Direct Soir n°203 18 sep 2007
Direct Soir n°203 18 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°203 de 18 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Nicolas Sarkozy bouger la France

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
MEIGNEUX/SIPA 2 Directsoir N°203/Mardi 18 septembre 2007 20 22 EN JEUX COUVERTURE RÉFORME SOCIALE Le discours de la méthode C.GUIBBAUD/ABACA RÉACTIONS ■ « Nous souhaitons qu’on négocie entreprise par entreprise, et qu’on tienne compte de la pénibilité, parce qu’il y a aussi des métiers pénibles dans le privé. » François Chérèque, CFDT ■ « Si les agents ont le sentiment que, comme par le passé, un projet est tout prêt et que la négociation sera là juste pour décorer, je pense que ça peut dégénérer très rapidement. » Thierry Babeck, Unsa-RATP, sur France Info RIPOSTE ■ La gauche unie contre le projet de réforme ? Le PS, le PCF, les Verts et la Ligue communiste révolutionnaire, qui se réunissent à 18heures au siège du parti communiste pour mettre au point une « riposte » au discours de Nicolas Sarkozy, espèrent répondre par l’affirmative. Toutefois, la plupart des leaders de ces partis devraient être absents. Nicolas Sarkozy prononce aujourd’hui dans les locaux du Sénat un discours très attendu sur sa « stratégie sociale ». Parmi les sujets évoqués, l’épineux dossier des régimes spéciaux. Ce rendez-vous donne le coup d’envoi d’une semaine chargée pour le Président sur le plan social. Fixer « le calendrier et la méthode de la réforme des régimes spéciaux » : c’est l’un des objectifs du discours prononcé aujourd’hui par le président de la République et qui doit plus largement dévoiler la « stratégie sociale » de l’Elysée qui doit baliser des dossiers aussi variés que les retraites, l’assurance-chômage, la fonction publique, les relations entre la grande distribution et le commerce de détail ou encore la représentativité des syndicats et leur place dans le dialogue avec les autres partenaires sociaux. Le sujet est sensible et le rendez-vous très attendu par les syndicats, qui ont mis en garde contre toute tentative de « passage en force ». La semaine dernière, François Fillon avait annoncé que le texte sur la réforme des régimes spéciaux était prêt. Les réactions ont été fortes dans l’opposition. « Un peu de méthode ne nuit pas à la solution d’un problème », a souligné Nicolas Sarkozy. UN DOSSIER ÉPINEUX Les députés de la majorité ont fait savoir, par la voix de Jean-François Copé, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, qu’ils souhaitaient que le sujet soit soumis à un débat parlementaire. Jean-François Copé a par ailleurs estimé que le sujet des retraites est « arrivé à maturité ». La réforme des régimes spéciaux de retraites est l’une des promesses de campagne du candidat Sarkozy. Une situation que le chef de l’Etat a qualifiée la semaine dernière « d’indigne », avec « des régimes spéciaux de retraite qui ne correspondent pas à à des métiers pénibles » et « des métiers pénibles qui ne correspondent pas à un régime spécial ». Le sujet est épineux : en 1995, Alain Juppé avait dû renoncer à son projet de réforme après une levée de boucliers des syndicats qui avaient fait descendre dans la rue 500 000 personnes pendant plusieurs semaines. Les mentalités ont bien changé et selon le dernier sondage CSA publié samedi pour Le Parisien et i-Télé, 68% des Français sont aujourd’hui favorables à une telle réforme. SEMAINE SOCIALE Nicolas Sarkozy a consulté les principaux responsables syndicaux en amont du rendez-vous d’aujourd’hui, dont l’ordre du jour annoncé par l’Elysée couvrait « l’ensemble de (la) stratégie sociale 68% des Francais favorables à une réforme des régimes spéciaux (du Président) en matière d’emploi, de protection sociale et de relations professionnelles ». Selon les syndicats, d’autres sujets étaient susceptibles d’être évoqués dans ce discours, notamment la représentativité syndicale, la fusion ANPE-Unedic, et la réforme de la loi Galland sur les marges arrières dans la grande distribution. Nicolas Sarkozy a d’ailleurs décidé d’occuper cette semaine le devant de la scène sociale. Dès demain, le chef de l’Etat se rendra à Nantes pour évoquer l’avenir de la fonction publique, autre sujet très sensible. Sondage CSA Nicolas Sarkozy avec le leader CGT, Bernard Thibault, en mai 2007. CE QUE VEUT LE GOUVERNEMENT ■ La réforme des régimes spéciaux de retraite est présentée comme un moyen de revenir à l’équilibre des comptes sociaux. Pour cela, François Fillon compte aligner les régimes spéciaux sur celui des fonctionnaires, sachant que celui-ci devrait se caler progressivement sur le régime général du privé en ce qui concerne la durée de cotisation. 1,6 million de personnes (actifs ou retraités) bénéficient des régimes spéciaux, comme les salariés de la RATP, de la SNCF (agents « roulants » et de maintenance) ou d’EDF, mais aussi, entre autres, les infirmiers, les gardiens de prison, les douaniers, ou les policiers municipaux. Une réforme du régime des retraites ne nécessite pas une modification de la loi. Elle peut être adoptée par simple décret. IWITT/POOL/GAMMA/EYEDEA PRESS
FRÉDÉRIC DESMESURE/SIGNATURES ALIX/PHANIE www.directsoir.net IMMIGRATION ■ Le ministre de l’Immigration présente aujourd’hui son premier projet de loi sur l’immigration à l’Assemblée nationale réunie en session extraordinaire. Le texte prévoit un durcissement du regroupement familial et la mise en place d’une « évaluation de connaissance de la langue et des valeurs de la République. » L’amendement autorisant des tests ADN pour l’obtention des visas, proposé par le député UMP Thierry Mariani, est largement contesté par l’opposition et par plusieurs associations. Fadela Amara, secrétaire d’Etat La lutte contre le cancer est un combat quotidien. Ici, à l’Institut Bergonié à Bordeaux. POLLUTION En bref Une école fermée « par précaution » ■ Pas de classe ce matin pour 188 élèves du groupe scolaire Bourdenières, à Chenôve, en Côte-d’Or. En cause, d’après la préfecture, « un taux élevé de résidus de pesticides » constaté par endroits. L’école, proche de Dijon, restera fermée pour une durée qui n’a pas encore été définie, mais qui devrait courir sur plusieurs mois. D’après le directeur de cabinet du préfet de Côte-d’Or, des résidus de pesticides ont été relevés dans l’air des salles de classe. Il s’agit de résultats fournis par une analyse menée en août. Ces pesticides sont communément utilisés pour les Chaque année, plusieurs millions de personnes sont touchées par la grippe. Brice Hortefeux présente son projet de loi aux députés SANTÉ à la politique de la Ville, s’est déclarée « heurtée » par ce projet de loi « en tant que fille d’immigrés ». Marie-George Buffet (PCF) l’a, quant à elle, qualifié de « dérive ». Ce texte suscite même des désaccords au sein de la majorité UMP. Par ailleurs, selon un sondage OpinionWay publié par Le Figaro, plus de sept Français sur dix seraient favorables à une mise en place de quotas en matière d’immigration. Brice Hortefeux a déclaré ce matin sur RTL « attendre que le débat se déroule au Parlement » avant de se prononcer. traitements des bois de charpentes. Des recherches plus approfondies vont avoir lieu, de nouvelles mesures des teneurs en pesticides et insecticides mesurées dans l’air vont être menées ainsi que sur les surfaces du mobilier et des bâtiments. L’Institut national de veille sanitaire va entreprendre une évaluation scientifique des risques pour les enfants scolarisés dans cette école. Les élèves, quatre classes de maternelle et six classes élémentaires, seront, d’ici à vendredi prochain, répartis dans l’ensemble des autres établissements la commune. ÉTUDE Le cancer, première cause de mortalité en France ■ Pour l’année 2004, un tiers des décès étaient directement imputables au cancer, devenu la cause de décès la plus fréquente, devant les maladies cardiovasculaires et les accidents de façon générale, selon une étude publiée aujourd’hui dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Le cancer est responsable de 34% des décès masculins, mais ne représente qu’un quart des causes de mortalité chez les femmes, chez lesquelles les maladies cardiovasculaires arrivent en tête. Chez les 15-24 ans, sans distinction de sexe, les morts violentes (accidents, suicides) sont les principales causes de décès – plus de la moitié. Le suicide est la première cause de mortalité pour les hommes entre 25 et 44 ans. Dans cette tranche d’âge, les femmes succombent majoritairement d’une tumeur. En 25 ans, les décès dus aux maladies cardiovasculaires ont été divisés par deux, les morts accidentelles ayant fortement diminué. LE CHIFFRE DU JOUR 60677 détenus étaient incarcérés en France au 1 er septembre 2007, ce qui représente une baisse de 1% par rapport au mois précédent. 16847 prévenus, en attente de jugement, font partie de cet effectif. Enfin, 682 mineurs étaient écroués à cette date, selon l’administration pénitentiaire. Le vaccin antigrippe en pharmacie le 28 septembre ■ Avec l’arrivée de l’automne dans deux jours, les organisations en charge de la santé publique anticipent le retour des épidémies propres à la période. Première pathologie visée : la grippe, qui affecte chaque année entre 2 et 7 millions de personnes. L’impact de cette maladie sur la population active est lourd en termes économiques et sociaux (absentéisme), et pour les plus âgés, les complications peuvent être très pénibles, voire fatales. C’est cette dernière catégorie de la population, soit 10,5 millions de personnes, que visent les campagnes de L’ACTU FRANCE 3 Brice Hortefeux. vaccination antigrippales qui se déroulent chaque année et dont l’édition 2007 sera inaugurée le 28 septembre comme l’a fait savoir aujourd’hui l’Assurance maladie. Le vaccin 2007 a été dosé à partir des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a identifié quatre souches de virus potentiellement virulentes. La majorité des vaccins est prise en charge à hauteur de 6,26 euros (sauf deux exceptions : Tetagrip et Gripguard) et même à 100% pour les personnes les plus fragiles, atteintes de pathologies chroniques lourdes. AGROALIMENTAIRE. Des éleveurs de porcs ont lâché cette nuit une centaine de cochons sur la voie publique, devant la préfecture de Laval (Mayenne). Ils protestent contre la baisse des prix du marché. ❚ OBÉSITÉ. L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir réclame une loi pour « mettre fin au harcèlement alimentaire » des enfants. Ils seraient victimes, selon elle, de « l’influence néfaste » des publicités télévisées. ❚ POLITIQUE. Vincent Peillon (PS), ancien porte-parole de Ségolène Royal durant l’élection présidentielle, a accusé Lionel Jospin ce matin sur Europe 1 de « se prêter à un jeu de massacre inacceptable » dans son livre contre la candidate socialiste. ❚ SANTÉ. Le rapport du cancérologue Dominique Belpomme sur l’usage des pesticides aux Antilles et sur ses conséquences sanitaires devrait être présenté aujourd’hui à l’Assemblée nationale. N. MARQUES/KR IMAGES PRESSE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :