Direct Soir n°395 5 sep 2008
Direct Soir n°395 5 sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°395 de 5 sep 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Laetitia Casta retrouve la scène

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
SFR - S.A. au capital de 1343454 1 454 771,15 € - RCS Paris 403 106 537 - Photographies Corbis Exclusivité : Samsung Player Addict 16 Go Mails, Surf et TV* en illimité avec les Illimythics 3G+ dès 39,90 € /mois NOUVEAU Offerts** pendant 2 mois Navigation GPS et Musique en illimité Offre soumise à conditions valables du 20/08/2008 au 30/09/2008. Engagement de 12 mois minimum Prix pour un engagement de 24 mois. Disponible avec un engagement de 12 mois : 44,90 € /mois. Mail : Services SFR Mail mobile ou SFR Mail Mobile 2.0 (avec mobile compatible) disponibles sur le portail Vodafone Live ! (coût d’une connexion Wap). Surf : Depuis votre mobile compatible sur le Wap et tous les sites Internet. Les surtaxes des téléchargements et services restent payantes. Peer to Peer, Voix sur IP et Newsgroups interdits. TV : Sélection de 20 chaînes TV. MUSIQUE : Pass musique live (offert pendant 2 mois puis 12 € de plus par mois) limité à 10 000 souscriptions, valable en France métropolitaine. Téléchargement de titres illimité, valable 24 mois, depuis la rubrique Pass musique live du portail Vodafone live ! sur le mobile puis sur le PC. Navigation GPS : Service SFR Navigation dans le Pass GPS+Mails (offert pendant 2 mois puis 9,90 € de plus par mois) limité à 10 000 souscriptions. Liste des mobiles compatibles et conditions des services sur sfr.fr. *Services 3G/3G+ disponibles sous couverture et avec mobiles compatibles 3G/3G+. **Promotion valable une fois, sur demande. Si vous souhaitez, à l’issue de ces 2 mois, bénéficier à nouveau de ce/ces Pass, vous devrez y souscrire. En cas de migration de l’Illimythics 3G+ vers Essentiel Pro Ajustable, Essentiel Maxi, Essentiel ou Illimythics Happy Zone dans les quatre mois suivant la souscription, des frais de migration de 50 € seront facturés.
10 L’INDUSTRIE CULTURELLE Le Puy du Fou Trente ans de magie C’est l’histoire de France et de la Vendée racontées sous la forme d’un spectacle nocturne inédit, mais c’est aussi l’histoire d’une aventure humaine, qui dure depuis trente ans. Et l’enthousiasme des bénévoles passionnés ne semble pas prêt de s’éteindre. Au cœur du bocage vendéen, sur la commune des Epesses, les ruines abandonnées d’un château de la Renaissance dominent un étang et sont cachées par une forêt de hêtres qui donne son nom à ce 116 C’est en moyenne le nombre de jours d’ouverture du Puy du Fou chaque année. lieu-dit, le Puy du Fou (Podium Fagus : la colline aux hêtres). Incendié pendant les guerres de Vendée, puis tombé dans l’oubli, l’édifice renaît de ses cendres en 1977. Cet été-là, Philippe de Villiers, jeune étudiant à l’Ecole nationale d’administration (ENA) trouve enfin l’endroit pour raconter et mettre en scène l’histoire de France et de la Vendée, du Moyen Age au XX e siècle. A l’époque, l’engouement et la créativité du futur homme politique Interview d’un bénévole DR « Les Vikings », une des attractions du parc du Puy du Fou. séduisent près de quatre cents bénévoles convaincus par ce projet.Au départ, il n’y a ni argent, ni techniciens, ni expérience et avec l’enclavement du site, toutes les conditions d’un échec sont réunies. Mais l’enthousiasme triomphe. Les premiers Puyfolais fondent alors une association, pour permettre l’organisation de ce spectacle nocturne inédit, intitulé Cinéscénie. Le mot est inventé par Philippe de Villiers pour désigner « un espace en mouvement ». Car ce n’est ni du cinéma, ni du théâtre. SUCCÈS IMMÉDIAT Le 16 juin 1978, plusieurs centaines de spectateurs assis sur des tribunes de fortune découvrent la magie puyfolaise. A la fin de l’été, environ 82 000 personnes sont venues assister au spectacle. Ce jourlà, personne ne pouvait imaginer que Laurent Tard, 29 ans, Puyfolais ■ Comment êtes-vous devenu bénévole au Puy du Fou ? J’avais un an lorsque je suis devenu Puyfolais. Mes parents, mes grandsparents et mes oncles et tantes étaient des acteurs de la Cinéscénie. C’est une histoire de famille. A l’époque, je faisais de rapides passages sur scène dans les bras de ma maman. Puis j’ai eu des rôles d’enfant et je me suis ensuite intéressé la Cinéscénie accueillerait pendant ces cinq mois d’ouverture près de 260 000 spectateurs dix ans après, en 1988, et 380 000 cette année. « Cette œuvre improbable a échappé à la corrosion du temps. Elle a été façonnée par une génération qui a eu la judicieuse obsession de la transmission. L’humilité étant un principe de la communauté puyfolaise, il n’y a jamais eu de star au Puy du Fou, ou plutôt la star aujourd’hui comme hier, c’est le Puy du Fou », explique-t-on pour définir l’esprit des lieux. En 1989, devant le succès sans cesse croissant du spectacle, le Puy du Fou ouvre son Grand Parc. Les visiteurs, venus de loin pour y assister – en représentation seulement les soirs de week-end – peuvent ainsi se divertir toute la journée, grâce aux nombreuses attractions proposées à la danse et au théâtre. Depuis 1999, je m’occupe de la chorégraphie des ballets. Cette même année, je suis aussi devenu responsable artistique du Grand Parc, en tant que salarié. Quelles sont les qualités du Puyfolais ? Il faut être un amoureux de sa région, aimer faire du beau en donnant de sa personne, sans attendre aucun Directsoir N°395/Vendredi 5 septembre 2008 dans des décors authentiques. Dès la première saison estivale, 100 000 visiteurs viennent sur les lieux. LES SECRETS DU PUY DU FOU Quels sont les secrets de fonctionnement et de longévité de cette organisation ? Dès ses débuts, le spectacle du Puy du Fou a tenu à son indépendance par rapport aux collectivités publiques. Pour son lancement, l’association n’a reçu aucune subvention, mais seulement le soutien financier de banques au moyen de prêts. Aujourd’hui, le groupement d’intérêt économique du Puy du Fou – représentant près de 3 000 emplois directs ou indirects dans la région – qui chapeaute l’association organisatrice de la Cinéscénie, avec 3 200 bénévoles, ainsi que la société du Grand Parc, vit sur ses retour. Les applaudissements du public sont notre récompense. Tous les Puyfolais sont aussi un peu artistes. Ce système fondé sur le bénévolat n’est-il pas contraignant ? Non. Personne n’est forcé. On y va pour passer un bon moment, faire un beau spectacle et voir les amis. Il y a une très bonne ambiance, qui est d’ailleurs le ciment de tout cela.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :