Direct Soir n°305 3 mar 2008
Direct Soir n°305 3 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°305 de 3 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (150 x 203) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Karl Lagerfeld créateur multifacette

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 EN COUVERTURE Soirée « Autoportraits de mode » du maître au Bon Marché, le 28 février 2007. SAM/STARFACE Cette saison encore, KarlLagerfeld a créé la surprise. La collection qu’il a dessinée pour Fendi en prêt-àporter automne-hiver 2008-2009 a étonné les spécialistes lors de sa présentation le 21 février à Milan. Point d’excentricité pour le couturier connu pour ses audaces, mais une sagesse séduisante. Catogan, mitaines en cuir, col blanc et bagues en argent presque à chaque doigt, KarlLagerfeld continue à soigner son image avec beaucoup d’exigence. Rien d’étonnant Depuis vingt-cinq ans, KarlLagerfeld est le directeur artistique de Chanel. Mais le couturier multiplie ses collaborations pour d’autres maisons dans le monde, comme Chloé, Valentino ou Fendi, et s’adonne à un autre art : la photo. Le couturier ultra-médiatique cultive un goût paradoxal pour le secret et le mystère. Qui se cache derrière ces lunettes noires ? de la part du couturier. Mais c’est aussi et surtout l’allure des femmes qu’il aime inventer, dessiner, fabriquer. Rapidement, KarlLagerfeld s’est imposé dans l’univers de la haute couture. Agé de moins de 20ans, il remporte le premier prix du concours du Secrétariat international de la laine dans la catégorie « manteaux » (Yves Saint Laurent gagnera lui aussi le premier prix pour la catégorie « robes ») et se fait ainsi remarquer par le couturier Pierre Balmain dont il devient l’assistant pendant trois ans. En 1959, il entre comme directeur artistique chez Jean Patou où il reste cinq ans. Mais KarlLagerfeld aspire à des horizons plus mouvants et plus excitants. Au début des années 1960, le prêt-àporter se développe avec succès et le couturier se lance dans une carrière de styliste indépendant, en France et à l’étranger. Il s’aventure du côté de l’Italie, de l’Angleterre et de l’Allemagne, son pays natal. Il multiplie les collaborations avec la maison Fendi pour laquelle il travaille toujours, mais aussi avec Chloé, Krizia et Mario Valentino. Le couturier savoure sa liberté pendant plus de vingt ans, jusqu’à ce qu’il prenne Directsoir N°305/Lundi 3 mars 2008 KarlLagerfeld L’alchimiste de la mode les rênes de la direction artistique de Chanel en 1983. Responsable des collections haute couture, prêtà-porter et accessoires de la maison fondée par Coco Chanel (disparue en 1971), KarlLagerfeld fait revivre la marque. Il choisit le mannequin Inès de la Fressange comme égérie de la maison. C’est une première dans le milieu de la haute couture. Au fil de sa carrière, KarlLagerfeld signe aussi quelques costumes d’opéra pour la Scala, l’opéra de Florence, le Burgtheater de Vienne, le festival de Salzbourg et le ballet de Monte-Carlo. Un an après HOUNSFIELD/GAMMA/EYEDEA
www.directsoir.net Le top model Devon Aoki et KarlLagerfeld clôturant le défilé Chanel, printemps-été 2008. Le maître lors de la présentation de la collection Chanel automne-hiver 2005-2006. avoir rejoint Chanel, il crée en parallèle sa propre ligne qu’il nomme KarlLagerfeld. Son nom est accolé vingt ans après à une collection exclusive de trente vêtements pour H&M. Dans certains magasins, les clientes s’arrachent les pièces portant la FOCUS H. DE OLIVEIRA/EXPANSION-REA Sa signature est le « garant d’une grande exigence vestimentaire » M. BENITEZ/SIPA O. HOSLET/CORBIS KarlLagerfeld photographiant le top model allemand Nadja Auermann. griffe du couturier. Et la collection se vend en quelques instants. Car sa signature est le garant d’une grande exigence vestimentaire. Une caution de la mode et de l’élégance. Mais le couturier ne se limite pas à l’univers des défilés, il se plaît ailleurs, dans d’autres rôles. Designer des bouteilles de champagne Dom Pérignon, des bûches Lenôtre et des boîtes de sucrettes de Canderel, il est également photographe, libraire et éditeur. En 2004, il dessine pour la maison Chanel les deux timbres de Saint-Valentin émis par La Poste. KarlLagerfeld « n’aime que le changement », apprend-on dans le documentaire Lagerfeld Confidentiel de Rodolphe Marconi, sorti en octobre dernier. Après trois ans de travail et plus de trois cents heures de tournage, le cinéaste révèle, sans voix LE PHOTOGRAPHE ■ Tout au long de sa carrière de couturier, KarlLagerfeld a vu défiler les plus célèbres photographes. En janvier 1987, il décide de franchir le pas et de passer de l’autre côté de l’objectif. Il y prend goût et révèle rapidement son talent dans cet art. Depuis, KarlLagerfeld réalise lui-même ses campagnes de publicité prêt-à-porter et haute couture pour Chanel. Mais la mode n’est pas son seul sujet de prédilection. L’artiste s’intéresse également à l’architecture et aux natures mortes, comme le montrent deux beaux livres qu’il a publiés, Villa Noailles et Les vases de Ciboure. EN COUVERTURE 3 off, le styliste dans son quotidien et son intimité. Les seuls commentaires sont ceux de KarlLagerfeld qui se définit lui-même comme « travailleur mais pas sérieux », et qualifie son travail d’« improvisation totale ». Au même moment deux livres paraissaient en France, moins élogieux à l’égard du couturier. L’un, The Beautiful Fall (La chute splendide), écrit par Alicia Drake, ancienne collaboratrice de Vogue, retrace les destins croisés de KarlLagerfeld et d’Yves Saint Laurent. L’autre, signé Arnaud Maillard, constate dans Merci Karl ! son narcissisme croissant. L’ex-collaborateur raconte ainsi J.-M. PERIER/PHOTO12 SES DATES CLÉS• 1938 : NAISSANCE SUPPOSÉE À HAMBOURG.• 1952 : ARRIVÉE À PARIS.• 1975 : LANCEMENT DU PARFUM CHLOÉ.• 1983 : DIRECTEUR ARTISTIQUE DE CHANEL.• 1984 : CRÉATION DE SA PROPRE LIGNE « KARL LAGERFELD ».• 1987 : SES DÉBUTS DANS LA PHOTOGRAPHIE.• 2002 : SORTIE DE SON LIVRE LE MEILLEUR DES RÉGIMES.• 2007 : SORTIE DU FILM LAGERFELD CONFIDENTIEL. la construction par le couturier de son personnage que lui-même appelle sa « marionnette ». Mais cet ancien proche lui reconnaît une « rigueur dans le travail, dans [ses] choix artistiques, le graphisme de [ses] croquis ou même les régimes qu’[il] [s]’impose ». Dans ce livre, KarlLagerfeld est décrit comme un homme d’une grande générosité, un travailleur acharné qui « n’a pas de vie privée ». A ce jour, aucune biographie officielle n’a été autorisée. Les mémoires qu’il écrirait restent encore secrets. Tout comme lui, dont on ne connaît pas l’âge réel. Un personnage plein de mystères. Il a même monté des expositions autour de ses œuvres. Et comme pour affirmer sa nouvelle passion, KarlLagerfeld crée un nouveau parfum en 1991 qu’il appelle Photo. LE LIBRAIRE ET L’ÉDITEUR ■ Son goût prononcé pour le papier, les livres – surtout les beaux – l’amène à ouvrir en 1999 sa propre librairie, 7L, située rue de Lille, à Paris (7 e arrondissement). Celle-ci lui sert aussi de studio photo et de bibliothèque pour entreposer ses dizaines de milliers d’ouvrages. En octobre 2000, il crée aussi sa maison d’édition, Editions 7L, qui édite ses propres livres de photos, son livre consacré à sa perte de poids, Le meilleur des régimes, et même de la littérature allemande.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :