Direct Soir n°125 16 mar 2007
Direct Soir n°125 16 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°125 de 16 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Le roi Abdallah mobilisé pour la paix au Proche-Orient

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Vendredi 16 mars 2007 6 ACTU EN COUVERTURE LE ROI ABDALLAH/Un Saoudien sur la scène internationale L’Opep a décidé hier à Vienne, de conserver le même plafond de production de pétrole. L’Arabie Saoudite, pays le plus influent, y est pour beaucoup. Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite est à la tête de la plus importante manne pétrolière au monde. Le pays est premier producteur mondial et possède les plus grandes réserves d’or noir découvertes à ce jour. Mais la conjoncture actuelle rend le marché du pétrole incertain. Les baisses des places boursières asiatiques et occidentales font craindre un ralentissement des demandes chinoise et américaine, qui provoquerait la baisse du cours du baril. Une nouvelle inquiétude pour ce secteur, déjà chahuté par de nombreux dossiers politiques. L’Iran, mis au ban de la communauté internationale, pourrait brandir l’arme pétrolière pour négocier. La guerre en Irak ou encore l’instabilité au Nigeria sont d’autres facteurs d’instabilité. L’Arabie Saoudite est la première concernée par l’actualité pétrolière. Pourtant, c’est sur d’autres thèmes que le royaume a fait récemment parler de lui. Hier, le Fatah et le Hamas ont rendu publique la composition de leur gouvernement d’union nationale. Abdallah le Saoudien n’est pas étranger à cette avancée majeure pour la situation au Proche-Orient. Le 8 février dernier, à La Mecque, Abdallah avait su manier la « carotte et le bâton » pour obtenir de Mahmoud S. SUHAIB/REUTERS Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite (au centre) entouré du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas (à gauche), et du Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh (à droite). Abbas et Ismaïl Haniyeh un accord pour une réconciliation nationale. Après ces « discussions de la dernière chance » immédiatement acclamées par la rue palestinienne, il restait beaucoup à faire, mais le souverain saoudien a montré le chemin de la réconciliation aux deux parties. A cette occasion, l’Arabie Saoudite prouvait son poids politique, financier et religieux dans la région. Une autre rencontre d’importance s’est déroulée le 4 mars. Le royaume qui abrite La Mecque et Médine, les deux principaux lieux saints de l’islam, accueillait Mahmoud Ahmadinejad, président de l’Iran, plus grand pays chiite. Les deux hommes souhaitent apaiser les violences entre sunnites et chiites, notamment en Irak. Plus qu’une simple terre abritant des lieux saints et bénéficiant de la rente pétrolière, Abdallah impose son royaume au premier plan de la scène politique régionale. Un bilan extérieur flatteur pour celui qui est devenu roi il y a moins de deux ans. Le roi d’Arabie Saoudite, héritier à plus d’un titre Avec plus de 8 millions de barils produits par jour, l’Arabie Saoudite est le premier producteur d’or noir au monde. La péninsule possède en outre un quart des réserves de pétrole connues à ce jour, se plaçant également en première position mondiale. Mais comme les autres producteurs, le royaume doit investir des dizaines de milliards de dollars pour augmenter ses capacités de production. L’incertitude qui pèse en ce moment sur l’économie mondiale et la crainte d’une récession américaine menacent ces investissements. L. VAN DER STOCKT/GAMMA Le roi du pétrole JEAN-BAPTISTE WERNER M. LOUNES/GAMMA Le garant des lieux saints La péninsule arabique abrite deux des principaux lieux saints de l’islam sunnite : La Mecque et Médine. La Mecque abrite la Ka’ba, construite par Adam puis reconstruite par Abraham. Tout musulman doit y faire, s’il le peut, un pèlerinage au moins une fois dans sa vie. Médine est la ville dans laquelle Mahomet a trouvé refuge après s’être enfui de La Mecque. La présence de ces lieux saints confère au roi saoudien une autorité religieuse certaine, mais également une responsabilité : celle de leur intégrité. R. MOGHRABI/AFP L’héritier d’une dynastie Le roi Abdallah Bin Abdulaziz Al Saoud est l’héritier de la dynastie saoudienne. Elle a été fondée par Abd al-Aziz ben Abd al-Rahman Al Saoud, qui fut le premier roi de l’Arabie Saoudite moderne, de 1932 à 1953. L’actuel roi a accédé au trône à la mort du roi Fahd le premier août 2005. Il est le sixième souverain du royaume. Mais les origines de l’Arabie Saoudite remontent au 18 e siècle, lorsque MohammedIbn Saoud, chef tribal, s’est associé à MohammedIbn Al Wahhab, prédicateur rigoriste fondateur du wahhabisme, qui est toujours la religion du royaume.
www.directsoir.net POLITIQUE/Magistrats en campagne Le juge Jean-Louis Bruguière, patron de l’antiterrorisme français, a annoncé hier, dans une interview publiée dans l’hebdomadaire L’Express, qu’il défendrait les couleurs de l’UMP lors des prochaines élections législatives. Il briguera un mandat dans le Lot-et-Garonne, d’où sa famille est originaire et où il possède une résidence secondaire. L’annonce de cette décision n’a, en soi, rien de très spectaculaire. En cas de succès électoral, le juge Bruguière ne serait pas le premier magistrat à se reconvertir à la politique. Certains l’ont fait avec succès, comme l’ancienne présidente du Parlement européen, Simone Veil, qui entama sa carrière en 1957 à la Chancellerie. L’ancien président de l’Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, a lui été juge d’instruction, et Jean Tiberi, ex-maire de Paris, a également été magistrat. D’autres ont connu moins de réussite, comme Eric Halphen. Le juge de Créteil s’était mis en disponibilité de la magistrature en 2002 pour tenter une aventure politique. Mais l’expérience ne sera jamais couronnée de succès, et il réintègre le tribunal correctionnel de Paris en 2007.Si la décision de Jean-Louis Bruguière suscite des remous c’est plutôt parce qu’elle intervient à un peu plus de cinq semaines de l’élection présidentielle. Les magistrats étant tenus au devoir de réserve, CLIMAT/Les capitales se rencontrent à Paris h Quito pourrait bientôt mourir de soif. Les glaciers andins, principale ressource en eau de la capitale équatorienne, fondent à une allure vertigineuse. Le coupable présumé ? Le réchauffement climatique. Cette menace, Paco Moncayo, le maire de Quito, est venu en parler à Paris. L’association Cité et gouvernements locaux unis a rassemblé, hier et aujourd’hui, quelque 200 maires pour évoquer « les conséquences du réchauffement climatique pour les villes et leurs populations ». Québec, Stuttgart ou Beyrouth… chaque ville est venue exposer ses inquiétudes mais aussi ses pistes de réflexion. Les unes sont menacées par la désertification, les autres par la montée des eaux. Ou certaines, comme Londres, redoutent les précipitations abondantes. Nicky Gavron, maire-adjoint de la capitale britannique devait présenter son plan pour faire face à d’éventuelles inondations. leur intrusion dans la sphère politique est souvent scrutée avec attention. Mais cette obligation ne leur interdit pas de s’exprimer en tant qu’individu et citoyen ; ils doivent veiller simplement à ne pas faire état de leurs opinions dans l’exercice de leurs fonctions. Le Syndicat de la magistrature défend cet équilibre entre liberté d’expression et devoir de réserve. Mais il dénonce aussi l’ouverture d’une enquête prédisciplinaire à l’encontre d’une magistrate alsacienne qui a ouvertement pris position pour Ségolène Royal il y a quelques semaines. h « Les artisans vous changent la vie », c’est le thème de la nouvelle campagne de promotion lancée aujourd’hui par les professionnels de l’artisanat qui communiquent une nouvelle fois autour de leur impact sur l’économie. On compte aujourd’hui 920000petites entreprises. Depuis sept ans, 430000emplois ont été créés. Dans l’ensemble, ce sont 3 millions d’actifs qui travaillent pour l’un des nombreux secteurs de l’artisanat. Des chiffres qui en font, comme tient à le rappeler l’Union professionnelle artisanale (UPA) « la première entreprise de France ». Cette année le slogan change et devient : « On n’a pas l’habitude de lire des bonnes nouvelles comme ça ». Un message qui va inonder tous les canaux de communication avec des spots que l’on retrouvera à la télévision et à la radio, dans la presse et sur Internet. La campagne met l’accent sur la place donnée aux moins de 30ans qui représentent le quart des entrepreneurs. Cette action sera suivie de la Sixième semaine nationale de l’artisanat, FRANCE Le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière. C’estdit « Un magistrat, comme tout citoyen, a le droit d’exprimer une opinion politique en dehors de sa sphère professionnelle. Cette liberté d’expression politique est d’ailleurs consacrée par le statut qui permet aux magistrats d’exercer des mandats électifs » rappelle le Syndicat de la Magistrature. ARTISANAT/Une semaine pour convaincre organisée par l’UPA et l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCM). Jusqu’au 23 mars, des démonstrations et des points de rencontre faciliteront l’échange sur l’expérience et les voies d’accès aux métiers de l’artisanat. Une opération qui devrait séduire des jeunes et, pourquoi pas, les inviter à reprendre l’une des 30000entreprises disponibles chaque année sur le marché. Des emplois qui animent parfois à eux seuls un quartier ou une zone rurale, que ce soit dans le secteur du bâtiment, de l’alimentation ou des services. C.PRIOLI/APERCU Un maître artisan et son apprenti en vannerie. A. JAROCINSKI/URBA IMAGES SERVE ACTU EN BREF Deux morts dans l’incendie d’une maison de retraite v Le feu s’est déclaré vers 5h30 dans une chambre au dernier étage d’un établissement situé à Clos-de- Contes (Alpes-Maritimes). Deux pensionnaires de 75 et 99 ans sont décédés. Sept autres personnes âgées ont été transportées à l’hôpital Saint-Roch de Nice mais elles sont hors de danger. Les autres pensionnaires ont été replacés dans d’autres centres de la région. Pas de drogue au volant v D’ici fin 2007, un nouveau test salivaire de dépistage de la drogue entrera en vigueur. Il pourra détecter instantanément la prise de stupéfiant et viendra en complément des actuels tests urinaires. Ce procédé, une première dans le monde, devrait intensifier la lutte contre l’usage du cannabis chez les jeunes conducteurs. En 2005, 230 personnes ont été tuées dans des accidents liés à la consommation de stupéfiants. Une information révélée ce matin par Le Figaro. La Sacem reste ferme v Dans sa défense des droits d’auteur, la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) franchit un nouveau pas. Elle a demandé hier la fermeture d’un deuxième site de musique sur Internet. Après Blogmusiknet, c’est Radio.blog.club qui disparaît de la toile. Cela pour obliger les diffuseurs à passer un accord sur la rémunération des artistes. Les moules d’Arcachon en quarantaine v Hier, la Préfecture de la Gironde a interdit la consommation des moules du bassin d’Arcachon. La présence d’une algue microscopique les rend impropres à la consommation. L’arrêté ne concerne pas les huîtres et autre produits de la mer. CAROLE TOLILA, ANTONIN MOSER,BENJAMIN FRANÇOIS,ALEXANDRE BOUDET Directsoir t Vendredi 16 mars 2007 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :