Direct Soir n°229 24 oct 2007
Direct Soir n°229 24 oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°229 de 24 oct 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Michelle Pfeiffer le visage d'une étoile

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
V. MUTEAU DR Directsoir N°229/Mercredi 24 octobre 2007 14 CULTURE COMÉDIE MUSICALE Kirikou, du grand écran aux planches En 1998, « Kirikou et la sorcière » du réalisateur Michel Ocelot sortait au cinéma. Presque dix ans plus tard, le gamin intrépide fait ses premiers pas sur les planches. « Kirikou et Karaba » est désormais une comédie musicale. La sorcière Karaba (Fatoumata Diawara). « Kirikou est petit mais il est vaillant », un refrain entêtant qui devrait marquer le jeune public. Car Kirikou et Karaba sont de retour. Ici il n’est pas question d’images animées mais d’une troupe de vingt danseurs et d’une étonnante poupée : Kirikou en personne. Il est dirigé par trois marionnettistes de talent, visibles par le spectateur mais dont « les grands » finissent par oublier la présence. Dodelinant de la tête, remuant au rythme des percussions, le gamin aussi insolent que courageux s’apprête à braver la sorcière. Brillamment interprétée par Fatoumata Diawara, Karaba fait régner la terreur à l’aide de ses sbires. Mais Kirikou, l’enfant prodige, saura déceler ses faiblesses. A la tête de cette comédie musicale, on retrouve Victor Bosh, le producteur de Notre Dame Le vase Oriade. TOP DES TOPS DR 1 Shooter, tireur d’élite Paramount Pictures France jkle de Paris, Didier Brunner, le producteur du film Kirikou et Wayne McGregor, « chorégraphe que les théâtres et opéras du monde s’arrachent », explique Michel Ocelot.A l’instar de la version cinématographique, c’est sur une musique signée Youssou N’Dour que l’épopée africaine s’enchaîne. Chanteurs et danseurs évoluent dans des décors ingénieux à un rythme particulièrement bien approprié au jeune public. Seule ombre au tableau : pour les tout-petits, la présence sur scène des marionnettistes reste difficile à comprendre. Kirikou, jusqu’au 31 décembre au Casino de Paris, 16, rue de Clichy, Paris 9e. Tél. : 08 926 98 926. En tournée à partir de janvier 2008 à Grenoble, Lille, Marseille, Nantes, Strasbourg, Toulouse. EXPOSITION Giacometti à la BNF : la gravure a de l’allure ■ Alberto Giacometti était un artiste touche-à-tout. Il est évidemment célébré pour ses sculptures et ses tableaux. Qui ne pense à ces longs êtres filiformes quand il entend le nom de Giacometti ? Mais le maître s’est aussi illustré dans le domaine de l’estampe. La Bibliothèque nationale de France présente pour la première fois, en collaboration avec la Fondation Alberto et Annette Giacometti, les travaux de gravure qu’il exécuta tout au long de sa vie : eaux-fortes, lithographies, estampes en feuille. C’est pour répondre à des commandes d’éditeurs ou à titre expérimental que le sculpteur a illustré des ouvrages d’auteurs du surréalisme tels que Michel Leiris, René Crevel, René Char, Paul Eluard ou André Breton. L’exposition Alberto Giacometti, œuvre gravé montre le processus créateur de l’artiste à travers des réalisations majeures mais aussi des travaux préparatoires. Alberto Giacometti, œuvre gravé, jusqu’au 13 janvier 2008, Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu, 58, rue de Richelieu, Paris 2 e, tél. : 0153795959. Renaissance de la verrerie Daum EXPO THÉÂTRE ■ A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la nécessité de reconstruire et de distraire conduit artistes et artisans à se réinventer. Daum, alors directeur artistique de la manufacture familiale, impose un style nouveau. C’est le début du « cristal pur étiré à chaud ». Une centaine de pièces d’exception viennent témoigner de la diversité comme de la beauté des productions de la manufacture. Daum et l’esthétisme des années 1950, jusqu’au 7 janvier, au musée des Beaux-Arts, 3, place Stanislas, Nancy (03 83 85 33 16). 2 Dangereuse séduction Gaumont Columbia Tristar Annette, buste I, 1960. Lithographie. 300 Le prix à payer Jacquou 3 4 5 Warner Home Vidéo Universal le Croquant Fox Pathé Europa jkle jkle jkle jkle Meilleures ventes de films en DVD Shooter, tireur d’élite fait son entrée directement à la première place du top hebdo. Dans ce thriller palpitant, le tireur d’élite Bob Lee Swagger, dit « Shooter », doit déjouer un complot contre le président des Etats-Unis. Mais très vite, il va se rendre compte qu’il est en fait la cible d’un piège diabolique… Légende : (e) nouvelle entrée - Source : ADAGP, PARIS 2007. DR Clair, drôle et pétillante ■ De l’humour textuel, visuel et musical, et une énergie toute « robinesque », Clair ne passe pas inaperçue. Hauts en couleurs, énergiques, les personnages qu’elle interprète sont drôles la plupart du temps, parfois émouvants. D’un bout à l’autre, Clair ne s’arrête pas un instant. Un véritable « show ». La mise en scène est signée Pascal Légitimus. C’est Clair, théâtre Le Temple, Paris 11 e (08 92 68 36 22). LIVRE Crichton à l’assaut de la génétique ■ Michael Crichton n’en est pas à son coup d’essai. Il collectionne plutôt les coups de maître. Spécialiste ès science-fiction de la littérature, Crichton livre, avec Next, un nouveau best-seller annoncé. Mais ce dernierné déçoit quelque peu. Dans cette fiction, un patient apprend que son médecin a vendu ses cellules à un laboratoire international. Il n’en est plus le propriétaire, de même que ses descendants. La vie n’a-t-elle alors plus qu’une valeur marchande ? Le roman pose le problème de l’éthique, des implications morales et financières de la dérive génétique qui s’annonce. Les « crichtoniens » apprécieront sûrement. On regrette toutefois un roman morcelé et une multiplication des personnages, qui rendent l’histoire confuse. Next, Michael Crichton, Robert Laffont. DR
P.DUHESME/PATHÉ DR www.directsoir.net Un film de cœur ★★★★★ « Le cœur des hommes 2 », signé Marc Esposito, est la suite du premier opus. On y retrouve les acteurs fétiches du réalisateur, qui redonnent du sens à l’amitié. Jean-Pierre Darroussin, Marc Lavoine, Gérard Darmon et Bernard Campan. RÉTROSPECTIVE My Own Private Idaho, avec Keanu Reeves. DVD ■ Julien vit avec ses parents et sa sœur dans une petite ville de province. Cet adolescent sans problème – il travaille bien à l’école et a une petite amie – voit sa vie changer radicalement quand sa mère prend conscience qu’il va devenir un homme et lui échapper. Elle instaure une relation trouble avec lui, faite de complicité et de rejet, d’amour et de haine. En compétition au festival du film de San Sebastian 2006, Mon fils à moi a reçu le prix du meilleur film. Nathalie Baye, en mère violente et aveuglée par sa possessivité, a en outre remporté le prix de la meilleure actrice. Le spectateur assiste à la descente aux enfers d’un adolescent qui s’enfonce petit à petit dans Gus Van Sant à la Cinémathèque ■ Palme d’or au Festival de Cannes en 2003 avec Elephant, Gus Van Sant est une figure majeure du cinéma contemporain américain. Son style très personnel capte au plus près l’errance de la jeunesse (Gerry, Drugstore Cowboys). A l’occasion de la sortie en salle de Paranoid Park, son nouveau film, la Cinémathèque française lui consacre une rétrospective. Rétrospective Gus Van Sant, jusqu’au 5 novembre, Cinémathèque française, 51, rue de Bercy, Paris 12 e (01 71 19 33 33). Ma mère, ce bourreau Dans « Mon fils à moi », Nathalie Baye incarne une mère castratrice, qui ne veut pas laisser son fils grandir. Victor Sévaux et Nathalie Baye. le mutisme. Le jeune acteur Victor Sévaux est à la hauteur d’un premier rôle difficile. Mon fils à moi, de Martial Fougeron, France Télévisions Distribution, 20 €. Marc Esposito a écrit un livre retraçant l’aventure du tournage : Au cœur des hommes (éd. du Moment), pour tout savoir sur les coulisses du film. JC. COTTER Quatre ans après Le cœur des hommes, Jeff, Antoine, Manu et Alex sont de retour. Et vous allez être heureux de les retrouver tels que vous les aviez laissés : bons potes, chambreurs et charmeurs. Complices. Marc Esposito entraîne le spectateur au cœur de ses hommes, de leurs histoires, petites et grandes. Avec force et conviction, il filme la vie et répète que l’amitié et les femmes en sont le sel. La piqûre de rappel est agréable. Chaleureux, vrai et humain, l’univers « espositien » happe le spectateur immédiatement. Le réalisateur (également scénariste et pour la première fois coproducteur) a, pour le plaisir de tous, conservé son quatuor Darmon- Campan-Darroussin-Lavoine, mais aussi toutes les comédiennes qui donnent au film son piment : Zoé Félix, Fabienne Babe, Florence Thomassin et – mention spéciale pour sa prestation – Catherine Wilkening. Autre atout de charme, les deux Valérie, Stroh et CULTURE 15 CINÉMA Kaprisky, apportent une fraîcheur et une sensibilité épatantes. Entre coups de gueule et coups de cœur, le scénario du film s’inscrit dans la juste continuité du Cœur des hommes. La réalisation est volontairement simple, faite de nombreux plans séquences. Sans effet de style et se mettant au service des comédiens, elle les valorise et leur offre ainsi une place de choix. Marc Esposito ne prend pas le public à contre-pied. Il délivre ici une suite enlevée, rythmée et certaines scènes hilarantes ne devraient pas tarder à marquer les esprits (la gaffe de la chambre d’hôtel à Cabourg…). Ce second Cœur des hommes n’est pas plus noble que son aîné. Mais sûrement se révèle-til plus léché, plus abouti. La patte Esposito s’épaissit et prend de l’étoffe. Le cœur des hommes 2 est un film touchant. Un long-métrage dont on sort heureux, et qui donne envie de dire « je t’aime ». Le cœur des hommes 2, de Marc Esposito, en salle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :