMPLET. » CINÉ LIVE, OCTOBRE 2008. Arrête-moi si tu peux (Steven Spielberg) qui lui permettent de modifier son image. Saluées unanimement par la critique, ses interprétations plus sombres lui valent l’assentiment de ses pairs. Dans Aviator en 2004 puis, en 2006, dans Les infiltrés, il continue sur sa lancée et se forge une filmographie digne des plus grands. Dernièrement, dans Blood Diamond, il jouait Danny Acher, un jeune mercenaire impliqué dans un trafic de diamants en Sierra Leone. Il sera récompensé par l’oscar du meilleur acteur. Depuis quelques années, Leonardo DiCaprio privilégie des scénarios plus forts et plus marqués politiquement. Lui-même est un homme engagé. En 1998, il a créé sa propre fondation destinée à la protection de l’environnement. Récemment, c’est aux Américains qu’il s’est directement adressé. Accompagné par plusieurs stars hollywoodiennes, il a appelé ses concitoyens à aller voter, par l’intermédiaire d’une vidéo diffusée sur Internet. EN COUVERTURE 3 Dans Mensonges d’Etat, de Ridley Scott, il est Roger Ferris, agent de la CIA. FOCUS• 1993 : Blessures secrètes, de Michael Caton-Jones. Gilbert Grape, de Lasse Hallström.• 1995 : Mort ou vif, de Sam Raimi. Basketball Diaries, de Scott Kalvert. Rimbaud Verlaine, d’Agnieszka Holland.• 1996 : Simples secrets, de Jerry Zaks. Romeo + Juliette, de Baz Luhrmann.• 1997 : Titanic, de James Cameron.• 1998 : L’homme au masque de fer de Randall Wallace, Celebrity de Woody Allen.• 2000 : La plage, de Danny Boyle.• 2002 : Gangs of New York, FOTOBLITZ/EYEDEA Dans Blood Diamond (2007), avec Djimon Hounsou. Filmographie sélective de Martin Scorsese. Arrête-moi si tu peux, de Steven Spielberg.• 2004 : Aviator, de Martin Scorsese.• 2006 : Les infiltrés, de Martin Scorsese.• 2007 : Blood Diamond, d’Edward Zwick.• 2008 : Mensonges d’Etat, de Ridley Scott. A venir : • Revolutionary Road, de Sam Mendes.• Shutter Island, de Martin Scorsese.• The Rise of Theodore Roosevelt, de Martin Scorsese.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :