Direct Soir n°281 22 jan 2008
Direct Soir n°281 22 jan 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°281 de 22 jan 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Fadela Amara elle dévoile son « plan banlieues »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir N°281/Mardi 22 janvier 2008 10 ÉCONOMIE Le fard Bourjois Un concentré de couleur Petites, rondes et colorées, ce sont de véritables boîtes de bonheur et de bonne humeur. Depuis plusieurs générations, les fards Bourjois colorent les pommettes et les paupières des femmes du monde entier. A l’origine, ils étaient réservés aux acteurs de théâtre. DES PLANCHES DE THÉÂTRE À LA FIN DU XIX E SIÈCLE AUX SACS À MAIN DES FEMMES D’AUJOURD’HUI, LES FARDS BOURJOIS ONT FAIT DU CHEMIN. Pour comprendre cette histoire vieille de 145 ans, il faut remonter aux prémices de l’empire Bourjois. C’est en 1862 que naît la première société, dans le quartier des théâtres à Paris. Son créateur, le comédien Joseph-Albert Ponsin, confectionne des « pâtes à blanchir le teint » et des parfums pour les acteurs et actrices de théâtre. Il crée tout cela dans son propre appartement. Peu à peu, Ponsin abandonne son métier d’acteur pour se consacrer à la cosmétologie. Il possède avec le produit cette proximité qui fait de lui un visionnaire pour les dames de l’époque. Le premier produit, le « bâton pour le grime », est un succès, annonciateur d’une véritable réussite. Mais si l’homme a du génie, il a moins le sens des affaires et du marketing… C’est son contremaître de l’époque, Alexandre-Napoléon Bourjois, qui prend les choses en main. Celui-ci a le génie de la formule qui donnera un rayonnement national à leurs cosmétiques. Il dépose deux marques : la « Poudre de riz Java », qui sera vendue à plus de 2,5 millions d’exemplaires, et « Fabrique spéciale de produits pour la beauté des dames ». C’est cette dernière qui sera inscrite sur les premières boîtes rondes. Interview du SPÉCIALISTE Sur le marché du maquillage, Gemey représente l’industriel, L’Oréal le chercheur, Nivea la famille et Bourjois la création. LA SAGA C’est décidé, l’entreprise Bourjois sera installée à Pantin, au nord-est de Paris, près des anciens abattoirs. En outre, Pantin est hors les murs de la capitale : l’industriel échappe donc à l’octroi parisien. A la fin du siècle,Alexandre-Napoléon Bourjois meurt. Son associé de l’époque, Emile Orosdi, continue de faire tourner l’entreprise avec sa veuve, Caroline Bourjois, puis son gendre, avant de racheter les parts de la famille.Vite, l’homme doit rassembler des fonds et s’assurer les services d’un associé solide. Ce qu’il trouve en quelques jours en la personne d’Ernest Wertheimer, patriarche de la dynastie qui, en 1924, s’associera à Coco Chanel pour la sortie du fameux N°5. Au début du XX e siècle, la famille Wertheimer, la famille Orosdi et les fondateurs des Galeries Lafayette (boulevard Haussmannà Paris),Alphonse DR Les ombres à paupières mono, des teintes mates, irisées ou micropailletées. Kahn et Théophile Bader, se fréquentent régulièrement. Quelques années plus tard, les produits Bourjois sont présents dans les rayons de ces « temples pour les femmes » … La machine est lancée. LE SUCCÈS Si la recette du fard Bourjois reste la même depuis sa création, son emballage a suivi les modes. Passant du théâtre à la ville, les petits pots ronds en carton à fleurs portent le nom de la couleur qu’ils renferment. Les fards Bourjois obtiennent une reconnaissance de taille en recevant l’inscription « Approuvé par les facultés de médecine de Paris », fièrement estampillée sur les boîtes. En 1914, à la veille de la Grande Guerre, la célèbre couleur « cendre de rose » sort de l’entreprise. Depuis, elle détient le record de longévité et se trouve toujours dans les rayons. DR 42 C’est le nombre de teintes des fards Bourjois Aurélie Boutillier, esthéticienne à l’Orchidée Institut (Paris 8 e) QUELS SONT LES SECRETS D’UN BON MAQUILLAGE ? Il faut, avant toute chose, bien préparer sa peau et appliquer un sérum souvent appelé « coup d’éclat » par les marques de cosmétiques. L’application d’un gommage et d’un masque deux fois par semaine permet de garder une peau saine. En ce qui concerne les produits, il faut faire attention, car beaucoup ne sont pas forcément adaptés à la peau. QUELS PRODUITS RECOMMANDEZ-VOUS ? Il existe beaucoup de produits de maquillage. Toutes les gammes pratiquent des prix différents et c’est à chacune de choisir. Nous travaillons avec des produits à base d’huile d’argan, qui est excellente pour la peau. Les gammes, chez l’Oréal et Bourjois, sont adaptées à tous les types de peau, ce qui permet aux femmes de changer régulièrement. Durant les Années folles, Bourjois est une marque moderne, qui s’adapte à son époque et vante son savoir-faire. Au fil des années, quelques améliorations – mais « aucune modification », précise-t-on chez Bourjois – sont apportées au fard Pastel, qui a débuté une grande carrière internationale.Avec plusieurs millions d’unités vendues à travers le monde, l’enthousiasme pour la petite boîte ronde est général. Au début des années 1880, le fard Pastel est baptisé « Fard Pastel Joues » pour le distinguer du nouveau « Fard Pastel Paupières », qui vient d’enrichir la palette Bourjois. AU CŒUR DE LA FABRICATION La recette est miraculeuse, car elle repose sur un procédé complexe. Bien avant sa commercialisation, la fabrication du fard était artisanale. Le fard séchait à l’air libre dans une salle dite « chauffante », un peu comme du tabac. Depuis les années COMMENT FONCTIONNE LE MAQUILLAGE SEMI-PERMANENT ? Il existe depuis très longtemps. C’est un peu le même principe qu’un tatouage. Ce sont des pigments minéraux qui sont utilisés. Les demandes les plus courantes correspondent au maquillage des sourcils, des yeux et du contour des lèvres. Le maquillage semi-permanent dure entre six et sept ans. Après, il s’estompe et des retouches sont indispensables.
DR DR www.directsoir.net 1870, il est séché au four. Comme la fabrication du fard de la maison était exclusive, Bourjois a dû développer ses propres outils de production. Longtemps, la pâte a été mélangée dans des pétrins de boulanger, avant que des machines ne soient spécialement créées. Dans les usines de Pantin, le poids, l’aspect et la couleur des fards sont contrôlés par des prélèvements toutes les heures. On inspecte aussi la résistance des boîtes rondes, grâce au test dit « de rupture ». Le fard doit résister à trois chutes successives sur un plan incliné sans casser ! Pour la recette elle-même, le mystère est de rigueur. Le premier fard Bourjois se distingue des autres fards en ce qu’il est sec – et non pas gras. La poudre est mélangée puis humidifiée. Elle est ensuite déposée sur des moules qui lui donnent une forme arrondie. Une fois sortie du four, la pâte est polie à la main sur le dessus. Pour les teintes, c’est un secret. On sait simplement qu’elles sont observées et contrôlées à la loupe et à la lumière naturelle. BOURJOIS AUJOURD’HUI On estime à 5,5 millions le nombre de fards vendus chaque année dans le monde. Autant dire que le pari du comédien Joseph-Albert Ponsin, relayé par la famille Wertheimer, a été tenu. Aujourd’hui, PART DES COSMÉTIQUES DANS LE BUDGET DES FEMMES Cela dépend Une part infime 40,8% 24,1% 32,5% ■ Sondage publié sur le site internet journaldesfemmes.com A gauche, un portrait de Babette, figure emblématique de la marque dans les années 1920. Ci-dessus, une boîte de fard ronde estampillée « Fabrique spéciale de produits pour la beauté des dames ». Bourjois est devenue une marque internationale, grâce à des campagnes de publicité simples adressées aux femmes actives. Déjà en 1924, la société avait frappé fort en publiant des affiches avec le personnage de Babette, la figure emblématique de la marque. Cheveux courts, lèvres bien dessinées, yeux maquillés et pommettes saillantes, Babette incarnait l’image d’une femme séductrice, libre et pleine de charme. C’était la référence pour les femmes de l’époque. « Grâce à son parfum et ses fards Pastel, elle se propose de guider toutes les femmes sur les chemins de la séduction », lisait-on sur certaines affiches. Plus tard, Bourjois sponsorise les concerts radiophoniques de Maurice Chevalier et d’Yvonne Printemps. Enfin, dernier souvenir en date dans la maison, le slogan trouvé par Charles Trenet dans les années 1950 : « Bourjois avec un J comme Joie ». La directrice de l’agence en charge du budget publicité de la marque,Valérie Lombard, dira en 1993 que « sur le marché du maquillage, Gemey représente l’industriel, L’Oréal le chercheur, Nivea la famille et Bourjois la création ». Presque un siècle et demi après sa première boîte ronde, Bourjois garde cette ligne de conduite. Innover sans cesse pour rester sur le podium des marques de cosmétologie. Du fard, la gamme s’est d’ailleurs élargie à tous les autres produits de maquillage. 2,5% Une part énorme Une part importante DR ■ Le terme « Terracotta » a été employé pour la première fois par Guerlain dans les années 1980. A cette époque, pour être une femme moderne, il faut avoir le teint hâlé. Cette poudre bronzante a un effet « bonne mine » sans les dangers des UV. Plus tard, elle devient une marque en tant que telle et plusieurs produits seront déclinés. Un seul point commun entre tous, ce sont des produits à utiliser l’été. Chez Guerlain, c’est en 1988 que la première Terracotta pour homme est mise sur le marché. ÉCONOMIE 11 LES ACTEURS DU MARCHÉ POUR LE TEINT La Terracotta L’EXCLUSIVITÉ Smashbox ■ La marque Smashbox est exclusivement distribuée dans les magasins Sephora. Si la marque est assez confidentielle en France, elle est un best-seller aux Etats-Unis. Dans sa gamme pour le teint, Smashbox propose des poudres ultracompactes et des soins ■ Avec ses dizaines de marques de cosmétiques, L’Oréal est aujourd’hui un groupe leader en matière de cosmétologie. Même si le tout premier produit était destiné à la teinte des cheveux, en 1907 la marque a su se diversifier. L’Oréal fait son entrée sur le marché des cosmétiques de grande consommation avec Monsavon en 1920. Depuis, le groupe s’est organisé par circuits de distribution avec quatre divisions opérationnelles (produits antibrillance. Dernier produit en date, le blush dit « intuitif », qui s’adapte à tous les types de peau. Smashbox fait partie des marques qui révolutionnent les cosmétiques en proposant des gammes exclusives. LEADER EN COSMÉTIQUE L’Oréal LE CÔTÉ JEUNE Benefit professionnels, grand public, luxe et cosmétique active). Le groupe a racheté la marque Gemey –devenue depuis Gemey Maybelline –, ce qui en fait le numéro un mondial incontesté depuis des années. Le centre de recherche du groupe est toujours à Clichy, dans les Hauts-de-Seine, là où se trouvait la première usine de fabrication des produits Monsavon. A la tête de ce groupe, Liliane Bettencourt, la fille du fondateur. ■ C’est la marque préférée des jeunes filles. Les produits Benefit ont des noms glamour et se traduisent par des emballages « so kitsch » qui ne sont pas sans rappeler les produits de nos grandsmères. Depuis sa création, Benefit a toujours joué sur le packaging. Côté produits, la marque a mis en vente plusieurs types de produits : du fond de teint plutôt traditionnel aux poudres à paillettes pour le corps, elle choisit de suivre l’envie des consommatrices. LA NEW-YORKAISE Bobbi Brown ■ Elle mise tout sur le côté naturel. Du nom de sa créatrice, Bobbi Brown, la marque souhaite maquiller les femmes sans que personne ne le remarque. Le secret : mettre du brun dans tous les produits. Selon la maquilleuse, « c’est la couleur qui convient à toutes les carnations ». C’est lors d’une séance photo pour un magazine qu’elle rencontre le chimiste avec qui elle crée une ligne de cosmétiques aux couleurs naturelles. Elle commence par un rouge à lèvres « Brown » en 1991. Ses six poudres pour le teint correspondent aux différents types de peaux. La marque a été récompensée cette année par le regroupement des industries cosmétiques ainsi que par les rédacteurs des magazines féminins américains. Un stand de maquillage de Bobbi Brown à Pékin. Le produit Terracotta est présent chez Guerlain depuis les années 1980. R. WONG/REA GUERLAIN



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :