Direct Soir n°302 20 fév 2008
Direct Soir n°302 20 fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°302 de 20 fév 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Karin Viard dans le « Paris » de Klapisch

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°302/Mercredi 20 février 2008 6 EN COUVERTURE C’est très jouissif pour une actrice d’avoir toute une palette de sentiments à exprimer. Karin Viard montrer les êtres dans leur humanité et la diversité de leur parcours. Le tout est pimenté par le point de vue d’un Camerounais vivant en France, confronté au gouffre qui sépare ses rêves de son quotidien. Car dans la capitale, « personne n’est content, les riches ont des problèmes, les jeunes ont des problèmes, les pauvres aussi », analyse Cédric Klapisch. Paris À TRAVERS L’ART PROD DB/T.C.D/DR L’actrice a reçu en 2003 le césar du meilleur second rôle dans Embrassez qui vous voudrez. LES ACTEURS DE KLAPISCH Une pléiade de talents vient mettre en valeur le film au côté de Karin Viard. Il y a les « nouveaux » de Klapisch (Julie Ferrier, Mélanie Laurent, François Cluzet, Albert Dupontel) et les « anciens » avec qui il a déjà travaillé, au premier rang desquels on trouve naturellement Romain Duris. Le réalisateur a déjà collaboré six fois avec l’acteur. « On voulait faire autre chose avec Cédric, marquer le contraste et s’éloigner du personnage de Xavier (L’auberge espagnole et Les poupées russes) », raconte l’acteur. Dans Paris, Romain Duris campe le personnage principal, un danseur en attente d’une transplantation cardiaque. Personnage « en stand-by » dans le film, Romain Duris interprète un rôle qui mêle l’angoisse, l’espoir et le mystère. Fort de ce casting impressionnant, Cédric Klapisch a voulu un scénario moins rocambolesque que ceux de ses deux précédents films. Les acteurs l’aiment pour sa façon de travailler « à la fois directive et très libre », selon Karin Viard. « Un beau pari sur Paris » pour la plupart des comédiens qui ont travaillé sur le projet, lequel a germé courant 2006. Chacun trouve un peu de soi dans ce film. « Chacun a ses attaches quelque part dans la capitale », précisaient les acteurs lors de l’avantpremière du film sur les Champs-Elysées. Comme un père avec ses enfants, Cédric Klapisch prend en charge ses comédiens pour les mener à l’endroit exact qui l’intéresse. Très concentré, selon les acteurs, mais aussi très disponible, Cédric Klapisch sait confronter les genres. Ce fut ainsi le cas avec les maraîchers de Rungis. Il en a fait de vrais PARIS AU CINÉMA ■ Bien avant Cédric Klapisch, de nombreux réalisateurs ont choisi de mettre Paris sur grand écran. En 1956, Claude Autant-Lara triomphe avec La traversée de Paris, qui met en scène Bourvil et Louis de Funès. Dix ans après, René Clément s’y attèle avec son Paris brûle-t-il ?. Mais c’est sûrement Jean-Pierre Jeunet et son Fabuleux destin d’Amélie Poulain qui permettra à beaucoup de voir Paris sous un autre angle. Enfin, Paris, je t’aime, en 2006, donne un très bon aperçu des dixhuit quartiers de la capitale les plus connus. hommes capables de séduire des femmes aux antipodes de leur monde. « C’est la confrontation des hommes avec un grand « H » entre eux » raconte le réalisateur. Jean-Pierre Darroussin dit de Cédric Klapisch que c’est le plus directif des metteurs en scène. Fabrice Luchini approuve cette affirmation, mais insiste sur le fait qu’il sait s’arrêter à temps et rester souple. C’est ainsi sur la recommandation des acteurs au cours du tournage que quelques scènes ont été changées. Enfin, le tournage de Paris restera dans les mémoires des comédiens car « il rend heureux et triste à la fois », selon Mélanie Laurent. « Heureux car c’est un réel plaisir de travailler avec un grand monsieur du cinéma, et triste parce que l’expérience est déjà terminée », explique la jeune première du cinéma français. Comme avec L’auberge espagnole ou Les poupées russes, on ne sort pas indifférent d’un film de Klapisch. Son amour des gens simples et de leur quotidien est contagieux. PARIS EN CHANSON ■ Impossible de comptabiliser toutes les chansons dédiées à Paris. Pourtant, beaucoup ont marqué les esprits. C’est le cas du Poinçonneur des Lilas de Gainsbourg en 1958, des Parisiens de Léo Ferré en 1961, du Diable de la Bastille chanté par Edith Piaf en 1962 ou des Amoureux de Paname de Renaud en 1975. Plus récemment, Mano Solo a chanté Paris en 1995 avec Barbès-Clichy, ainsi que les Têtes Raides et Noir Désir, avec le titre L’iditenté. BURSTEIN COLL./CORBIS VILLARD/NIVIERE/SIPA LES GRANDES ÉTAPES Dans Les randonneurs, de Philippe Harel (1997).•1966 : naissance à Rouen.•1985 : après deux ans de conservatoire à Rouen et un diplôme de dactylo en poche, Karin Viard part à Paris.•1990 : elle participe à son premier film, Tatie Danielle, d’Etienne Chatiliez.•1991 : rôle dans Delicatessen de Jean-Pierre Jeunet.•1995 : Adultère (mode d’emploi) de Christine Pascal.•2001 : Un jeu d’enfants de Laurent Tuel.•1997 : Les randonneurs de Philippe Harel•2003 : France Boutique de Tonie Marshall.•2005 : L’ex-femme de ma vie de Josiane Balasko.•2005 : Le couperet de Costa-Gavras.•2007 : La tête de maman de Carine Tardieu.•1999 : césar de la meilleure actrice pour Haut les cœurs ! de Solveig Anspach.•2002 : césar du meilleur second rôle féminin dans Embrassez qui vous voudrez de Michel Blanc. PARIS EN PEINTURE ■ Dans La musique aux Tuileries, Edouard Manet tente, en 1862, de montrer la beauté de ce lieu, aujourd’hui l’un des plus fréquentés de la capitale. Claude Monet en 1877, avec La gare Saint-Lazare, et Camille Pissarro en 1897 avec Boulevard Montmartre tenteront également de mettre en valeur, à travers la toile, ce qui demeure l’une des plus belles villes du monde. PROD DB/LAZENNEC/DR
E. ROBERT/DIRECT8 Tous les soirs sur Direct8, Jean-Marc Morandini, entouré de Matthieu Delormeau et de toute l’équipe des chroniqueurs, décrypte le meilleur et le pire de la télévision. Spécialistes, journalistes, people et artistes révèlent et expliquent les coulisses du monde de la communication audiovisuelle. Direct8 est accessible gratuitement via la TNT (canal 8), le satellite (CanalSat et TPS - canal 38), le câble (Numéricâble - canal 28), l’ADSL (canal 8), la téléphonie 3G et sur Internet (www.direct8.fr). MORANDINI ! En direct, du lundi au vendredi, à 18h55. Rediffusions à minuit et le lendemain à 8h30. LA NOUVELLE GRANDE CHAÎNE GÉNÉRALISTE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :