Direct Soir n°383 4 jui 2008
Direct Soir n°383 4 jui 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°383 de 4 jui 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,3 Mo

  • Dans ce numéro : Nelson Mandela symbole de la Paix

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 EN COUVERTURE Madame et monsieur Mandela, invités à Londres en l’honneur des 90 ans de l’homme politique sud-africain, ont rencontré la reine Elisabeth II le 25 juin, au palais de Buckingham. NELSON MANDELA AMBASSADEUR DE LA LIBERTÉ Numéro 466 64 : une référence lorsque l’on évoque Nelson Mandela. C’était le matricule de l’ancien prisonnier pendant 27 ans. Et aujourd’hui, le nom du concert donné en l’honneur de ses 90 ans à Londres, il y a une semaine. Nelson Mandela était le 466 e prisonnier incarcéré à la prison de Robben Island en 1964. Engagé dans la lutte contre le sida depuis la fin de son mandat présidentiel en Afrique du Sud, Nelson Mandela est aujourd’hui un immense personnage, symbole de la liberté aux yeux de tous. Figure dominante de la politique d’Afrique du Sud pendant plus d’un demi-siècle, il est aujourd’hui à la tête d’une fondation mondiale (Fondation Nelson Mandela, sur le site internet www.46664.com) qui souhaite mobiliser les populations du monde entier en faveur de la lutte contre le sida. A Londres par exemple, ou dans les autres villes organisatrices de concerts en son honneur, les profits réalisés sont immédiatement versés à la Fondation. Parmi les personnalités présentes à Londres, Nelson Mandela a pu compter sur la venue d’Al Gore et de Bill Clinton, lui aussi à la tête d’une fondation caritative. LE SYMBOLE Plus qu’un homme engagé, Nelson Mandela est aussi devenu au fil des ans un véritable symbole. Symbole de liberté au regard de son combat pour la lutte contre l’apartheid. Symbole de courage pour avoir passé 27 ans dans les geôles sud-africaines. Symbole de déterminisme pour être le premier président noir d’Afrique du Directsoir N°383/Vendredi 4 juillet 2008 A Londres, vendredi 27 juin, ils étaient plusieurs centaines de milliers à fêter l’anniversaire de Nelson Mandela lors d’un concert à Hyde Park. Il y a vingt ans exactement, Londres avait déjà organisé un concert de cette ampleur, alors que Nelson Mandela était encore en prison. Intitulé « 466 64 », le rassemblement était cette fois-ci destiné à sa campagne de lutte contre le sida. Sud élu démocratiquement. Pour Jean Guiloineau, auteur de Nelson Mandela aux éditions Payot : « Il a réussi un coup de maître. C’est le seul homme politique qui a réussi à résoudre une situation insoluble sans bain de sang. » Dans une Afrique du Sud minée par la ségrégation raciale qui existait depuis près de trois siècles (lorsque les immigrés européens sont arrivés dans le pays dès 1652) et divisée par l’apartheid, le combat de Nelson Mandela pour faire en sorte qu’un homme égale une voix n’était pas simple. Mis en place par le gou-
www.directsoir.net vernement de Daniel Malan en 1948, l’apartheid a divisé le pays.Au total, plus de 200 lois ont régi la vie des individus. « Ce n’était pas simplement des entrées différentes pour les Blancs et pour les Noirs dans les administrations. C’était aussi beaucoup d’interdictions et de répressions », rappelle Jean Guiloineau. De 1950 à 1960, Nelson Mandela est président de l’ANC (congrès national africain) pour la région du Transvaal. Une région politiquement importante, car elle regorge de richesses minières et d’ouvriers facilement mobilisables. L’ancien étudiant en droit mène une action politique non-violente et bénéficie d’une aura exceptionnelle auprès de la population locale du Transvaal. LE COMBAT DE MANDELA « On frappait aux portes, elles restaient fermées, il fallait bien les ouvrir », se justifiait Nelson Mandela lorsqu’il passe à l’action politique violente. En 1959, il crée la branche armée de l’ANC. Des pylônes électriques sont détruits, des usines et des ponts brûlés, mais « il n’y a jamais eu d’attentat direct contre la population civile » indique Jean Guiloineau. Et d’ajouter que « Nelson Mandela menait des campagnes de défis, c’est-à-dire qu’un membre de la branche armée, souvent Mandela d’ailleurs, entrait dans un hôtel réservé aux Blancs, se faisait arrêter. Puis une heure après, cinquante autres faisaient la même chose et à la fin de la journée la police pouvait arrêter jusqu’à 3000 personnes ! » En janvier 1962, Nelson Mandela, qui vit dans la clandestinité depuis trois ans, quitte l’Afrique du Sud sans autorisation. Il voyage pendant six mois dans toute l’Afrique et en Angleterre et suit un entraînement militaire en Ethiopie. Lorsqu’il rentre en Afrique du Sud, il est arrêté pour être sorti clandestinement du pays et condamné à cinq ans de prison. Alors qu’il purge sa première peine, la police découvre en Repères DOMINIQUE LAPIERRE, auteur d’Un arc-en-ciel dans la nuit, éditions Robert Laffont. E. FOUGERE/VIP IMAGES/CORBIS 1963 le quartier général de la branche armée de l’ANC ainsi que les papiers de Nelson Mandela. S’ensuit le très célèbre procès de Rivonia (du nom d’une banlieue de Johannesburg où se trouvaient les locaux de la branche armée). Les membres de la lutte armée sont condamnés à perpétuité en juin 1964. MANDELA PRÉSIDENT Au total, Nelson Mandela a passé 27 ans en prison. Il reste 15 ans à Robben Island, condamné aux travaux forcés, puis passe 12 ans dans une prison à soixante kilomètres au nord de la capitale. A la fin des années 1980, certains membres de la « Rivonia » sont libérés. Les discussions pour la libération de Mandela aboutissent en février 1990 et sur ordre du président Frederik de Klerk, le prisonnier est officiellement libre.Aussitôt après sa sortie de prison, le chef de l’Etat le sollicite pour maintenir la paix en Afrique du Sud. En 1993, il reçoit le prix Nobel de la paix des mains de Frederik de Klerk. Le rêve de voir des élections démocratiques se dérouler en Afrique prend corps le 27 avril 1994. « Je pense que Nelson Mandela est un géant de l’humanité, je le place au même niveau qu’un Mahatma Gandhi. C’est un homme qui a réussi à appeler tous les citoyens, qu’ils soient blancs, noirs ou métis, à la réconciliation plutôt qu’à la vengeance. Il a subi 27 années d’emprisonnement et à la sortie de cet interminable enfer, il a proclamé : « Et maintenant, nous devons tous créer une nation arc-en-ciel pour donner naissance à un monde nouveau. » Je trouve que ces mots sont sublimes et montrent la grandeur du personnage. Lorsqu’il devient le premier président d’Afrique du Sud élu démocratiquement, c’est-à-dire « un homme égale un vote », il invite pour son discours d’investiture le juge et le procureur qui l’avaient jugé et condamné trente années plus tôt EN COUVERTURE 3 Nelson Mandela a reçu le prix Nobel de la paix en 1993 pour sa lutte contre l’apartheid. C’EST UN HOMME « QUI N’A JAMAIS RENONCÉ » Nelson Mandela, toujours membre de l’ANC, est élu président de la République d’Afrique du Sud pour cinq ans. Pendant son mandat, il tente de réunir l’Afrique du Sud, pour faire de son pays une « nation arc-en-ciel ». Comme il s’y était engagé lors de son élection, Nelson Mandela n’a fait qu’un seul mandat à la tête du pays. Près d’un demi-siècle après son entrée en politique, il reste un symbole pour une grande partie de la population sud-africaine. Il fêtera ses 90 ans dans une semaine, entouré de ses proches. à la perpétuité. C’est fort de sens, tout de même ! Je crois qu’il n’a pas de réel successeur. Personne ne lui arrive à la cheville. Thabo Mbeki [l’actuel président de l’Afrique du Sud,ndlr] n’a pas la même envergure. Juste sur un point par exemple, il nie la pandémie du sida dans son pays, alors que beaucoup de personnes sont contaminées. Mandela est un homme avec un grand charisme, une grande prestance et d’une générosité tout à fait exemplaire. Pour succéder à Mandela, il faut être un géant, de toute évidence. Je crois que le grand drame de sa vie reste, non pas le bagne, mais sa rupture avec Winnie, sa première femme. Elle était d’ailleurs baptisée mère de la nation. Mandela a connu beaucoup de malheurs, mais il a toujours su faire face à l’adversité. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :