Direct Soir n°281 22 jan 2008
Direct Soir n°281 22 jan 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°281 de 22 jan 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Fadela Amara elle dévoile son « plan banlieues »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
FERRARI/VISUAL PRESSE P.FOLEY/SIPA P.BERNARD/ABACA Directsoir N°281/Mardi 22 janvier 2008 18 V.I.P. Comment vous est venue l’idée de devenir comédienne ? J’ai toujours aimé cette sensation de liberté que l’on éprouve en incarnant quelqu’un d’autre. Entrer dans l’esprit d’un personnage est comme une évasion. Y a-t-il des similitudes entre vous et votre personnage de Bridget ? J’aime sa faculté à se réinventer. C’est comme une chenille qui deviendrait papillon. J’aime le fait qu’elle continue d’espérer être heureuse sans jamais baisser les bras. Ses intentions sont toujours sincères, et c’est quelque chose qui me touche personnellement. Vous êtes rayonnante, avez-vous des secrets de beauté ? C’est un plaisir de se l’entendre dire. J’essaie de boire beaucoup d’eau et m’efforce de pratiquer des activités pour évacuer le stress, comme le yoga. Quelles sont vos passions, mis à part la comédie ? Comme beaucoup de gens, j’aime voyager et lire. Je pratique aussi l’équitation. Quel type de personnage rêveriez-vous de jouer ? J’aimerais jouer le rôle d’une garce, une vraie. Ou bien la fille maladroite dans une comédie romantique. Ce sont un peu les deux opposés, mais voilà ce qui me ferait envie. Quelle est votre devise dans la vie ? J’en ai une nouvelle depuis cette année, qui tient en deux mots : « Dis oui ! » ZOOM SUR… « Amour, gloire et beauté » sont des mots qu’incarne à merveille l’actrice américaine Ashley Jones. Interprète de la fameuse série où elle joue Bridget, cette jolie femme de 31 ans savoure sa chance, même si le succès ne lui ouvre pas toutes les portes. Ashley Jones, gloire et beauté Natalie Portman bientôt sur les écrans en février, dans Le merveilleux magasin de Mr Magorium. Mathilda May n’a rien contre les rides. Quel est le premier geste que vous effectuez le matin ? J’embrasse mon chien, je m’étire, et je dis merci pour cette nouvelle journée de vie. Qu’est-ce qui peut vous mettre de mauvaise humeur ? L’injustice. Les embouteillages. Les téléphones portables qui rejettent les appels. Mais je fais un travail sur moi-même pour aborder tous ces problèmes avec davantage de sérénité. J’essaie de ne plus sortir de mes gonds. Que souhaitez-vous à vos fans ? Je leur suis reconnaissante de leur loyauté. Mon souhait serait de tous les rencontrer, un par un, et de les remercier pour leur fidélité. Etes-vous sujette aux fous rires ? Oui, ça m’est arrivé très récemment à Mal País, au Costa Rica. Nous voulions, mon mari et moi, un petit bungalow qui soit fiable et sécurisé. Quand nous sommes arrivés sur place, le premier soir, la sécurité n’a pas voulu nous laisser rentrer. Nous étions Beaucoup de mes amis étant acteurs, scénaristes ou tellement épuisés que nous n’avons réalisateurs, lorsque je m’assois pas réussi à nous souvenir du code. devant la télévision, je culpabilise Les gardiens n’ont rien voulu entendre, de ne pas regarder leurs programmes. ils nous ont laissés à la porte. Nous Du coup, je me sens un peu obligée avons commencé à rire de cet établissement si sécurisé qu’il ne laissait même Ashley Jones, lundi 14 janvier 2008 de les regarder. pas rentrer ses pensionnaires, et ce fou rire nous a tenus pendant des heures. Mathilda May dessine son visage Natalie Portman doute d’elle-même ■ La star américaine dit se remettre en question tout le temps. « Je doute de mon talent, de mes capacités, de mes relations avec les autres », a-t-elle expliqué au magazine Elle. Car l’actrice ne comprend pas pourquoi on lui prête autant d’attention. Elle s’en sert pour la bonne cause (une ONG spécialisée dans le microcrédit). « Je suis juste au cœur d’une attention injustifiée, parce que notre culture est comme ça. Alors autant que cette attention soit transformée en quelque chose de positif ! », ajoute-t-elle, bien plus sûre d’elle quand elle veut transmettre un message qui lui tient à cœur. ■ A l’éternelle question : « Peut-on vieillir et s’en réjouir ? », Mathilda May semble avoir une réponse très poétique à proposer. Soutenant au magazine Paris Match qu’elle se sentait plus belle à quarante ans qu’à vingt ans, l’actrice a expliqué : « Avec le temps, votre histoire et vos souvenirs dessinent votre visage. Comme je le dis souvent : mes rides, je les garde, elles m’ont coûté assez cher ! » RD-LEON/RETNAUS/STARFACE Courtney Love se verrait bien en Scarlett Johansson ■ Après le film Last Days de Gus Van Sant, inspiré de la vie du chanteur Kurt Cobain, un autre long métrage, adapté de la biographie du leader de Nirvana, semble en préparation. Productrice exécutive de ce projet, la veuve du chanteur, Courtney Love, a confié au journal anglais The Mirror qu’elle souhaiterait voir son personnage interprété par l’actrice Scarlett Johansson, qu’elle dit admirer profondément. Selon son entourage, la comédienne Kirsten Dunst avait aussi été envisagée pour le rôle, avant d’être écartée au profit de l’héroïne de Scoop. BON ANNIVERSAIRE ISABELLE NANTY L’actrice et réalisatrice fête ses 48 ans et reste toujours plus jeune que Tatie Danielle, la vieille dame acariâtre dont elle était la gouvernante, rôle qui l’a rendue célèbre aux yeux du grand public en 1990. Depuis, elle a interprété divers personnages, dont une drôlatique employée de tabac hypocondriaque dans Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, rôle qui lui a valu une nomination au césar du meilleur second rôle féminin. Très proche de la nouvelle génération d’acteurs comiques français, on a pu la voir régulièrement à l’écran avec les Robins des Bois ou aux côtés de son complice du cours Florent, Edouard Baer. DR ELIOTPRESS
DR C. GERAL/M6 www.directsoir.net 20H50 21H45 22H25 Les lettres qui trébuchent ■ Agés de 8 ans, Dylan et Louis souffrent de dyslexie. Cette maladie, qui toucherait 5 à 10% des enfants en âge scolaire, est un trouble de la lecture et de l’écriture. Ce soir, découvrez le reportage Dyslexie, le mal des mots. Spécialistes, institutrices et parents se succèdent pour permettre une meilleure compréhension de cette maladie. Dyslexie, le mal des mots, documentaire. INCAS EXPRESS Le présentateur de Pékin Express, la route des Incas, Stéphane Rotenberg, à Brasilia. GAGNEZ DES INVITATIONS POUR LA PIÈCE DE THÉÂTRE « OPÉRATION COUSINE » Directsoir vous offre 10 invitations pour 2 personnes valables pour la représentation du 24 janvier à 20h45 au Théâtre Fontaine (Paris 9 e). Sur fond de campagne politique, Paula débarque sans prévenir ou presque ! Elle est belle, si belle qu’en moins de deux elle réveille la libido de ces messieurs, excite les nerfs de ces dames et surtout s’apprête à révéler un sulfureux secret qui va déclencher « l’Opération cousine » ! ! Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net Précisez en objet : opération cousine DR Les 10 premiers mails gagneront 1 invitation pour 2 personnes Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte. Après le continent asiatique, c’est l’Amérique latine qui accueille les candidats de Pékin Express. Une émission présentée par Stéphane Rotenberg. Stéphane, quel est le programme de cette nouvelle saison de Pékin Express ? En quarante-cinq jours, nous irons de Rio de Janeiro au Brésil, à Lima au Pérou. Chaque candidat aura un euro par jour pour vivre. Quelles seront les différentes étapes ? De la mythique baie de Rio à la démesure de Brasilia, du plus grand désert de sel en Bolivie à la plus haute capitale du monde, La Paz, les concurrents traverseront des paysages magiques. Qu’est-ce qui vous plaît dans ce jeu ? La force du programme, c’est le fait que ce soit un jeu d’aventure en immersion totale avec les populations. Quel est le programme de ce soir ? Le départ se fait au pied du Christ du Corcovado, à Rio. Les candidats vont d’entrée de jeu être confrontés à une coursepoursuite dans la ville et notamment à une épreuve assez étonnante, dans le stade mythique des Maracanas. Quelle différence y a-t-il entre cette saison et les précédentes ? Je suis toujours sidéré de voir à quel point les gens aident, participent, et accueillent les candidats. Mais l’Amérique latine, c’est très différent de l’Asie. On est dans une ambiance beaucoup plus festive et c’est très hétérogène, visuellement et culturellement. Pékin Express, la route des Incas, jeu. 22h15 Un coupable parfait ■ Début des années 1980. Marseille est bouleversée par le meurtre de Christelle, une fillette de 12 ans, violée, étranglée et découpée par son agresseur. Christian Marletta est suspecté et arrêté. Il passe aux aveux… avant de se rétracter. Une présentation réussie et un décryptage palpitant de « l’affaire Marletta ». Faites entrer l’accusé, magazine. LE RENDEZ-VOUS POLITIQUE Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Michel Barnier est l’invité de Valérie Trierweiler. Elle l’interrogera et reviendra avec lui sur l’actualité. Le ministre présentera et défendra les réformes envisagées en ce qui concerne la politique agricole, dans une logique européenne et internationale. Politiquement parlant, magazine. TÉLÉVISION 19 20H35 Hommage à une grosse tête En hommage au chanteur Carlos disparu jeudi dernier, Paris Première change sa programmation ce soir et diffuse, à 20h50 et 21h45, l’émission Les grosses têtes à laquelle Carlos a participé le 2 janvier dernier. Les invités étaient Guy Carlier et Christophe Malavoy. Western en Bolivie ■ L’écrivain politique bolivien Juan Mandez manque de se faire assassiner par les « longs manteaux », un groupuscule fasciste aux méthodes particulièrement violentes. Loïc Murat (Bernard Giraudeau), un géologue français qui a installé son campement sur les contreforts de la cordillère des Andes, se laisse convaincre par Julia, la fille de Mandez, de lui venir en aide afin de protéger son père. Tourné dans les magnifiques décors de la montagne bolivienne, ce film d’action reprend des thèmes chers au western et permet à Bernard Giraudeau de donner toute sa crédibilité à ce héros solitaire. Les longs manteaux, film. Bernard Giraudeau dans le rôle de Murat. J.M. HAEDRICH/VISUAL DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :