Direct Soir n°385 8 jui 2008
Direct Soir n°385 8 jui 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°385 de 8 jui 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1 Mo

  • Dans ce numéro : Monica Bellucci, l'histoire d'une italienne

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 EN COUVERTURE Monica Bellucci à l’Hôtel Martinez, avant la cérémonie d’ouverture du Festival de Cannes 2006. MONICA BELLUCCI LA BEAUTÉ ITALIENNE A l’affiche du dernier film de Marco Tullio Giordana, « Une histoire italienne », en salles demain, Monica Bellucci a de nouveau tourné dans sa langue maternelle. La belle Italienne campe Luisa Ferida, célèbre actrice des années 1930-1940 en Italie. Un rôle original et inhabituel pour Monica Bellucci. Au début du mois de juin, le magazine masculin FHM publiait son classement des cent femmes les plus sexy. Pour la première fois, Monica Bellucci a atteint la première marche du podium. Ses dauphines sont Sophie Marceau et Angelina Jolie. Plébiscitée par la gent masculine, la belle Italienne est l’incarnation même de la sensualité et du glamour. La quarantaine flamboyante, Monica Bellucci sera dès demain à l’affiche d’Une histoire italienne (« Sangue pazzo », littéralement « sang fou ») de Marco Tullio Giordana. Ce cinéaste est l’auteur de la grande saga Nos meilleures années, sorti en 2003, qui racontait l’histoire de l’Italie des années 1960 à 2003, à travers le destin d’une famille de la péninsule. Une histoire italienne est le quarante-troisième film de Monica Bellucci. Elle y incarne Luisa Ferida. Compagne de l’acteur Osvaldo Valenti depuis 1939, cette comédienne menait une vie désordonnée. Actrice dans des films d’allégeance fasciste, dans lesquels elle jouait des personnages plutôt sombres, sa vie à la ville avec Osvaldo Valenti était tout aussi noire. Quand l’Italie est divisée en deux, après l’armistice du 8 septembre 1943, le couple se rangea du côté de la République sociale italienne dite République de Salò, régime politique établi par Benito Mussolini en Italie du centre et du nord, alors contrôlée par la Wehrmacht. Quelques jours avant la Libération, ils se livrent aux partisans et nient toute compromission. Mais le Comité de libération veut une punition exemplaire : les deux acteurs ont joué pour le régime de Mussolini, collaboré et torturé. Ils devront tous deux payer pour ce qu’ils ont fait. L’histoire de ces deux personnages est emblématique du régime fasciste, de sa gloire à son effondrement. Directsoir N°385/Mardi 8 juillet 2008 L’ITALIE DANS LE CŒUR Après Sophia Loren, Claudia Cardinale et Gina Lollobrigida, la Botte italienne a une nouvelle ambassadrice. Monica Bellucci, diva du glamour, est née le 30 septembre 1964 à Città di Castello, en Ombrie. A 18 ans, elle finance ses études de droit à l’université grâce à des défilés de mode. Rapidement, elle quitte sa région natale pour Milan, la capitale de la mode italienne. Elle signe un contrat avec l’agence de mannequins Elite et commence une carrière internationale. Parallèlement à sa carrière de mannequin qu’elle délaisse de plus en plus, Monica
www.directsoir.net Bellucci prend des cours de théâtre.Après un petit rôle pour un téléfilm de Dino Rosi intitulé Vita Coi Figli (« La vie avec des enfants », 1990), elle a un petit rôle sur grand écran dans le Dracula de Francis Ford Coppola. Pendant cinq ans, la belle brune enchaîne les tournages en Italie. LA FRANCE L’ADOPTE Puis elle arrive en France. Elle joue dans L’appartement de Gilles Mimouni, film pour lequel elle sera nommée pour le césar dans du meilleur espoir féminin. C’est pendant le tournage de ce film qu’elle rencontre Vincent Cassel. Et la romance qu’ils jouaient à l’écran se prolonge dans la vie privée : les deux acteurs se marient en 1999. En 2004 naît leur fille, qu’ils prénomment Deva. Les époux Cassel-Bellucci se donnent plusieurs fois la réplique, notamment dans Dobermann(de Jan Kounen) en 1997, Irréversible (de Gaspar Noé) en 2002 et Agents secrets (de Frédéric Schoendoerffer) en 2004. En France, elle assied son succès populaire en étant à l’affiche de très grosses productions. En 2001, elle campe Sylvia dans Le pacte des loups de Christophe Gans, au côté de Samuel Le Bihan. Près de trois millions de spectateurs iront voir le film. Mais la vraie reconnaissance, Monica Bellucci l’obtient l’année suivante, grâce à son rôle dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre, d’Alain Chabat (« son » César empereur romain). Plus de quinze millions de personnes la voient interpréter la reine d’Egypte au nez légendaire. Plus sexy que jamais dans des robes très décolletées, Monica Bellucci allie humour et beauté avec un plaisir non dissimulé. EN AMÉRIQUE D’autres apparitions, notamment dans La Passion du Christ de Mel Gibson, en 2004, dans Sheitan de Kim Chapiron, en 2006, Actrices italiennes de légende COL. A. PELE/STARFACE ou dans Shoot’Em Up de Michael Davis, en 2007 ont donné à Monica Bellucci l’envergure d’une actrice internationale. C’est en 2000 au côté de Bruce Willis que la belle Italienne foule le sol américain. Dans Les GINA LOLLOBRIGIDA ■ Née le 4 juillet 1927, Gina quitte rapidement la province pour s’installer à Rome. Jouant de sa plastique, elle n’interprète d’abord que des rôles secondaires, jusqu’au succès au côté de Gérard Philipe de Fanfan la Tulipe, de Christian-Jaque (1952). Elle gagne ensuite une stature internationale en jouant avec Humphrey Bogart dans Plus fort que le diable (John Huston, 1954) et la confirme en 1956, dans le rôle d’Esmeralda, avec Anthony Quinn, dans Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy. larmes du soleil, d’Antoine Fuqua (2003), elle joue le rôle du docteur Lena Kendriks, qui tente de sauver des villageois d’un A 45 ANS, SI « ON EST BELLE, C’EST QU’ON A MÛRI DANS LE RESPECT DE SOI MONICA » BELLUCCI, ELLE, OCTOBRE 2007 EN COUVERTURE 3 Monica Bellucci interprète Luisa Ferida, actrice du régime fasciste, dans Une histoire italienne. RUE DES ARCHIVES/BCA Nigeria plongé en pleine guerre civile. Mais son apparition la plus spectaculaire dans un film américain reste sans aucun doute celle des deux derniers volets de la saga Matrix des frères Wachowski. Incarnant la vénéneuse Persephone, elle donne la réplique à Lambert Wilson et à Keanu Reeves. SOPHIA LOREN ■ Née le 20 septembre 1934 à Rome, comme ses consœurs elle entame d’abord une carrière en Italie avant de se lancer à la conquête d’Hollywood. En 1960, son rôle de Cesira dans La paysanne aux pieds nus au côté de Jean-Paul Belmondo la propulse au rang de star internationale. Elle jouera plusieurs fois avec Marcello Mastroianni. En 1991, elle reçoit un oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. G. UNGER/CORBIS UN FILM HUMANISTE Présenté à Cannes au mois de mai, en sélection officielle, Une histoire italienne a reçu le prix François-Chalais – critique de cinéma et grand reporter – qui récompense un film « humaniste en prise avec le monde » et un film « qui évoque le grand drame contemporain du fascisme ». En 2005, le réalisateur d’Une histoire italienne, Marco Tullio Giordana, avait déjà reçu ce prix pour Une fois que tu es né (« Quando sei nato non puoi più nasconderti »). CLAUDIA CARDINALE ■ Née à Tunis le 15 avril 1938, Claudia Cardinale est italienne par son père. Avec plus de quatre-vingt-dix films à son actif, l’actrice s’est fait connaître en France grâce à ses rôles dans Rocco et ses frères (avec Alain Delon, en 1960), dans Le guépard de Luchino Visconti et dans Cartouche de Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo. En 1993, elle obtient un Lion d’or à la Mostra de Venise pour l’ensemble de sa carrière et est membre du jury de la sélection officielle au Festival de Cannes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :