Direct Soir n°395 5 sep 2008
Direct Soir n°395 5 sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°395 de 5 sep 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Laetitia Casta retrouve la scène

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
www.directsoir.net FOOTBALL Les Bleus entrent en campagne L’équipe de France entame demain soir à Vienne en Autriche, la campagne qui doit la mener en Afrique du Sud en 2010. C’est le premier des trois matchs de sursis pour Raymond Domenech. Les Bleus et la France semblent avoir fait le deuil du catastrophique Euro 2008. L’approche des éliminatoires pour la Coupe du monde 2010 n’y est pas étrangère. Demain, à Vienne, au Stade Ernst-Happel, théâtre de la finale du dernier Euro, la France débutera le long parcours qui peut la conduire en Afrique du Sud dans un peu moins de deux ans. Le premier match éliminatoire opposera les Bleus aux Autrichiens, premiers adversaires du groupe 7, où figurent également la Lituanie, les îles Féroé, mais surtout la Serbie et la Roumanie. Autant dire que les choses s’annoncent sérieuses et que le droit à l’erreur est limité pour ce ATHLÉTISME Duel au sommet à Bruxelles ■ Deux athlètes peuvent encore empocher le million de dollars promis au vainqueur des six épreuves de Golden League. La Kenyane Pamela Jelimo (à gauche), championne olympique du 800m à Pékin, et la Croate Blanka Vlasic, médaillée d’argent à la hauteur, se partageront cette somme si elles remportent toutes les deux ce soir le meeting de Bruxelles. VOILE Le « Skipper Challenge » sur Direct8 ■ La chaîne de la TNT diffuse ce soir à 19h15 la première du Skipper Challenge. Un documentaire qui permettra de suivre tout au long de huit épisodes la progression de dix jeunes navigateurs sélectionnés par un jury dont fait partie Marc Thiercelin, parrain du programme et skipper du DCNS. L’émission de ce soir sera consacrée justement au baptême du DCNS, le « poisson volant », monocoque qui participera à la transat Jacques-Vabre 2009. premier déplacement auquel ne participeront ni Willy Sagnol, ni Patrick Vieira, ni Franck Ribéry, tous les trois blessés. L’équipe alignée en amical face à la Suède le 20 août dernier à Göteborg (victoire 3-2) avec notamment SteveMandanda, Bacary Sagna, Philippe Méxès, Lassana Diarra et Thierry Henry comme capitaine devrait être reconduite contre les Autrichiens. Alors que les Bleus se doivent de démarrer sur une victoire avant d’accueillir la Serbie mercredi au Stade de France, puis faire un déplacement périlleux en Roumanie, en octobre, Raymond Domenech sait que ses choix seront surveillés de près. Le monocoque DCNS. PHOTOS : D. MAURER/AP –L. GILLIERON/KEYSTONE J.-M. LIOT/DPPI FEL/PRESSE SPORT SPORTS Bacary Sagna, évoluant actuellement à Arsenal, portera demain le maillot des Bleus. TENNIS Un dernier carré d’as pour l’US Open Roger Federer rencontrera Novak Djokovic. ■ L’affiche de la dernière demi-finale de l’US Open a été dévoilée cette nuit. Le n°3 mondial, le Serbe Novak TRANSFERT D. CARDONA/REUTERS E. AMENDOLA/AP Djokovic, défiera l’empereur déchu Roger Federer. Le Suisse semble renaître de ses cendres sur les terres américaines. Vainqueur en trois sets du Luxembourgeois Gilles Muller (7-6,6-4,7-6), il s’attaque désormais à un joueur d’un autre calibre. Novak Djokovic, décevant depuis sa dernière victoire à l’Open d’Australie, veut remporter le tournoi et montrer qu’il peut prendre la place de n°1 à Rafael Nadal. L’Espagnol est quant à lui toujours en course pour glaner un autre tournoi du Grand Chelem, et pourrait retrouver l’un de ses deux dauphins en battant le Britannique Andy Murray. CARLOS SASTRE 13 ■ Vainqueur du Tour de France en juillet dernier, l’Espagnol Carlos Sastre, qui dispute actuellement le Tour d’Espagne, changera de formation à l’issue de la saison. A 33 ans, le coureur de la CSC, également en contact avec l’équipe russe Katusha, devrait signer avec la formation canadienne Cervélo. Le transfert sera officialisé une fois la Vuelta terminée.
14 TRISTAN GARCIA RENTRÉE LITTÉRAIRE Le courage des années sida Avec « La meilleure part des hommes », ambitieux premier roman sur les années sida, Tristan Garcia s’impose comme la grande révélation de cette rentrée littéraire. Tristan Garcia. CATHERINE CUSSET DR ■ Il paraît difficile de reprocher à Tristan Garcia le nombrilisme et le manque d’ambition propres aux jeunes auteurs parisiens. Pour son premier roman, ce normalien de 27 ans, féru de philosophie comme de séries américaines, s’est attaqué aux années sida, revisitant les décennies 1980 et 1990 à travers le prisme d’un fléau et des controverses qu’il a entraînées. « Ce conte moral n’est pas une autofiction. C’est l’histoire, que je n’ai pas vécue, d’une communauté et d’une génération déchirées par le sida, dans des quartiers où je n’ai jamais habité », écrit-il en quatrième de couverture. Un impressionnant tour de force acclamé par la critique littéraire, qui a fait de Tristan Garcia un des chouchous de Soixante ans de la vie d’une femme ■ « Il la trouvait jolie – il aimait son visage, ses pommettes larges et ses grands yeux, et même ses cheveux frisés qui lui rappelaient, disait-il, les peintures des primitifs flamands. » Elle, c’est Helen Tibb, née Elena Tiberescu en Bessarabie à la fin des années 1930, élevée par son oncle, sa tante et sa grand-mère. C’est aussi l’héroïne du dernier récit de Catherine Cusset, Un brillant avenir. Fidèle au thème de la famille, que l’auteur décortique et décline depuis Le problème avec Jane, paru en 1999 chez Gallimard, elle offre une nouvelle saga familiale sur fond d’émigration. Construit comme un puzzle, ce roman navigue habilement dans l’espace et le temps. Il y a la Roumanie sous Ceausescu, où Elena fait des études brillantes et rencontre le séduisant Jacob, l’Amérique des années 1980, où elle doit tout recommencer à 40 ans. Mais aussi Israël, la patrie de son mari adoré et enfin la France qu’elle abhorre, parce qu’elle risque de lui voler son fils unique. Catherine Cusset découpe Un brillant avenir en quatre parties comme autant d’étapes dans la vie d’une femme : fille, amante, épouse et mère, puis veuve. Helen, le personnage principal, possède la même aura que les héroïnes de la littérature classique. Déterminée, elle ne recule devant rien pour arriver à ses fins. « A trente ans, son fils cette rentrée et n’a pas hésité à le comparer à Bret Easton Ellis. La meilleure part des hommes repose sur trois hommes : le militant Dominique Rossi, pilier d’une association homosexuelle, le jeune et scandaleux William Miller, et Jean-Michel Leibowitz, intellectuel médiatique d’abord de gauche, puis de plus en plus à droite. L’auteur a beau prévenir que « les personnages de ce roman n’ont jamais existé ailleurs que dans les pages de ce livre », on reconnaît aisément les traits du fondateur d’Act Up Didier Lestrade, de l’écrivain Guillaume Dustan et du philosophe Alain Finkielkraut. Pour faire le lien entre eux et raconter leur histoire, une femme, la journaliste Elizabeth Levallois. A travers ces trois parcours, c’est peu à peu le portrait de toute une génération qui se dessine. Garcia dépeint l’émancipation gay, puis la violente opposition Avec « Un brillant avenir », Catherine Cusset signe un nouveau roman sur la famille. A travers le personnage d’Elena, un demi-siècle d’histoire défile, de la Roumanie aux Etats-Unis, en passant par Israël et les côtes françaises. C. HULIE/GALLIMARD atteint enfin le but auquel elle a aspiré pour lui les trente dernières années. » Mais Helen est aussi impulsive, passionnée, possessive et jalouse : une personnalité forte à laquelle le lecteur s’attache rapidement. Porté par l’écriture précise et fluide de l’auteur, il découvre un roman très riche. En marge de l’analyse des sentiments et des conflits intérieurs, Catherine Cusset aborde avec beaucoup de finesse les conflits politiques du XX e siècle, la difficulté de l’exil et l’antisémitisme. Un brillant avenir, Catherine Cusset, Gallimard, 21 €. DR Directsoir N°395/Vendredi 5 septembre 2008 entre prévention et « barebacking » (rapports sexuels non protégés), nous montre l’évolution des intellectuels soixante-huitards vers le conservatisme, et restitue les ambitions, les combats, les futilités et les trahisons. Souvent impressionnante, la fresque peut parfois agacer à cause de son style oral, parsemée de tics et d’interjections répétées. Mais le récit fait vite taire ces réticences en ne cessant de questionner l’appartenance à une époque ou à une communauté, avant de s’achever avec une méditation sur la postérité. On ne sait pas si Tristan Garcia nous a déjà donné sa meilleure part… Nul doute en revanche que son livre restera dans les mémoires pour sa façon admirable de revisiter une période charnière d’un point de vue social, sexuel, intellectuel et politique. La meilleure part des hommes, Tristan Garcia, Gallimard, 18,50 €. DR PIERRIC BAILLY Du Jura et de ses bipèdes ■ Ils habitent un village du Jura, Clairvaux-les-Lacs, sis près de Lonsle-Saunier, dans le département du « trois-neuf ». Ils ont entre 15 et 21 ans. Lionel, Laura, Johannes, Jules, Diane et Charlotte ne se séparent que très rarement et passent l’été à traîner sur les marches de l’église ou près de l’abribus, se déplacent en AX ou en « mob ». Corps de polichinelle en mutation, chacun souffre d’une malformation physique – réelle ou rêvée – conséquence du nuage radioactif de Tchernobyl. Dans son premier roman, Polichinelle, Pierric Bailly met en place une langue qui claque, composée d’argot et de néologismes. Mais il fait davantage. Il crée un univers dans lequel le lecteur s’immerge avec plaisir au pays des « tagazous jurassiens ». Polichinelle, de Pierric Bailly, POL éditeur, 15 €.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :