Direct Soir n°175 21 jun 2007
Direct Soir n°175 21 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°175 de 21 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Olivia Ruiz « la femme chocolat » fait fondre le public

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
G. GAFFIOT/VISUAL PRESS Directsoir N°175/Jeudi 21 juin 2007 8 EN COUVERTURE Cette fille qui débarque de la Star Ac’et qui est fan de moi, qu’est-ce que c’est que ce plan ? ! La chanteuse Juliette. Ci-dessous, Olivia Ruiz dans les bras de Juliette, aux Victoires de la musique, en 2006. de la galette et le Cabaret du Lapin Agile, elle rêve de Piaf. A ces artistes d’un autre temps, elle emprunte la voix éraillée, presque criarde mais pourtant douce et enfantine. Disparu son accent du sud. Lorsqu’elle chante, Olivia devient une vraie fille de cette capitale romantique et vieillie qu’elle voit en Paris. Femme-enfant, elle connaît l’accent populaire, la gouaille d’un titi parisien. Elle-même ne saurait décrire son style si multiple. D’ailleurs, elle ne le veut pas. « Je qualifierais mon style de libre. Je ne veux pas qu’on me mette d’étiquette. Je m’amuse avec les arrangements parce que je ne sais pas de quoi j’aurais envie demain et que je veux rester en pleine possession de mes projets, de mes envies. » Mêlant rock, flamenco TROIS RENCONTRES PATRICE MAKTAV ■ Lui aussi rescapé de la Star Ac’1, après un passage au théâtre, Patrice Maktav se consacre aujourd’hui à la sortie fin 2007 de son album rock. Boudé par les maisons de disques, il participe à de nombreux festivals et ne bénéficie pas encore de la reconnaissance du grand public. Ci-dessus, en compagnie de Christian Olivier, le chanteur des Têtes raides. L. MOREAU/ABACA et guinguette à des textes réalistes et humanistes, Olivia Ruiz inonde ses chansons de l’imaginaire de Roald Dahl et Tim Burton. C’est sans conteste l’auteur de Charlie et la chocolaterie qui l’a inspirée pour son single La femme chocolat. Olivia Ruiz ne peut être cataloguée, elle sait toujours surprendre. Elle est en ce moment placardée dans toute la France pour la nouvelle campagne publicitaire de Coca-Cola Light. Quand on lui demande pour quelle raison elle a fait ce choix au risque de retomber dans le système capitaliste de la Star Academy qui lui avait tant déplu, elle répond : « J’ai de belles idées pour redistribuer l’argent qui m’a été donné. Mais j’estime ne pas du tout avoir à me justifier là-dessus. Coca a une fondation qui fait beaucoup pour les enfants du tiers-monde, ils ont sauvé les Francofolies de La Rochelle en donnant les subventions qui manquaient. Il ne faut pas diaboliser non plus. » Et comme pour prouver sa bonne foi à ceux qui en doutaient encore, Olivia Ruiz s’investit dans la vie de son village natal. Elle sort une cuvée spéciale Olivia Ruiz à Marseillette pour écouler le vin de la cave coopérative qui ne se vend pas. En attendant son prochain album, elle réserve pour octobre un DVD live de sa grande tournée La femme chocolat. Même si elle n’a pas officiellement remporté, Olivia Ruiz est certainement la grande lauréate, toutes éditions confondues, de la Star Academy… DIONYSOS RICHARD SCHROEDER/POLYDOR ■ Après 10 ans de scène, au son d’un ukulélé, le groupe Dionysos signe l’album Monsters in love. Entre rythmes dansants et ambiance cinématographique en noir et blanc, ils nous font découvrir leur monde mêlant surréalisme et autobiographie. Sur son deuxième album, Olivia Ruiz coécrit ses titres avec Mathias Malzieu, le leader de Dionysos, qui partage aussi sa vie. VUE PAR Christian Olivier, chanteur des Têtes Raides « On sait qu’elle ne va pas s’arrêter là » ■ « On s’est rencontrés pendant un de mes concerts, près de Carcassonne. Elle est venue me voir avec une cassette de ses compositions. J’ai tout de suite été séduit par sa motivation. On l’a invitée à venir chanter pendant nos premières parties. Tout ça, c’était avant la Star Ac’. Ça ne m’a pas posé de problème qu’elle participe à cette émission. Moi aussi j’avais postulé ! De toute façon, ce qui est important, c’est qu’Olivia est une fille très énergique, professionnelle et généreuse. Musicalement, elle ne fait que progresser. En deux albums, elle a déjà raconté beaucoup de choses. On sait que c’est quelqu’un qui ne va pas s’arrêter là. On se retrouve à la Fête de la musique pour la manifestation Chut !. L’idée de monter un tel événement m’est venue comme ça, dans un supermarché, en entendant une musique coupée par les annonces de jambon en promotion : aujourd’hui, la musique n’est qu’un produit commercial. Le silence de Chut ! ne veut pas dire stop la musique, mais, au contraire, en avant la musique ! » LES TÊTES RAIDES ■ Avec un premier album sorti en 1989, Les Têtes raides sont incontestablement un des groupes les plus influents de la scène rock française. Une musique en mouvement, jonglant entre son acoustique et électrique. Ils définissent eux-mêmes leur style comme « un cirque ». Q. ROUSSEAU/VISUAL PRESS AGENCY



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :