Direct Soir n°386 9 jui 2008
Direct Soir n°386 9 jui 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°386 de 9 jui 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : Carla Bruni autoportrait en chanson

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 EN COUVERTURE Carla Bruni était l’invitée de Michel Drucker dans l’émission Vivement dimanche, le 19 novembre 2003. CARLA BRUNI UN ALBUM EN TOUTE INTIMITÉ Une chose est sûre, en devenant première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy n’a pas perdu sa singularité, à savoir sa liberté de ton et sa sincérité. Dans son troisième album, Comme si de rien n’était, elle dévoile sentiments, doutes passés et présents, tout ce qui compose l’esprit de cette artiste entière et virevoltante. On ne dépasse d’ailleurs jamais la limite de la pudeur, comme si ses mots et formules distingués aidaient Carla Bruni à tracer un juste portrait d’elle-même. QUELQU’UN M’A DIT… Il faut se souvenir de la genèse de cette carrière de chanteuse. Mannequin vedette dans les années 1990, elle sort en 2002 un premier album reçu comme un souffle d’air frais par la critique et le public. Carla Bruni, que les Français n’avaient pas devinée artiste, proposait alors une collection de chansons épurées, fort différentes des productions du moment. Quelqu’un m’a dit ou Raphaël débarquent sur les ondes, on les chantonne dès la première écoute, et à la stupéfaction de la voir dans le rôle de chanteuse succède la conviction que, derrière cette voix Directsoir N°386/Mercredi 9 juillet 2008 Cinq ans après le succès de « Quelqu’un m’a dit », Carla Bruni sort son troisième album, « Comme si de rien n’était », enregistré à Paris au Labomatic, le studio de Dominique Blanc-Francard. Une collection de chansons intimes, qui abordent sans complexe le temps qui passe, et bien sûr « la seule de toutes les choses qui vaille d’être là », l’amour. DE BLAY/STARFACE douce et rocailleuse, Carla Bruni a bien les qualités d’un auteur. L’album est un succès : deux millions d’exemplaires sont écoulés et il se classe en troisième position des ventes. L’écriture, elle s’y était déjà essayée avec quelques textes de l’album de Julien Clerc, Si j’étais elle en 2000, et en réussissant déjà ce qu’elle répétera plus tard : traduire les émotions féminines en chanson.
www.directsoir.net POÉSIE ANGLAISE Il est difficile, d’envisager un deuxième album après un succès aussi spectaculaire. Carla Bruni se donne un nouveau défi, en choisissant de mettre en musique des textes de poètes classiques anglophones, parmi lesquels Yeats ou Dickinson. Sorti en 2007, l’album No Promises ne rencontre pas le succès escompté mais la démarche est une nouvelle preuve de bon goût. TOURNANT DE VIE Lorsqu’on a revu Carla Bruni dans les journaux quelques mois plus tard, ce n’était plus pour parler de musique. En décembre, elle s’affiche au côté du président de la République, et devient sa femme deux mois plus tard. Pourtant, ce nouveau statut ne l’empêche pas de poursuivre et de terminer son troisième album, elle qui tient à sa liberté. Rien que dans le titre choisi, Comme si de rien n’était, on perçoit le clin d’œil à cette nouvelle vie de première dame, qu’elle éclipse intelligemment dans ces quatorze titres. Elle s’adresse souvent à un « tu », un autre, un homme qui n’a pas de traits, mais dont elle se déclare L’amoureuse, dans la chanson qui sera le premier single. Doucement insolente, elle déclare sa flamme avec passion : « Tu es ma came/Je t’aspire, je t’expire et je me pâme », faisant l’aveu de son impuissance face à ses sentiments : « A tes pieds je dépose mes armes. » Repères « J’AI ENVIE D’AVOIR PRIÉ, D’AVOIR DÉSIRÉ, DÉVORÉ » JULIEN CLERC ■ C’est avec lui que tout commence puisqu’elle lui écrit en 2000 quelques textes pour l’album Si j’étais elle. Dans Comme si de rien n’était, Julien Clerc a composé la chanson Déranger les pierres, qui devrait également figurer dans le prochain album du chanteur, mais dans une version un peu différente. SOUVENIRS DE JEUNESSE Mais c’est son passé qui revient le plus souvent dans ce troisième opus. L’une des plus belles chansons de Comme si de rien n’était, la bien nommée Péché d’envie, coécrite avec son ancien compagnon Raphaël Enthoven, aborde la satisfaction d’avoir pu ressentir une myriade de sentiments : « J’ai envie d’avoir prié, d’avoir désiré, dévoré », chante-t-elle. Et de terminer par un constat empreint de mélancolie : « Mais le temps me plie, m’enlise/Je m’y brise les dents/C’est lui le gagnant. » Sur le même thème, la chanson d’ouverture de l’album, Ma jeunesse, est écrite comme une conversation, comme si Carla Bruni discutait avec sa jeunesse, celle qui lui a apporté tant de joies. Aujourd’hui, elle lui demande : « Qu’as-tu fait de nos nuits d’aventure ? » Et elle conclut : « Je te laisse la fin de l’histoire. » BLUES, ET CHANSONS POPULAIRES A la production de cet album, on retrouve Dominique Blanc-Francard qui a accueilli la chanteuse dans son studio parisien. Si les arrangements musicaux sont plus recherchés (Quelqu’un m’a dit privilégiait la guitare acoustique), on navigue tout de même dans une atmosphère légère, souvent inspirée du blues ou de chansons populaires américaines, avec l’arrivée de l’harmonica (notamment sur You Belong to Me, une reprise de Bob Dylan), du saxophone, de la clarinette, voire même d’une fanfare sur la première chanson. Seule entorse, la mandoline sur L’antilope, une chanson dans laquelle l’écriture de Carla Bruni s’assombrit : « Que la mort me prenne, je ne lui dirai pas non. » ÉTERNELLE ENFANT Mais la légèreté n’est jamais loin. Elle en fait les moments les plus amusants de son album, propices à de bons mots et formules. A l’exemple de Je suis une P.RUIZ/GAMMA/EYEDEA PRESSE LOUIS BERTIGNAC EN COUVERTURE 3 La guitare toujours, mais aussi harmonica, saxophone, clarinette et mandoline jalonnent le nouvel album de Carla Bruni. enfant, constat étonnant de la part d’une femme qui incarne autant la beauté et l’élégance. « Je suis une enfant/Malgré mes quarante ans. » ■ L’histoire veut que Carla Bruni, alors adolescente, soit venue voir le musicien à l’époque membre du groupe Téléphone. Une grande amitié naîtra entre eux deux. Ils partagent une même sensibilité artistique, extrêmement complémentaire. Carla Bruni lui offre dix chansons pour son troisième album solo, Longtemps, sorti en 2005. Il avoue aimer son écriture. Parmi ces titres, deux duos, Les frôleuses et Sans toi. I. SIMON/SIPA C’est donc sans résistance que l’on se laisse emporter par la magie de ce nouvel album, à la fois plus intimiste et plus profond que les précédents. DOMINIQUE BLANC-FRANCARD ■ Le père de Sinclair et de DJ Boom Bass (Cassius) est l’un des producteurs français les plus sollicités, qui a travaillé, entre autres, avec Etienne Daho, Françoise Hardy, Raphael, Rose. Pour s’éloigner de la production de Louis Bertignac, particulièrement dépouillée, il a choisi un ton « plus sixties et plus pop ». En revanche, il poursuit la mise en avant de la voix de Carla, très présente sur toutes les chansons.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :