Direct Soir n°249 23 nov 2007
Direct Soir n°249 23 nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°249 de 23 nov 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : François Hollande dix ans à la tête du PS

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°249/Vendredi 23 novembre 2007 8 EN COUVERTURE Hollande, c’est un Mauroy qui serait sorti major de HEC. Jean-Pierre Mignard, avocat proche de Ségolène Royal. secrétaire. Ce qui aurait pu n’être qu’une péripétie de la démocratie interne se révélera une véritable crise idéologique, traduisant l’hésitation entre attachement aux valeurs traditionnelles de la gauche républicaine et la nécessité de bâtir un programme moderne. Et si les querelles avaient, pour un temps, été laissées de côté à l’approche de l’échéance présidentielle, elles ont ressurgi récemment, lors du vote sur le traité européen simplifié, appelé à remplacer le défunt projet de Constitution. Si le texte a bien été approuvé, comme attendu, la surprise est venue du nombre de voix qui l’ont rejeté (20 contre, 36 pour). Les anciens « nonistes », qu’on pensait affaiblis, ne se sont pas réfugiés dans l’abstention, mais ont explicitement clamé leur désaccord. Et la démission de Benoît Hamon de son poste de secrétaire national au projet Bestiaire de prétendants F. SOULOY/GAMMA Pendant le discours de Ségolène Royal, candidate à la présidentielle, le 1 er mai au stade Charléty. européen, à l’issue du référendum interne, atteste de la profondeur du malaise. LE TEMPS DES REPROCHES Cette incapacité à faire respecter la ligne fixée par la direction du parti est l’un des principaux reproches adressés à François Hollande, pourtant décrit comme un homme consensuel et aimant s’effacer derrière le collectif. Son manque de charisme est pointé du doigt. Une lacune d’autant plus flagrante que c’est justement l’une des principales qualités de son adversaire, Nicolas Sarkozy, dont la politique d’ouverture débauche les talents jusque dans l’opposition. Celle-ci déstabilise un peu plus le parti socialiste. Enfin, la mauvaise passe que traverse actuellement le PS se traduit par la fonte de son contingent d’encartés. Il y LES DERNIERS ÉLÉPHANTS ■ Avec Dominique Strauss-Kahn expatrié à la tête du FMI, et Jack Lang ostracisé pour avoir écouté les sirènes de l’ouverture sarkozyste, peu de ténors du PS peuvent prétendre succéder à François Hollande. Laurent Fabius, Bertrand Delanoë, Pierre Moscovici, voire Jean-Marc Ayrault, semblent être en position. F. CRUSIAUX/GAMMA a un an, surfant sur le succès de leur offre d’adhésion à 20 euros, les socialistes se targuaient de fédérer plus de 250 000 fidèles. Aujourd’hui, lassés par la cacophonie des divergences qui couvre la position officielle, usés par les revers électoraux, et fatigués des luttes intestines, près d’un cinquième d’entre eux aurait disparu dans la nature. Un chiffre inquiétant qui illustre l’urgence d’une rénovation complète de l’appareil. Cette rénovation, François Hollande semble décidé à la mettre sur les rails pendant les quelques mois qui lui restent. Les chantiers ne manquent pas, on l’a vu. Son dernier objectif : les municipales de mars prochain. Un éventuel succès lui permettrait peut-être de redorer quelque peu son blason, et de soigner l’empreinte qu’il veut laisser dans le grand livre du socialisme français. LA GAZELLE ■ Son ascension a été fulgurante. Satellisée par les sondages, l’excompagne de François Hollande a pris de vitesse les représentants de la veille garde socialiste et leur a ravi l’investiture à la présidentielle. Forte de son statut de présidentiable, elle aimerait concrétiser son ascendant sur ses rivaux en devenant la première femme à la tête des socialistes. J.F. DEROUBAIX/GAMMA C90/KPA/GAMMA/EYEDEA PRESSE VU PAR Roland Cayrol, politologue, directeur général de l’institut CSA. « Il n’a pas réussi à imposer une image d’homme d’Etat » ■ « Le bilan de François Hollande à la tête du parti socialiste est contrasté. D’une part, il a conduit le PS à des victoires électorales qui n’étaient pas évidentes, en dirigeant les campagnes des élections régionales et européennes en 2004. Il a également su pacifier le parti, qui est d’abord une formation d’écuries, de rivalités internes, de combats fratricides, et réussi à mettre en place une dynamique d’acceptation de cette paix relative. Mais l’apaisement des antagonismes s’est fait au prix d’un certain confusionnisme intellectuel. La dernière synthèse du congrès du Mans est assez explicite en la matière : on se met apparemment d’accord, on vote ensemble, pour dire à l’extérieur « nous sommes unis », mais il ne s’agit que d’une unité de façade. Enfin, l’autre problème de François Hollande est un problème de charisme. Il a un charisme extrêmement fort auprès des militants, car il est sympathique et très intelligent. En revanche, à l’extérieur du parti il n’a pas réussi à imposer une image d’homme d’Etat. Il est resté un homme d’appareil, un homme qui représente l’esprit partisan du PS. » LES JEUNES LIONS ■ Même s’ils ne se sont pas encore prononcés sur leur éventuelle intention de briguer la place de premier secrétaire, une nouvelle génération de responsables socialistes a éclos pendant le règne de François Hollande. Ils ont pour nom Vincent Peillon, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, ou encore Benoît Hamon. DR
iPod devient tactile. Voici l'iPod touch. Nul doute qu'il passera de main en main, mais c'est encore dans la votre qu'il sera le mieux. Oicks & Stores du numérique PARrs - LvoN - M ARSEILLE - N ANTES - TouLousE - B RUXELLES www.iclg.com RS RedShift iPod touch•, RevencleW" A9réé



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :