Direct Soir n°400 12 sep 2008
Direct Soir n°400 12 sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°400 de 12 sep 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Mylène Farmer, succès de son dernier album

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 LIVRE On a testé… CULTURE Confidence pour confidence Les éditions Gallimard publient le nouveau roman de Ian McEwan, paru en Grande-Bretagne en avril 2007. Avec « Sur la plage de Chesil », l’auteur de « L’enfant volé », « Expiation » et « L’Innocent » décrit les ravages de l’incommunicabilité. Aborder la frustration sexuelle au sein du couple n’est pas chose facile. La traiter dans une fiction est sans doute plus aisé. Dans son nouveau roman, le Britannique Ian McEwan ne varie pas des préoccupations présentes dans ses œuvres précédentes (Expiation, L’innocent). C’est toujours l’âme humaine et sa noirceur qu’il sonde. Sur la plage de Chesil met le lecteur en présence de deux jeunes Anglais au cours de leur nuit de noces, qu’ils passent dans une auberge du Dorset. Edward Mayhew et Florence Ponting, issus de familles aisées, sont tombés amoureux et ont décidé de se marier. Mais dans cette Ian McEwan. Angleterre du début des années 1960, les tabous, les non-dits et la bienséance sont les handicaps de ces deux êtres qui ne se doutent pas de la catastrophe qui les attend. Construit en flashbacks, Sur la plage de Chesil emmène le lecteur dans les profondeurs des pensées des deux protagonistes. Le récit revient alors sur leur rencontre, leurs peurs, leurs aspirations pour l’avenir. Ian McEwan excelle une fois de plus à évoquer la complexité des rapports humains, ainsi qu’un âge sexuel révolu. Sur la plage de Chesil, d’Ian McEwan, éd. Gallimard, Collection Du Monde Entier, 16,90 €. L’ART DANS NOS ASSIETTES ■ Connu pour avoir vu séjourner un Tout-Paris très sélect, dont Oscar Wilde ou Mistinguett, cent cinquantenaire, L’hôtel fait aujourd’hui parler de lui grâce aux artistes qu’il a placés derrière ses fourneaux ! C’est l’équipe de Philippe Bélissent qui a permis cette année au « Restaurant » de décrocher sa première étoile. La cuisine est à la hauteur du décor revisité par Jacques Garcia : chaque assiette est un véritable tableau, aussi ravissant à l’œil qu’en bouche, comme le foie gras de canard aux figues ou la tartelette « choconoisette ». Pour déjeuner, le menu du jour est à 42 euros. Menu dégustation à 85 euros. Restaurant de L’hôtel, 13, rue des Beaux-Arts, Paris 6 e (01 44 41 99 01). DR J. SASSIER/GALLIMARD DR HUMOUR Pascal Assy, le public debout ■ « Calvitie au vent » et guitare à la main, Pascal Assy a pour ambition de vous faire l’humour. Une proposition somme toute décente, tant son spectacle mélange avec bonheur chansons décalées, sketches poilants et interactivité avec le public (l’auteur de ces lignes peut d’autant mieux en parler qu’il figurait parmi les victimes). Cynique, voire goujat à ses heures, l’humoriste se montre aussi émouvant avec des odes à Marie Gillain ou au « camembert au lait cru moulé à la louche ». Et quand Pascal Assy se lâche pour un numéro de « gogo dancer » parfaitement huilé, le public finit debout. Pascal Assy vous fait l’humour, du jeudi au samedi à 22h aux Blancs Manteaux, Paris 4e. THÉÂTRE Quand les langues se délient ■ Ex-administrateur de la Comédie- Française, Jean-Pierre Vincent renoue avec le théâtre Nanterre-Amandiers, dont il fut le directeur, et met en scène Le silence des communistes. Présentée pour la première fois en 2007 en Avignon, cette pièce révèle un dialogue à trois voix entre un syndicaliste italien et deux responsables communistes. De cette relation épistolaire naît une réflexion politique et idéologique passionnante. Le silence des communistes, jusqu’au 27 septembre au Théâtre Nanterre-Amandiers (01 46 14 70 00). Directsoir N°400/Vendredi 12 septembre 2008 DR Le roi lion, le spectacle aux trois molières. ÉVÉNEMENT Dans les coulisses du « Roi lion » ■ A l’occasion du premier anniversaire parisien de la comédie musicale Le roi lion, le théâtre Mogador ouvre ses coulisses gratuitement dimanche. Une façon de découvrir l’envers du décor d’un véritable phénomène, récompensé par trois molières. Guidé par les équipes techniques, le public s’aventure dans les ateliers de confection des masques, des costumes et dans la loge maquillage. Il pourra aussi assister à un concert acoustique – morceaux choisis du spectacle donnés par l’orchestre et ses chanteurs –, plonger au cœur de la tradition du griot africain et de ses contes, découvrir la genèse du spectacle à travers un documentaire de 52 minutes, ou encore répéter avec les artistes et leurs coaches. Dimanche à partir de 13h au Théâtre Mogador, 25, rue de Mogador, Paris 9e. SALON Immersion totale en pays manga ■ La 6 e édition du salon Paris Manga donne rendez-vous dès demain à tous les passionnés de culture asiatique. Au menu, les classiques comme les jeux vidéo et le karaoké, et le « cosplay » : les fans défilent dans des habits créés selon leur manga, série ou jeu vidéo préférés. De nombreuses animations sont également prévues tout le weekend : spectacles, projections ou rencontres des dessinateurs et auteurs de mangas. Paris Manga, les 13 et 14 septembre à l’Espace Champerret, Paris 17e. Renseignements sur www.parismanga.fr.
www.directsoir.net CINÉMA Rattraper le temps des cerises ★★★★★ Présenté en compétition au dernier Festival international du film de Berlin, « Cherry Blossoms » chante la beauté des choses simples de la vie. Troisième film de Doris Dörrie tourné au Japon, Cherry Blossoms pourrait aussi bien avoir pour titre Lost in Translation tant il montre la ville de Tokyo sous tous les angles. Mais le sujet principal de la dernière création de la réalisatrice allemande ne réside pas dans cette description émue de la capitale nipponne. Il s’agit d’amour ; un amour post mortem puisque Rudi – la soixantaine, marié à Trudi et vivant en Bavière – devra perdre sa femme pour enfin aller vers elle, son univers et ses passions. Trudi apprend que son mari est condamné par la maladie. Sur les conseils des médecins, elle l’emmène faire un dernier voyage à Berlin, pour voir leurs enfants, puis sur la mer DVD Le grain d’humanité de Kechiche Récompensé par quatre césars, « La graine et le mulet », le film d’Abdellatif Kechiche, est sans doute l’un des meilleurs films de l’année 2008. ■ Abdellatif Kechiche a très bien fait de passer derrière la caméra il y a huit ans. D’acteur (il a été dirigé par Téchiné dans Les innocents), il est alors devenu réalisateur. Ce qui lui a valu les récompenses les plus prestigieuses qu’un cinéaste français puisse recevoir. Révélé par L’esquive (césar du meilleur film 2005), Kechiche reçoit en 2008 avec La graine et le mulet pas moins de quatre césars : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et meilleur espoir féminin pour l’actrice Hafsia Herzi. L’histoire du film : Slimane Beiji vient de se faire licencier du chantier naval dans lequel il travaillait. Divorcé, inactif, il semble que la société n’ait plus besoin de lui. Slimane a pourtant un projet, celui de retaper un bateau pour y ouvrir un restaurant. Sa belle-fille, Baltique. Mais un matin, c’est lui qui trouve sa femme décédée à côté de lui. Frappé de plein fouet par cette disparition, Rudi entreprend le voyage dont sa femme avait toujours rêvé : voir le Japon et le Mont Fuji. Film thérapeutique – la réalisatrice a récemment perdu son mari – Cherry Blossoms traite du deuil et du dialogue qui s’instaure avec le défunt. Il rappelle en outre qu’en amour, la recherche de l’autre doit demeurer permanente par-delà les années. Sans doute une évidence, mais qui prend toute sa dimension avec les images que Doris Dörrie filme de la campagne bavaroise, de Berlin et de Tokyo. Cherry Blossoms, de Doris Dörrie, en salles. Rym, une des seules qui continue de croire en lui, va l’épauler. Elu par la critique, La graine et le mulet est un film humain d’une puissante acuité. Les bonus du DVD présentent Sueur, un film inédit du réalisateur, ainsi que les interviews de Hafsia Herzi, de Bouraouia Marzouk et des musiciens du film. La graine et le mulet, d’Abdellatif Kechiche, Pathé Distribution, 19,99 €. DR Elmar Wepper et Aya Irizuki dans Cherry Blossoms. CULTURE 13 Les autres films que Doris Dörrie a tournés au Japon sont « Epanouissement garanti » (2000) et « Le pêcheur et sa femme » (2005).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :