Direct Soir n°145 3 mai 2007
Direct Soir n°145 3 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°145 de 3 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : Bill Gates le milliardaire bienfaiteur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
AKSARAN/GAMMA/HACHETTE Directsoir N°145/Jeudi 3 mai 2007 2 L’ACTU FRANCE KOUROU Ariane 5 sur le pas de tir ■ Une fusée Ariane 5 doit décoller de Kourou (Guyane) cette nuit et placer sur orbite deux satellites de télécommunications. Pour le lanceur européen, ce deuxième tir de l’année va permettre d’établir un record. Ariane emporte en effet une masse de 9,4 tonnes, une première pour un lancement sur orbite géostationnaire. Ce 32 e décollage d’Ariane 5 est programmé entre 00h29 et 01h13 (heure de Paris). Deux satellites sont à bord de la fusée européenne. Astra 1L, destiné à la télévision en haute définition, offrira des services sur toute l’Europe. Ce satellite est programmé pour une durée de vie de quinze ans. L’autre « passager » d’Ariane, Galaxy 17, est mis en orbite pour une société luxembourgeoise et l’opérateur international Intelsat. Il est destiné à des services de téléphonie et de télévision pour l’Amérique du Nord. LE CHIFFRE DU JOUR JUSTICE JUSTICE Le juge chargé de l’instruction sur le naufrage du chalutier Bugaled Breizh a demandé des précisions sur les positions exactes des bâtiments de la Royal Navy au moment de la disparition du navire breton. Cela concerne des anomalies de dates dans un message adressé à l’un des submersibles britanniques. Anne C’est dit 12% Moins de ski cet hiver en France Tous massifs confondus, la montagne française enregistre cet hiver un recul de l’activité de 12% (selon les données du Syndicat national des téléphériques) avec une grande disparité. Si l’on compare ces chiffres à une moyenne lissée sur cinq ans, les Vosges enregistrent une baisse de 53%, le Jura de 42% et les Pyrénées de 26%. AZF : vers l’ouverture du procès Il n’y aura plus de nouvelles investigations dans l’affaire AZF. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui la chambre d’instruction de la cour d’appel de Toulouse. Cette décision permet l’ouverture du procès en appel. L’ensemble des nouvelles demandes d’actes ou d’expertises a été rejeté. Elles avaient été déposées après la décision des juges de clôturer le dossier le 20 septembre Ariane 5 sur son pas de tir à Kourou (Guyane). INDUSTRIE Lafarge change de tête Bertrand Collomb, 65 ans, a annoncé qu’il quittait ce soir la présidence du groupe Lafarge pour la céder à Bruno Lafont, son directeur général. C’est une des grandes figures de l’industrie française qui s’éloigne aujourd’hui de la direction du géant des matériaux de construction. Entré dans le groupe en 1975, président-directeur général depuis 1989, Bertrand Collombpeut se flatter d’avoir multiplié par cinq le chiffre d’affaires et le « Bugaled Breizh » : le juge s’intéresse aux sous-marins Kayanakis, le procureur de la République de Quimper, a précisé qu’il ne s’agissait que de « clarifications » et non pas d’un « changement d’orientation ou d’une piste particulière ». Les familles des cinq marins-pêcheurs disparus dans le naufrage ont toujours privilégié l’hypothèse d’une collision avec un sous-marin. ■ 2006 et portaient aussi bien sur la piste de l’acte volontaire que sur celle de phénomènes électriques qui auraient pu causer la catastrophe. L’explosion de l’usine chimique AZF, le 21 septembre 2006 à Toulouse, a fait trente morts et plusieurs milliers de blessés. Les parties civiles comme la défense peuvent encore se pourvoir en cassation pour tenter de faire invalider cette décision. ■ résultat net de son entreprise, qu’il a profondément internationalisée : Lafarge est aujourd’hui établie dans 70 pays et se positionne comme numéro 1 mondial du ciment. Imprégné par la doctrine sociale de l’Eglise, Bertrand Collombest membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Il entend désormais se consacrer à ses mandats d’administrateur et à sa famille, a-t-il déclaré au quotidien Les Echos ce matin. ■ Le Bugaled Breizh à Brest. ❚ « Si Nicolas Sarkozy affirme qu’une fois élu (…) il est légitimé à mettre en place toutes les réformes annoncées quoi qu’en pensent les syndicats, il se trompe. » Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT dans Le Parisien. ❚ « Elle était très exigeante en amitié mais aussi tendre et douce. J’aimais ce paradoxe entre la chanteuse à paillettes et la femme sensible, profonde », Bertrand Delanoë, à propos de Dalida, dont on commémore le 20 e anniversaire de la disparition (Le Parisien). ❚ « On a vu que notre voiture marchait bien sur les deux derniers rallyes terre qu’on a gagnés. L’Argentine, c’est un sol un peu différent, plus glissant, et notre avance est quand même assez maigre », Sébastien Loeb, à l’AFP, avant le départ, ce soir, du rallye d’Argentine. ❚ « Parmi les chrétiens que je connais, certains ont des certitudes, d’autres plutôt des doutes. Les premiers me font envie ! » Laurent Voulzy, chanteur (La Croix) ❚ D. PARKER/S.P.L./COSMOS M. MOCHET/AFP
POOL/L. TONDRE/REA www.directsoir.net CAMPAGNE Martine Boulart, coach et professeur à HEC (Hautes études commerciales), spécialiste en relations et stratégies, a analysé hier soir le comportement des deux candidats sur le plateau du Blog Note animé par Philippe Labro sur la chaîne Direct8. D’après elle, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy ont tour à tour mis en avant leur capacité de « leader ». La première en créant la surprise : être habillée « Elle a conquis un sacré statut. Ségolène Royal a l’étoffe pour faire une bonne Présidente. » (Julien Dray, sur Europe 1) « Il faut que Nicolas Sarkozy assume qu’il est le candidat qui a siégé dans les gouvernements Raffarin et Villepin (…). On ne peut pas promettre ce qu’on a défait. » (François Hollande, sur France Info). « J’avais plutôt l’impression d’avoir un Nicolas Sarkozy qui essayait de se retenir pour éviter de s’énerver, de s’exciter comme il l’avait un peu trop fait ces derniers jours. » (Martine Aubry, sur France Bleu Nord) « Elle a su trouver des accents vrais et faire partager son émotion sur des questions de société dans lesquelles elle est de toute évidence davantage impliquée. » Après le débat, les échanges continuent « Un moment fort » pour Ségolène Royal, un « débat digne » selon Nicolas Sarkozy : les deux prétendants à l’Elysée sont revenus ce matin sur le face-à-face d’hier soir. Le candidat UMP, sur RTL, s’est dit « un peu étonné d’une certaine agressivité de la part de son adversaire ». Ségolène Royal, sur France Inter, a reproché à son concurrent de s’être « situé en posture de victime Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy hier : début d’un face-à-face de 2h40. ANALYSE « Deux personnalités remarquables » Les réactions alors qu’il a porté les coups les plus rudes » de la campagne. François Bayrou, dont les électeurs seront les arbitres de ce second tour, a déclaré de son côté dans les colonnes du Monde daté de vendredi qu’il ne votera pas pour Nicolas Sarkozy. L’ancien ministre d’Edouard Balladur et d’Alain Juppé ne précise cependant pas s’il compte donner sa voix à Ségolène Royal dimanche.■ en noir et déclencher une colère totalement maîtrisée. Le second en reconnaissant à la fin du débat les valeurs de madame Royal. La spécialiste de morphopsychologie note également que les deux candidats ont fait preuve d’une psychologie équilibrée en montrant leurs opposés : la colère pour une femme et la docilité pour un homme.■ (Jean-Pierre Chevènement, à l’AFP) « Vous ne pouvez pas, en permanence, à quelques jours du second tour de la présidentielle, dire « On verra plus tard ». » (Xavier Bertrand, sur France 2) « Il a défendu son projet avec sérieux, il a argumenté. Elle est restée dans le flou total. » (Claude Guéant, sur France Info) « Sa colère était au cœur d’une opération qu’elle avait préméditée et à laquelle on s’attendait d’ailleurs. » (François Fillon, sur LCI). « Objectivement, on avait l’impression que Nicolas Sarkozy était davantage préparé aux responsabilités. On voit bien qu’il y a plus d’épaisseur chez Sarkozy que chez Royal. » (Jean-Marie Cavada, sur RMC et BFM-TV).■ PRÉSIDENTIELLE 3 François Bayrou. AUDIENCE Un record ■ Les Français étaient hier soir devant leur petit écran : plus de 20 millions de téléspectateurs ont, d’après Médiamétrie, suivi le débat Sarkozy-Royal sur TF1 ou France 2. C’est un chiffre record pour ce type d’exercice. Cette audience dépasse celle du tête-à-tête Chirac-Jospin qui, en 1995, avait rassemblé un peu plus de 17 millions de téléspectateurs. Le débat a été retransmis sur les chaînes d’information en continu (France 24, LCI, BFM TV et I-télé), la Chaîne parlementaire et Public Sénat, mais aussi les musicales NRJ12 et MTV. A l’étranger, le face-à-face a été suivi sur le canal francophone TV5. C. FOHLEN/ABACAPRESS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :