Direct Soir n°167 11 jun 2007
Direct Soir n°167 11 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°167 de 11 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Xavier Darcos l'homme du dialogue

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
WITT/SIPA Directsoir N°167/Lundi 11 juin 2007 2 LÉGISLATIVES François Fillon a été réélu dès le premier tour. À SUIVRE Personnalités en ballottage ■ Parmi les quatre membres du gouvernement mis en ballottage, la situation la plus fragile est sans doute celle d’Alain Juppé, candidat dans la deuxième circonscription de Gironde. Avec 43,73% des voix, contre 31,36% pour Michèle Delaunay, sa concurrente socialiste, le ministre de l’Ecologie s’est déclaré « raisonnablement confiant ». Pour le second tour, le report des voix des Verts et du Mouvement démocrate, qui ont recueilli respectivement 6,83 et 8,31%, jouera sans doute un rôle décisif. Christine Boutin, Michèle Alliot-Marie et Roselyne Bachelot, ses trois collègues au gouvernement encore en lice, se trouvent en ballottage très favorable. Du côté du PS, outre le premier secrétaire François Hollande, arrivé en tête et dont le réservoir de voix semble assez important, Laurent Fabius a frôlé hier la réélection directe avec 49,9% des suffrages. Plusieurs proches de Ségolène Royal sont en ballottage difficile, Arnaud Montebourg (Saône et Loire, 6 e), Jean-Louis Bianco (Alpes-de-Haute-Provence, 1 re) et Vincent Peillon (Somme, 3 e) sont devancés par leurs rivaux UMP. François Bayrou est le seul des quatre candidats du MoDem qualifiés pour le second tour à être arrivé en tête hier, dans les Pyrénées-Atlantiques. Le président du parti centriste, crédité de 37,25% des voix au premier tour, pourrait affronter dans une triangulaire les candidats de l’UMP et du PS. Dans la quatorzième circonscription du Pas-de- Calais, un duel mettra aux prises le sortant socialiste Albert Facon, arrivé en tête, et Marine Le Pen, seul membre du Front national a accéder au second tour. La communiste Marie-George Buffet et les Verts Yves Cochet et Noël Mamère, en ballottage favorable, espèrent conserver leurs sièges dimanche prochain. Les réactions ❚ RÉSULTATS L’UMP se dirige vers une large majorité Après un premier tour marqué par un taux d’abstention record de 39,5%, la campagne pour le second tour des législatives s’est ouverte aujourd’hui. François Fillon devrait appeler dès ce soir les électeurs de l’UMP à se mobiliser. Quatre ministres en ballotage devront attendre dimanche prochain pour voir leur siège confirmé ou non. Les projections en sièges du premier tour donnent 383 à 501 députés à l’UMP (contre 359 actuellement). Le parti socialiste, crédité de 60 CAMPAGNE INTERVIEW Une semaine pour convaincre Elu dès le premier tour, le Premier ministre François Fillon tient meeting ce soir à Nancy. Ségolène Royal a prévu un déplacement à Paris, où elle devrait rencontrer plusieurs candidats. Déjà se profile la question des reports de voix et, avec le début du dépôt des candidatures pour le second tour, la question des désistements en cas de triangulaires. Dans douze circonscriptions seulement, trois candidats ont la possibilité de se maintenir. Quatre candidats du MoDem sont concernés par ce cas de figure. L’un d’entre eux, Michel Canevet, arrivé troisième dans la septième circonscription du Finistère, a fait savoir qu’il se retirait. Jean-Pierre Raffarin a appelé ce matin l’UMP à « tendre la main » à François Bayrou. Interrogée sur RTL, l’ex-candidate à la présidentielle Ségolène Royal a annoncé qu’elle allait « prendre contact » avec le président du MoDem. Le taux de participation sera-t-il plus élevé au second tour ? Les électeurs ne devraient pas se rendre massivement aux urnes le 17 juin. Aux yeux des Français, il n’y a pas de grands enjeux, ils sont démobilisés. Tout semble déjà joué, avec une majorité absolue pour l’UMP. Justement, le PS va-t-il réussir à endiguer la vague bleue ? Je ne pense pas. Les socialistes ne le souhaitent pas, ils vont surtout chercher à sauver le maximum de sièges. Pour se faire, ils doivent mobiliser les électeurs de gauche. Le MoDem va-t-il jouer un rôle prédominant dans le jeu des alliances ? Avec plus de 7% des voix, le MoDem a fait à 185 sièges, ne compte dans ses rangs qu’un seul député parmi les 110 élus dès le premier tour. Ségolène Royal a annoncé qu’elle allait prendre contact avec François Bayrou, dont le nouveau parti peut peser sur plusieurs affrontements droite-gauche. Le président du MoDem devrait faire face à une triangulaire dans laquelle il part favori dans sa circonscription des Pyrénées- Atlantiques. Laminés, les petits partis devraient voir leur nombre de députés fortement réduit. ■ François Hollande en a appelé aux électeurs du parti centriste, précisant ne pas s’adresser au candidat. Selon Julien Dray, le PS ne fera pas « barrage » au mouvement de François Bayrou dans certaines circonscriptions. Le MoDem a assuré ce matin n’avoir pris aucun contact avec le PS. ■ François Hollande, hier soir au siège du parti socialiste. Jean-Daniel Lévy, directeur adjoint du département opinion de CSA un bon score, mais ce ne sera pas suffisant pour le second tour. Les Français ne sont pas adeptes des combinaisons tactiques. Ils préfèrent voter pour une pensée politique plutôt que pour une stratégie entre partis. Si les législatives n’avaient pas suivi l’élection présidentielle, les résultats auraient-ils été semblables ? Absolument pas. Si le calendrier des législatives avait été organisé avant la victoire de Nicolas Sarkozy, nous aurions eu des résultats plus équilibrés. La gauche aurait pu espérer un meilleur score. Les votes du premier tour ont confirmé une volonté des Français de suivre le candidat de droite élu à la présidence. « J’en appelle (aux) électeurs (de François Bayrou) qui veulent du pluralisme, de l’impartialité de l’Etat, qui ne sont pas de gauche mais qui ne sont pas de droite. » François Hollande, Premier secrétaire du PS (France Inter) ❚ « Nous sommes des gens qui avons toujours préféré être battus sur nos idées plutôt que d’être élus sur celles des autres. Par conséquent, nous avons une certaine expérience de l’adversité. » Bruno Gollnisch, délégué général du Front national (i-Télé) ❚ « A partir du moment où l’enjeu de ces élections législatives c’est d’empêcher la concentration excessive des pouvoirs entre les mains du même parti, ce que François Bayrou a souligné hier (...), il est évident que les électeurs du MoDem doivent rejoindre les candidats du PS. » Ségolène Royal, ancienne candidate PS à l’élection présidentielle (RTL) ❚ « Nous avons aujourd’hui plus de vingt possibilités d’avoir un député. (...) Il faut mener la bataille jusqu’au bout. Nous pouvons obtenir un groupe pour mieux porter les colères et les projets des hommes et des femmes de ce pays. » Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF et candidate en Seine-Saint-Denis (RTL) ❚ « Il faut, vis-à-vis du centre, avoir une attitude positive. Si ce n’était que moi, nous en discuterions tous ensemble, il faut tendre la main au centre puisqu’il faut s’élargir. » Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre UMP (France 2) ❚ DR
M. DANIAU/AFP F. O’REILLY/REUTERS www.directsoir.net ÉDUCATION Les décrets Robien seront abrogés Nicolas Sarkozy s’est engagé sur une « abrogation totale des décrets Robien ». C’est ce qu’ont annoncé la FSU et l’UNSA Éducation, après avoir été reçus ce matin à l’Elysée par le Président et son ministre de l’Education nationale Xavier Darcos (voir notre dossier p.6). Dans une lettre rendue publique le 21 mai dernier, quinze organisations syndicales de l’enseignement secondaire avaient interpellé Xavier Darcos, réclamant l’abrogation de ces Ce matin, épreuve de philosophie pour les 327 590 candidats au bac général, ici au lycée Malherbe de Caen. Le président Abdoulaye Wade. JUSTICE DIPLOMATIE Les magistrats manifestent pour leur sécurité « Ce n’est pas un rassemblement contre Madame Dati mais pour la sécurité, pour notre collègue », explique Bruno Thouzellier. Le secrétaire général de l’Union syndicale des magistrats (USM) a tenu à rappeler le mot d’ordre des manifestations prévues cet après-midi suite à l’agression d’un magistrat mardi dernier. Aujourd’hui hors de danger, le juge pour enfants Jacques Noris avait été poignardé dans son bureau du tribunal de Metz par une jeune maman à qui il venait d’annoncer le placement de son enfant. « Nous ne sommes pas dans une logique de grève, ce sont des rassemblements pour la solidarité et pour la sécurité », a ajouté le représentant syndical, qualifiant de « très positive » l’annonce faite par la garde des Sceaux, Rachida Dati, d’un déblocage de 20 millions d’euros pour la sécurisation des tribunaux, qui devraient être équipés de « portiques de sécurité gardés par des agents dans l’ensemble décrets et brandissant la menace d’un boycott des bacs blancs. Signés le 12 février 2007, les textes portent sur l’obligation de service des professeurs. Les enseignants étaient notamment appelés à travailler une à trois heures de plus, sans contrepartie financière. Pour Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, l’abrogation des décrets Robien était « un prérequis » à toute autre négociation.■ des cours d’appel et des tribunaux de grande instance nécessitant une sécurisation renforcée ». Par ailleurs, cinq millions d’euros supplémentaires devraient être débloqués pour « le recrutement immédiat 500 vacataires qui viendront renforcer les greffes » des tribunaux. Suite à l’agression du juge Noris, la garde des Sceaux avait annoncé la mise en place d’un plan de sécurisation et l’ouverture d’une mission dont les conclusions seraient connues dans un mois. Ségolène Royal avait jugé cette annonce insuffisante. Spontanément les collègues du juge agressé s’étaient réunis sur le perron du tribunal de Metz. La jeune femme auteur du coup de couteau a été mise en examen pour tentative de meurtre et placée en hôpital psychiatrique. Le barreau de Paris, auquel sont inscrits 20 000 avocats, a annoncé vendredi s’associer à l’appel de l’Union syndicale des magistrats.■ L’ACTU FRANCE 3 BACCALAURÉAT Première épreuve ce matin ■ Jour J pour les 498 497 candidats aux bacs généraux et technologiques qui ont planché, le matin pour les premiers, et cette après-midi pour les autres, sur l’épreuve de philosophie. Parmi les sujets : « Peut-on en finir avec les préjugés ? », « Que gagnons-nous à travailler ? », « L’art nous éloigne-t-il de la réalité ? », ou encore « Toute prise de conscience est-elle libératrice ? » Les élèves avaient la possibilité également de commenter un extrait de texte d’Aristote sur le thème de la responsabilité. Autre exemple de texte soumis à l’analyse des élèves : Humain, trop humain, de Nietzsche consacré à la morale. L’ensemble des candidats est mis au défi de surpasser le record historique de 82,1% de réussite du cru 2007. Le Président sénégalais Wade reçu à l’Elysée Nicolas Sarkozy devait recevoir ce matin son homologue sénégalais Abdoulaye Wade. Les deux chefs d’Etat ont évoqué la situation en Côte d’Ivoire, où les deux pays ont des troupes engagées, et la crise au Darfour, où le Sénégal participe à la force de l’Union africaine déployée sur le terrain. Les deux présidents devaient également faire le bilan du G8. Dans un communiqué, le porte-parole de la présidence indique que Nicolas Sarkozy Les syndicats d’enseignants étaient reçus ce matin à l’Elysée. « apprécie tout particulièrement la relation de franchise et de respect mutuel qu’il entretient depuis longtemps avec le président Wade. Cette sincérité a permis, par le passé, des avancées décisives dans la coopération entre les deux pays, en particulier dans le domaine de l’immigration ». Alors ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy avait signé en septembre 2006 un accord avec le Sénégal sur la gestion concertée des flux migratoires entre les deux pays.■ Des magistrats devant le tribunal de grande instance de Metz. B. TESSIER POOL/AFP F. FLORIN/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :