Direct Soir n°237 7 nov 2007
Direct Soir n°237 7 nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°237 de 7 nov 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Charlize Theron au-delà de la beauté

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
B. GUAY/AFP Directsoir N°237/Mercredi 7 novembre 2007 2 L’ACTU FRANCE Michel Barnier a reçu aujourd’hui les marins-pêcheurs. RECHERCHE Iter prend ses quartiers à Cadarache ■ Valérie Pécresse s’est rendue en milieu de matinée à Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a signé l’accord qui lie le gouvernement français à l’organisation internationale Iter (International Thermonuclear Experimental Reactor). Le programme de développement du réacteur expérimental de fusion nucléaire prend donc officiellement ses quartiers à Cadarache. La Corée du Sud, le Japon, la Russie, les Etats-Unis, l’Inde, et l’Union européenne sont associés dans ce programme pour lequel, à l’issue d’une âpre bataille, la France a été retenue l’an dernier comme site d’accueil. Un choix qui, assurent ses promoteurs, aura des répercussions économiques importantes, notamment en matière d’emploi. L’objectif d’Iter est de développer un nouveau type de centrale à l’horizon 2050. Les antinucléaires ont déjà planifié pour cette fin de semaine plusieurs manifestations locales contre la construction du réacteur expérimental. Politiquement VOISIN/PHANIE parlant C’est « la certitude du bien » qui est choquante dans l’affaire de l’Arche de Zoé, a déclaré hier soir Didier Sicard, invité de Politiquement parlant sur Direct8. Le président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) y voit le signe d’une « générosité occidentale un peu larmoyante » où l’on a « le sentiment de faire le bien des autres » et que finalement « on humilie les Africains ». Il souligne que « l’honneur tchadien est en cause » et que ce pays « a le droit » de vouloir juger les acteurs de ce drame. De la même façon, concernant les tests ADN MARINS-PÊCHEURS ■ Alors que de nouvelles actions de protestation contre la hausse du prix du carburant étaient menées ce matin par les marins-pêcheurs du Morbihan, une délégation d’une vingtaine de personnes était reçue par Michel Barnier au ministère de l’Agriculture. Ces derniers jours, le litre de gazole, détaxé pour les pêcheurs professionnels, a atteint les 50 centimes. Les intéressés estiment qu’au-delà de 30centimes, un bateau n’est plus rentable. Lors de la réunion, ils ont demandé au ministre d’inscrire « noir sur Ici, une version réduite du réacteur nucléaire Iter. Didier Sicard, président du Comité consultatif national d’éthique, était l’invité de Politiquement parlant, hier sur Direct8. « On a imposé notre vision européenne aux Africains » inclus dans la loi sur la maîtrise de l’immigration, il parle de « blessure (faite à) l’imaginaire collectif ». « On impose notre vision européenne » aux Africains pour qui la conception de la famille est avant tout « sociale ». Cette mesure constitue une « réelle discrimination. » Pour lui, la loi adoptée après modification ne constitue qu’une « version Canada Dry » impliquant « énormément d’efforts, de dépenses, pour un résultat marginal ». Le président du Comité d’éthique se déclare « choqué » par « l’assimilation du migrant au délinquant ou au criminel » et insiste sur la notion de « respect ». C’est ce même respect qu’il réclame dans les prisons françaises qui sont « la honte de la France ». La prison devrait être « une école » car « un détenu qui est respecté récidivera mille fois moins ». Quant à la perspective de légaliser le recours aux mères porteuses, Didier Sicard s’est montré « extrêmement réticent, car il est évident que l’argent pervertirait » la relation entre les parents demandeurs et la mère porteuse. D’après lui, « ce sera forcément la femme pauvre qui rendra service ». Réunion de travail ce matin au ministère JUSTICE Procès des onze mariages blancs ■ Le procès de 11 mariages fictifs s’est ouvert aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne). Vingt-neuf personnes issues de quartiers défavorisés, dont douze hommes d’origine tunisienne et seize femmes, comparaissent jusqu’à vendredi. Elles sont soupçonnées d’avoir organisé des unions entre 2000 et 2005 en vue d’obtenir la nationalité française. Les prévenus se connaissent tous, unis par des liens familiaux ou amicaux. Vivant dans une grande précarité, les femmes ont accepté d’être témoins lors des cérémonies ou de se marier pour 1500 euros. Après l’obtention de papiers par les conjoints, les couples ont rapidement divorcé. En bref blanc » les promesses faites hier par Nicolas Sarkozy. Le président de la République, en déplacement au Guilvinec, avait annoncé trois mesures parmi lesquelles une exonération des charges patronales et salariales pour six mois renouvelables et la mise en œuvre d’un mécanisme de répercussion du coût du gazole sur le prix du poisson vendu à l’étal. Deux promesses qui ont déjà provoqué la réaction de certaines associations de consommateurs qui regrettent une « double peine » pesant sur le budget des ménages. Les mariages blancs en question. Certains Tunisiens auraient exigé le rapatriement en France des membres de leur famille restés dans le pays d’origine. Une enquête avait été ouverte en mai 2006 à la demande des services des renseignements généraux. SOCIAL. Vingt-six comités du collectif Ni putes ni soumises ont annoncé aujourd’hui leur démission en bloc de l’organisation, reprochant à la direction une « remise en cause » de l’« indépendance » du mouvement, fondé par Fadela Amara, devenue secrétaire d’Etat à la Politique de la ville. ❚ ATTENTAT. Deux villas situées à proximité de Porto-Vecchio (Corse du Sud) ont été endommagées par deux explosions criminelles hier soir. ❚ JUSTICE. Le tribunal correctionnel de Brest a relaxé aujourd’hui le capitaine d’un bateau de commerce, qui comparaissait pour une pollution volontaire au large de la Bretagne au début de l’année. Une avarie technique semblait à l’origine de la pollution, rendant impossible toute condamnation. D. FRACCHIA/REA A. GOOD/ILB/REX/SIPA
K. LAMARQUE/REUTERS M. VATSYAYANA/AFP www.directsoir.net GÉORGIE Heurts entre la police et les manifestants ■ La police géorgienne a eu recours à la force, ce matin à Tbilissi, contre des manifestants qui tentaient d’accéder à la rue principale de la capitale, qui conduit au Parlement. Après avoir reçu des coups de matraque, ils ont riposté en jetant des pierres et des bouteilles. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et es canons à eau. Un peu plus tôt, un campement installé par l’opposition avait été démantelé. Depuis cinq jours, plusieurs milliers de Géorgiens descendent dans les rues pour réclamer la démission du président Nicolas Sarkozy, accueilli par Laura et George Bush, hier soir, avant le dîner à la Maison Blanche. L’envoyé spécial de l’ONU, Ibrahim Gambari. AFGHANISTAN pro-occidental Mikheïl Saakachvili. Les manifestants lui reprochent l’absence de réformes pour lutter contre la pauvreté, mais aussi un musellement de l’opposition. Vendredi dernier, 50000 personnes s’étaient rassemblées à Tbilissi. L’arrestation de l’ex-ministre de la Défense, Irakli Okrouachvili, le 27 septembre, avait été le déclencheur de ce mouvement de contestation, le plus important depuis la « révolution des roses » qui avait porté au pouvoir Mikhaïl Saakachvili en novembre 2003. Deuil national après l’attentat suicide ■ C’est l’attentat suicide le plus sanglant de l’histoire du pays. Un kamikaze a déclenché hier la charge qu’il portait dans une usine de fabrication de sucre, à l’arrivée d’une délégation de la commission économique parlementaire. Le dernier bilan fait état d’au moins 40 morts, dont six parlementaires, et de plus de 120 blessés. Les violences ont beau être quotidiennes en Afghanistan, l’ampleur de l’attaque et le fait qu’elle touche des représentants élus du peuple ont accentué le traumatisme. En bref BIRMANIE Le président Hamid Karzaï a décrété trois jours de deuil national et les drapeaux ont été mis en berne dans tout le pays. Le chef de l’Etat a déclaré : « La nation afghane est bien plus forte que ne le croit l’ennemi. De tels incidents ne nous dissuaderont pas de nos objectifs. » Les députés, qui ont siégé quasiment sans interruption depuis l’attentat, ont demandé que leurs collègues fassent des funérailles nationales et qu’ils soient inhumés à proximité du Parlement, dans un mémorial bâti pour eux. L’ACTU MONDE 3 ÉTATS-UNIS Les manifestants, ce matin devant le Parlement géorgien. Sarkozy s’adresse au Congrès américain ■ Arrivé à Washington hier, pour sa première visite officielle outre-Atlantique depuis son élection, Nicolas Sarkozy devait prononcer un discours devant les deux Chambres du Congrès. Dans le cadre solennel du Capitole, le président de la République entend répéter son message, affirmé hier, lors d’une première demi-journée de visite menée tambour battant. « Je veux reconquérir le cœur de l’Amérique de manière durable », a insisté le chef de l’Etat, d’abord devant un parterre de grands patrons des deux pays, puis face à la communauté française, et enfin à la Maison Blanche. Parmi les dossiers abordés au cours de ce voyage, figurent l’Iran, le Liban et le Kosovo. Sur les questions du réchauffement climatique ou du niveau du dollar, des divergences pourraient apparaître entre Washington et Paris. La junte refuse une rencontre avec l’ONU ■ Alors que l’émissaire spécial des Nations unies, Ibrahim Gambari, entame sa quatrième journée d’entretiens en Birmanie, la junte militaire se montre toujours hostile à toute discussion. Le régime birman vient d’annoncer qu’il refusait la proposition de « rencontre à trois » entre l’émissaire, l’opposante Aung San Suu Kyi et un intermédiaire nommé par les généraux. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, regrette une telle position. « A ce stade, je suis très préoccupé par le manque de progrès dans la nouvelle médiation entreprise par Ibrahim Gambari », a-t-il déclaré. La junte militaire se défend en invoquant la « souveraineté » de la Birmanie et rejette toute intrusion étrangère ou des Nations unies dans les affaires intérieures. Le régime a conseillé à Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix, d’abandonner son soutien à la politique occidentale de sanctions si elle voulait se réconcilier avec son pays. Ibrahim Gambari, qui est arrivé samedi dernier dans la capitale birmane, Naypyidaw, située à 400 kilomètres au nord de Rangoun, n’a toujours pas rencontré le numéro un de la junte militaire, Than Shwe, ni l’opposante Aung San Suu Kyi. Le président afghan Hamid Karzaï (à droite). IRAN. Dans un discours télévisé, le président Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que l’Iran avait atteint le cap symbolique des 3 000 centrifugeuses pour l’enrichissement d’uranium. Ce chiffre constitue un module permettant théoriquement d’obtenir suffisamment d’uranium hautement enrichi pour une bombe atomique en moins d’un an. ❚ RUSSIE. La Chambre basse du Parlement a voté à l’unanimité en faveur d’une suspension de la participation russe au Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), qui limite les armements. ❚ PÉTROLE. Le prix du baril de pétrole Brent de la mer du Nord a dépassé 95 dollars, pour la première fois, tandis que le brut léger américain améliorait son record à 98,46 dollars. ❚ VIETNAM. Le bilan des inondations, qui touchent le centre du pays depuis dix jours, s’est encore aggravé, portant à 73 le nombre de victimes. I. GEDENIDZE/REUTERS S. MARAI/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :