Direct Soir n°308 6 mar 2008
Direct Soir n°308 6 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°308 de 6 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (138 x 188) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : Bill Gates le milliardaire devenu bienfaiteur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 EN COUVERTURE Bill Gates Une deuxième vie au service des autres C’est l’homme le plus riche du monde depuis douze ans, selon le classement Forbes de mars 2007. A bientôt 53 ans, Bill Gates, le fondateur de Microsoft, consacre une partie de sa fortune personnelle à sa fondation : la BMGF pour Bill et Melinda Gates Foundation. Le 1 er juillet prochain, il quittera ses fonctions opérationnelles chez Microsoft (il restera tout de même président du conseil d’administration) pour se consacrer à plein-temps à sa fondation avec l’appui de sa femme Melinda. Depuis toujours, il y a aux Etats-Unis de généreux donateurs qui consacrent une partie de leur fortune personnelle aux grandes causes de l’humanité. Aujourd’hui on compte aussi le couple Brad Pitt- Angelina Joli, Bono, le chanteur du groupe U2, et depuis maintenant quatorze ans, Bill Gates consacre d’immenses moyens à sa fondation destinée à aider les plus démunis. Marchant sur les pas de John Davison Rockefeller qui, à sa mort en 1937, légua l’équivalent, en 2005, de six milliards de dollars aux œuvres de charité américaines, Bill Gates et sa femme Melinda choisissent d’abord de consacrer leur fondation au continent américain. Grâce à cette organisation officiellement créée en 1994, ils équipent 11000 bibliothèques publiques américaines et canadiennes de 47000 ordinateurs. De plus, les Etats de l’Oregon et de Washington, dont est originaire le JON HRUSA/EPA/SIPA Bill Gates et son épouse Melinda en visite à Manhica, Mozambique, en septembre 2003. couple philanthrope, recevront près d’un demi-milliard de dollars pour financer, par l’intermédiaire d’associations locales, la prévention de la délinquance chez les jeunes. Mais les Gates voient les choses en grand. Comme il l’avait fait pour Microsoft, petite société d’Albuquerque (Nouveau-Mexique) devenue géant mondial de l’informatique, Bill Gates s’attaque aux maux de la société. Outre son engagement pour équiper les bibliothèques d’ordinateurs, le couple Gates s’attaque à trois autres objectifs : la santé mondiale (et notamment l’éradication du paludisme, de la malaria et du sida), l’enseignement et l’assistance aux enfants des familles défavorisées. Forte de ses quatre versements de cinq milliards de dollars chacun en 2000, la Fondation Bill et Melinda Gates est aujourd’hui la plus riche du monde. LES ACTIONS On considère que les moyens financiers de la Fondation Gates sont deux fois supérieurs à ceux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), c’est dire si depuis sa création, le philanthrope a su faire de son nouveau-né un géant de l’aide humanitaire. Les époux Gates auraient Directsoir N°308/Jeudi 6 mars 2008 versé, depuis 1999, près de 10,5 milliards de dollars dans plus de cent pays à travers le monde, soit une somme qui représente deux fois le montant des prêts du Fonds monétaire international (FMI). Le premier chèque de la Fondation en 1999 va à l’initiative « Vaccin contre le paludisme », qui reçoit cinquante millions de dollars pour trouver un vaccin contre cette maladie qui touche 350 millions de personnes dans le monde. Bill Gates et sa fondation deviennent les premiers opérateurs privés à l’échelle mondiale dans ce domaine médical. En janvier 2001 au forum
www.directsoir.net LAURENT GILLIERON/EPA/SIPA BILL & MELINDA GATES FOUNDATION/SIPA Warren Buffet, Melinda et Bill Gates, en juin 2006 à New York. A New Delhi, en novembre 2002, Bill Gates annonce que sa fondation fait un don de 100 millions de dollars pour lutter contre le VIH en Inde. de Davos, la fondation signe un chèque de 750 millions de dollars au « Vaccine Fund », la caisse de financement de la « Global Alliance for Vaccination and Immunization » (Alliance mondiale pour les vaccins et l’immunisation) qui, après plusieurs années de lobbying des Gates, s’est dotée de quelque huit milliards de dollars pour la recherche. Depuis 2006, la BMGF est la plus grande fondation philanthropique de la planète. Lorsqu’il pense aux prémices de sa fondation, Bill Gates parle d’une volonté d’agir pour tous : « Nous avons dressé la liste des vingt maladies à éradiquer coûte que coûte », se souvient-il. Et d’ajouter qu’il se verrait bien à l’origine d’un vaccin « que ce FOCUS C. DUMONT/REA soit pour le logiciel informatique ou pour la médecine, ce qui me passionne, ce sont les découvertes ! ». DANS LE SANG DES GATES D’aucuns diraient que sa philanthropie à l’aube de la cinquantaine n’est qu’un moyen de restaurer une image entachée par des années de procès. En 1994 et 2000, Microsoft est confronté à la justice pour abus de position dominante. Bill Gates, en tant que patron de la multinationale, aura à s’exprimer devant les juges à plusieurs reprises. Un fait toujours d’actualité puisque la Commission européenne a imposé le 27 février dernier à la société une amende record de 899 millions d’euros. L’homme qui meurt riche « meurt en disgrâce » ET EN FRANCE ? ■ Déclarée d’utilité publique grâce à un décret publié en avril 1999, la Fondation Pierre Fabre, parmi d’autres, tente par son action de favoriser l’accès aux médicaments dans les pays les plus défavorisés. En 2006, elle est habilitée à intervenir dans le cadre de problèmes géopolitiques en Afrique ou lors de catastrophes naturelles. A la différence de la Fondation EN COUVERTURE 3 Mais en réalité, la générosité dont il fait preuve vient d’ailleurs : de ses parents. Sa mère, Mary, a dirigé pendant longtemps la fédération caritative United Way et parcourait le nordouest des Etats-Unis pour participer à de nombreux galas de charité avec son mari. Ce dernier était un avocat de renom et travaille aujourd’hui avec sa belle-fille et son fils pour la fondation. C’est d’ailleurs Bill Gates père qui accompagne souvent Melinda dans ses voyages à travers le monde. Depuis la création de la Fondation Gates, le couple de Redmond (Washington) a dû essuyer de nombreuses critiques. On leur reproche d’avoir obtenu des dégrèvements d’impôts importants en créant la fondation, leur ôtant ainsi tout droit de succession. Bill et Melinda Gates qui agit essentiellement dans les pays anglophones, la Fondation Pierre Fabre, dont le siège est à Castres dans le Tarn, aide surtout les pays francophones. Avec l’aide de nombreux scientifiques, la fondation oriente ses actions autour de la formation de professionnels du médicament dans les pays « receveurs ». Entre 2001 et 2007, la fondation a aidé à la reconstruction de la faculté de pharmacie de Phnom Penh au Cambodge CHRISTENSEN JEFF/SIPA LA FONDATION BILL ET MELINDA GATES A LA PUISSANCE FINANCIÈRE D’UN ÉTAT, RESSEMBLE À DE NOMBREUSES MULTINATIONALES ET FRÔLE, AVEC SES 66 MILLIARDS DE DOLLARS DE FONDS PROPRES, LE BUDGET ANNUEL DE L’ONU. POURTANT DEPUIS 14 ANS, ELLE TENTE D’AIDER LES POPULATIONS LES PLUS DÉMUNIES. À L’ORIGINE DE CET ÉLAN DE GÉNÉROSITÉ PLANÉTAIRE : UN COUPLE, BILL ET MELINDA GATES. De plus, la Fondation Gates a longtemps été accusée d’être actionnaire de grandes compagnies pétrochimiques qui polluent les pays dans lesquels la fondation fournit des médicaments. Mais l’argent des Gates aurait permis d’aider plusieurs milliers de personnes (avec des traitements antirétroviraux, par exemple). Critiques, ragots et rumeurs sont inévitables et contiennent parfois une part de vérité. Mais nul ne peut contester l’impact lourd, concret, massif, des projets financés sur le terrain par la BMGF. Caution de poids, en 2006, Warren Buffet (deuxième fortune du monde derrière Bill Gates, selon le magazine Forbes en 2007) lui a offert près de 80% de sa fortune personnelle, l’équivalent de trente milliards de dollars. et a participé à la formation de nombreux pharmaciens sur place. « Nous n’avons rien de comparable avec la Fondation Bill et Melinda Gates car c’est un géant par rapport à nous », précise Philippe Bernagou, le directeur de la fondation. Mais dans les années à venir, les deux fondations pourraient collaborer car « jusqu’à fin 2008, nous cherchons des collaborateurs américains et la Fondation Bill et Melinda Gates pourrait en faire partie ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :